Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 14:50

Aucun rapport avec d’éventuels erreurs médicales. Soyez rassurés, vous êtes entre de bonnes mains!Pissed Off

Dans les années 1970-1980, les soignants étaient peu distraits de leurs tâches et se focalisaient sur leurs patients, collectant directement les informations les concernant. Aujourd'hui, des ordinateurs s'interposent en permanence entre eux.

Dans les années 1970-1980, les soignants étaient peu distraits de leurs tâches et se focalisaient sur leurs patients, collectant directement les informations les concernant. Aujourd’hui, des ordinateurs s’interposent en permanence entre eux.AFP/MARTIN BUREAU


Des chirurgiens qui téléphonent pendant leurs interventions. Des anesthésistes qui utilisent l’ordinateur du bloc opératoire pour faire du shopping sur Internet. Des infirmières et des médecins qui envoient des textos en surveillant une circulation extracorporelle ou même une intubation… A l’hôpital comme ailleurs, les smartphones, ordinateurs et autres tablettes tactiles font désormais partie du paysage. Mais leur usage compulsif dans des endroits aussi sensibles que les salles d’opération ou les unités de soins intensifs inquiète les spécialistes.


« Aussi grotesque que cela puisse paraître, le cauchemar numérique est de plus en plus une réalité dans les hôpitaux à travers le pays et le monde entier, écrit ainsi le docteur Peter Papadakos, anesthésiste à l’université de Rochester (Etats-Unis) dans une lettre parue, en novembre, dans le mensuel Anesthesiology News. Malheureusement, nous n’avons pratiquement aucune donnée concernant les conséquences de cette distraction électronique sur la productivité des professionnels de santé et leur zèle lors de tâches répétitives. »

Dans les années 1970-1980, raconte-t-il, les soignants étaient peu distraits de leurs tâches et se focalisaient sur leurs patients, collectant directement les informations les concernant. Aujourd’hui, des ordinateurs s’interposent en permanence entre eux. L’informatisation des dossiers médicaux peut apparaître comme un progrès, mais ce n’est pas parce qu’un professionnel de santé scrute un écran qu’il est en train de travailler, relève le docteur Papadakos. Et de citer une enquête menée dans des blocs opératoires à Nashville, récemment présentée au congrès de la Société américaine des anesthésistes. Plus de la moitié des infirmières et médecins anesthésistes, même s’ils se savent observés, sont ponctuellement absorbés dans des tâches qui n’ont rien à voir avec la surveillance de leurs malades, la plus populaire étant la navigation sur Internet.


« DISTRACTION ÉLECTRONIQUE »


Le New York Times, qui vient de consacrer un article à ce sujet, cite d’autres données et témoignages édifiants. Ainsi d’une étude, américaine toujours, auprès de plus de 400 perfusionnistes, les techniciens en charge des techniques de circulation extracorporelle (CEC), utilisées dans certaines opérations du coeur. Cette enquête, publiée en 2011 dans la revuePerfusion, révèle que 55 % utilisent leur téléphone portable pendant des procédures de CEC et presque autant envoient des textos ; 20 % des propriétaires de smartphone vérifient leurs courriels et 15 % vont sur Internet. Pourtant, 80 % sont conscients des risques qu’ils fontprendre à leurs patients.

Quid des chirurgiens ? A priori, il n’est pas évident, surtout dans certaines spécialités, de surferou de téléphoner pendant une intervention sanglante, et les appels sont souvent pris par une infirmière. Mais la donne est en train de changer avec l’utilisation croissante de robots chirurgicaux, où ces praticiens opèrent assis depuis une console, sans vêtements stériles ni gants… Les dangers ne sont pas que théoriques. Récemment, rapporte le New York Times, un patient paralysé après une opération s’est retourné contre son neurochirurgien. Celui-ci, équipé d’un kit mains libres, avait répondu à de nombreux appels téléphoniques personnels pendant l’intervention. Dans un autre cas au moins, cette « distraction électronique » a eu des conséquences fâcheuses. Aux Etats-Unis, un homme de 56 ans a été victime d’un grave surdosage d’anticoagulants parce que le médecin qui devait donner l’ordre de les arrêter – en envoyant un message de son smartphone – a oublié de le faire, distrait par la réception d’un SMS l’invitant à une fête.

Si ces appareils électroniques ont aussi envahi les hôpitaux français, la situation y est moins caricaturale, selon plusieurs médecins. Pour le professeur Pascal Rischmann, urologue au CHU de Toulouse, être joignable en permanence permet aux praticiens de régler plus vite des situations d’urgence. « Mais il faut un code de conduite », concède l’urologue, qui n’a été amené qu’une fois àdemander l’extinction générale des portables au bloc dans une situation difficile. Un autre chirurgien défend ses collègues anesthésistes, en rappelant que leur travail, en dehors des phases cruciales d’induction et de réveil, comporte de nombreux temps morts. « Auparavant, ils lisaient ; maintenant, ils surfent, ce n’est pas choquant », assure-t-il.

 

Source: lemonde.fr

 

Le « cauchemar numérique » hante les hôpitaux

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Santé
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche