Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 09:21
 

euro-fort_496 

C’est peu de dire que le débat fait rage sur la question de la sortie de l’euro depuis quelques semaines. Avant que le débat ne reprenne avec les tensions sur les dettes souveraines, petite revue des avantages et des inconvénients en fonction du lieu où l’on se trouve…

Le retour du mark

A priori, la fin de la monnaie unique serait une catastrophe pour Berlin car l’appréciation du mark réduirait les exportations Allemandes dans l’ancienne zone euro et augmenterait les importations depuis cette même zone. Cependant, l’excédent actuel est tel que l’Allemagne a de la marge et le rebond de la croissance européenne aurait un effet positif dans un second temps. En outre, cela n’affecterait pas le commerce avec le reste du monde qui représente 50% des échanges Allemands.

Mais l’Allemagne peut y trouver des avantages. Si elle rembourse sa dette en marks réévalués de 15%, elle reviendrait instantanément au niveau d’endettement d’avant la crise, donnant davantage de marges de manœuvre financière à son gouvernement, qui pourrait relancer l’économie. En outre, les consommateurs Allemands profiteraient de la baisse du prix des produits importés. Enfin, la politique de compression des salaires serait rendue moins utile à long terme du fait des possibilités de dévaluation.

Le retour du franc

La France, en position intermédiaire entre l’Allemagne et les pays de la périphérie européenne, est sans doute le pays où le retour à la monnaie nationale serait le moins perturbant. La probable stabilité du franc par rapport à l’euro monnaie commune (la baisse par rapport au mark étant équilibrée par la hausse par rapport à la lire et à la peseta) réduirait drastiquement les perturbations, tant vis-à-vis de la gestion de la dette (la même en franc ou en euros) que pour le commerce.

Commercialement, le prix des produits Allemands, Etasuniens et Asiatiques monterait, ainsi que ceux des matières premières, mais celui des pays méditerranéens baisserait, limitant l’effet inflationniste, qui serait moins fort qu’en Grande-Bretagne aujourd’hui. Nos entreprises pourraient davantage exporter vers l’Allemagne (notre premier client), les Etats-Unis et l’Asie et cela aurait un impact positif sur les dépenses des touristes de ces pays chez nous. Enfin, nous pourrions mener une politique monétaire indépendante et recourir à la monétisation pour financer notre dette.

Le retour de la peseta

C’est pour des pays comme l’Espagne que la sortie de l’euro serait le plus bénéfique. Bien sûr, le prix des produits importés augmenterait fortement, mais l’impact d’une dévaluation sur le commerce y serait sans doute très important. En Argentine (cas extrême il est vrai), les exportations de produits industriels avaient doublé de 2002 à 2006. On peut s’attendre à un effet très positif sur la balance commerciale avec une baisse sensible des importations et une hausse des exportations. Enfin, l’impact serait extrêmement positif sur le tourisme, tant venant d’Europe que du monde.

Bien sûr, une dévaluation ne serait pas sans poser des problèmes. L’inflation augmenterait momentanément, mais on a pu voir qu’une dépréciation de plus de 20% de la livre n’a pas provoqué de gros dérapages car le contexte général n’est pas favorable à l’inflation. En outre, il faut noter que l’inflation, comme la croissance sont les meilleurs moyens de réduire le poids de la dette.

Enfin, se poserait le problème de la conversion ou de la restructuration de la dette. Mais là, faute est de constater que la situation actuelle semble sans issue puisque la dette ne cesse de progresser et que l’absence de croissance rend le remboursement toujours plus hypothétique. Il faut casser le cercle vicieux de l’austérité qui casse la croissance, qui détériore les finances publiques, qui renforce l’austérité.

Bien sûr, le retour aux monnaies nationales ne serait pas sans poser des problèmes, mais la voie actuelle est une impasse. Et maintes fois l’histoire économique a montré qu’un réajustement des parités monétaires est un bon moyen de relancer l’économie.

.

http://www.gaullisme.fr/?p=11328

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche