Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 02:18

 

 

On connaissait Alexandre Gabriac, candidat aux dernières cantonales à Grenoble photographié ci-contre (personnage de droite) devant un drapeau nazi, posant fièrement un coup de poing américain dans une main et faisant le salut hitlérien de l’autre bras. Le même qu’implique le site anti-fasciste Réflexes : « Sur un site espagnol d’extrême droite, Infonacional.com, on peut voir Alexandre Gabriac, l’un des soutiens inconditionnels de Bruno Gollnisch au sein du FN, participer en tant que membre de L’Œuvre Française (OF) à une manifestation pro-franquiste en Espagne en 2008 et tendre le bras droit lors du repas qui suivit l’évènement. Il portait alors la tenue réglementaire de l’organisation de Pierre Sidos. » L’amusant plaisantin avait hurlé à l’ « odieuse machination »… Mais la cheffe entend prétendre que le FN est un parti comme les autres, alors il faut faire un exemple : « Marine Le Pen, présidente du Front national, a décidé cette semaine d’exclure du parti Alexandre Gabriac, 21 ans, élu au Conseil régional de Rhône-Alpes », annonce 20 minutes. Un « nettoyage » plus qu’indispensable : pouvait-on imaginer le contraire ? Surtout que la blonde virago elle-même a été photographiée en fâcheuse compagnie, cliché publié par Les Inrocks. Remarquez le logo sur le tee-shirt de gauche : à la place de la marque fétiche des skinheads, Lonsdale, Lonsdape, de façon à faire apparaître les lettres NSDAP, Nationalsozialistische deutsche Arbeiterpartei, le parti nazi d’Hitler. Et sur le tee-shirt de l’autre voisin de la Le Pen, une croix gammée derrière une tête de mort. Embarrassant. Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l’extrême droite française, analyse ainsi le cliché : « Quand on dit faire la chasse aux extrémistes depuis toujours, ce qui, semble-t-il, est son cas, on évite de prendre la pose avec deux personnes dont l’allure, dans ce contexte, est sans équivoque. Ce n’est pas une photo prise dans l’action, elle a nécessairement été précédée d’une demande. » Le Pen se défend : elle « réaffirme aux Inrocks que des néonazis qui s’incrustent dans les événements du FN, « il y en a toujours eu, mais ce sont des marginaux. » Voire. Ça a tout de même tendance à pulluler, du côté du FN. Dans notre article Le FN, un « parti comme les autres » ? Jawohl mein Führer !, nous vous parlions aussi de Edouard de Brisoult, candidat aux cantonales à Rillieux-la-Pape, près de Lyon, qui « semble lui aussi avoir un goût pour l’univers nazi, écrit Le Monde. Sur son compte Facebook, on trouve par exemple une photo de soldats SS signalée par le blogueur Al-Kanz. Ainsi qu’une série d’images de l’Œuvre française, le groupe pétainiste et antisémite qui organisait la réunion au cours de laquelle une des deux photos de salut d’Alexandre Gabriac a été prise. » Et puis il y a encore Jean-Baptiste Cordier, 21 ans, candidat FN du canton de Soulaines, dans l’Aube, qui « apparaît sur deux photos en compagnie de crânes rasés. Sur l’une d’elles, quelques uns de ses coreligionnaires effectuent tout sourire des saluts nazis », comme le révèle à nouveau le magazine Les Inrocks. Ça ne ferait pas un peu beaucoup pour un parti « respectable », qu’on n’est pas censé « diaboliser » ? Alors Le Pen bannit les skins du défilé du 1er mai frontiste. Et coupe la tête, bien trop voyante, de Gabriac. Mais la preuve qu’elle aura décidément fort à faire pour respectabiliser le FN : sa décision d’exclure l’homme qui salue Hitler est contestée en interne ! Et pas par n’importe qui. Gollnisch d’abord, dont on a vu que Gabriac est un proche et qui pratique la dénégation pure et dure (« A l’heure actuelle, on peut tout faire avec des photos », tente-t-il) et… Jean-Marie Le Pen lui-même ! « Le président d’honneur du Front national estime que la réaction de sa fille est précipitée et qu’elle « peut faire appel de sa propre décision », rapporte Le Post. « La présidente qui se trouve à l’extérieur de l’Europe pour l’instant devra peut-être réétudier la question avec le rapport de la commission (des conflits du FN) qu’elle ne connaît pas », a déclaré Jean-Marie Le Pen, invité du Blog Politique sur LCI.  » Le Figaro livre l’explication : « Gabriac avait été convoqué mardi devant la commission des conflits du parti, dont fait partie Jean-Marie Le Pen, et cette instance avait préconisé un blâme. Mais la présidente du FN, qui se trouvait en vacances en Thaïlande, a décidé de l’exclure, comme elle l’avait laissé entendre dès le début de l’affaire, fin mars. » Voilà donc où en est aujourd’hui ce parti censément « comme les autres » : sa commission des conflits préconise un simple blâme à l’encontre d’un individu photographié à deux reprises faisant le salut nazi, fièrement devant l’objectif, sans aucune espèce de possibilité de trucage comme le confirme L’Obs.com. @rrêt sur images a même retrouvé de lui deux autres photos compromettantes, dont une fait curieusement apparaître une écharpe du Kop of Boulogne, ramassis de nazillons qui déshonorent le club dont ils se prétendent supporter, le PSG, publiée par le site du quotidien régional Le Dauphiné. Ce type passe sa vie à se faire photographier faisant « Sieg heil ! » et il ne mériterait qu’un simple blâme ? La seule conclusion objective est la suivante : le FN demeure un parti de fascistes.

http://www.plumedepresse.net

 

http://www.plumedepresse.net

 

http://www.alterinfo.net/Le-FN-parti-de-fascistes_a58016.html

 

 

_________________________________________________________________________________________

 

 

 

Chevènement: "Sur l’immigration, ce que fait Nicolas Sarkozy ne sert à rien"

 


Chevènement: "Sur l’immigration, ce que fait Nicolas Sarkozy ne sert à rien"
Paris Match. Y a-t-il en France un réel “problème” de l’immigration ou bien les immigrés sont-ils les boucs émissaires de la crise?
Jean-Pierre Chevènement:
L’immigration tient principalement à un déséquilibre démographique et aux inégalités de richesses. Notre société souffre : chômage de masse, précarité, paupérisation, dégradation du pouvoir d’achat. On stigmatise l’immigré, mais tous ces phénomènes ont une cause principale, les dérèglements du capitalisme financier. Le problème de l’immigration, c’est celui de la concentration de familles d’origine immigrée dans certains quartiers. Elle exacerbe les tensions identitaires et ralentit le processus d’intégration. Mais de génération en génération, celle-ci progresse. Et il est ridicule de faire des immigrés la source de tous les maux alors qu’ils effectuent des tâches dont beaucoup de Français autochtones ne veulent plus. Je rappelle que chaque année, 500 000 emplois ne trouvent pas preneurs !


Fermer temporairement l’espace Schengen, est-ce une solution adaptée à l’afflux de migrants?
Je préférerais qu’on garde à Strasbourg les fichiers informatisés Schengen que l’on va déménager en Estonie.

L’immigration cristallise le débat politique en tout cas…
C’est pour éviter l’amalgame que j’avais créé la loi dite Réséda du 11 mai 1998, énonçant des principes fermes et justes sur le séjour des étrangers. Or, ­depuis que Nicolas Sarkozy est aux ­manettes, il ne se passe pas une session parlementaire sans qu’un nouveau projet de loi soit à l’examen. Tout cela ne sert à rien : le nombre de cartes de séjour a ­augmenté de 80 % par rapport à 2000 – 200 000 contre 114 000. On ferait mieux de créer des emplois, de casser les ghettos urbains, de mettre l’accent sur l’apprentissage du français et d’affirmer des valeurs – laïcité, égalité homme/femme, respect des lois de la République.


N’est-ce pas ce que préconisent tous les gouvernements depuis vingt ans?
Vous oubliez qu’on a depuis trente ans 2 à 3 millions de chômeurs avec une politique de la monnaie forte qui épuise le tissu industriel. A chaque fois que l’euro prend dix centimes par rapport au dollar, EADS perd 1 milliard à l’exportation et c’est pareil pour l’automobile ou l’agroalimentaire. Résultat : la production industrielle ne représente plus que 13 % de la valeur ajoutée, contre 30 % en 1982. Le capitalisme ­financier provoque l’exode de l’épargne et pousse nos multinationales à faire leurs chiffres d’affaires, leurs bénéfices et leurs investissements à l’étranger.

La faute à l’euro donc… Voulez-vous en sortir, comme le FN?
Non. Mais il faut changer les règles du jeu. Revoir les statuts de la Banque centrale européenne pour qu’elle ne se ­limite pas à contenir l’inflation mais qu’elle favorise la croissance. Et renoncer à ce pacte de régression qu’est le pacte de compétitivité prôné par Sarkozy et Merkel. La crise de l’euro est due en grande partie à la déflation salariale allemande. Le choix de l’euro a été une monumentale erreur mais les élites françaises l’ont commise ensemble, de droite et de gauche : elles ne s’en excuseront pas.

Ajouterez-vous votre candidature à celles qui font redouter un “21 avril?
Je me présenterai pour faire bouger les lignes, si aucun des candidats socialistes ne fait la différence en précisant ses vues sur l’Europe, l’euro et le statut de la Banque centrale européenne. Pour l’instant, je ne vois pas ce qui les distingue. Leur projet n’est pas de réindustrialiser la France, mais de poursuivre l’intégration politique sur un modèle néolibéral. Les Français ont droit à un véritable débat et à l’exposé de solutions alternatives et ils appréhenderont mieux mon discours que celui d’une Marine Le Pen, qui n’a aucune chance au second tour. Je ne change rien aux thèses que je développais en 2002 : ce ne sont pas les marchés financiers mais les nations et les peuples qui font l’Histoire.

Propos recueillis par Sylvie Santini - Paris Match

Source : Paris Match

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche