Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 03:54

La perte de la biodiversité, c'est la perte de ressources essentielles pour la médecine 

ours_Russie
Nous avons tellement à apprendre de l'ours polaire pourtant voué à disparaître d'ici quelques décennies seulement...
© Gordon Wiltsie / NGS

 

Dans une tribune publiée dans plusieurs journaux de la planète, via le réseau Project Syndicate, Eric Chivian et Aaron Bernstein, chercheurs à l'Ecole de médecine de l'Université Harvard, ainsi qu'Achim Steiner, le Directeur du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) tirent la sonnette d'alarme sur les risques que fait courir la disparition de la biodiversité à la recherche médicale et scientifique.


Des forêts aux récifs coralliens, en passant par les rivières d'eau douce et les océans, la biodiversité est essentielle pour le fonctionnement des écosystèmes dont dépend la vie sur terre. La disparition de plus en plus rapide de cette diversité aura un impact sur les sociétés humaines, notamment pour la médecine, un domaine souvent ignoré ou négligé, écrivent-ils.

Depuis des millénaires, les hommes utilisent la nature pour se soigner, découvrant des remèdes et inventant des traitements, par exemple l'aspirine, venue du saule ou plus récemment le Taxol, médicament révolutionnaire contre le cancer extrait de l'écorce de l'if du Pacifique.

"Les plus grandes découvertes sont peut-être à venir, à condition que la richesse et l'abondance de la nature soient conservées, afin que les générations actuelles et futures de chercheurs puissent continuer leurs recherches et faire de nouvelles découvertes utiles aux malades partout dans le monde", estiment les auteurs de l'article.

Un exemple concret est celui des ours polaires, menacés d'extinction par le changement climatique. Ils sont capables de passer jusqu'à sept mois de l'année en hibernation, essentiellement immobiles, ce qu'aucun être humain ne pourrait faire sans perdre au moins un tiers de sa masse osseuse.
Les ours polaires au contraire développent de nouveaux os, grâce à la production d'une substance qui inhibe les cellules fragilisant les os mais favorise celles qui produisent du cartilage et de l'os. Étudier les ours en hibernation, c'est donc se rapprocher peut être de nouveaux traitements des millions de fractures de la hanche nées de l'ostéoporose - une maladie qui, rien qu'aux Etats-Unis, tue 70 000 personnes chaque année et coûte 18 milliards de dollars.
De la même manière, les ours en hibernation peuvent survivre pendant plusieurs mois sans évacuer leurs excréments. Pour l'homme, l'accumulation de ces substances toxiques seraient synonyme de décès au bout de quelques jours. Etudier scientifiquement cette particularité des ours et comprendre la manière dont ce phénomène est possible, pourraient conduire à développer des traitements pour 1,5 million de personnes qui souffrent d'insuffisance rénale à travers le monde.
Enfin, les ours polaires qui se gavent de graisses pour survivre pendant les mois d'hibernation ne deviennent pas diabétiques. L'étude de ce phénomène peut là encore permettre de trouver des traitements du diabète lié à l'obésité, qui touche plus de 190 millions de personnes à travers le monde.

Mais les ours en hibernation ne sont que le début de l'histoire. La grenouille des bois peut survivre à de longues périodes de gel sans qu'aucune de ses cellules ne soit détruite. Constituerait-elle la clé pour une meilleure conservation des organes prélevés en vue d'une transplantation ?

Les pumiliotoxines, comme celles secrétées par la grenouille venimeuse du Panama, pourraient permettre le développement de médicaments visant à renforcer le rythme cardiaque – important dans le traitement de maladies cardiaques. Et les 700 espèces de cônes évoluant sur les barrières de corail pourraient permettre de produire 140 000 toxines différentes, dont un grand nombre pourraient avoir une valeur médicinale. Mais seule une centaine d'entre elles a fait l'objet d'études.

On a découvert que l'une de ces toxines, commercialisée sous le nom de PrialtÔ, est 1000 fois plus puissante que la morphine, sans pour autant entrainer d'addiction ou d'intolérance, comme dans le cas des opiacées. Les essais cliniques indiquent un réel soulagement de la douleur sur les patients atteints de sida ou de cancer.

La perte de la biodiversité a déjà mis un terme à des recherches médicales prometteuses. La grenouille Rheobatrachus femelle, originaire d'Australie, avait comme particularité d'ingérer ses oeufs pour les incuber dans son estomac, sans qu'ils soient digérés par les enzymes et les acides gastriques, comme c'est le cas chez n'importe quel autre vertébré. L'étude de ces batraciens aurait pu nous donner des éléments sur la manière de prévenir et de traiter les ulcères peptiques ; mais ces études n'ont pu être continuées car les deux espèces de Rheobatrachus ont désormais disparues.

En 2010, Année mondiale de la biodiversité, les gouvernements étaient censés multiplier les efforts et les initiatives pour enrayer la destruction d'espèces animales, végétales ou d'autres organismes. "Ce n'est pas arrivé, le rythme de la destruction de la biodiversité s'est au contraire accéléré, laissant se rapprocher ce que les scientifiques appellent 'la sixième vague d'extinction'", écrivent les auteurs de l'article.

Dans ces circonstances, les gouvernements ont, selon eux, encore une occasion de s'engager réellement pour inverser cette tendance dramatique, lors de la 65e Assemblée générale de l'ONU qui a débuté hier à New York et surtout lors de la réunion sur la Convention sur la diversité biologique (CDB) qui se déroulera en octobre à Nagoya, au Japon.

"Ce doit être l'année où un remède à la dégradation de l'environnement se trouve et une gestion beaucoup plus intelligente d'un monde naturel commence à prendre forme : ce sera une percée importante pour la richesse mais aussi de plus en plus la santé de l'humanité au 21e siècle", estiment les deux chercheurs et le directeur du PNUE.

Notes

Project Syndicate est une organisation non gouvernementale et un centre de réflexion qui rassemble des contributeurs de tous les horizons pour leur permettre de publier leurs analyses, leurs opinions, leurs recherches à travers un réseau de publications qui rassemble environ 440 journaux, distribués dans 150 pays, avec un tirage total de près de 50 millions d'exemplaires. Les "articles d'opinion" qu'il propose sont rédigés par des experts, des militants, des prix Nobel, des hommes d'Etat, des économistes, des politologues, des chefs d'entreprise ou des universitaires.

Référence

Killing the Cures ; Eric Chivian, Aaron Bernstein and Achim Steiner

Auteur

Nations Unies

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info

 

http://www.notre-planete.info/actualites/lireactus.php?id=2510

 

Lire aussi:

 

La crise majeure de la biodiversité requiert des décisions urgentes

 

925 millions de personnes souffrent de faim chronique dans le monde, "c'est absolument inadmissible"

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alerte - danger ! - SOS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche