Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 23:18


Face pièce de 2 euros (France)http://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_de_solidarit%C3%A9_active


Formulaire RSA : un flicage de plus en plus intolérable !

Choqués, plusieurs de nos lecteurs «ex-RMIstes» nous alertent sur la teneur douteuse du document de six pages à remplir afin de prétendre au Revenu de solidarité active qui, non seulement, fait montre d'un contrôle social hautement intensifié, mais scrute au plus près la solidarité familiale, associative voire amicale dont pourraient bénéficier les allocataires.

=>
Voir le formulaire en PDF

Plus que jamais, la situation familiale (célibat ou vie commune, divorce ou séparation, enfants…) et les ressources (tous types de revenus, allocations, indemnités y compris Sécu, pensions, rentes, biens immobiliers, épargne disponible, aides financières de la famille ou autres…) sont passés au crible à travers un questionnaire hyper poussé, limite indiscret qui, par sa précision et sa densité, surpasse de très loin la traditionnelle déclaration aux impôts.

On est en plein dans
l'examen du «train de vie» des RMIstes… désormais élargi aux ex-allocataires de l'API et aux «travailleurs pauvres» !!! Sans compter que ces informations financières et sociales — qui doivent être réitérées tous les 3 mois afin que la CAF puisse tenir compte au plus près des «variations de ressources» ! — feront l'objet d'un énorme fichier consultable par un grand nombre d'intervenants parmi les administrations sociales et fiscales.

Le RMI était un revenu de droit : mais pas le RSA. Au nom des «droits et devoirs» de tous ces «assistés», on monte d'un cran dans le flicage et dans l'atteinte aux libertés individuelles.

Côté logement, la CAF semble plus évasive car elle connaît déjà la situation de ses allocataires, soit parce qu'elle ampute chaque mois leur RSA flambant neuf d'un «forfait logement» (53 € pour une personne seule, 106 € pour une personne seule avec enfant ou un couple sans enfant, etc) s'ils sont logés gratuitement ou bien propriétaires ne remboursant plus d'emprunt, soit parce qu'elle leur verse une APL. Mais avec toutes ces questions particulièrement inquisitoires autour des revenus, il est évident que, par exemple pour le chômeur dont le montant du loyer est supérieur ou égal à ses allocations — ce qui n'est pas rare, hélas —, la CAF n'aura aucune peine à deviner qu'il bénéficie soit de la solidarité familiale, soit qu'il pompe dans ses économies. Ce formulaire vise donc à lever le voile sur le montant et/ou la provenance de ces petits «à-côtés» qui lui permettent de survivre et de ne pas finir à la rue...

Le RSA rétablit…
l'obligation alimentaire !


Un détail des plus étranges nous a aussi interpelés. Jusqu'à présent, on parlait de «pension alimentaire» au sujet de parents séparés dans le cadre de la charge des enfants mineurs, ou bien majeurs mais poursuivant leurs études. Or figurez-vous qu'avec le RSA, même les «enfants» de plus de 25 ans —
puisqu'il est interdit aux jeunes — et non scolarisés sont concernés !

Voyez en bas de la page 2, dans la rubrique "Vos droits à pension alimentaire". Pour les célibataires vivant seul(e)s, on lit : «Percevez-vous une pension alimentaire ? OUI - NON
Si non, vous êtes susceptible d'engager une action envers vos parents pour obtenir une pension alimentaire. Si vous souhaitez être dispensé de cette démarche, précisez le motif (logé gratuitement par les parents, aide financière versée par eux…)»

Ce questionnaire informe clairement qu'un célibataire très majeur, vivant seul mais n'étant pas en mesure d'assurer sa subsistance, peut engager une action en justice envers ses ascendants (s'ils ne l'aident pas spontanément) afin d'obtenir une pension,
comme prévu par la loi. Hormis une «dispense» qu'il doit motiver, le candidat au RSA est-il, effectivement, obligé d'entamer «cette démarche» ? Que signifie le terme «susceptible», ici employé ?

Mieux. Page 3, à "Pensions alimentaires reçues", on demande : «Précisez qui vous verse cette pension (parents, amis, ex-conjoint…)» !!! Outre les parents, même les «amis» sont dans le collimateur, dites donc ! Faut-il, eux aussi, les assigner au tribunal ? (On plaisante...)
Toujours à la page 3, à "Aides et secours financiers réguliers", on demande : «Précisez qui vous verse cette aide (parents, amis, ex-conjoint, associations…)». Visiblement, un SDF abonné au Secours Populaire doit aussi le déclarer !

En clair : considérant que si les proches peuvent — doivent ? — vous soutenir ou si vous êtes secouru régulièrement par les Restos du Cœur, ces aides viendront en déduction du RSA versé,
Martin Hirsch et le gouvernement montrent ainsi leur intention de substituer au maximum la solidarité nationale à toute autre forme de solidarité, privée ou associative.

Pire ! Lentement mais sûrement,
on se rapproche du système Hartz IV instauré en Allemagne où tout chômeur recevant un cadeau ou une aide de sa famille, si cela est détecté sur son compte en banque, se voit suspendre son allocation à hauteur du montant perçu (on rappelle que là-bas, la surveillance bancaire des Hartzi est autorisée de longue date. Pour contourner cette ignominie, les dons en espèces sont donc conseillés).

Nous allons, par conséquent et dans un premier temps, saisir la CNIL sur le bien-fondé de ce questionnaire. Puis nous aviserons pour la suite et ne manquerons pas de vous tenir informés.

Source :
Actuchomage.org et un sujet brulant en cours sur Doctissimo


Vidéo


CHOMEURS REVEILLEZ VOUS ! Le RSA signifie Repression Sociale Acceleree

Partager cet article

commentaires

eva R-sistons 14/04/2010 01:44



C'est bien de relayer les infos, les faits, le vécu, cordialement eva



Martine 06/04/2010 07:08



Madame, Monsieur,
Merci de bien vouloir prendre 2 minutes pour lire ce qui suit, je vous assure que c'est loin d'être une blague. Par avance merci



Lettre ouverte à Monsieur Le Président de La République



Harcelée moralement et mise à mort à petit feu, depuis le 11 décembre 2008 par les différentes administrations qui sont incapables de traiter correctement leurs dossiers,  le conseil général
vient de me donner le coup de grâce en refusant une remise gracieuse d'un  soi-disant trop-perçu  de 1500e  de RSA, (la somme reste à prouver). Remise gracieuse demandée par la CAF
elle-même qui reconnaît être à l'origine des erreurs de calcul ayant induit cette situation

Pour info : Les  quatre  refus  de formation que j'ai demandées à la suite de ma perte d'emploi, les batailles pour prouver aux différents organismes que les calculs qu'ils
faisaient n'étaient pas valables et me lésaient à chaque fois, la partie de ping-pong qui s'est jouée  entre le pole emploi et la chambre des métiers quand j'ai demandé de l'aide pour la
création de mon entreprise, les démêlés avec la CAF et autres organismes,  l'interdiction de louer le logement que j'ai en accession depuis 5 ans, à cause d'un ptz, pour pouvoir redémarrer
ailleurs,  m'ont amenée au bout du rouleau

J'avais droit à 36 mois d'indemnités assédic  et si j'avais eu « l'intelligence » de m'endormir sur mes lauriers, j'aurais en plus bénéficié de l'apl et du remboursement de mon prêt
immobilier par l'assurance. Au lieu de cela, j'ai voulu me battre pour travailler (plus pour gagner plus) je suis au RSA

Pour me récompenser d'être un bon petit soldat, l'administration m'a mise sur la paille et veut aujourd'hui m'enlever cette paille qui apparemment est encore trop bien pour moi . Je ne demandais
qu'à travailler et à vivre de mon travail, et l'état me méprise comme il ne ferait pas pour une bête.

Je rappelle que les évadés fiscaux qui reviennent tête basse, ne seront pas pénalisés « eux »



De fait, j'ai décidé de mettre fin cette vie de merde, en me karchérisant  moi-même. Pour cela, depuis le 03 avril 2010, j'ai arrêté  brusquement mes traitements médicaux destinés à
combattre : ma spondylharthrite ankilosante, mon hypertension artérielle accompagnée d'une pathologie cardiaque, ma dépression, mon cholestérol, mon hypothyroïdie, mon anémie sévère et j'en
passe. J'ai également arrêté de m'alimenter et je n'ai pas l'intention de revenir en arrière.

Cette lettre n'est pas destinée à essayer de me faire revenir sur ma décision, c'est un moyen comme un autre d'alerter l'opinion si elle ne l'est déjà, sur le devenir des petites gens, méprisées
par le système.

J'ajoute que je suis saine d'esprit et que j'ai fait le nécessaire, pour le cas où il viendrait à l'idée de quelque mesquin de me faire internée d'office pour me faire taire



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche