Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 01:34
changements stratégiques géopolitiques

La Russie Et La Chine Défient L’OTAN

"...Lavrov a dit que la Russie et la Chine avaient une « position identique » : « chaque nation doit déterminer son futur de façon indépendante sans ingérence extérieure. » Il semble donc que les deux pays soient maintenant d’accord sur une position commune pour s’opposer à ce que l’OTAN mène une opération terrestre en Libye...."



La Russie Et La Chine Défient L’OTAN


On s’attendait à ce que des entretiens à Moscou ce weekend par le ministre des affaires étrangères, Yang Jiechi, préparent le terrain pour la visite le mois prochain du Président Hu Jintao en Russie. Dans ce cadre là ils prennent en fait un aspect énormément significatif pour la sécurité internationale.

Les efforts russo chinois pour « coordonner » leurs attitudes sur des questions de politique régionale et internationale ont été rehaussés qualitativement en ce qui concerne le développement de la situation au Moyen Orient.

L’agence de presse officielle russe a utilisé une expression inhabituelle - « étroite coopération » - pour qualifier le nouveau degré de coordination de leurs politiques régionales. Cela va poser un sérieux défi à l’Occident dans la poursuite de son agenda unilatéral au Moyen Orient.

En principe la visite d’Hu en Russie se fait dans le cadre d’un événement à St Petersburg du 16 au 18 Juin que le Kremlin a soigneusement orchestré comme étant un événement annuel qualifié de « Davos de la Russie » - reprenant le titre du Forum Economique International. Dans les deux pays l’excitation est manifeste signe que les deux pays considèrent la visite de Hu comme un virage dans la coopération énergétique Chine Russie.

Le géant russe de l’énergie Gazprom espère pomper annuellement 30 milliards de M3 de gaz naturel vers la Chine dés 2015 et les négociations sur le prix sont à un état avancé. Des responsables chinois affirment que les négociations actuellement bloquées vont aboutir à un accord avant la visite de Hu en Russie.

Effectivement quand le pays dont la croissance économique mondiale augmente la plus vite et le plus grand exportateur mondial d’énergie se mettent d’accord cela va bien au-delà d’une coopération bilatérale. En Europe on va se sentir mal à l’aise. L’Europe a été historiquement le marché principal pour les exportations russes énergétiques alors qu’un « compétiteur « apparaît à l’Est et que l’Ouest préférerait voir la Chine comme un « partenaire dormant » dans le domaine énergétique avec la Russie avec laquelle elle fait affaire. Cet important changement se trouve en toile de fond des tensions Est Ouest concernant le Moyen Orient.

Position identique

Le Moyen Orient et l’Afrique du Nord ont été les principaux sujets de discussions à Moscou entre Yang et son hôte, Sergei Lavrov. La Russie et la Chine ont décidé d’œuvrer ensemble pour s’occuper des questions émergeant des soulèvements au Moyen Orient et en Afrique du Nord. Lavrov a dit :

« nous sommes tombés d’accord pour coordonner nos actions en utilisant les capacités des deux pays pour aider à une stabilisation des plus rapide et prévenir toute conséquence négative imprévisible là bas. »

Lavrov a dit que la Russie et la Chine avaient une i[« position identique » : « chaque nation doit déterminer son futur de façon indépendante sans ingérence extérieure. »
Il semble donc que les deux pays soient maintenant d’accord sur une position commune pour s’opposer à ce que l’OTAN mène une opération terrestre en Libye.


Jusqu’à présent, la position de la Russie c’était que Moscou n’accepterait pas un mandat du Conseil de Sécurité autorisant l’OTAN à lancer une opération terrestre sans une « position claire exprimée » l’approuvant de la part de la Ligue Arabe et de l’Union Africaine (dont la Libye est membre).

Evidemment il y a un « manque de confiance « là-dessus qui devient insurmontable au fil des jours sauf si l’OTAN décide d’un cessez le feu immédiat en Libye. Dit simplement la Russie ne fait plus confiance aux Etats Unis et à ses alliés de l’OTAN pour se montrer clairs quant à leurs intentions en ce qui concerne la Libye et le Moyen Orient. Il y a quelques jours, Lavrov a longuement parlé de la Libye lors d’une interview à la TV russe Tsentr. Il a exprimé une grande frustration sur le double langage de l’Occident et les subterfuges utilisés pour interpréter unilatéralement la Résolution 1973 de l’ONU afin de faire ce qu’ils veulent.

Lavrov dans cette interview a révélé que « des rapports font surface sur la préparation d’une opération terrestre en Libye et que des plans sont en préparation à l’OTAN et l’UE. » Il a publiquement fait état de la suspicion de Moscou concernant l’objectif des US de contourner le besoin de faire appel au CS pour que l’OTAN obtienne un mandat légal pour lancer des opérations terrestres en Libye et à la place de faire pression sur le secrétariat du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, pour lui extorquer «une requête» faite à l’alliance occidentale pour fournir une escorte à la mission humanitaire de l’ONU et utiliser cela comme feuille de vigne pour commencer des opérations terrestres.

L’attitude publique adoptée par la Russie et la Chine seraient d’empêcher des fonctionnaires du secrétariat de Ben Ki Moon de subrepticement faciliter une opération terrestre de l’OTAN par derrière. Ban s’est rendu à Moscou récemment et on rapporte en Russie qu’il « en a entendu des vertes et des pas mures » sur son mode de direction de l’organisation mondiale. Un commentateur de Moscou Dmirty Kosyrev a écrit avec un sarcasme mordant :

« il y a bien des manières de dire politiquement à un invité pour soi -même et pour le compte de partenaires internationaux : nous ne sommes pas vraiment contents de vos performances cher Mr Ban ». Souvent même les mots ne sont pas nécessaire dans ces cas. C’est clair que le secrétaire général a un penchant pour le romantisme révolutionnaire des guerres civiles et soutient les combattants de la libération en général. Résultat il prend souvent partie pour les archi libéraux de l’Europe et de l’Amérique.

Mais le secrétaire général de l’ONU ne devrait pas adopter des positions politiques extrémistes encore moins prendre partie pour la minorité des états membres de l’ONU sur un problème comme il l’a fait pour la Libye et la Côte d’Ivoire. Il n’a pas été élu pour cela. Le fait est qu’il ne s’agit pas de forcer Mr Ban à changer ses convictions ou position mais plutôt d’ajuster sa vision légèrement en faveur d’une plus grande neutralité. »


Moscou et Beijing semblent considérer l’auto proclamé Groupe de Contact Libyen (comprenant 22 pays et 6 organisations internationales) de manière très suspicieuse. Se référant à la décision du groupe lors de leur réunion à Rome jeudi dernier de rendre immédiatement accessible un fond temporaire de 250 millions de $ US comme aide aux rebelles libyens Lavrov a dit sarcastiquement que le groupe « accroissait ses efforts pour prendre la tête pour déterminer l a politique de la communauté internationale pour ce qui est de la Libye » et a mis en garde qu’il ne devrait pas «chercher à remplacer le Conseil de Sécurité de l’ONU et ne devrait pas prendre partie ».

C’est devenu un sujet de mécontentement pour Moscou et Beijing que le Groupe de Contact se transforme graduellement en un véritable processus régional mettant de côté l’ONU afin de moduler le soulèvement arabe en accord avec les stratégies occidentales. La poignée d’états du Conseil de Coopération du Golfe (et de la Ligue Arabe) présents dans le Groupe de Contact permet à l’Occident d’affirmer que le processus est une voix collective d’opinions régionales. (Ironiquement la France a invité la Russie a participer à ce Groupe de Contact).

Partie émergée de l’Iceberg

Lors de la conférence de presse conjointe avec Yang à Moscou Vendredi Lavrov est venu directement au fait. « Le Groupe de Contact s’est établi de lui-même. Et maintenant il essaie de s’accorder à lui-même la responsabilité de la politique de la communauté internationale envers la Libye. Et pas seulement pour la Libye on entend des voix appelant ce groupe à décider quoi faire dans d’autres pays dans la région. » Ce qui inquiète la Russie dans l’immédiat c’est que le Groupe de Contact pourrait bien s’en prendre aussi à la Syrie pour y effectuer un changement de régime.

La Chine a été très diplomatique jusqu’à maintenant concernant la Libye et a laissé à la Russie le soin de sonner les cloches mais elle se fait entendre de plus en plus maintenant. Yang a été plutôt virulent à Moscou lors de la conférence de presse dans sa critique de l’intervention occidentale en Libye. Il y a à peine 3 semaines le People’s Daily (organe de presse gouvernemental chinois ndlt) commentait la situation en Libye disant que c’était l’impasse que le régime de Mouammar Kadhafi s’était montré plutôt résilient et que l’opposition en Libye avait été surestimée par l’Occident. Le Daily a ainsi commenté :

« La guerre de Libye est devenue une « patate chaude » pour l’Occident.

« Premièrement l’Occident ne peut pas se permettre cette guerre à la fois économiquement et stratégiquement… Cette guerre est trop lourde à porter pour les pays européens et les US qui n’ont pas complètement émergé de la crise économique. Plus la guerre dure plus les pays occidentaux impliqués vont se retrouvés désavantagés.

« Deuxièmement l’Occident va être confronté à de nombreux problèmes militaires et légaux… Si l’Occident continue d’être impliqué ils vont être considérés comme étant partiaux vis-à-vis d’un camp… en ce qui concerne les actions militaires les pays occidentaux devront envoyer des forces terrestres pour déposer Kadhafi… Ceci va complètement au-delà de l’autorité des Nations Unies et fort probablement l’erreur de la guerre d’Irak sera répétée… En un mot, la solution militaire au problème en Libye est terminée et une solution politique doit être mise sur l’agenda. »


Les discussions de Yang à Moscou signifient que Beijing sent que l’Occident est déterminé à tenir la «patate chaude » par tous les moyens de la faire refroidir quoiqu’il en soit et de la consommer sans la partager. Par conséquent un repositionnement de la Chine de même qu’un rapprochement avec la position de la Russie (qui a été ouvertement bien plus critique de l’intervention occidentale en Libye) sont nécessaire.

Moscou aurait encouragé Beijing à voir ce qui est écrit sur le mur. Par conséquent elles resserrent les rangs car toutes deux sont de plus en plus mal à l’aise sentant que l’intervention occidentale en Libye n’est que la partie émergée de l’iceberg et que géostratègiquement le but pourrait être la perpétuation de la domination historique de l’Occident sur le Nouveau Moyen Orient en période post guerre froide.

 

Inclus dedans est le fait extrêmement inquiétant du précédent de l’OTAN agissant militairement sans mandat spécifique de l’ONU.

Lavrov et Yang se sont rendus depuis à Astana pour participer à une conférence des ministres des affaires étrangères de l’Organisation de Coopération de Shanghaï (SCO) qui doit négocier l’agenda de la rencontre au sommet de l’organisation régionale qui doit se tenir dans la capitale du Kazakhstan le 15 Juin. La grande question c’est si l’accord russo-chinois d’une « coopération étroite » concernant les problèmes du Moyen Orient et d’Afrique du Nord deviendra la position commune de la SCO. Il semble qu’il y ait de grandes chances que ce soit le cas.

M K Bhadrakumar 10/05/2011

Article en angalis

L’ Ambassadeur M K Bhadrakumar est un ancien diplomate de carrière du ministère des affaires étrangères indou. Il a été en poste en ex Union Soviétique, Corée du Sud, Sri Lanka, Allemagne, Afghanistan Pakistan, Uzbekistan, Koweït et Turquie.

 

http://www.planetenonviolence.org/La-Russie-Et-La-Chine-Defient-L-OTAN_a2426.html

 

 

 


Dans la même rubrique :


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche