Jeudi 16 février 2012 4 16 /02 /Fév /2012 00:21

Témoignage : « Tout le monde s’en fout ! »

Posted: 14 Feb 2012 02:54 PM PST

Les rues d\'Athènes pleines de manifestants
Les TV n'ont pratiquement rien dit. Pendant que j'étais à la manifestation, j'ai entendu que les TV parlaient de quelque chose comme 15 000 personnes. Aujourd'hui, j'ai fait l'erreur d'allumer la TV. Tout le monde parlait des incendies du centre d'Athènes. Rien d'autre. Tout le reste semblait être des détails sans importance. Je suis exaspérée ! J'ai l'impression que tout le monde s'en fout !

Campagne de solidarité pour soutenir le peuple de la Grèce

Posted: 14 Feb 2012 07:25 AM PST

Un bateau à Antiparos - photo Okeanews 2010
"Mikis Theodorakis, célèbre compositeur grec de la danse de Zorba, et Glezos Manolis, combattant de la résistance contre le vétéran de l'occupation nazie, ont lancé un appel pour un front européen pour défendre le peuple de la Grèce et faire face aux cures d'austérité. Nous [The Guardian] avons décidé de soutenir cet appel et de travailler avec les syndicats et les partis à travers l'Europe afin d'établir une campagne européenne de solidarité pour défendre le peuple de la Grèce. Nous allons organiser la solidarité et élever un soutien pratique pour les gens de la Grèce; ils ne peuvent pas être obligés de payer pour une crise dont ils ne sont pas responsables."

Un défaut sans sortir de l’euro, c’est possible !

Posted: 14 Feb 2012 04:49 AM PST

Louka Katseli
Louka Katseli : "La mise en œuvre de ces mesures conduira à notre incapacité à servir nos dettes dans un proche avenir. (...) La possibilité d'expulser la Grèce de la zone euro sans sa volonté est un mythe, ce cas n'a pas de base juridique et cela a été récemment confirmée par la BCE".

Témoignage: La vérité sur la nuit de violence du 12 février en Grèce

La zone euro reporte sa décision sur une aide à la Grèce. Un plan d'austérité pour rien ? 

La crise grecque, vue de l'intérieur

Greekcrisisnow.blogspot.com - Pour se tenir informé de la crise grecque.

 

 

.

Témoignage: La vérité sur la nuit de violence du 12 février en Grèce



Face à l'habituelle désinformation des médias de masse, voici (traduit en français de l'espagnol) un précieux témoignage sur ce qui s'est vraiment passé à Athènes le 12 février dernier :

"Les médias internationaux ont parlé de la nuit dernière en Grèce. Ils ont parlé de feu, de chaos, de violence…

 Ils parlent des 100.000 personnes rassemblées à Syntagma, mais aucunement des 200.000 qui étaient réellement présents, ni des 300.000 qui n’ont pu rejoindre la place, parce que les rues et le métro étaient bloqués par la police.

 Ils n’ont pas parlé de la manière dont la police à provoqué le début des violences à 17h, arrosant de gaz lacrymogènes toute la place Syntagma, dispersant les manifestants dans tout le centre d’Athènes, pour qu’ils ne soient pas gênant, juste en face du parlement.

Les médias ont parlé de destruction aveugle, dépourvue de symbolique, ont fait courir la rumeur selon laquelle la bibliothèque nationale d’Athènes était en flamme. C’est faux.

Ils ont brûlé des banques, des cafétérias et des magasins, des franchises d’industries multimillionnaires qui ont amené la Grèce dans cette situation. Les médias parlent de jeunes antisystèmes, mais ils ne parlent pas des femmes et des hommes âgés, avec leurs masques à gaz, montrant leur soutien durant des heures frappant des pieds et des mains en rythme les grilles de banques et de multinationales, sifflant et criant pour que les premières lignes qui résistent aux charges des policiers anti-émeute dans des rues pleines de lacrymogènes sentent leur appui, et applaudissant à la vue des flammes prenant dans Alpha bank et Eurobank.

 Ils disent que la violence ne résoudra pas la situation grecque, mais ils n’évoquent pas l’assemblée inter-quartier qui a eu lieu la semaine dernière à l’université Pantios, ils ne disent pas que l’occupation de l’université de Nomiki avait pour but d’être un lieu d’échange et de débat entre les différents mouvements grecs, ils ne parlent pas des cantines libres et des marchés d’échange qui s’organisent chaque semaine dans les quartiers.

 Ce que ne diront pas les médias, c’est que lors de la dernière expropriation massive dans un supermarché, une distribution des produits de ce dernier dans un quartier ouvrier de Salónica a été faite par les manifestants. De vielles femmes disent qu’elles ne sont pas arrivées à temps lors de la distribution mais que les manifestants comptent y retourner, et même si ils n'y retournent pas, elles restent de leur côté.

 Ce qu’ils ne diront pas, c’est que tandis que l’on marchait dans un quartier ouvrier, pour une petite manifestation loin du centre, les gens sortaient à leurs balcons levant le poing, la taille de la manifestation s’est multipliée, les gens sortaient de chez eux, venaient s’ajouter, les petites vielles apparaissaient et applaudissaient, les vieux… Putain ! les vieux chantaient des hymnes, je ne comprenais rien mais… vous ne pouvez pas imaginer, vous n’avez pas idée ! Ca ils ne le diront pas dans les médias, mais nous, on le dit.

 Ici, à Athènes, ils savent qu’ils ne sont pas seuls, que toute l’Europe suit le même chemin, ce qu'ils ne savent pas, c’est ce que nous faisons pour le reste de l'Europe… Oui, nous sommes en train de faire quelque chose, nous, pour le reste de l'Europe.

On ne voit pas seulement le présent de la Grèce, on voit notre futur.

Publié par Sergio Incinillas Perroloko, Athènes 13/02/2012"

 BILAN en quelques chiffres...

-200 000 manifestants devant le Parlement

-300 000 autres qui n'ont pas pu s'y rendre (rues et métros bloqués par la police)

-Des crétois ont réquisitionné une chaine de TV grecque

 -La Mairie de Volos en partie brûlée

 -Le centre des impots ravagé

 -Le cinéma Attikon brûlé.

 Il datait de 1870. La Gestapo l'utilisait comme bâtiment de torture.

  -Un magasin d'armes sur la rue Athinas pillé

 -Nombreuses banques brûlées, dont des filliales des banques Starbucks et Eurobank. Les banques avaient préalablement fait vider les distributeurs automatiques

 -125 000 manifestants à Athènes

 -La bibliothèque nationale n'a pas brûlé !

 -Un musée de l'Histoire de l'humanité en partie brûlé

 -Une tentative de prendre la mairie d'Athènes a échoué la police étant intervenu à temps

-Les bureaux des partis ayant voté OUI au plan d'austérité attaqués dans plusieurs villes de Grèce

-Une cinquantaine d'immeubles brûlés partiellement ou entièrement

http://www.wikistrike.com/article-temoignage-la-verite-sur-la-nuit-de-violence-du-12-fevrier-en-grece-99337552.html

  .

Par Eva R-sistons - Publié dans : Rétablir la vérité ou Opinion
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Santé Economie Social Finance Crise Actualité
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Créer un Blog

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Liens

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés