Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 03:13

 

Le plan oligarchique européen avance grâce à la crise

pactedestabiliteLes technocrates de Bruxelles planchent sur le projet d’union bancaire et des consignes semblent manifestement données pour développer le projet début 2014. Un rapport de 15 pages vient d’être rédigé par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy pour les dirigeants européens, ces derniers faisant fonction de faisans pour le parapher avec de beaux sourires.

Ce sera finalement la BCE et le maître Draghi aux commandes qui auront l’entière responsabilité de la supervision des banques de la zone euro à partir du début 2014… au nom et lieu de la Firme Goldman, elle-même paravent de plus puissants, préférant la discrétion derrière des holdings et ne pas figurer dans les livres des plus grandes fortunes.

L’objectif est d’assurer encore plus d’intégration budgétaire pour les pays membres de la zone euro. Petit détail intéressant, sait-on jamais, car nul calendrier de ce genre n’est « anodin » : « Herman Van Rompuy y préconise également qu’un cadre juridique permettant une recapitalisation directe des banques par le fonds de sauvetage de la zone euro soit défini d’ici fin mars 2013 ». N’est-ce pas la période de départ de Mario Monti ?

Bien sûr, on commence à préparer la suite du décor avec des références à l’instauration d’une plus grande intégration budgétaire pour les 17 pays de la zone euro. Cela fera plaisir à l’Allemagne. Et pour satisfaire les autres, plus pauvres (pour le moment), on évoque la forte probabilité que cette magnifique structure européenne servirait de base à une mutualisation des émissions de dette au sein de la zone euro. Là, on reste pour le moment dans le flou… Pas de jubilation chez Jacques Attali…

Et pour cause ! Il y a quelques jours, la chancelière allemande a évoqué le modèle social européen. Selon elle, peut-on distribuer 50% des prestations sociales de par le monde seulement dans la Zone euro, alors que celle-ci ne représente que 25% du PIB mondial et seulement 8% de la population ? Sa conclusion fera réfléchir ceux qui pensent que l’Allemagne fléchira sur le point de la mutualisation des dettes souveraines : « Ce n’est pas tenable, à moins de consentir des efforts extraordinaires ».

De la jurisprudence grecque au ‘message’ à l’intention des autorités françaises

Le 5 décembre 2012, l’agence de notation financière Standard and Poor’s avait placé la note de la Grèce à « défaillance partielle », à un cran seulement du défaut de paiement.

Le 18 décembre 2012, la même agence a, pour la première fois depuis le début de la crise de la dette, inversé la tendance pour la Grèce, en relevant sa note de six crans à « B- ». Traduction : la note du pays passe de « défaut sélectif » (SD) à « B- » (spéculatif). Le plus intéressant est que la perspective est passée de ‘stable’ à long terme.

Le commentaire suivant, extrait du rapport de Standard and Poor’s servira d’introduction à notre prochain paragraphe. Ils saluent « l’engagement du gouvernement à mener l’ajustement budgétaire et structurel » requis par les bailleurs de fonds du pays… c’est-à-dire les institutions essentiellement supranationales.

1613756_3_7122_standard-poor-s-a-degrade-la-notes-la-grece-a_ee4302a0d766c25879e832e968c843f7

Aujourd’hui, les projecteurs quittent la Grèce pour le gouvernement des capitaliste entourant François Hollande. C’est le pion européen Peter Praet, chef économiste de la Banque centrale européenne, qui envoie la communication de ses mentors : « Il est important que la France mette en œuvre le plan de réduction des dépenses publiques de 60 milliards d’euros sur laquelle elle s’est engagée. La mise en œuvre de telles mesures sera déterminante » .

On comprend aisément le message du directoire de la BCE piloté par Goldman Sachs : « Il faut que les ajustements budgétaires se poursuivent dans chaque pays, qu’il n’y ait pas de marche arrière et que l’objet de ramener les déficits publics à 3 % du PIB (produit intérieur brut) demeure d’actualité ».

Les euro-atlantistes qui soutiennent le Premier ministre français vont souffler dans les violons et ce dernier annonce  la modernisation de l’action publique (MAP) qui nous mettra dans les bonnes grâces de la technocratie bruxelloise.

 
26 commentaires

Publié par le 19 décembre 2012 dans Non classé

 

RÉFORME MONÉTAIRE

Menthalo Jim Sinclair vient de communiquer aux lecteurs de sa lettre confidentielle des informations partielles à prendre au sérieux, que je vais essayer d’interpréter.

C’est une information à manier avec des pincettes. Notez bien qu’elle n’est confirmée nulle part et qu’aucun timing n’est donné.

Jim-Sinclair

Le premier paragraphe semble évoquer un accord monétaire très proche de ce qui se passe aujourd’hui. Actuellement le DTS est un panier de monnaies. Nous entrerions dans une phase où le poids relatif des monnaies aurait été totalement remanié.

Au 1/01/2006,  le DTS était composé de 0,632 USD + 0,4100 EUR +  0,0903 GBP +18,4000 JPY .

Au 1/01/2010, le DTS était composé de 0,660 USD + 0,423 EUR  +  0,111 GBP  + 12,1 JPY

Comme on le voit ci-dessus, le DTS ne regroupait que 4 monnaies, dont 3 des banques occidentales dominantes.

Les Banques Centrales pourraient échanger entre elles une forme de DTSbis, d’après Jim Sinclair. Le  Rouble Russe, le Yuan Chinois, la Roupie Indienne et l’Euro formeraient un panier de monnaies. Apparemment le Dollar ne serait temporairement pas inclus et il n’est pas question de la Livre. Apparemment, nous retrouvons l’alliance monétaire connue des BRIC voulant rabattre la puissance anglo-américaine. La Chine a déjà abondamment œuvré dans ce sens, en supprimant le Dollar de toutes ses transactions commerciales bilatérales. Ce DTSbis, logiquement, ne peut pas être conçu et mis en service par le FMI, qui est une instance anglo-américaine et dont le siège est à Washington. Il s’agirait de l’organisme homologue, créé par la Chine, à l’usage des BRIC.

SI, si tout cela est vrai, cela signifierait que la B.I.S. de Bâle aurait pris des accords avec les BRIC… ou serait en pourparlers dans ce sens.

Notez que Jim Sinclair annonce que la chute du dollar sera brutale et arrivera en un jour (souligné en bleu). Sans en préciser la date… Cela peut très bien advenir dans 8 jours ou dans 6 mois ou dans 3 ans.

Jim Sinclair annonce des événements mais rarement pour le TCT. Si vous ne jouez pas sur les marchés, cela ne vous concerne pas. Notez qu’il parle d’un Euro-Dollar  à 1,50$ , donc ce n’est pas un événement dramatique, puisque nous retournons à cette valeur de manière cyclique.

Si simultanément, l’Or s’envolait également dans toutes les autres monnaies, nous aurions donc une dévaluation généralisée mais aggravée sur le Dollar.

Sur ce graphe de l’Or en Euro, on voit qu’il ne manquait il y a quelques jours que quelques points pour terminer ce pull-back sur la résistance, devenue support. Ce pull-back est donc probablement en train de se terminer, l’or pourrait ensuite aller attaquer et franchir la résistance horizontale pour aller marquer de nouveaux plus hauts. Je ne suis pas ce marché de près et je ne joue pas, mais à voir ce graphe, je pense que c’est le bon moment pour les européens d’acheter leurs napoléons, juste avant la hausse. Mais ne jouez pas cette hausse en bourse !

Or-euro

Un retour de l’Euro fort  handicaperait les pays du Sud de l’Europe, certes, mais  l’Eurozone va-t’elle rester unie? Seuls les menteurs de la BCE l’affirment.

La crise de la dette est à peine commencée.

La crise des produits dérivés est pour l’instant encore maîtrisée par l’entente entre les 5 Banques américaines, qui ont fabriqué ce marché et qui le maîtrisent tant bien que mal, mais pour combien de temps encore ?

 
28 commentaires

Publié par le 19 décembre 2012 dans Non classé

 

Le marché vu par Menthalo

CJ_napoleon-3,5cmCASINORAMA

Certains se seraient plaints que certaines analyses ne s’étaient pas révélées exactes et qu’ils avaient perdu leurs mises au Grand Casino. Dois-je les plaindre et faire un acte de contrition ?

Les 20.000 lecteurs quotidiens de LIESI peuvent témoigner, que nous déconseillons formellement de jouer en bourse depuis l’origine du blog. Trader Noé donnait des points-clés et ses analyses sur les valeurs boursières des banques venaient donner une réalité aux articles évoquant la crise bancaire et systémique. Quant aux métaux précieux, notre discours est inchangé, protégez-vous ! Achetez pour le Long Terme. Ils seront la cagnotte pour votre retraite, bien mieux que tous les produits financiers offerts par les banques ou les assurances. Les graphes boursiers sont prétexte à évoquer telle ou telle société et dépeindre ce qui se trame derrière, comme le Plan NeXt de France Telecom pour virer les fonctionnaires. Ceux qui jouent sur les marchés le font certainement en connaissance de cause. Personne ne prendrait des risques à miser l’argent du ménage en bourse, sans être capable de faire ses propres analyses, n’est-ce pas ?

A vrai dire, dans notre société dépravée, dont les limites de l’immoralité sont sans cesse repoussées, personne ne semble s’élever contre le fait que les banques offrent à tous et à chacun la possibilité de spéculer sur tout avec des produits financiers que l’immense majorité ne maîtrise pas. Si vous entrez dans un casino et que vous regardez la table du jeu de « la boule », vous pouvez calculer vos chances et celles du casino.

Quelle est l’espérance de gain de la banque quand vous jouez depuis votre écran ? Le savez-vous ? Non, sinon vous ne joueriez pas. Connaissez-vous beaucoup de particuliers qui aient gagné durablement sur ces casinos boursiers ? Moi pas.

Sur le fond, spéculer en bourse n’est pas plus moral que de jouer au poker. Le jeu est un vice.

Que ceux qui ont la faiblesse de s’y adonner ne viennent pas faire porter aux autres le poids de leurs turpitudes.

Boursipapies en folie

Je partage avec vous une histoire d’Albert Edwards de SG CAR, qui m’a beaucoup amusé. Comme quoi, l’argent peut faire péter les plombs.

torture

Certains ont fait bien pire qu’

APPLE 

macintosh-1984

Ca va mal pour Apple.

Je suis client exclusif MacOS depuis 1987, à l’époque, leur macintosh était une petite horreur en matière de design industriel, mais tellement facile d’utilisation. Vous, qui êtes nés avec un PC et un téléphone portable dans votre berceau, vous aurez du mal à imaginer le monde d’avant. En 1984, j’avais acheté un ordinateur pour pouvoir faire des courriers en série mais personnalisés en traitement de texte à mes clients de l’époque. Pour cela, j’avais investi dans un HP-150, qui valait une petite fortune et dons les manuels d’utilisation sous forme de petits classeurs de 18cm de haut et 7cm de large, occupaient 3 mètres de bibliothèque. C’est totalement inimaginable aujourd’hui. Nous avions mis à peu près 3 mois pour apprendre à nous en servir. Ma secrétaire aurait eu cent fois le temps de faire ces mêmes courriers avec une machine à écrire de base !  Le Macintosh, quant à lui était 100% intuitif. Avec 8 jours de hot line pour demander un conseil, quand on était bloqué, on pouvait presque tout faire sans manuel. Depuis, je suis resté un Apple Addict et j’ai transmis le virus à mes enfants.

Pour revenir à 2012, Apple qui s’est depuis développé dans la musique, le téléphone et les tablettes, pourrait être en sérieuses difficultés. Le Iphone 5 vendu encore aujourd’hui 899€ dans les Apple Store se révèle être un échec commercial. Le segment de marché de téléphones intelligents à ce prix est trop étroit. Apple a été obligé de changer brutalement de politique à l’approche de Noël. La grande chaine de distribution américaine Wall-Mart vend désormais l’Iphone5  un tiers moins cher que le prix de lancement d’il y a quelques semaines. Il n’y a donc pas urgence à vous ruer pour Noël sur ce gadget de luxe.

Evidemment, l’Action en pâtit. En fondamental, la baisse de la dynamique des ventes d’une année sur l’autre pourrait justifier la méfiance des investisseurs depuis la publication des résultats en septembre.

APPLE-Ventes

Le support qui a soutenu les cours depuis 145 en juillet 2009 jusqu’à 700 en septembre 2012, vient d’être cassé une première fois en novembre et une deuxième fois, il y a quinze jours. Les cours ont perdu 30% depuis les plus hauts et pourraient redescendre encore d’un étage. Goldman Sachs et ses initiés suiveurs se sont amusés avec la pomme et vont désormais jouer ailleurs.

Le titre, qui a tiré le Nasdaq à la hausse, pourrait désormais le faire chuter. Le ver est dans le fruit.

 
22 commentaires

Publié par le 18 décembre 2012 dans Non classé

 

Jusqu’à quand les oligarques du cartel bancaire veulent-ils maintenir la Fed et la vitrine ?

fedLes semaines passent, les mois passent, ainsi que les années, mais le message des responsables de la banque centrale américaine est toujours le même. La politique monétaire accommodante, avec toute une batterie de nouveautés selon les saisons, doit parvenir à faire refluer le chômage. Mais de quel chiffre parlons-nous ? Officiellement, les banquiers centraux et les organismes supranationaux avec lesquels ils se prostituent, parlent de 6,5 voire 7,5%. Certains économistes font plutôt référence à 20-25%. C’est un grand écart !

Qu’importe, selon le Times : « Pour aider à réduire le chômage, la Fed a annoncé qu’elle poursuivrait également les rachats mensuels de 85 milliards de dollars de bons du Trésor US et de créances hypothécaires jusqu’à ce que les conditions s’améliorent sur le marché de l’emploi, prolongeant une politique annoncée en septembre ».

fed0Peu importe, ce qui compte c’est de faire avaler le mensonge du travail efficace de la banque centrale américaine. Pourtant, on décèle quelques couacs. C’est ainsi que le grand Ben Bernanke avoue, toujours selon le Times : « Durant une conférence de presse après une réunion de deux jours du principal comité de politique de la banque, M. Bernanke a suggéré que la Fed approchait les limites de sa capacité à aider les chômeurs ». « Si nous pouvions agiter une baguette magique et faire baisser le chômage à 5% demain, de toute évidence nous le ferions, a assuré Ben Bernanke lorsqu’on lui a demandé si la Fed pouvait faire plus ».

Alors, puisque l’impression monétaire explose ainsi que le chômage, avec une croissance qui décline et un pouvoir d’achat des contribuables qui diminue…les banquiers centraux américains peuvent toujours évoquer 2015… La Fed vient en effet de publier de nouvelles projections économiques montrant que la majorité de ses dirigeants ne s’attendaient pas à atteindre le but d’un chômage à 6,5% avant la fin 2015.

PLUS, et après cette date, ce sera 2020 ? Pourront-ils maintenir la vitrine avec ses beaux indices toujours au-dessus de l’Everest ? Où en sera la cohésion sociale ? Faudra t-il encore quelques meurtres pour engager le dialogue sur la nécessité de désarmer l’Américain lambda ?

L’on peut souhaiter bonne chance aux adulateurs de la Fed et de la BCE et interroger les grand prêtres de la Finance : que feront ces banques centrales du stock d’actifs accumulés à leur bilan ?

Vers une crise de confiance

La menace qui plane s’appelle la CRISE DE CONFIANCE. Si cela arriverait ou quand cela arrivera, notre monde connaîtrait ou connaîtra une immense misère. N’est-ce pas ce qu’avait annoncé Madeleine Porsat il y a bien longtemps : « La roue du commerce s’arrêtTERA »… parce qu’il n’y aura plus de confiance.

Mieux vaut prendre de la hauteur sur ce monde où les borgnes sont des légions et les prétendus responsables des incapables qui précipitent les foules aveugles vers l’abîme, qui n’ont pas d’autre ambition que celle de détruire notre civilisation chrétienne pour lui substituer ce que le règne animal ne pratique même pas.

 

http://liesidotorg.wordpress.com/

 


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche