Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 23:11

(En Anglais, puis traduction...)

The Next Financial Crisis Will Be Hellish And It’s On Its Way

Jun. 1 2011 - 3:11 pm | 87,354 views | 1 recommendation | 10 comments
Federal Reserve Board Chairman Ben Bernanke (L...

Bernanke and Volcker: Different men, vastly different monetary policies


“There is definitely going to be another financial crisis around the corner,” says hedge fund legend Mark Mobius, “because we haven’t solved any of the things that caused the previous crisis.”

We’re raising our alert status for the next financial crisis. We already raised it last week after spreads on U.S. credit default swaps started blowing out.  We raised it again after seeing the remarks of Mr. Mobius, chief of the $50 billion emerging markets desk at Templeton Asset Management.

Speaking in Tokyo, he pointed to derivatives, the financial hairball of futures, options, and swaps in which nearly all the world’s major banks are tangled up.

Estimates on the amount of derivatives out there worldwide vary. An oft-heard estimate is $600 trillion. That squares with Mobius’ guess of 10 times the world’s annual GDP. “Are the derivatives regulated?” asks Mobius. “No. Are you still getting growth in derivatives? Yes.”

In other words, something along the lines of securitized mortgages is lurking out there, ready to trigger another crisis as in 2007-08.

What could it be? We’ll offer up a good guess, one the market is discounting.

Seldom does a stock index rise so much, for so little reason, as the Dow did on the open Tuesday morning: 115 Dow points on a rumor that Greece is going to get a second bailout.

Let’s step back for a moment: The Greek crisis is first and foremost about the German and French banks that were foolish enough to lend money to Greece in the first place. What sort of derivative contracts tied to Greek debt are they sitting on? What worldwide mayhem would ensue if Greece didn’t pay back 100 centimes on the euro?

That’s a rhetorical question, since the balance sheets of European banks are even more opaque than American ones. Whatever the actual answer, it’s scary enough that the European Central Bank has refused to entertain any talk about the holders of Greek sovereign debt taking a haircut, even in the form of Greece stretching out its payments.

That was the preferred solution among German leaders. But it seems the ECB is about to get its way. Greece will likely get another bailout – 30 billion euros on top of the 110 billion euro bailout it got a year ago.

It will accomplish nothing. Going deeper into hock is never a good way to get out of debt. And at some point, this exercise in kicking the can has to stop. When it does, you get your next financial crisis.

And what of the derivatives sitting on the balance sheet of the Federal Reserve? Here’s another factor behind our heightened state of alert.

“Through quantitative easing efforts alone,” says Euro Pacific Capital’s Michael Pento, “Ben Bernanke has added $1.8 trillion of longer-term GSE debt and mortgage-backed securities (MBS).”

Think about that for a moment. The Fed’s entire balance sheet totaled around $800 billion before the 2008 crash, nearly all of it Treasuries. Now the Fed holds more than double that amount in mortgage derivatives alone, junk that the banks needed to clear off their own balance sheets.

“As the size of the Fed’s balance sheet ballooned,” continues Mr. Pento, “the dollar amount of capital held at the Fed has remained fairly constant. Today, the Fed has $52.5 billion of capital backing a $2.7 trillion balance sheet.

“Prior to the bursting of the credit bubble, the public was shocked to learn that our biggest investment banks were levered 30-to-1. When asset values fell, those banks were quickly wiped out. But now the Fed is holding many of the same types of assets and is levered 51-to-1! If the value of their portfolio were to fall by just 2%, the Fed itself would be wiped out.”

Mr. Pento’s and Mr. Mobius’ views line up with our own, which we laid out during interviews on our trip to China this month.

An Eye on the Next Financial Crisis by Addison Wiggin originally appeared in the Daily Reckoning.

 

 

 

Traduction informatique :

 

Il va certainement être une autre crise financière dans le coin », dit la légende des hedge funds Mark Mobius," parce que nous n'avons pas résolu l'une des choses qui a provoqué la crise précédente. "

Nous élevons notre état d'alerte pour la prochaine crise financière. Nous l'avons déjà parlé la semaine dernière après écarts sur les swaps sur défaillance de crédit des États-Unis a commencé à souffler sur. Nous l'avons soulevée de nouveau après avoir vu les remarques de M. Mobius, chef du bureau de 50 milliards de dollars sur les marchés émergents à Templeton Asset Management.

Prenant la parole à Tokyo, il a souligné dérivés, les boules de poils financiers à terme, options, swaps et dans lequel presque tout le monde de grandes banques sont enchevêtrés.

Les estimations sur la quantité de dérivés de là-bas à travers le monde varient. Une estimation souvent entendu est de 600 billions de dollars. Cela suppose carrés avec Mobius "de 10 fois annuelle du PIB mondial. "Les dérivés réglementés?" Demande Mobius. «Non Êtes-vous encore en train de croissance dans des produits dérivés? Oui. "

En d'autres termes, quelque chose le long des lignes de crédits hypothécaires titrisés qui se cache là-bas, prêt à déclencher une autre crise comme en 2007-08.

Que pourrait-il être? Nous allons offrir une bonne estimation, le marché est une actualisation.

Il est rare que la hausse l'indice boursier tant, pour si peu de raison, que le Dow a fait le matin, ouvert du mardi: 115 points Dow sur une rumeur que la Grèce va recevoir un plan de sauvetage seconde.

Revenons en arrière un instant: La crise grecque est d'abord et avant tout sur les banques allemandes et françaises qui ont été assez fou pour prêter de l'argent à la Grèce en premier lieu. Quel genre de contrats d'instruments dérivés liés à la dette grecque ils sont assis sur? Qu'est-ce à travers le monde chaos seraient à craindre si la Grèce n'a pas à rembourser 100 centimes sur l'euro?

C'est une question de pure forme, car les bilans des banques européennes sont encore plus opaques que les banques américaines. Quelle que soit la réponse exacte, c'est assez effrayant que la Banque centrale européenne a refusé d'entendre parler de toute les détenteurs de la dette souveraine grecque en prenant une coupe de cheveux, même sous la forme de la Grèce étalant ses paiements.

C'est la solution préférée des dirigeants allemands. Mais il semble que la BCE est sur le point d'arriver à ses fins. Grèce obtiendra probablement un autre plan de sauvetage - 30 milliards d'euros au dessus du plan de sauvetage € 110 000 000 000 il a obtenu un an auparavant.

Il ne servirait à rien. Aller plus loin dans jarret n'est jamais une bonne façon de sortir de la dette. Et à un moment donné, cet exercice de botter le peut doit cesser. Lorsque c'est le cas, vous obtenez votre prochaine crise financière.

Et que dire des dérivés assis sur le bilan de la Réserve fédérale? Voici un autre facteur à l'origine de notre état d'alerte.

"Grâce aux efforts d'assouplissement quantitatif seul, dit Euro Pacific Capital Michael Pento," Ben Bernanke a ajouté 1,8 milliards de dollars de la dette GSE à long terme et de titres adossés à des hypothèques (MBS). "

Pensez-y un instant. Fiche de la Fed la totalité du solde s'élève à environ 800 milliards de dollars avant le krach de 2008, presque tous de bons du Trésor il. Maintenant, la Fed détient plus du double de ce montant dans des produits dérivés hypothécaires seul, junk que les banques nécessaire pour effacer de leurs propres bilans.

"Comme la taille du bilan de la Fed gonflé», poursuit M. Pento, "le montant du capital détenu à la Fed est restée assez constante. Aujourd'hui, la Fed a 52,5 milliards de dollars de capital qui finançait une feuille de 2,7 billions de dollars équilibre.

"Avant l'éclatement de la bulle du crédit, le public a été choqué d'apprendre que nos plus grandes banques d'investissement ont été levier 30-en-1. Lorsque la valeur des actifs a diminué, les banques ont été rapidement éliminés. Mais maintenant, la Fed tient beaucoup des mêmes types d'actifs et est endettée 51-en-1! Si la valeur de leur portefeuille de baisse de seulement 2%, la Fed se serait anéantie. "

M. Pento et la ligne de M. Mobius points de vue avec la nôtre, où nous avons exposé au cours des entretiens sur notre voyage en Chine ce mois-ci.
Un oeil sur la prochaine crise financière par Addison Wiggin paru dans le Daily Reckoning.

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans La crise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche