Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 15:18

La Vérité sur le Fluor

Du fluor, il y en a partout : dentifrice, sel de table et même dans l’eau du robinet dans certains pays. Pourquoi ?

La Vérité sur le Fluor
Depuis plusieurs années, je suis engagé dans un combat contre toutes les formes de pollution! Je prône le respect des lois de la nature, l’application des méthodes préventives et curatives naturopathiques de santé, l’édification d’une société naturiste sociale, laquelle, tout en acceptant du modernisme tout ce qui ne détruit pas le milieu naturel de l’homme, soit profondément axée sur le respect intégral des lois de la nature, lesquelles sont, pour moi, les lois du Créateur. Comme tout le monde, j’ai souvent entendu parler de la fluoration des eaux. Je me suis penché sur cette question et je l’ai étudiée à fond, comme peu l’ont fait! J’en ai déduit que la fluoration chimique des eaux potables est une grave erreur scientifique, Elle représente également une fraude morale, intellectuelle et financière qui doit être énergiquement combattue. Je ne prétends pas que tous ceux qui prônent la fluoration chimique des eaux sont des fraudeurs. Je crois que la plupart sont des gens sincères, soucieux du bien public. Mais, j’estime qu’ils ont insuffisamment étudié cette question. Trop fréquemment, ils se fient aux conclusions d’organismes intéressés à plus d’un point de vue à la fluoration chimique des eaux. De plus, je crois que c’est la méconnaissance tragique des corps médicaux, dentaires et pharmaceutiques en matière de nutrition et de méthodes naturelles de santé qui leur fait endosser cette abominable combine qu’est la fluoration chimique des eaux. De nos jours, la recherche scientifique est très largement dominée par les corporations de produits chimiques, les corporations de produits pharmaceutiques et les trusts alimentaires, comme je l’ai démontré dans un de mes précédents ouvrages: La Réforme Naturiste. À ce titre, la recherche scientifique n’est d’aucune façon objective, contrairement à ce que l’on croit dans une large partie du grand public. Elle est, la plupart du temps, intéressée dans notre système de «capitalisme sauvage».

Docteur Jean-Marc Brunet.


«Une eau potable ne doit contenir ni microbes ni substances chimiques.»

Dr Marcel Chaput.


Trois principaux produits chimiques sont utilisés dans la fluoration de l’eau (pas encore en France). Ce sont :

I) le fluorure de sodium
2) le fluosilicate de sodium
3) l’acide fluosilicique.


Ces trois composés chimiques sont hautement toxiques. Ce sont de véritables poisons ! L’un d’eux, le plus employé d’ailleurs, le fluorure de sodium, a longtemps été utilisé comme poison à rats. Actuellement, on peut encore se procurer du fluorure de sodium dans les pharmacies. On le vend ainsi pour détruire les coquerelles, les fourmis et autres bestioles du genre. On mentionne bien que cette substance est extrêmement toxique. Il ne fait donc aucun doute dans l’esprit de tous et de chacun que le produit chimique utilisé dans la fluoration de l’eau est un poison. Les tenants de la fluoration, tout comme ceux qui s’y opposent, sont parfaitement d’accord sur ce point.

(…)

Il est bien évident que plus un poison est dilué, plus sa toxicité est atténuée. Néanmoins, il n’en demeure pas moins qu’un poison est toujours un poison. Qu’on nous le présente à fortes doses, il est certes plus dommageable. Mais même à petites doses, ses effets demeurent nocifs. Ceci est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’une substance que l’organisme ne parvient pas à éliminer complètement. Le fluorure de sodium est l’une de ces substances. Ses effets sont cumulatifs. Les travaux du Dr Wallace Durbin ont démontré ce fait: si petite que soit la dose de fluorure absorbée, elle n’est jamais complètement éliminée par le corps humain. Ainsi, petit à petit, ce poison s’accumule dans l’organisme.

(…)

Les travaux des Docteurs Berry et Trilwood qui ont prouvé qu’une eau contenant vingt (20) fois moins de fluorure de sodium que la dose généralement recommandée, détruit les cellules humaines. Voilà qui illustre bien qu’un poison est toujours un poison, quelle que soit sa concentration !

(…)

Il y a une trentaine d’années, certaines compagnies, dont principalement l’Aluminum Company of America, étaient aux prises avec un problème épineux.
Un des composés naturels de l’aluminium est la cryolithe. Il s’agit d’une roche qui contient à la fois de l’aluminium, du fluor et du sodium. Sa formule chimique est: Na3 AlF6 La cryolithe renferme donc dans sa molécule trois atomes de sodium, un atome d’aluminium et six atomes de fluor. Lorsqu’on veut isoler l’aluminium, on obtient un sel comme résidu, le fluorure de sodium. Il s’agit d’une substance très toxique que l’on ne rencontre pas dans la nature telle quelle. Le fluorure de sodium est donc un produit chimique artificiel. Sa très grande toxicité fait que son commerce est limité. On l’emploie dans la fabrication du poison à rats, comme agent de blanchiment, comme coagulant du caoutchouc, comme fixateur de teintures, etc. Ces débouchés du fluorure de sodium sont largement insuffisants. Des stocks considérables de ce poison s’accumulaient, d’autant plus que les autorités gouvernementales empêchaient les compagnies de déverser ce poison dans les rivières car les poissons mouraient. Ne pouvant en vendre suffisamment et ne pouvant s’en débarrasser facilement, il fallait donc trouver un autre débouché pour le fluorure de sodium. Le problème fut soumis, comme c’est la coutume dans l’industrie, à un organisme spécialisé dans la recherche de solutions.

(…)

«Pour bien comprendre le problème, il faut se reporter à la lin des années trente. Deux grandes industries américaines, celle de l’aluminium et celle des engrais chimiques, étaient alors aux prises avec deux de leurs sous produits, le fluorure de sodium et le fluorosilicate de sodium. Leur problème consistait à se débarrasser de ces sous produits si toxiques et si corrosifs: savoir comment en disposer était devenu un problème sérieux et dispendieux. La seule utilisation qu’on avait pu leur trouver avait été comme poison à rats et comme insecticide. Mais ces substances sont tellement corrosives qu’elles peuvent complètement traverser une plaque d’acier d’un quart de pouce d’épaisseur en quelques minutes. L’industrie agricole enregistrait de grands dommages infligés au bétail et aux récoltes par les effets pernicieux des insecticides à base de fluorure de sodium. En tout, quelque 45 industries avaient à faire face aux problèmes d’élimination du fluorure de sodium comme celles qui produisent la brique, l’acier, l’huile, la tuile, la céramique, plusieurs installations de l’Atomic Energy Commission, etc. Aussi en 1939, l’Université de Pittsburgh aux U.S.A. qui recevait des dons substantiels de l’Alcoa (Aluminum Company of America) chargea le Dr G. J. Cox de trouver une utilisation aux sous produits fluorés de l’industrie de l’aluminium. Ce dernier suggéra de fluorer l’eau potable pour prévenir la carie dentaire chez les enfants.

(…)

Après 4 ans, les statistiques prouvaient que la fluoration causait 50% plus de troubles dentaires que la non fluoration. Et comme si ce n’était pas suffisant, à peu près à la même époque, le Département de Santé de la Ville de Newburgh publiait son rapport annuel qui enregistrait une hausse de 50% dans le nombre des maladies cardiaques et autres maladies des organes à tissu mou. Les tenants de la fluoration étaient complètement confondus.

(…)

Dans leurs efforts pour promouvoir la fluoration, les fluorationnistes utilisent toutes les armes. Le mensonge fait partie de leur arsenal.

(…)

Le fluorure de sodium est-il un produit naturel ? «Non. Il y a des endroits (comme, par exemple, Stratford, Ont.) où l’on trouve du fluorure dans l’eau. Mais les fluorures trouvés dans la nature sont généralement des fluorures de calcium organique combinés avec d’autres éléments naturels qui absorbent et neutralisent les effets toxiques du fluor, et peuvent être assimilés par le corps humain; alors que l’eau artificiellement FLUORÉE est traitée au FLUORURE DE SODIUM, qui est inorganique et est 85 fois plus toxique que le fluorure naturel. Le fluor pur, aussi toxique que l’arsenic, appelé depuis des siècles «le chat sauvage de la chimie», cherche surtout à se combiner au calcium et au phosphore, ce qui le rend toujours dangereux pour le système osseux (calcium) et pour le système nerveux (phosphore).

Docteur Jean-Marc Brunet.


Vous aurez compris l’Horrible Complot des Industries pour se débarrasser d’un déchet Toxique… Un déchet devenu rentable !

Pour aller plus Loin voici un Lien pour lire en Urgence le Livre en entier (fichier PDF), je vous rassure il contient seulement 36 pages :

http://presselibreinternationale.com/fluor/_PDF/dossier_fluor_jmbrunet.pdf


… Il faut transmettre le Savoir et la Vérité…
… La Vérité finit toujours par se Savoir…


DJAMELITO 
http://www.alterinfo.net/La-Verite-sur-le-Fluor_a50267.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Santé
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche