Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 07:51

Alors que le Front national (FN) se réunit en congrès les 15 et 16 janvier et que les partis d'extrême droite progressent partout en Europe, nous, citoyens engagés en politiques, nous n'oublierons pas.

 

 

Les-Assises-contre-l-islamisation-etaien

Les "Assises contre l'islamisation" étaient organisées par le mouvement d’extrême droit Bloc identitaire. © MAX PPP

 

http://www.europe1.fr/Politique/Assises-contre-l-islamisation-les-anti-dans-la-rue-343745/

 


35633931636436653463323635376330?&_RM_EM

Nous n'oublierons pas que l'extrémisme, s'il tente de changer de visage, porte toujours les mêmes idées nauséabondes.

Suède, Hongrie, Pays Bas, Autriche, Italie, Danemark, la plupart des mouvements populistes européens connaissent une progression. Là où l'extrême droite ne progresse pas dans les urnes, elle trouble le débat en imposant ses thèmes. A chaque fois elle utilise les mêmes recettes, peur de l'autre, islamisation, stigmatisation des minorités. Le lifting que va opérer l'extrême droite française n'y changera rien.

Le Front national sera toujours ce parti qui stigmatise et effraie puisque pour lui "demain les immigrés s'installeront chez vous, mangeront votre soupe et coucheront avec votre femme, votre fille ou votre fils" disait Jean-Maris Le Pen le 14 février 1984. La nouvelle figure du FN paraîtra sans doute plus avenante, moins brutale.

Changement d'époque, changement de ton. Il ne faut pas s'y tromper, la fille n'a rien renié du père. Elle ne s'est jamais éloignée de la ligne du parti. Tactiquement elle a recentré son discours sur les musulmans de France. Comparant le 10 décembre à Lyon leur présence à l'occupation, elle ne se distingue pas de la ligne du FN sur le plan de l'identité et de l'islam. L'extrême droite n'accepte toujours pas qu'on puisse devenir Français par une démarche volontaire.

Alors que la Hongrie prend la présidence de l'Union eropéenne, l'extrême droite (Jobbik) est devenue la troisième force politique du pays (16,7 %). La crise économique qui touche l'Europe ne peut nous servir de paravent. L'absence de projet européen clair et partagé a décuplé l'angoisse des peuples européens. Alors que l'Europe devait protéger et amortir elle a inquiété et alarmé. La gauche, dans toutes ses sensibilités, à toujours eu une réflexion sur l'Europe. L'idée européenne doit de nouveau être au cœur du débat politique.

Nous n'oublierons pas que, derrière son chef de file, la droite joue avec le feu.

Surfant sur les peurs et les angoisses, la droite n'a pas cherché à apporter des réponses. Elle a dévié le vote sans rassurer ni combattre. Par ce jeu dangereux elle a facilité la monté de l'extrémisme et banalisé son action. Jamais le repli identitaire et la méfiance envers les autres n'aura été autant encouragé par un président de la République. Peur de l'avenir, peur de l'autre, peur de l'étranger…

La montée de l'extrême droite française est plus qu'une erreur de stratégie électorale de la droite, c'est une faute de son leader. Bien sûr Nicolas Sarkozy n'a jamais prôné des alliances directes avec le Front national. Mais il a brouillé les cartes, perverti les messages. Reprenant des propositions de l'extrême droite, flattant son électorat, Nicolas Sarkozy a joué au pompier pyromane sans aucune gêne : "Pourquoi chercherais-je l'électorat du Front National ? Je l'ai déjà", a-t-il annoncé le 30 juin 2005 lors d'un déplacement dans le Cantal. Il a développé sans complexe les thèmes portés par Jean-Marie Le Pen pour les traduire en actes, d'abord comme ministre de l'intérieur puis comme président. Immigration, stigmatisation des jeunes de banlieue, dénonciation de l'étranger… Pour le Front national, explique Jean-Marie Le Pen le 13 novembre 2005, "ce que dit Monsieur Sarkozy conduit les gens à penser que Le Pen avait raison".

En chassant sur les terres frontistes, Nicolas Sarkozy a oublié ce qu'il avait lui-même déclaré au Journal du Dimanche en décembre 1997 : "Dans une démocratie, quand la droite n'est pas clairement identifiable, l'extrême droite prospère".

Nous n'oublierons pas que c'est par la politique que nous vaincrons la montée des extrêmes.

Certains spécialistes es résultats électoraux pointent parfois l'absence visible des partis d'extrême droite dans une majorité de pays d'Europe occidentale, revendiquant, à titre d'illustration, des scores électoraux de ces formations politiques relatifs en Angleterre ou Allemagne. Faut-il rappeler les affiches islamophobes suisses de l'Union démocratique du centre (UDC) reprises en France par le FN, les slogans xénophobes hongrois du Jobbik, les déclarations racistes de membres du gouvernement italien, les publicités ultranationalistes néerlandaises du Parti pour la liberté (PVV) ou le jeu vidéo autrichien du Parti autrichien de la liberté (FPÖ) de destruction de minarets, pour comprendre que les populistes s'installent durablement dans les consciences ?

Faut-il de nouveaux 21 avril pour ouvrir les yeux et réaliser que l'extrémisme, loin d'être secondaire sur les scènes nationales, est aujourd'hui un de leurs moteurs ? Nous ne nous résignerons pas à attendre les échéances électorales pour comprendre que germent, ici et là, les graines de rhéteurs fanatiques. L'attentisme d'aujourd'hui est la responsabilité de demain.

Tant que la politique paraît impuissante à défendre les intérêts des peuples qu'elle représente elle entretient la peur et le repli sur soi. Trop longtemps la gauche s'est exonérée de la question nationale. Perverti par la droite et tendu comme un piège, ce thème a été exagérément absent de nos réflexions. Sans parole sur ce qui fonde notre solidarité et permet la cohésion de notre communauté politique nous avons laissé se développer un discours identitaire, fermé et menaçant. Nous ne pouvons plus longtemps esquiver, il nous faut combattre. A nous de porter une vision différente. De redéfinir un projet national et européen.

 

 


Eléonore de La Varde, présidente de RéSo (Réformistes & Solidaires) ;

Noe Pflieger, secrétaire fédéral des Jeunes Verts ;

Sandra-Elise Reviriego, présidente des Jeunes Radicaux de gauche ;

Laurianne Deniaud, présidente du Mouvement des Jeunes Socialistes.

Eléonore de La Varde, Noe Pflieger, Sandra-Elise Reviriego, Laurianne Deniaud


http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/14/le-lifting-du-front-national-ne-changera-rien_1465446_3232.html

edfrance2010_0101.jpg

 

Panorama du Front national et de ses dissidents-concurrents


L'extrême droite française de plus en plus atomisée

 
Le Front national de Jean-Marie Le Pen incarne depuis près de 30 ans l'extrême droite en France... et en Europe. Actuellement affaibli, il pourrait cependant reprendre de l'aplomb aux prochaines élections régionales françaises, en mars prochain. Crédité aujourd'hui d’un score de 8 à 9 %, le FN y jouera en partie son avenir. Dans son ombre, des dissidents - désormais concurrents - espèrent se faire une place dans le paysage politique français, à l’occasion de l’inévitable recomposition de «la mouvance» lorsque Jean-Marie Le Pen passera la main.

Voici un état des lieux de l'extrême droite française, divisée en trois courants structurels : ceux de la droite nationaliste frontiste, de la droite nationale et identitaire anti-FN et des identitaires régionalistes.

Une radioscopie réalisée par Jean-Yves Camus, avec Manuel Abramowicz.

 

 

Pour consulter en détail ce panorama réalisé par RésistanceS.be cliq.jpg © RésistanceS.be 02/2010


LES ELECTIONS REGIONALES auront lieu, en France, les 14 et 21 mars prochain. Cette échéance est capitale pour le Front national (FN) de Jean-Marie Le Pen, qui avait obtenu lors du scrutin similaire précédent, en 2004, 156 élus, avec 14,7 % des voix au premier tour et 12,38 % au second tour. Outre qu’elles constituent une base pour le versement par l’Etat de la dotation financière aux partis politiques, et que le FN est depuis 2007 dans une mauvaise passe financière, les élections régionales permettent de mesurer l’audience du parti dans différents contextes locaux, et donnent aux élus la possibilité de faire entendre la voix de leur parti dans les assemblées. Sans compter les moyens matériels que celles-ci mettent à la disposition des groupes politiques constitués en leur sein.

Défait en 2007 et en 2008 par l’UMP et Nicolas Sarkozy, le FN compte sur ce scrutin pour démontrer que ceux des électeurs d’extrême droite qui l’avaient abandonné aux élections présidentielles, pour soutenir l’actuel président français, sont en train de reconsidérer leur choix et de revenir au bercail.

Mais le FN, sur son propre terrain politique, devra encore faire face à des listes concurrentes conduites par des anciens de ses dirigeants passés en dissidence. Cette présence concurrentielle pourra réduire les chances du Front national de se retrouver au second tour des régionales en Basse-Normandie, en Haute-Normandie et dans la région du Centre. D’autre part, ces élections se déroulent alors que la question de la succession de Jean-Marie Le Pen à la présidence du FN entre dans sa dernière phase : Le Pen a indiqué qu’il comptait «passer la main» lors du prochain congrès du mouvement, qui aura lieu entre l’automne 2010 et le printemps 2011, et s’il apparaît acquis que sa fille, Marine Le Pen, lui succèdera, la question est de savoir dans quel état elle récupérera le parti, cofondé en 1972 par son père.

Pour toutes ces raisons, il nous a paru important d’avoir une vision panoramique de la droite nationaliste française au début 2010. Nous avons choisi d’en identifier trois courants structurels, en sachant que les frontières ainsi définies ne sont ni absolues, ni immuables, surtout dans l’optique de l’inévitable recomposition de l’extrême droite française après la retraite politique de Jean-Marie Le Pen.


1er courant : Droite nationaliste frontiste

edfr2010_02.jpg

flche.jpg Ce courant est le plus important et le plus représentatif - au niveau électoral - de l'extrême droite française. Il est conduit par le Front national et les mouvements politiques qui le soutiennent actuellement de l’extérieur.


Front national (FN)
Le FN est mal en point à l'heure actuelle : ses derniers échecs électoraux l'ont conduit à une crise financière qui le fragilise de façon importante sur le plan de son organisation et de sa présence dans le paysage politique. Depuis l'élection présidentielle de 2007, les zizanies en interne se sont multipliées. L'annonce du départ à la retraite de son président-fondateur et leader charismatique, Jean-Marie Le Pen, est également à la source de ses dysfonctionnements et de sa faiblesse actuelle. Deux courants internes se disputent le leadership du parti :

- celui conduit par sa vice-présidente Marine Le Pen, que l'on peut qualifier de «courant moderniste».
- et celui de Bruno Gollnisch, son autre vice-président, que l'on identifiera comme étant le «courant conservateur».

Pour l'heure, les tensions entre frontistes sont mises entre parenthèses., le temps des élections régionales. Qui pourraient être favorables au FN. Dans un sondage, réalisé par TNS-Sofres/Logica pour Le Monde, France 2, France 3 et France Inter, le parti lepéniste est crédité de 8,5 % des voix. La formation frontiste présente des listes dans toutes les régions métropolitaines.


Convergences nationales (CN)
L'objectif affiché de ce cercle politique est le «rassemblement et le renouveau de la droite nationale», aujourd'hui autour du Front national. Il a été réactivé, en octobre 2008, par une dizaine de membres dissidents et exclus du Bureau national du Mouvement national républicain (MNR), la scission frontiste de 1999. CN est conduit par Nicolas Bay, le jeune secrétaire général du MNR jusqu'à son exclusion de celui-ci, en septembre 2008. Pour les prochaines régionales, Nicolas Bay conduira la liste du Front national en Haute-Normandie. Le président de Convergences nationales est proche du courant frontiste mené par Marine Le Pen. CN est constitué de 13 comités locaux et aurait plus de 700 affiliés.

 

edfr2010_03.jpg
Nicolas Bay, tête de liste du Front national aujourd'hui (affiche de gauche) était l'un des chefs de file aux élections régionales de 2004 du Mouvement national républicain, dissidence frontiste apparue en 1999 (affiche de droite) – Doc. Archives RésistanceS.be

 
Parti populiste (PP)
Formation politique groupusculaire fondée en 2005 par des membres dissidents de la direction du MNR. La plupart d'entre eux provenaient auparavant du FN et avaient participé en 1998 à la création du Mouvement national républicain. Le PP apporte désormais son soutien politique au Front national. Lors des élections municipales de 2008, dans certaines communes, le Parti populiste s'était déjà présenté sur des «listes de rassemblement» avec le FN. Le directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen pour le scrutin régional de 2010, Frédéric Bocccaletti, vient du Parti populiste. Le PP est proche du courant frontiste de Bruno Gollnisch.


L'Œuvre française (OF) / «Jeune Nation»
Ce mouvement est présidé par Pierre Sidos, depuis sa fondation en 1968. Son dirigeant à Lyon, Yvan Benedetti, est vice-président de la Fédération du Rhône du FN et l'un de ses conseillers municipaux, à Vénissieux. Il publie le journal «Jeune Nation». Orientation : néofasciste. L'OF est issue du nationalisme français, maurrassien et national-catholique... Elle est très proche de Bruno Gollnisch. Ce dernier participe à ses manifestations, tout comme le négationniste Vincent Reynouard et le cercle des Amis de Léon Degrelle.


Réseau France nationaliste / Front nationaliste
Petit réseau de liaison de nationalistes français purs et durs, il a adhéré à l'occasion de la Présidentielle de 2007 à l’«Union des patriotes» pour soutenir la candidature de Jean-Marie Le Pen. Il est conduit par Thierry Maillard (ex-Œuvre française, MNR et Unité radicale), actuellement responsable du Front national à Reims. Comme l’OF (dont Maillard fut un des dirigeants durant plusieurs années), le réseau France nationaliste / Front nationaliste prend pour modèles politiques plusieurs dirigeants et mouvements historiques de l'extrême droite française, comme le Francisme de Marcel Bucard et Robert Brasillach, par exemple.


edfr2010_04.jpg
Le Front national rassemble toujours les radicaux de l'extrême droite, comme Thierry Maillard, dirigeant frontiste local et du réseau France nationaliste, petit mouvement adepte de la croix celtique néofasciste (affiche de droite)– Doc. Archives RésistanceS.be

 
Voxnr - Les Nôtres (ex-Réseau radical)
Cette association est dirigée par Christian Bouchet. Elle regroupe les radicaux venant du mouvement Unité radicale (1998-2002). Bouchet figure en deuxième position sur la liste du Front national aux régionales dans son département de Loire-Atlantique. Il est directement lié au courant frontiste de Marine Le Pen. Orientation : nationaliste-révolutionnaire.

Ligue nationaliste
Son nom officiel : Ligue nationaliste patriote, française, régionaliste, catholique. Fondée en 1984, elle n'est implantée que dans le Calvados. Malgré des soutiens locaux et une médiatisation de ses actions dans le quotidien régional, cette ligue reste groupusculaire. Elle est proche de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, des intégristes lefebvristes opposés aux orientations religieuses de l'Église catholique depuis Vatican II. A plusieurs reprises, cette ligue d'extrême droite s'est présentée aux élections. L'insuccès fut à chaque fois aux rendez-vous, avec des scores oscillant entre 0,01 % et 0,12 %. Dans «Rivarol», hebdomadaire pro-«révisionniste» et pilier médiatique de la droite nationaliste plurielle, à la veille des élections régionales 2010, la Ligue nationaliste a lancé un appel à voter pour le Front national de Jean-Marie Le Pen. Plusieurs de ses membres figurent sur des listes électorales du FN. C'est le cas de Guy Guerrin (°1935), son président-fondateur, présent en dix-huitième place sur la liste frontiste déposée dans le Calvados.


Médias pro-FN
Il existe un média faisant la liaison entre les composantes de cette mouvance qui soutient officiellement le Front national : «Nations Presse Info». Son responsable est Jacques Vassieux, secrétaire départemental du Front national en Savoie et sa tête de liste dans ce département pour les élections régionales de 2010. La version papier de ce média, «Nations Presse Magazine», a été lancée en décembre 2009 (n°0).

Les groupes et individualités soutenant Bruno Gollnisch font écho de leurs activités dans l’hebdomadaire «Rivarol» ,focalisé plus encore qu’auparavant (si tant est que cela soit possible !) sur ce qui concerne les juifs et Israël et de plus en plus «fossilisé» dans la défense et l’illustration des courants les plus passéistes, négationnistes compris.



2e courant : Droite nationale et identitaire anti-FN


edfr2010_05.jpg


flche.jpg Ce courant est constitué par des partis et mouvements qui sont presque tous des anciennes scissions du FN, dirigées par d'anciens responsables frontistes et qui s’en distinguent sur des points souvent mineurs, ainsi que par des contentieux personnels avec Jean-Marie Le Pen. Ils se réclament d’une démarche de «rénovation» ou de «refondation» qui laisse ouverte, une fois Le Pen parti en retraite politique, la possibilité de recompositions, selon eux.


Parti de la France (PDF)
Le PDF a officiellement été fondé en février 2009 autour de Carl Lang, député européen et ex-vice-président du Front national qui en fut exclu en 2008 pour avoir remis en cause sa stratégie politique visant à installer Marine Le Pen à la présidence du parti. La direction du Parti de la France rassemble des dirigeants historiques, d'ex-responsables locaux et des conseillers régionaux du FN qui l'avaient quitté ou en furent exclus durant l'année 2008 et 2009 : Fernand Le Rachinel (député européen, principal bailleur de fonds frontiste, il est également membre de la direction du Mouvement normand), Bernard Antony (dirigeant des nationaux-catholiques ex-FN), Martine Lehideux (fondatrice en 1985 du Cercle national des femmes d'Europe, structure féminine frontiste, conseillère régionale siégeant depuis janvier 2009 sous la bannière du Groupe des nationaux et indépendants au Conseil Régional de l'Ile de France), Martial Bild (ancien directeur national du Front national de la jeunesse), Pierre Descaves (président de France Résistance et du groupe Patrie et Liberté au Conseil régional de Picardie), Jean Verdon (dirigeant du groupe France Nouvelle au Conseil régional de la région du Centre), Bernard Touchagues (président du groupe des Nationaux pour l'Identité normande au Conseil régional de Haute-Normandie )... Le Parti de la France sera aussi rallié par des transfuges ne provenant pas directement de l'extrême droite, comme Emmanuel Delhoume, alors secrétaire national à la culture du Parti chrétien démocrate (anciennement Forum des républicains sociaux) de Christine Boutin, exclu par celle-ci pour avoir refusé l'«inféodation» de cette petite formation à l'UMP sarkozyste. Juste avant son arrivée au PDF, Delhoume était brièvement passé par le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers.

A l'occasion des régionales de 2010, le président du PDF, Carl Lang, a délaissé la région du Nord pour revenir dans sa Normandie d'origine. Son parti possède pour particularité de comprendre une importante aile catholique traditionaliste du fait de la présence en son sein de Bernard Antony (dirigeant de Chrétienté-Solidarité, du Centre Henri et André Charlier et de l'Agrif), de Michel Hubault (vice-président du Centre Charlier de 1998 à 2002, délégué de l'Agrif dans la région Centre) et d'autres nationaux-catholiques, d’où notamment une position clairement «pro-vie» et l’accusation, formulée à l’ultra droite, de prosionisme (à leur sujet, lire dans notre dossier notre article : «Pas de courants pour les nationaux-catholiques ?»). Pour les élections régionales, le PDF a conclu des alliances électorales avec la Nouvelle droite populaire (NDP), le Mouvement national républicain (MNR) et d'autres adversaires nationalistes et identitaires du parti de Jean-Marie Le Pen. Avec ses alliés, il présente des listes en Haute et Basse-Normandie, dans le Centre, en Lorraine, en Picardie et en Franche-Comté. Sa première expérience électorale, au scrutin européen de l'année passée, s'était soldée par un cuisant échec. Dans la région du Nord-Pas de Calais, sa liste conduite par Carl Lang en personne avait récolté à peine un peu plus de un pourcent. Celle du FN, tirée par Marine Le Pen, avoisinait les 11 %. En mars, le Parti de la France devrait logiquement être définitivement marginalisé aux régionales en perdant ses mandataires actuels, élus en 2004 sous l’étiquette du Front national.


edfr2010_06.jpg
Les leaders du Vlaams Belang (VB) Filip Dewinter, à la tribune d'un meeting de la Nouvelle droite populaire, en novembre 2008 (photo de gauche), et Franck Vanhecke, lors du congrès de fondation du Parti de la France, en novembre 2009. Le parti d'extrême droite flamand de Belgique était auparavant l'allié du Front national de Jean-Marie Le Pen. Désormais, le VB apporte son soutien à ses dissidents – Doc. Archives RésistanceS.be

 
Nouvelle droite populaire (NDP) / «Synthèse nationale»
Le délégué général de ce mouvement politique est Robert Spieler, ancien député du Front national et fondateur en 1989 du mouvement régionaliste Alsace d'abord. La Nouvelle droite populaire a été créée en juin 2008. Elle se définit comme étant «la force de rassemblement de la droite nationale et identitaire». Elle se distingue du FN par sa focalisation contre l’Islam, sa défense des identités régionales et sa volonté de «construction d’une Europe politique indépendante et puissante, fidèle à ses racines helléniques, celtiques et chrétiennes». Aux prochaines régionales, la NDP y sera présente via des listes communes scellées avec le Parti de la France et le MNR, notamment sous l’intitulé «Non aux minarets». Pierre Vial, le dirigeant fondateur de Terre & Peuple (voir plus loin), est membre de la direction de la NDP.

A la base de ce mouvement national et identitaire, se trouve «Synthèse nationale». Apparue en 2006, cette publication est depuis réalisée par des dirigeants de la NDP. Son rédacteur en chef est Roland Hélie. Membres de longue date de l'extrême droite, Hélie et d'autres responsables de la NDP sont passés, à plusieurs reprises, au Front national lépeniste, mais également par deux de ses dissidences, le Parti des forces nouvelles (PFN) et les comités Espace nouveau (transformés ensuite en Mouvement d'initiatives nationales puis en Alliance populaire et pour finir en Parti national républicain). Ils sont encore connus pour leur nostalgie d'Ordre nouveau, le mouvement fondateur en 1972 du Front national.


Mouvement national républicain (MNR)
Désormais dirigé par Annick Martin, la micro-formation fondée en 1999 par Bruno Mégret (qui s'est officiellement mis en réserve de la politique en 2008) est en fin de vie et devrait perdre tous ses élus régionaux. Si le MNR soutient une alliance électorale avec les autres dissidences frontistes, plusieurs de ses anciens responsables et dirigeants-fondateurs ont depuis lors rejoint la mouvance du Front national. Il s'agit essentiellement des membres du cercle Convergences nationales de Nicolas Bay, ex-secrétaire général du MNR.


Terre et Peuple (T&P)
Ce mouvement de «résistance identitaire européenne», depuis sa fondation en 1994, continue fidèlement son combat sur sa ligne «völkisch», donc païenne, nationale-européenne et racialiste, en publiant une revue du même nom. T&P est constitué de plusieurs bannières actives dans plusieurs régions de France, mais aussi en Belgique, en Espagne et au Portugal. Ce mouvement racialiste est encore lié à «Réfléchir & Agir», une publication défendant les principes du racisme biologique, jadis théorisé par le Nouvel ordre européen (NOE), un mouvement international néonazi. Le dirigeant-fondateur de Terre & Peuple, Pierre Vial, est un ancien cadre du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE), et fut responsable lyonnais du Front national et cofondateur en 1999 du MNR de Bruno Mégret. Le mouvement T&P a appelé ses militants à voter aux élections européennes de juin 2009 pour le Parti de la France de Carl Lang. Pierre Vial siège également, depuis avril 2009, à la direction de la Nouvelle droite populaire.


Maison de la Vie et des Libertés (MVL)
Mouvement politique mis sur pied en 2008 par Jean-Claude Martinez, professeur agrégé de droit et alors député européen du Front national. Venant du Rassemblement pour la République (RPR), Martinez adhère en 1985 au FN. Très vite, il grimpe ses échelons : député national de 1986 à 1988, député européen de 1989 à 2009, conseiller régional du Languedoc-Roussillon, «ministre de l'économie et des finances» dans son shadow cabinet (gouvernement fantôme) et vice-président du parti. S'opposant ouvertement à Jean-Marie Le Pen, il plaide pour la création d'un nouveau mouvement politique, le «Front alternational». En novembre 2008, Martinez est suspendu du FN. Il rejoint alors d'autres opposants internes conduits par les députés européens Carl Lang et Fernand Le Rachidel. La Maison de la Vie et des Libertés rallie, dès sa création en 2009, le Parti de la France. Avec lui, la MVL se présente aux élections régionales, sous l'intitulée «La Région, la France, la Vie». En juin 2009, le PDF et la MVL avaient déjà tenté ensemble une première expérience électorale en Languedoc-Roussillon, à l'occasion des élections européennes, avec la liste «L'Europe de la vie». C'est Jean-Claude Martinez, eurodéputé sortant, qui en était la tête de liste. Son résultat fut catastrophique : 0,92 %, contre près de 6 % pour la liste du Front national.


France Résistance
Cette association confidentielle a pour but de «réveiller les consciences sur les dangers qui menacent la société française». France Résistance est directement liée au Conseil national de résistance à l'oppression (CNRO) et à Démocratie directe France (DDF), d'obscures structures très peu présentes sur le terrain politique. Son dirigeant-fondateur est Pierre Descaves (°1924). Activiste de l'Organisation armée secrète (OAS) lors de la guerre d'Algérie, il a pris sa carte au Front national en 1984 et deviendra un des membres de sa direction nationale. Aux élections régionales de 2004, il est réélu au Conseil régional de Picardie sur la liste frontiste. En mars 2009, pour avoir soutenu Carl Lang, Descaves est exclu du FN, avec trois autres conseillers régionaux frontistes picards. Ensemble, ils fondent le groupe régional Patrie et Liberté et adhèrent au Parti de la France. Pierre Descaves est depuis membre du bureau politique de ce dernier.


Front Comtois (ex-Jeunesses identitaires de Franche-Comté)
De création récente (juin 2009), ce mouvement de jeunesse régionaliste se présente comme étant le regroupement des «identitaires de Franche-Comté». Il se proclame «antimondialiste, écologiste, franchement social et solidaire». Ses slogans sont notamment : «Identité - Écologie - Justice sociale» et «Islam : hors d'Europe !». Le Front Comtois utilise comme sigle de ralliement les bâtons noués bourguignons... emblème jadis du Mouvement rexiste de Léon Degrelle. Le responsable du Front Comtois est Paul-Arnaud Croissant, un ancien membre du FN. Il conduit la liste départementale «Ligue Comtoise, NON aux minarets !», dans le Territoire de Belfort, aux régionales de 2010. Liste déposée en alliance électorale avec le PDF, le MNR et la NDP. Le Front Comtois est issu des Jeunesses identitaires, l'ex-organisation des jeunes du Bloc identitaire.



3e courant : Identitaire régionaliste

 
edfr2010_07.jpg

flche.jpg Comme le précédent courant, celui-ci rassemble également des dissidents, des concurrents et d'autres adversaires du Front national lepéniste. Ce courant se dynamise depuis juin 2007 autour du Bloc identitaire et du mouvement régionaliste Alsace d'abord.


Bloc Identitaire (BI)
La Convention identitaire, tenue à Orange en octobre 2009, a vu la naissance du Bloc Identitaire en tant que parti politique, présidé par Fabrice Robert (ex-Troisième voie, Front national, Unité radicale et «frontman» du groupe rock identitaire français «Fraction Hexagone»). Fondé en 2003, le Bloc identitaire participera aux régionales en Alsace, en Languedoc-Roussillon et en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), sous les intitulés Alsace d'abord, la Ligue du Midi et la Ligue du Sud. Dans l’optique du BI, les régionales ne sont qu’une étape d’un travail de longue haleine qui se poursuivra aux élections cantonales, en particulier en PACA mais d’ores et déjà, la liste Ligue du Sud détient en partie la clé de la présence ou de l’absence du FN au second tour.

Le projet identitaire est populiste et inspiré par la Liga Veneta/Lega nord, important parti populiste et indépendantiste actif en Italie du nord. Le Bloc s’oppose à l’immigration (il considère l’assimilation comme impossible) et voit l’Islam comme incompatible avec la civilisation européenne. Il promeut une optique ethnodifférentialiste, axée sur les identités régionales «enracinées», donc anti-jacobine et prend en compte le catholicisme comme un élément fondateur de l’identité française. Le Bloc se différentie également du reste des mouvements droitistes par son abandon de l’antisionisme et de l’antisémitisme.

Dans la mouvance du Bloc identitaire, se trouvent des groupes régionaux de «jeunes identitaires»: Nissa Rebella (à Nice), Projet Apache (à Paris), Recounquista (en Provence), Nostra revolta (dans le Languedoc), Rebeyne ! (à Lyon), la Vague normande, Jeune Bretagne... Il existe également des structures spécifiques liées au BI : Une Autre jeunesse (ex-Jeunesses identitaires), qui fédère l'ensemble des groupes de «jeunes identitaires», Solidarité Kosovo, Solidarité des Français (SdF), Alternative-s (structure musicale de promotion notamment du rock identitaire français)... Le Bloc identitaire contrôle encore le portail français de Novopress.info.

Ligue du Midi, déclinaison du Bloc Identitaire

edfr2010_08.jpg
Des «Identitaires» lors d'une manifestation à Nice en 2009.

 
Mise sur pied en vue des élections régionales de mars 2010 en Languedoc-Roussillon, la Ligue du Midi se présente comme étant un «large rassemblement identitaire, patriote et citoyen». Son dirigeant et tête de liste, Richard Roudier, qui s’est présenté dans la presse locale comme un nouveau venu en politique, aurait fait ses premières armes chez les régionalistes occitans de droite, les groupes Jeune Languedoc et Pobl d’Oc dans les années 1970.

«Nations Presse Info» (NPI), média du Front national lepéniste, a rappelé en décembre dernier, que Richard Roudier avait encore appartenu, au début des années 2000, sous le pseudonyme de Jorgi Roumégas, à la direction d'Unité radicale, le mouvement «nationaliste-révolutionnaire» dont est issu le Bloc identitaire. Jusqu'il y a peu, il présidait toujours le Comité d'entraide aux prisonniers européens (CEPE), fondé dans la «mouvance identitaire». En octobre 2009, lors de la «convention identitaire» d'Orange, le CEPE disposait d’un stand où étaient vendues, rapporte NPI, des «cartes postales souvenir à l’effigie de ''prisonniers européens'' tels que le régent hongrois pro-nazi Miklos Horthy, Philippe Pétain, Saint-Loup (ex-responsable de la publication Devenir, organe officiel de la Waffen-SS française) ou encore Robert Brasillach» (collaborateur pronazi français durant la Seconde Guerre mondiale). Roudier a quitté la direction du CEPE juste après la convention d'Orange – durant laquelle le Bloc identitaire se transforma en parti politique - et quelques temps avant les élections régionales de 2010. Certainement dans l'objectif que l'on ne mélange pas les torchons et les serviettes...

[M.AZ]

 

Alsace d’abord (ADA)
Ce «mouvement régionaliste alsacien» regroupe depuis sa création en 1989 des dissidents et des adversaires locaux du Front national. Le fondateur d’Alsace d’abord, Robert Spieler, l'a quitté en 2008 pour participer à la création de la Nouvelle droite populaire, mouvement politique hostile et concurrent du «courant identitaire régionaliste». Alsace d’abord est l'un des principaux piliers de ce dernier, avec le Bloc identitaire. Ce mouvement sera présent aux régionales de mars 2010, avec pour tête de liste, Jacques Cordonnier, son président.


Ligue du Sud – Liste de Jacques Bompard
Nom de la liste électorale de tendance identitaire qui a été déposée en région PACA pour les élections régionales de mars prochain. Sa tête de liste est Jacques Bompard. Maire d’Orange depuis 1995, il y avait été élu sur la liste du Front national. Il quitta ce dernier et rejoindra ensuite le Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers. Le 28 janvier de cette année, Bompard a démissionné du MPF. C'est dans la commune de Bompard que s'est tenue la Convention identitaire, en octobre 2009. Liée au Bloc identitaire, la Ligue du Sud a pour slogan «Identité, efficacité, sécurité». Elle est créditée actuellement de 3 %.


Fondation Polémia
Ce cercle de réflexion idéologique et stratégique a été fondé en 2003 par Jean-Yves Le Gallou. Venant du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE), cofondateur ensuite du Club de l'Horloge (Nouvelle droite nationale-libérale), Le Gallou a aussi été député européen du Front national, puis membre de la direction du Mouvement national républicain. Au nom de la Fondation Polémia, il a participé à la Convention identitaire d'octobre 2009.

edfr2010_09.jpg
L'un des thèmes principaux pour les élections régionales 2010 pour tous les courants structurels de l'extrême droite française : la lutte contre l'Islam, à l'exemple du référendum suisse contre les minarets (affiche en haut à gauche) – Doc. Archives RésistanceS.be

 


Les «inter-courants»

 

flche.jpgVivant leur vie groupusculaire, divers autres mouvements peuvent encore ponctuellement entreprendre des actions communes avec des composantes des courants structurels décrits ci-dessus. Comme «l’avenir n’est écrit nulle part», l’inévitable recomposition du paysage de la droite nationaliste et radicale verra s’opérer des reclassements et des alliances.

Dans l'ombre du Front national et de ses principaux concurrents, de minuscules formations politiques sont présentes, comme le Parti nationaliste français (PNF), le Parti national radical (PNR) et le Parti solidaire français (PSF). Le PNF a été fondé en 1983 par des dissidents de la direction de l'époque du FN. Actuellement en hibernation, l'équipe du Parti nationaliste français s'efforce toujours en 2010 de publier régulièrement «Militant». Existant depuis 1967, «Militant» est l'un des journaux historiques de l'extrême droite de France. Il fut l'organe du Front national de Le Pen lorsque son équipe de rédaction militait une première fois dans ce parti, entre 1972 et 1981. Le PNR a été lui mis sur pied, en 2001 à Versailles, par des exclus du FN. Son journal, «Le National radical», est distribué en kiosques, bien qu’il ait à plusieurs reprises publié et proposé à la vente, «les Protocoles des sages de Sion», ouvrage antisémite interdit en France. Le PSF a été quant à lui fondé en janvier 2009, pour succéder au groupe Droite socialiste (DS, créé deux ans plutôt). Le fondateur du PSF est un jeune militant, Thomas Werlet, né en 1983. Adepte du folklore néofasciste, le Parti solidaire français vient d’ouvrir un siège ayant pignon sur rue au centre de Paris. Il est ou a été proche du Mouvement des damnés de l'impérialisme et d'Égalité & Réconciliation d'Alain Soral (voir ci-dessous dans la rubrique les «hors-courants»). Aux dernières élections européennes, le PSF appela à voter pour la «Liste antisioniste» menée par l'humoriste et politicien Dieudonné. L'un de ses responsables, Emmanuelle Grilly (transfuge du Renouveau français), figurait d'ailleurs parmi les candidats de cette liste. Le PNF, le PNR et le PSF sont caractérisés par leur antisémitisme à peine camouflé.

Groupusculaires certes, cependant ils ne sont pas pour autant marginalisés dans l'extrême droite française. En novembre dernier, Thomas Werlet pour le PSF et André Gandillon, le rédacteur en chef de l'organe de presse du PNF, se trouvaient à la tribune du meeting annuel de «Synthèse nationale», la revue de la Nouvelle droite populaire, principal pilier du courant de la droite nationale et identitaire, aujourd'hui en alliance électorale pour les régionales avec le Parti de la France de Carl Lang. Quelques jours plus tard, le même Gandillon prenait la parole au «XIIIe forum de la Nation», organisé par «Jeune Nation», journal dirigé par Yvan Benedetti, le numéro deux de l'Œuvre française qui est également membre de la direction du Front national dans de la région lyonnaise. Avec André Gandillon, les autres orateurs étaient : Pierre Vial, président de Terre & Peuple et membre de la direction de la Nouvelle droite populaire, Bruno Gollnisch, député européen et vice-président du FN, Pierre Sidos, président-fondateur de l'Œuvre française, Jérôme Bourbon, journaliste vedette de «Rivarol»... Ex-meneur du Front national dans la ville de Bondy (Seine-Saint-Denis), André Gandillon y siégea encore au conseil municipal jusqu'en 2008.

Au sein de la mouvance de la droite radicale, un mouvement fait de plus en plus parler de lui : le Renouveau français (RF). Proche de l'Œuvre française, RF rassemble de nombreux jeunes nationalistes purs et durs, s'entrainant au combat politique lors de camps militants. Ils portent un uniforme paramilitaire et partent en Espagne célébrer le souvenir de son passé phalangiste. Le Renouveau français est un des mouvements de jeunesse d'extrême droite le plus dynamique et le plus fréquenté actuellement.

Au cœur de la droite nationaliste, identitaire et radicale, les nationaux-catholiques restent quant à eux représentés par les traditionalistes (des comités Chrétienté-Solidarité, du Centre Charlier, de l'Agrif...) et par les intégristes lefebvristes (de l'institut Civitas, le bras politique de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X). Pour leur part, les royalistes militent toujours à l'Action française.

Avec cette mouvance organisationnelle, la «presse nationaliste» reste vaste. Citons, pèle-mêle : «Rivarol», «Le Choc du Mois», «Minute», «Lectures françaises», «Réfléchir & Agir», «Présent», «Monde & Vie», «Faits & Documents», «Flash»...

Pour compléter le panorama des organisations et autres structures de la catégorie «inter-courants», évoquons encore : le Cercle Franco-Hispanique, l'Association pour défendre la mémoire du Maréchal Pétain (ADMP), Génération FA8, les Intransigeants, les éditions du Trident, Avatar-éditions, les Nationalistes autonomes... Ces derniers sont apparus récemment à Paris et s’expriment sur le site Internet Zentropa. Ces Nationalistes autonomes représentent un petit noyau d'activistes proches des thèses d'actions directes de l'extrême droite. Ils prennent pour modèle les «autonomes» néonazis d'autres pays qui adoptent la stratégie des «Blacks Blocs». Contrairement à ce qui se déroule à l'heure actuelle en Allemagne et dans des pays de l'Est européen, les autonomes d'extrême droite sont ultra minoritaires en France, comme en Belgique d'ailleurs.



Les «hors-courants»

edfr2010_10.jpg
Jean-Marie Le Pen et l'humoriste-politicien Dieudonné lors de l'une de leur «rencontre amicale»...

 
Une série de petits mouvements gravitent encore dans la galaxie nationaliste de France, mais sont «hors-courants» ou ont quitté l'un d'entre eux. Parmi ceux-ci, il y a Égalité & Réconciliation (E&R), le mouvement dirigé par Alain Soral et Marc George, deux membres éphémères du Front national, dont le slogan est «Gauche du travail, droite des valeurs». Après son alliance avortée en 2009 avec le FN, E&R compte encore dans sa base militante des personnes venant de l'extrême droite. En juin dernier, ce mouvement qui se revendique de la filiation nationaliste-révolutionnaire participa à la Liste antisioniste déposée pour les élections européennes et conduite par Dieudonné, avec le Parti antisioniste, des ex-gauchistes, des écologistes radicaux et des transfuges d'extrême droite. E&R préconise une synergie avec l’islam politique radical et la transversalité des alliances antisionistes. En date du 15 février, le torchon brûlait entre Soral et Marc George, le premier voulant que son groupe reste un «think-tank», le second proposant la création d’un mouvement politique inspiré par «la Ve Internationale proposée par Chavez, dans l’hypothèse notamment où un contexte révolutionnaire surviendrait». Alain Soral est encore connu pour son admiration pour François Duprat, théoricien d'extrême droite, dirigeant des nationalistes-révolutionnaires et numéro deux du Front national assassiné en 1978 dans un attentat à la bombe (sur Duprat cliq.jpg).

Dans cette mouvance, on retrouve aussi le Mouvement des damnés de l'impérialisme (MDI) de Kémi Seba, désormais revenu à l’Islam. Le MDI préconise une politique ethno-différentialiste, soit un apartheid planétaire, comme en témoigne un de ses slogans : «L'Europe aux Européens, l'Afrique aux Africains». Des membres de l'extrême droite «blanche» ont adhéré à ce mouvement racialiste d'origine africaniste.

Dans notre tour d'horizon, il faut encore signaler la présence, à Toulouse (son fief) et dans d'autres villes, de l'OSRE... l'Organisation socialiste révolutionnaire européenne, l'un des derniers représentants en France du «courant national-bolchévique» ! L'OSRE bénéficie de la sympathie du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE). A son opposé, il existe l'Alliance pour les libertés (APL). Apparu tout récemment, ce «pôle patriote, républicain et occidentaliste» (sic), ouvertement pro-israélien, est présidé par Jean-François Touzé. Cofondateur en 2008 de la Nouvelle droite populaire, exclu de celle-ci, il fonda la Nouvelle droite républicaine puis l'APL. En 2004, Jean-François Touzé avait été élu, sur la liste du Front national, au Conseil régional d'Ile-de-France. En 1989, il avait déjà mené une dissidence frontiste qui agira sous le nom des comités Espace nouveau, transformés ensuite en Mouvement d'initiatives nationales, en Alliance populaire puis en Parti national républicain, avant de revenir au Front national...

edfr2010_11.jpg
Jean-Marie Le Pen lors de la campagne électorale pour la Présidentielle de 2007 © Photo Manuel Abramowicz


Épisode de son déclin ou de sa renaissance
Dans l'infographie réalisée par RésistanceS.be pour cette enquête (la revoir en haut de cette page), plus de trente partis, organisations et mouvements composent le paysage politique d'extrême droite, nationaliste et identitaire en France. Pour beaucoup, il s'agit de scissions frontistes ou de dissidences de dissidences ! Concurrences, coups bas, trahisons, aller/retour, abandons, recompositions... sont les maux qui les animent. Les néofascistes, les nationalistes, les nationaux-populaires, les nationaux-catholiques, les monarchistes radicaux, les identitaires, les régionalistes d'extrême droite... ne sont pas près de s'unir dans un seul front.

Comme nous l'aurons remarqué, la scène nationaliste est de plus en plus bigarrée. Hier incarnée par le seul Front national de Jean-Marie Le Pen, en 2010, la droite nationaliste française a désormais plusieurs représentants. Certes, le FN lepéniste en détient encore le leadership. Mais pour combien de temps encore ? Les élections régionales de mars seront un des nouveaux épisodes de son déclin actuel ou de sa possible renaissance.

Jean-Yves Camus et Manuel Abramowicz

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 19 février 2010.

 

http://www.resistances.be/edfrance2010_01.html

 

 

Extrême-droite

 

2. EXTREMES-DROITES : Stop à la xénophobie et au nationalisme

Alors que le Front National se réunit en congrès et que les partis d’extrême droite progressent partout en Europe, RéSo réaffirme une nouvelle fois son engagement dans la lutte contre l'extrémisme, en co-signant une tribune dans Le Monde avec les Jeunes Verts, les Jeunes Radicaux de Gauche et les Jeunes Socialistes : 

"Le lifting du Front national ne changera rien" 

(lire l'appel sur Le Monde)

 

A lire également :
Nationalisme, Xénophobie : Stop à la montée des extrêmes en Europe !  

 

Extrême-droiteA l'occasion du congrès du Front National, RéSo sera présent à la manifestation unitaire samedi 15 mai à Tours pour dénoncer les idées nauséabondes du FN. 

Des possibilités de co-voiturage pour se rendre à Tours existent : reformistesetsolidaires@gmail.com

 

 

 

 

 

 

edfr2010_12.jpg

Le 14 mars prochain, le premier tour des élections régionales aura lieu en France. L'occasion pour RésistanceS.be de vous proposer un panorama complet de l'état des forces de l'extrême droite nationalistes et identitaires en France.

Un dossier réalisé par :
• Manuel Abramowicz : coordinateur de la rédaction de RésistanceS.be
• Jean-Yves Camus : politologue à l’IRIS et correspondant français de RésistanceS.be

Mis en ligne le 19 février 2010, ce dossier de RésistanceS.be sera complété d'autres articles jusqu'aux résultats du second tour, le 21 mars 2010, des élections régionales françaises.


Au sommaire de ce dossier :

Panorama de l'extrême droite française en 2010

Duels électoraux entre courants

Pas de courants pour les nationaux-catholiques ?

L'Après-Jean-Marie Le Pen : la guerre des clans frontistes, Marine contre Bruno

L'impossible unité des identitaires

 


Sur l'extrême droite de France,
lire également sur RésistanceS.be

Sur le Front national :

Campagne présidentielle 2007 de Jean-Marie Le Pen

Voyage en «lepénie»

Jean-Marie Le Pen à Anvers

François Duprat : portrait de l'ex-numéro 2 du Front

Au cœur du FN, la « question israélienne » en débat


Sur les partis, organisations et publications suivants :

Œuvre française

Occident / Ordre nouveau

Nouvelle droite populaire (NDP)

Terre et Peuple

Bloc Identitaire

Bloc identitaire et Alsace d'abord

Unité radicale

Rivarol

Réfléchir & Agir

Intégristes nationaux-catholiques

Editions Dualpha

Cercle Franco-Hispanique (CFH)

Egalité & Réconciliation (E&R)

Dieudonné – Le Pen

Mouvement des damnés de l'impérialisme (MDI)


campresistances.jpg


Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS

amisres03.jpg

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alerte - danger ! - SOS
commenter cet article

commentaires

lg 20/01/2011 19:15



c'est vous qui vous trompez de colère, les bobos de gauche...vive le fn !



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche