Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 21:15

http://www.la-bible-sur-le-net.org/images/Symbole/fin-du-monde.jpg

http://www.la-bible-sur-le-net.org/Fin-du-monde.htm

 

 

Colmar, Alsace, Samedi 26 Février 2011
Edition du week-end

La fin du monde ?

 

 

Françoise Garteiser


 

▪ Je voulais vous parler Libye, cher lecteur -- révolutions, pétrole, changements de régime et Grande Correction... et puis j'ai trouvé quelqu'un qui s'en est chargé mieux que moi : Jean-Claude Périvier.

Vous verrez que le texte ci-dessous -- un court extrait du dernier Hors-série de Défis & Profits -- ne mentionne pas une seule fois la Libye (ni même l'or noir). Il n'en est pas moins extrêmement pertinent par rapport à la situation actuelle... et, de manière plus générale, les mutations qui s'opèrent en ce moment dans le monde entier.

Bref, assez bavardé, je cède la place à Jean-Claude :

"La réalité, c'est que nous vivons la fin d'un monde. Celle-ci n'est pas soudaine comme un tremblement de terre ou un cyclone, même si elle est aussi brutale. Elle s'étale sur plusieurs années, ce qui la rend insidieuse. C'est une révolution de nos manières de vivre, ce qui ne serait pas si grave si elle n'était accompagnée d'une révolution de nos valeurs et de nos manières de nous comporter, de penser. Nous gardons encore la tête dans le monde précédent qui nous a façonnés.

Et personne ne sait, bien entendu, dans quelle société nous vivrons à l'issue de cette révolution, dont aucun "expert", aucun gouvernement ne peut fixer l'échéance.

Bill Bonner compare souvent notre époque à la fin de l'Empire romain. S'il a raison -- et tout porte à croire que oui --, la crise est une mue, et va s'étirer sur des décennies. Peut-être plus... C'est à un changement de domination du monde que nous assistons.

▪ La belle histoire du modèle occidental
L'Histoire nous éclaire pourtant de manière lumineuse. Allez, faites comme moi, regardez un peu dans le rétroviseur :


• Il faudra environ 500 ans entre la fin de l'Empire romain et l'établissement d'une féodalité structurée. Grâce à celle-ci, une économie marchande se développe en Europe.
• Encore 500 ans, et une nouvelle révolution arrive avec l'imprimerie (la communication, déjà !) et les grandes découvertes, donnant un nouvel élan au commerce.
• Encore un peu moins de 300 ans et c'est la Révolution française, une révolution des valeurs morales autant qu'une révolution politique qui entraîne l'Europe...
• Et très vite suivie d'une révolution économique dite "industrielle" avec l'utilisation de la vapeur et les débuts de la mécanisation. L'Occident se plaît à affirmer des valeurs nouvelles comme les Droits de l'homme, le droit à la propriété, la souveraineté des nations.
• Un siècle de plus, et l'automobile, l'aviation, l'électricité, l'atome, changent complètement nos conditions de vie, nos habitudes, nos façons de penser.
• Encore 60 ans environ, et c'est la révolution Internet.


Vous l'avez remarqué, au cours de ce survol, tout s'accélère. A chaque fois, des métiers ont disparu, des populations ont subi la brutalité du changement, des peuples se sont déplacés par la force des choses ou à la recherche d'un monde meilleur. Les guerres, intercalées entre les crises plus ou moins profondes, se sont révélées être des facteurs d'accélération de croissance et de progrès. Mais pendant toute cette histoire, c'est le modèle occidental qui a dominé -- aussi bien moralement qu'économiquement. En dépit des drames à répétition (guerres, génocides, accidents), les Occidentaux ont largement bénéficié de cette évolution, sous le regard étonné ou envieux des autres continents.

Grâce (à cause des ?) aux progrès économiques, les changements sociaux qui se sont produits au cours des deux derniers siècles ont été considérables. Le niveau de vie s'est très largement amélioré, pour tous. Une civilisation des loisirs s'est imposée avec la satisfaction des revendications des salariés à partager les fruits de la croissance. Un bouleversement des valeurs a accompagné la réorganisation de la société en une nouvelle hiérarchie de groupes sociaux, tandis que l'individualisme s'installe -- souvent doublé d'égoïsme. Mais c'est une autre histoire...

Aujourd'hui, un nouveau changement s'opère, mais pas chez nous.

▪ Dérive des comportements et piège diabolique
De progrès en progrès, les Occidentaux en sont arrivés à considérer que leur style de vie était la norme, un acquis indestructible, une sorte d'état naturel -- oubliant que les 2 000 ans d'Histoire sont jalonnés d'efforts, de souffrance, de drames, de tragédies.


De la sûreté de soi à l'arrogance, il n'y a qu'un pas vite franchi. Vivant dans une société basée sur les services, l'Occidental veut être servi, tout lui est dû, et tout de suite car il a la conviction de payer pour ça. Devenu consommateur frénétique de choses comme d'idées, toutes se succèdent à un rythme effréné. "Tout passe, tout lasse, tout casse", mais pourvu que ce soit vite. Nous sommes au royaume de l'éphémère. Tout est consommable, tout est jetable. C'est un des éléments très importants que vous devez prendre en compte en matière d'investissement.

Comme tout va plus vite, l'individu, affirmant son libre arbitre en tout domaine, devient par nécessité migrant ou nomade, ce à quoi il est encouragé par les outils technologiques modernes. En Occident, on en est fier, car l'on pense que c'est une manifestation de liberté et de démocratie. C'est également une tendance majeure qui infléchit nos investissements.

Comme pour les Romains du cinquième siècle, l'avachissement, la veulerie, la recherche de la jouissance permanente, l'hédonisme exacerbé, emportent tout sur leur passage, d'autant que la classe politique y participe comme pour masquer son impuissance et son manque de tribuns.

[...] Profiter en échange de rien, vivre à crédit, est devenu un réflexe. La fuite en avant -- qui consiste à distribuer ce que l'on n'a pas et que l'on emprunte --, a certes permis d'acheter la paix sociale pendant longtemps, mais le réveil est douloureux pour tout le monde lorsque le robinet se ferme. A l'aune des bonus mirobolants, les banquiers de toutes sortes se tendent à eux-mêmes ainsi qu'à tous les autres, le piège diabolique de l'excès de dette, fruit du cynisme de l'époque et de la cupidité ambiante. Et comme toujours, les aigrefins rôdent...

Comme toujours, on cherche des coupables. Alan Greenspan ? Goldman Sachs ? Les banques ? Oui, le monde de la finance s'est pris pour une industrie à part entière, oubliant que son rôle était de recevoir des dépôts et de faire des prêts appropriés aux acteurs de l'économie. Point barre... Mais tout cela n'aurait pas été possible sans les défaillances morales et sociétales évoquées plus haut.

▪ "Les caves se rebiffent"
Et soudain, confortablement installés dans cette dynamique, voilà que la mécanique se grippe. On s'émeut que notre chère croissance se fonde sur l'utilisation massive des ressources naturelles jusqu'à épuisement. La nature, bousculée, saccagée, semble se rebiffer par une modification du climat aux conséquences inquiétantes et parfois déjà dramatiques. On réalise que nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir notre part de gâteau, de profits, de plaisir.


Pour couronner le tout, voilà que les peuples du Reste du Monde, jusque-là ignorés, se mettent en tête de rejoindre le même mode de vie. Voilà qu'ils sont toujours de plus en plus nombreux. Sur le compteur de l'INED, c'est 150 habitants du monde en plus à chaque minute, principalement nés dans ces pays. Pendant que l'Occident se gorge de plaisirs, ils travaillent comme en Europe il y a deux siècles, sans protection sociale décente, mais avec pour seules vertus le courage, l'épargne, et l'ambition.

Dans l'ombre, sans bruit, en quelques décennies, ils ont effectué les travaux délaissés par l'Occident et constitué un trésor de guerre à ses dépens. L'Occidental médusé découvre alors que ses propres crédits lui sont souvent consentis par ces peuples lointains !

▪ Les repères s'effacent, la boussole s'affole
Les repères disparaissent, les valeurs traditionnelles s'estompent, on ne produit plus de la même manière, on pense autrement, on doute là où on croyait. Et l'Histoire nous apprend que les longues périodes de grandes mutations se sont souvent accompagnées de guerres.


Notre monde, qui paraissait tellement solide qu'il aurait dû être éternel, se délite lentement sous nos yeux, avec des accélérations inattendues. Les illusions ont encore du mal à se dissiper. La rage et le désespoir s'empare des plus fragiles, qui se révoltent contre ce qu'ils ressentent comme une injustice : quoi ! à peine pris l'ascenseur social, il faut envisager de redescendre ? D'autres succombent à la nostalgie des années 70, 60 ou 50.

Dans le même temps, les hommes voyagent, se mélangent, s'interconnectent dans des proportions inimaginables il y a encore peu de temps. Pourtant, tout cela était en germe quand le premier homme a marché sur la Lune, grâce aux ordinateurs et à la technologie -- mais nous ne nous en rendions pas compte. Certains s'en enthousiasment, mais pas tous. Un plus grand nombre s'angoisse devant l'avenir qui bien sûr, est incertain... comme il l'a toujours été, en réalité.

Autre tendance qui émerge de ces nouvelles sociétés : les réseaux sociaux se multiplient, alors que la solitude est toujours plus grande dans les pays développés. Du coup, on se tourne vers les ONG -- ces bons samaritains des temps modernes -- ou vers ces organisations supra-nationales longtemps honnies (ONU, FMI, Banque mondiale, G8, G20...) comme vers des sauveurs de ce qui peut encore l'être. Pendant toute cette évolution, du moins sur la période récente où les économistes ont pu tenir des statistiques, un concept revient sans arrêt, nous l'avons vu : celui de la croissance.

Selon la Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales, la croissance était nulle jusqu'à la révolution de l'imprimerie. Il y avait simplement des années bonnes ou mauvaises dans un monde agricole et artisanal. Ensuite, jusqu'à la Révolution française, elle aurait été très faible, de l'ordre de 0,1% par an ! C'est la révolution industrielle qui suscite des taux de croissance comparables à ceux mesurés au XXe siècle.

La croissance de l'Europe occidentale entre la fin de la Deuxième guerre mondiale et 1973 (les Trente Glorieuses) était exceptionnelle. Depuis la Deuxième guerre mondiale, la croissance des pays européens a été plus rapide que celle des autres pays du monde, en particulier sur cette période, comme cela s'était déjà produit au moment de la Révolution industrielle.

Mais sans que nous nous en rendions compte, le témoin a été récemment transmis à d'autres acteurs du monde qui ont pris le relais".

N'hésitez pas à nous faire part de vos idées sur ces pistes de réflexion, cher lecteur. Jean-Claude a quant à lui encore de nombreuses choses à dire sur les profondes évolutions que notre monde est en train de vivre actuellement ; il a également identifié quelques placements qui vous permettront d'intervenir comme investisseur sur ces tendances de fond -- pour les accompagner, et, en fin de compte, les intégrer à votre patrimoine, plutôt que de les subir.
 
Meilleures salutations,

Françoise Garteiser
La Chronique Agora

 

La-chronique-agora.com (Chronique financière)

 


Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Le Futur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche