Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 00:50

 

 

 

 942587-1118893

La TVA sociale chère au président des riches va s’imposer comme incontournable.

 

Je pense que la TVA sociale est une grande supercherie. Les Spins Doctors de l’Elysée, certains qu’ils sont d’avoir gagné la bataille des idées, se prennent à rêver qu’ils peuvent gagner la guerre contre le peuple et en particulier contre les plus modestes d’entre nous. Leur arrogance et leurs certitudes sont tout à fait insupportables. Ils vont oser habiller cette régression majeure comme étant une avancée sociale. Déjà le ton est donné avec l’adjectif : « Sociale ». Il vont marteler ces éléments de langage jusqu’à plus soif. On devrait pourtant être vaccinés par toutes ces transgressions, par toutes ces humiliantes appropriations, par toutes ces utilisations symboliques. Tout ce travail préalable pour nous faire accepter inconsciemment le vocabulaire de « la novlangue », tout cela dans le seul but de nous imposer une dictature pas si douce que cela.

 

Ce quinquennat humiliant et sale a démarré sur les chapeaux de roue. Souvenez-vous, entre les deux tours de la présidentielle, le locataire actuel de l’Elysée est allé au plateau des Glières, pour s’approprier avec une méprisable arrogance, les idéaux et les acquis de la Résistance qu’il avait décidé d’éliminer méthodiquement. Pour lui,  notre pays ne devait  plus être un frein à cet ultralibéralisme triomphant qu’il avait pour mission d’implanter en France. Depuis il nous a démontré la constance qu’il peut avoir pour atteindre ces objectifs libre-échangistes.

 

 La réforme des retraites, la réforme de la justice, la réforme de la santé, la réforme de l’hôpital public, et beaucoup d’autres "réformes" toutes aussi iniques, devraient nous alerter. Les exemples de saignées sont tellement nombreux que l’on ne peut les citer tous. Lorsque cet individu se met à parler de social, il faut s’attendre au pire. Il faut se préparer aux plus gros coups donnés à notre vivre ensemble! Mais tout de même, le mot réforme porte en lui-même une connotation positive, il est en général synonyme de progrès plutôt que de graves régressions.

 

Je voulais seulement attirer votre attention sur les surprises très douloureuses qui nous attendent avec une telle préparation de terrain. Lorsqu'un pilonnage médiatique tous azimuts lancés par des journaleux aux ordres et de sois disants experts qui déversent leurs certitudes, toutes empruntées auprès des lobbyistes des grandes multinationales et des grandes banques, nous écrase, à l'étape suivante on doit s’attendre à tout de la part des servants des ultrariches.

 

J’ose espérer que leur excès de confiance leur sera fatal. Certains qu'ils sont de tout emporter, ils se découvrent et prêtent le flanc par une trop grande précipitation, cela ne leur ressemble pas ! Nous pouvons donc espérer engager la bataille et convaincre le plus grand nombre sur l’inanité de leurs analyses et  de leurs solutions. En gros on peut gagner, il suffit de franchir un seuil d’audience dans la véritable information, pour que le peuple se réveille et chasse en s’ébrouant ces dangereux parasites.

"

Quant à la position qui consiste à admettre cette mesure anti sociale comme la seule possible, je ne peux pas la cautionner. C’est exactement ce qu’ils veulent que nous pensions. On peut déjà les entendre : "C’est très dur", "Ce n’est pas juste", "Ce n’est pas normal", "Mais nous avons vécu si longtemps au dessus de nos moyens !", "Il faut être raisonnable et rembourser nos dettes", "Nous n’avons pas le droit de laisser à nos enfants cette ardoise à régler !". J’arrête là cette énumération de ces fameux éléments de langage, inventés pour endormir notre vigilance et notre réactivité.

 

Mais comment peut on croire qu’il faille ruiner l’avenir de la jeunesse pour mieux la sauver. A la libération, en 1945, les Résistants ont imposé, dans une France ruinée et pillée par les traîtres, les collaborateurs et les nazis, un programme audacieux qui comportait tous les acquis sociaux que ces vautours voudraient détruire. Comment peut-on admettre qu’aujourd’hui dans la cinquième ou sixième puissance économique mondiale on ne puisse plus assurer ces avancées sociales ? La question n’est pas économique mais politique ! Il faut retrouver le chemin du collectif afin d’imposer les mesures nécessaires qui s’imposent. 

Entre autres nécessités:

Ø      Revenir sur le libre échange, supprimer l’OMC et installer à la place l’OIC prévue dans la charte de la Havane en 1947 mais jamais appliquée par refus américain. Les ultraconservateurs étaient revenus au pouvoir aux USA à la mort de F.D. Roosevelt !

Ø      Appliquer la fameuse démondialisation, en clair, il nous faut retrouver notre indépendance et refuser le joug que ces gens là proposent aux peuples.

 

 

Une certitude absolue néanmoins, il faut débarrasser le pays de ces sangsues d'ultralibéraux qui veulent piller les biens communs en toute liberté. Il nous appartient collectivement de contrer leurs rapines. Dans tous les cas la voie du peuple doit à nouveau être entendue. La droite au pouvoir aujourd'hui est au service exclusif des  ultrariches. Pour imposer cet ordre nouveau ils n'ont de cesse de monter les gens les uns contre les autres: Les chômeurs contre les gens qui ont un emploi, les salariés du privé contre ceux du public, les jeunes contre les vieux, les français de souche contre les immigrés, etc... Peu importe si au passage ils installent le communautarisme et la haine de l'autre pour mieux finaliser leur triste dessein.

 

En dernier ressort il appartiendra aux citoyens d’imposer les changements nécessaires afin de retrouver le chemin du progrès social et du progrès économique. Rappelons-nous qu’en 1936 le Front Populaire de Léon Blum n’était pas sur la route de la révolution. Si la grève générale et la protestation populaire n’avaient pas imposé les changements, les avancées sociales n’auraient sans doute pas eu lieu. En 2012  la gauche sera ce que nous en ferons collectivement. Soit on délègue et on accepte de menus ajustements, soit, conscients du tournant de l’histoire, nous imposons un changement de paradigme.

 

Je ne sais pas si nous y parviendrons. Je ne sais pas si nous aurons la force de nous défaire de cette idéologie omniprésente dans nos têtes qu’est le libre-échange avec son credo fétiche qu’est  la concurrence libre et non faussée. Mais je suis sur que si l’on ne fait rien, alors rien ne changera vraiment. Je suis assez optimiste et je veux croire cette utopie possible. Nous avons beaucoup progressé dans le détricotage de « la mondialisation heureuse ». Ils ne sont plus aussi certain de leur victoire idéologique, leur monde se fissure de toute part, mais il ne faut rien attendre de leurs média aux ordres. C’est à nous de voir nos victoires. C’est à nous de continuer à y croire. C’est à nous de continuer de faire passer d’autres informations, sur la toile, dans les réunions publiques, dans nos cercles restreints d’amis ou de famille, etc...

 

Je pense que nos avancées sont indéniables. Le rejet massif de cette politique par les français en est la principale preuve. C’est pourquoi le thème de la TVA sociale apparaît pour ce qu’il est, à savoir un impôt supplémentaire pour les plus pauvres. L’arsenal déployé pour convaincre le bon peuple semble tourner court. Il nous faut continuer à déciller les yeux de nos concitoyens. Je pense que nous pouvons imposer un débat de fond en 2012 à l’instar de celui de 2005 sur le TCE.

 

En conclusion, je crois possibles de sérieuses avancées sociales si nous nous en donnons les moyens. L’avenir nous appartient. Ne laissons pas leurs solutions s’imposer comme étant techniques et justes. Elles ne sont en fait que pures foutaises politiciennes pour endormir notre soif de justice, d’égalité, de liberté et de fraternité.

 

Ne laissons à personne la possibilité de voler notre avenir. Nous en sommes comptables devant les générations futures.

 

Lucien Pons

 

Sur ce nouveau blog de notre ami Lucien PONS,

 

: Je suis un citoyen ordinaire préoccupé par l’injustice. Je refuse l'ultralibéralisme et j'essaie de combattre la pensée unique. Je veux une société plus solidaire où les valeurs humanistes remplaceraient la concurrence et la guerre de tous contre tous Je suis enseignant et je suis choqué de voir s’installer l’école néolibérale en lieu et place de l’école républicaine. Notre modèle social est attaqué avec violence et mon but est de le défendre

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche