Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 23:48

Durer… dans le court terme…

Hier, les marchés financiers ont effectué un puissant rebond technique, prévu d’ailleurs dans les analyses de Trader Noé. Cela ne changera bien évidemment rien du tout à la tendance de fond, imprimée par ceux qui, au-dessus des banques centrales, ont un projet bien précis à réaliser. Cette crise n’ayant pas encore accouché du projet préparé depuis des décennies dans les officines des sociétés secrètes, elle est bien loin de son terme. Preuve en est : les moyens employés pour donner l’impression d’un « mieux ». Dans le milieu de la journée d’hier, on a appris qu’après concertations, plusieurs banques centrales sont intervenues pour acheter du papier avec de la monnaie électronique. Politique à courte vue qui traduit à la fois une véritable panique de certains intervenants, mais surtout la naïveté de ceux qui se goinfrent de papier de titres bancaires, à chaque fois que l’on dévisse. Comme l’a expliqué Trader Noé, se fondant sur sa grille de lecture (très spéciale) des graphiques, le mouvement de fond est très baissier. LIESI a obtenu confirmation de cette projection par d’autres sources bancaires : tel est l’objectif des super insiders. Cette tendance durera jusqu’en 2012 et pourrait se solder par la fermeture des bourses après l’annonce de mesures actuellement préparées dans un silence sépulcral.

Par conséquent, l’action des principales banques centrales de la planète visant à renforcer l’approvisionnement des banques en dollars, n’est qu’un épisode provisoire que les analystes financiers décrivent comme « rebond technique ». Il est tout de même intéressant de savoir que cette action de refinancement, une première du genre, a été coordonnée par la Banque centrale européenne (BCE), la Réserve fédérale des Etats-Unis, la Banque d’Angleterre, la Banque du Japon et la Banque nationale suisse. A part le Japon, inféodé aux Etats-Unis, la manœuvre est exclusivement « occidentale ». La perspective de ce rebond était parfaitement connu de C. Lagarde quand elle a averti sur les « atermoiements des dirigeants ». Une critique cinglante dont on peut aisément traduire le message : les « dirigeants » perdent le contrôle avec le monde réel et donc préparent très mal celui de demain. Encore une fois, l’establishment bancaire américain fait la pluie et le beau temps : depuis quelques jours, la plupart des fonds monétaires américains, grands pourvoyeurs de liquidités, avaient décidé de réduire leurs approvisionnements. Mais renversement de vapeur depuis hier… Changement de stratégie ? Nous avons répondu par un non catégorique. Les Etats-Unis sont en guerre contre l’Europe et les deux pièces maîtresses de Wall Street que sont JPM et Goldman Sachs sont des ennemis bien plus redoutables que n’importe quel potentat ou terroriste médiatique.

 
33 Comments

Publié par le 16 septembre 2011 in Non classé

 

Chuttt !!! Ne dites rien à personne…

Encore une fois, tout le monde a gagné.

En sifflant la mi-temps alors que le score était catastrophique, les banquiers centraux ont offert aux nombreux imprudents, inconscients ou doux rêveur, l’occasion de reprendre leur souffle ou de revoir leur stratégie de fond en comble. En fait, de se refaire tout simplement !

Voyez plutôt ; BNP, Société Générale et Crédit Agricole ont regagné près de 30% sur leurs plus bas.

Déjà, on entendait les commentaires triomphants de ceux qui recommandaient ces mêmes valeurs, les séances précédentes, en omettant de nous rappeler que leurs conseils avaient été prodigués lorsque les cours se situaient 30% au-dessus des cours actuels.

Beaux joueurs, les bears (les baissiers), pragmatiques et réalistes, reconnaissaient n’avoir pas anticipé le rebond – et pour cause – mais ajoutaient, fièrement, avoir eu raison durant toute la période baissière.

La finance est ainsi faite !

Que cela monte ou baisse, les professionnels des marchés ont toujours gagné quand on les interroge.

Chers amis, ne vous laissez pas endormir par ce simulacre d’« école des Fans ».

Cherchez plutôt à démêler le vrai du faux de cette communication financière.

Rappelez-vous aussi qu’un titre qui a perdu 50% doit progresser de 100% pour revenir à son cours d’origine.

Paroles de fantôme !

Signé, le Fantôme de Brongniart

 
49 Comments

Publié par le 16 septembre 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Explication et mise au point

Après s’être rapproché des 2750 points sans clôturer sous ce niveau le 12 septembre, nous avions anticipé le rebond technique le 13 septembre en écrivant:

Profitez de ce rebond technique pour laisser un peu d’oxygène au marché.

Bien sûr, la tendance de fond reste baissière et la rupture des 2750 points permettra à l’indice CAC 40 de se rapprocher rapidement des 2370 points puis des 1700 points.

Dans un tel contexte de remontée artificielle, nous ne nous permettons pas de mentionner le terme « Achat » car tout va trop vite.

Dans cette remontée, il ne s’agit pas d’acheter la valeur pour la valeur, mais simplement de profiter d’une reprise technique sous intraveineuse. Les day-traders peuvent pratiquer mais, nous le répétons, ce n’est pas le but de nos articles. Nous cherchons une lecture en tendance.

Dans un tel contexte, c’est cette spéculation sur les dettes souveraines qui pourrait détruire l’économie. (exemple de la Grèce +100 % sur 1 an)…

Nous pourrions prendre l’exemple du film Wall Street II:
« Il ne s’agit pas malheureusement de savoir qui va couler mais la vraie question pourrait bientôt être qui ne coulera pas ? »

Continuez à imprimer du papier pour favoriser cette spéculation et non l’économie et cette spéculation tuera le marché en déclenchant l’hyperinflation.

Mme Lagarde ne s’est pas exprimée sans raison pour simplement dire « il faut re-capitaliser certaines banques ». Elle connait probablement parfaitement la situation, et si la France prête de l’argent à la Grèce, derrière il y aura rapidement une accélération spéculative sur les CDS de l’Italie, de la France etc…D’ailleurs l’Allemagne prête t’ elle ?
De même, si nous ne prêtons pas, ce seront les banques qui pourraient être en difficulté. C’est le serpent qui se mange la queue !

Certains ont employé le terme « nationalisation », mais avec quel argent ?

Les INDICES

En ce qui concerne les indices, le CAC 40 est arrivé hier sur la résistance des 3050 points annoncé le 12 septembre. Désormais, il y a aussi la résistance des 3100 points. De même pour l’indice SP 500, les prochaines résistances sont à 1230 et 1250 points.
Pour le CAC 40, si les 3120 points était franchi alors la résistance majeure pourrait être à 3280-3350 points. Pour favoriser ce scénario, il faudrait vraiment que l’indice SP 500 dépasse les 1270 en clôture.

 
20 Comments

Publié par le 16 septembre 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Analyse d’ambiance

Le rebond technique a bien eu lieu et les cours des indices CAC 40 et SP 500 sont à proximité des premières résistances. Malgré l’annonce de Moody’s, la baisse des bancaires reste modérée, probablement soutenue par un apport de liquidité. En ce qui concerne la Grèce, nous attendrons d’y voir un peu plus clair et nous continuons à rester très prudents sur les marchés, d’autant plus que les cours sont proches des résistances. D’ailleurs, si tout allait très bien, les bancaires auraient dû suivre le mouvement de l’indice CAC 40, or c’était plutôt l’inverse. Ce que nous redoutons, c’est que les problèmes de la dette Italienne refassent surface. La dette grecque est bien trop petite pour provoquer une explosion de la zone euro. Denis Kessler n’a pas dit, dernièrement, par hasard, « nous n’avons plus de munitions », la zone euro peut exploser. Nous restons très vigilants en rappelant que la tendance de fond reste très baissière.

Un retour à 2750 points est fort probable et la vraie chute devrait probablement se faire l’année prochaine. En attendant, les CDS vont malheureusement monter et exercer une énorme pression. D’ailleurs, Nicolas Doze, sur BFM, a dit: « il va falloir mettre des militaires dans les rues en Grèce ».

Dans un autre registre, La BNS aura probablement des difficultés à conserver un EURCHF à 1.20 ! Les institutionnels amateurs de carry trade ont déjà trouver la valeur pour remplacer le francs suisse, il s’agit de l’or ! Aurait-il changer de recette pour manger du pigs au carry ? Nous le saurons dans les semaines à venir. Il est bientôt l’or !

 
118 Comments

Publié par le 15 septembre 2011 in Non classé

 

Le cinéma européen et les « forces de marché »

Le doute s’installe un peu partout… Et la décision de Moody’s, en pleine tempête boursière, d’abaisser la note de crédit de la Société générale, n’arrange pas les choses alors que son PDG fréquente les plateaux de télévision pour « rassurer » les gens. Il le fait d’ailleurs très mal car les personnes interrogées sentent le mensonge à plein nez. Bref, les capitalisations boursières des banques françaises ne cessent de fondre, comme le chocolat suisse. Avec la crise de la dette publique au sein de la zone euro, à laquelle les Européens peinent à répondre, les investisseurs sont, nous dit-on, de plus en plus inquiets pour la solidité du système bancaire européen. La situation est devenue telle qu’une sortie de la Grèce de la zone euro est ouvertement évoquée par de hauts responsables politiques en Allemagne et aux Pays-Bas.

Même si elles ont appliqué une décote de 21% sur la dette publique grecque qu’elles ont dans leurs comptes, les trois banques françaises (Crédit Agricole, BNP et Société générale) ont encore environ six milliards d’euros de dette souveraine grecque.  Crédit agricole et Société générale ont de surcroît des filiales dans le pays, avec respectivement Emporiki et Geniki . Surtout, une controverse est apparue fin août sur la valorisation des titres de dette grecque par certaines banques françaises. L’IASB, l’organisme chargé de fixer les normes comptables internationales, a reproché à certains établissements financiers, sans toutefois les nommer, d’avoir valorisé leurs créances sur l’Etat grec selon des méthodes internes de valorisation plutôt qu’en ayant recours aux prix de marché, ce qui aurait permis aux banques de passer des dépréciations moins lourdes dans leurs comptes.

La solution miracle des groupes occultes

On sait que le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, fut désigné après avoir été adoubé par le Groupe Bilderberg. C’est lui qui est donc chargé par ses « pairs » de préparer une réforme dans le sens d’une union économique renforcée entre les pays membres de la zone euro. Vaste programme que les médias justifient par « la pression des marchés ». Quelle belle formule ! Ces médias n’évoqueront jamais les raisons pour lesquelles ce sujet est aujourd’hui sur la table, alors qu’hier tout le monde s’en fichait. Bref, ces réformes devraient formaliser l’existence de l’Eurogroupe, lui conférer des pouvoirs de contrôle élargis, ainsi qu’un président permanent. Ce sera le sujet principal du sommet européen des 17 et 18 octobre… On peut faire confiance aux « forces de marché » pour mettre un peu plus de pression afin de justifier ce que les banquiers internationaux attendent… un peu plus de nouveautés en faveur d’un Nouvel Ordre Mondial.

Attendons le discours de José Manuel Barroso, le caniche de Washington, qui s’exprimera le 28 septembre, lançant officiellement le sujet lors du discours sur l’état de l’Union, lors de  la session plénière du Parlement européen à Strasbourg. De notre modeste point de vue, le sommet de Cannes, dont nous avons parlé récemment commentant la visite de M. Baroin à Pékin, devrait être suivi, courant décembre 2011, d’une conférence intergouvernementale et d’une profonde révision du traité européen. En conclusion, nous dirons que cette crise profite plus que largement au programme de l’exécutif du Groupe Bilderberg et de la Commission Trilatérale. Ces gens-là veulent en terminer définitivement  avec l’Etat nation.

 
18 Comments

Publié par le 15 septembre 2011 in Non classé

 

Trader Noé – De l’argent jeté pour rien…

Comme nous l’avions annoncé hier, le rebond technique a bien eu lieu, probablement dû à des interventions massives pour faire remonter les cours des bancaires et restaurer une confiance, ce qui est un bien.

Le seul problème, c’est que l’agence de notation Moody’s ne s’est pas encore exprimée !

Nous vous rappelons que les résistances de l’indice CAC 40 sont à 3000 et 3050 points et celle de l’indice SP 500 à 1185 et 1200 points.

Au moindre éternuement, ce capital injecté serait une nouvelle fois assimilé à un coup d’épée dans l’eau dans une tendance de fond qui reste baissière tant que l’indice CAC 40 évolue sous les 4000 points environ.

Concernant l’or, la correction se poursuit toujours et le niveau des 1750-1720 (ou éventuellement 1650) pourrait présenter les dernières opportunités pour prendre position. Ensuite, cela pourrait être prochainement la ruée vers l’or ! (Nous vous rappelons que les achats en espèces ne sont plus autorisés, et ce depuis le 01 septembre 2011).

La parité GBPUSD est sur le support des 1.575, la rupture de celui-ci amplifierait le mouvement baissier vers  1.495 – 1.4750. La rupture de ce dernier permettrait à la parité de se rapprocher du support majeur à 1.32.

En analysant les fondamentaux et l’évolution graphique de certaines valeurs, nous craignons pour l’année 2012 un grand changement dans la composition de l’indice CAC 40.
Il faudrait vraiment que les banques favorisent les prêts aux entreprises pour relancer la croissance et la consommation. Dans le cas contraire, si le marché des actions est délaissé, les financiers n’auront plus grand chose à croquer, à part peut-être les matières premières et alimentaires (ce serait un drame pour des millions de personnes)…

 
118 Comments

Publié par le 14 septembre 2011 in Non classé

 

La capitulation suisse

La décision de la Banque nationale suisse, d’imposer un plafond de change au franc, n’a pas fini d’alimenter les conversations. Hier, un très gros investisseur (fréquentant quelques huiles de la Commission trilatérale et du Groupe Bilderberg) ayant placé une importante partie de son patrimoine devises en franc suisse, nous confiait : « C’en est fini de la Suisse ! C’est la pire guerre monétaire que nous vivons depuis les années trente. Aujourd’hui, les devises plongent, en 2012, plusieurs valeurs de votre CAC40 n’existeront même plus ». Aura-t-il raison ? Espérons qu’il se trompe. En tout cas, il est de plus en plus évident que la guerre monétaire actuelle prend une tournure dangereuse. Car il n’existe plus de devise papier refuge aujourd’hui.

La décision de la Banque nationale suisse fut ainsi motivée: la « surévaluation du franc suisse constitue une menace aiguë pour l’économie suisse », et « nous visons à un affaiblissement substantiel et durable du franc suisse ». Cette décision survient à un moment où les statistiques macro-économiques sont mauvaises. On sait ce qu’il en est aux Etats-Unis. Dans la zone euro, l’activité manufacturière a chuté à son niveau le plus bas en deux ans et pareillement en Inde pour une période de 27 mois. L’indice de l’activité manufacturière de la zone euro est passé à 49,0 en août, ce qui représente la première contraction en deux ans.

La Suisse, que d’aucuns voyaient (à tort) comme un havre de paix, ne l’est plus. Par cette décision, les banquiers suisses montrent que la tension dans le domaine de la politique des taux de change atteint un point inquiétant. Et ce n’est pas fini, si l’on écoute le ministre des Finances du Brésil Guido Mantega, lequel suspecte une troisième ronde d’assouplissement quantitatif, actuellement débattue à Washington. « Malheureusement, dit-il, la politique monétaire semble être la seule arme que les Etats-Unis ont choisi d’utiliser pour résoudre leurs problèmes, et cela entraîne des problèmes pour l’économie mondiale ».

 
21 Comments

Publié par le 14 septembre 2011 in Non classé

 

Même le FMI ?…

Une note interne du FMI traduit le souci des responsables de cette institution supranationale d’une aggravation de la crise. Il y est notamment reconnu que la crise de la dette pourrait entraîner le FMI dans de graves difficultés financières très prochainement. Comme les Etats sont de plus en plus nombreux à faire la queue pour obtenir de plus en plus d’argent du FMI, il est temps de préciser que l’institution n’a pas des moyens illimités.  C’est du moins ce qu’ils disent ! Selon les documents diffusés, le FMI ne peut attribuer que 390 milliards de dollars de prêts sans mettre en péril son bilan.
Là aussi, on pousse à une réforme globale… Tout tombe en même temps : les banques, les Etats, maintenant le FMI.

Partager cet article

commentaires

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 24/09/2011 21:06



 


(fermaton.over-blog.com)No-29: THÉORÈME MAQUISARD.


LES MARCHÉS PRÉVISIBLES ?



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche