Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 04:24

http://cdiennezat.free.fr/dotclear/index.php?2008/10

 

 

Reçu cette

 

LETTRE DU COEUR D’UNE COMPATRIOTE (IRLANDE, FÉMINISME, ÉDUCATION, VACCINS…)

 

 

Chère Eva, 

 

Puisqu'il est souvent question de l'Irlande en ce moment, j'ai justement dans ma besace, de quoi contenter mes compatriotes et les lecteurs, qui peut-être rêvent encore à ce beau pays...

Prends le temps de tout lire, et pardon si c'est un peu long à raconter, mais “la réalité n'est pas aussi simple à décrire qu'une banane”… Alors je prends une grande inspiration, en espérant que tu trouves cela intéressant...

 

Voilà... À une époque où je rêvais encore de fées, de lutins, et où la musique irlandaise m'emmenait dans les landes merveilleuses de l'imaginaire, j'ai rencontré un musicien irlandais, et nous avons joué ensemble des airs magiques qui vous rendaient joyeux ou encore faisaient pleurer les pierres... Quelques temps plus tard, le 11/09/2001 (quelle coïncidence!), je l'ai suivi dans son pays, et j'ai donné naissance à une jolie petite fée, qui elle, existe bel et bien, j'en atteste!

 

Hélas ma petite fée fut privée de son papa irlandais, lorqu'un cancer du pancréas (ou plutôt les traitements qu'il subit alors), l'acheva en 2009. Je décidais malgré tout de rester, faute de moyens sans doute pour nous rapatrier, mais aussi pour tout l’attachement que j’éprouve envers ce pays, et la volonté de continuer à donner à ma fille une éducation bilingue. Et pour tout dire, les perspectives d’avenir en Sarkozie ne m’inspiraient pas du tout…

 

D’autant qu’en Irlande, la Constitution entrée en vigueur le 29 décembre 1937 (traduction intégrale en français sur ce lien: http://mjp.univ-perp.fr/constit/ie1937.htm), stipule à l’Article 41, §2, qu’une femme (seule ou en couple) n’est pas obligée de travailler et de délaisser ses enfants pour aller s’asservir en semaine, et pour ne passer au final que quelques rares moments avec eux le week-end, harassée de fatigue, quand la corvée des courses, de la lessive et du ménage, est enfin effectuée.

 

1° En particulier, l'État reconnaît que, par sa vie au foyer, la femme apporte à l'État un soutien sans lequel le bien commun ne peut être atteint.
2° L'État, par conséquent, s'efforce de veiller à ce que les mères ne soient pas obligées par les nécessités économiques à travailler en négligeant les devoirs de leurs foyers.

 

L’État Irlandais garantit un revenu minimal aux mères isolées, et ceci est valable jusqu’aux 16 ans de l’enfant! Hélas pour les nouvelles mamans qui se retrouvent seules, il a été voté l’année dernière, qu’elles n’en bénéficieraient plus que jusqu’aux 13 ans de l’enfant! Donc, dorénavant, un enfant n’est un enfant que jusqu’à ses 13 ans! Ah, il n’y a pas qu’en France qu’ils rognent petit à petit les acquis sociaux, et ils savent le faire graduellement, sournoisement, de façon à ce que personne ne réagisse vraiment…

Voici tout de même un contraste frappant entre l’Irlande et la France (où les allocations de parent isolé cessent aux 3 ans de l’enfant, avec glissement vers le RSA ou quelque chose dans ce genre…)

 

Femmes d’ici et d’ailleurs, ne vous leurez pas davantage sur le Féminisme et la libération de la Femme, aussi noble soit la cause à l’origine, et penchez-vous toutes sur le précieux témoignage d’Aaron Russo:

 

(NB: Aaron Russo était un businessman, producteur et réalisateur de films hollywoodiens, avecEddy Murphy par exemple, et se présenta comme aux élections dans le Nevada en 1998. Il fut mis en contact avec un des Rockefeller. Nick Rockefeller devint son ami…pour un temps seulement. Après avoir réalisé à quel personnage il avait à faire, et se sachant condamné par le cancer, il décide de parler sur le canal d’une radio américaine, et également de réaliser une interview historique avec Alex Jones, sur ce qu'il a appris de la bouche de Nick Rockefeller. Il y est question du 11 septembre 2001, de la guerre contre le terrorisme, du CFR etc... Aaron est décédé le 24 Août 2007, 6 mois après cette interview, officiellement des suites de son cancer…)

 

“Que penses-tu du phénomène de l’émancipation des femmes?”. J’ai répondu que j’étais assez convaincu de combat pour cette émancipation, que je pensais que les femmes avaient le droit de travailler et d’être payées comme les hommes, qu’elles avaient le droit de voter. Il a rigolé et m’a alors arrêté en disant “Tu n’es qu’un idiot!”. Je lui ai dit “Pourquoi suis-je un idiot?”. Il m’a dit alors “Je vais te dire ce qu’il en est exactement. C’est nous, les Rockefeller, qui avons financé tout cela. Nous sommes à l’origine de ce mouvement de libération des femmes. Nous, qui possédons les journaux, les télévisions et la fondation Rockefeller. Tu veux savoir quelles sont les principales raisons qui nous ont amené à faire cela? La première est que tant que les femmes ne travaillaient pas, on ne percevait des impôts que sur la moitié de la population. La seconde raison était de scolariser les gosses plus tôt, on pouvait les endoctriner en brisant le lien familial, leur apprendre à penser et à obéir à l’autorité. Les enfants se mettent alors à considérer que leur véritable famille c’est l’Etat, et que les véritables représentants de l’autorité ne sont pas les membres de leur famille mais leurs enseignants. Et voilà la véritable raison pour laquelle nous avons poussé à l’émancipation des femmes.” Avant je considérais cela comme une tache noble, mais j’ai vu tout le mal qui se cachait derrière cette aventure.

 

Le texte précédent a été traduit, et voici à peu près la même interview en anglais sur ce lien:

http://www.financialsense.com/transcriptions/2006/0513russo.html

(…)"Aaron, what do you think women's lib was about?" And women's lib, I said: "I think that was about women having equal pay with men and having a right to work. You know, just like that won the right to vote. " And he says to me: "You know, you're an idiot. So this is the Rockafeller fella, and he said: "Your an idiot Aaron. Don't you know what it was really about? " I said: "What? Tell me." "Aaron, we got the press, and the television, the magazines to push women's lib as this really noble-noble things, this noble experiment to where women’s right to work and equal pay. It was about getting women into the taxing system so we could tax half the population that we couldn't tax before. And secondarily, it was about getting the kids into school at an early age, 'cause then we control their minds... We're gonna teach them how to think, to obey authority… (to break down the family, so that the populace becomes dependent upon government subsidized programs)" And when he said that to me, I just went: "Oh, my God!"

 

Tout homme est avant tout une énergie. Vous et moi, nous sommes avant tout de l'énergie. Il existe donc sur la Terre 7 milliards d'énergies, si le chiffre que l'on nous donne n'est pas une manipulation de plus. Chacun de nous comprend qu'énergie est synonyme de pouvoir. Le pouvoir est synonyme de contrôle. C'est ce principe qui régit les lois de l'univers. Il serait logique que nous sachions à qui nous donnons cette énergie. Le savons-nous, oui ou non ?

 

Je trouve scandaleux qu’en France, une femme seule n’ait le droit d’être une vraie maman que jusqu’aux 3 ans de son enfant!

Compatriotes françaises, posez-vous la question: à qui donnez-vous votre énergie? En ce qui me concerne, une maman se doit de donner son énergie, sa culture, son éducation, son savoir-faire, son expérience, son système de valeurs, à ses enfants… Et tout cela avec beaucoup d’amour! Et pas seulement jusqu’à leurs 3 ans! Après, il est trop tard, la vie est trop courte, le cancer galope aux 4 coins de la planète, et nul n’est à l’abris des drames qui nous entourent (ma propre mère est décédée elle aussi, 4 jours après la naissance de ma fille, mais cela n’est qu’un exemple de plus en plus commun). Dans un monde où aimer ses enfants est devenu un luxe, heureusement qu’il y a la Constitution Irlandaise… pour les irlandaises en tous cas… Mais posez-vous la question: qui sont les hommes et les femmes qui ont jugé cela normal à l’origine, qu’une mère travaille et fasse son boulot… à la maison? Eh oui, en 1937, et à ce jour encore, les irlandais nous donnent ainsi une lesson de bon sens! Pas de rémunération; seul profit: la culture d’un jardin “qu’on arrose avec son lait” et son amour… Les allocs ne sont pas énormes, mais comme disait quelqu’un d’autre “Le vrai luxe, de nos jours, ça n’est plus l’argent, mais le temps et l’espace”… En particulier celui que l’on partage avec ceux qui en ont le plus besoin: nos enfants!

 

Pour en finir avec ce sujet, nous faisons “l’école à la maison” depuis fin 2009, et j’affirme qu’il existe ici, comme partout ailleurs une réelle volonté de rabaisser le niveau d’éducation de nos enfants, de ne pas les doter de sens critique, de pas leur enseigner l’Histoire (en la résumant, en la réécrivant…) Car comment comprendre le présent et tout ce qui se passe si l’on ne connait ou ne comprend pas le passé? Le problème de l’Irlande, c’est qu’ils ne distinguent pas la religion et l’éducation, et que la religion fait partie du programme dans toutes les écoles. Dans toutes, sauf dans l’école “Educate Together”, qui compte maintenant une cinquantaine d’établissements sur toute l’île… A première vue, l’enseignement y est comme en France: il n’y a pas une seule religion enseignée (bien qu’un certain temps soit consacré à initier les élèves aux multiples religions mondiales), pas d’uniformes, mixité des élèves… C’est ce qui la rendit à mes yeux digne d’intérêt… Mais à y regarder de plus près, j’ai carrément changé d’avis!

 

Voici une première anecdote, qui concerne aussi sur les vaccins; Faisons un petit retour en arrière, début Septembre 2009, lorque par hasard je suis tombée sur un document officiel qui a fuit du Ministère de l'Intérieur, de la Santé et des Sports, décrivant dans ses moindre détails, la réalisation du plan de vaccination massive alors prévu auprès de la population française (avec délivrance de bons de vaccination munis d'une micropuce, équipes de vaccination allant directement dans les écoles etc..) De plus, un article était paru dans un journal irlandais, où l'on parlait de jeter les gens en prison s'il refusait de se plier à cela, au cas où ça serait obligatoire.

A partir de ce moment-là, j'ai fouillé, lu, regardé, j'ai beaucoup questionné, et me suis gavé d'informations. Bref, je me suis réveillée, il me semble, sur une réalité insensée... En l'espace de 15 minutes, à l'école “Educate Together” de ma fille, j'ai fait part de ces informations à la directrice, et lui ai demandé de me tenir au courant s'il y avait des mesures annoncées pour vacciner les enfants. Quelques jours après, la présidente du Conseil d'Administration de l'école, m'a dit que toute requête devait être faite par écrit. A ce moment-là, j’ai jugé opportun de traduire en anglais un document de Jean-Jacques Crèvecoeur, où point par point il dénonçait l'horreur, et l'habile génocide dont il est hélas question sous couvert d'une vaccination de masse... Ma requête fut que les parents des petits copains et copines de ma fille aient accès à une information “alternative”, contenue dans une page recto-verso, avant le début de la campagne en Irlande, qui coincidait à peu près avec les vacances de la Toussaint.

Je suis allée à l'école une seconde fois pour faire des copies pour les membres du Conseil, et les donner à la directrice. Je l'ai vu 5 minutes, nous avons échangé 3 mots, et je n'exagère qu'à peine. Bref, je lui ai remis les copies, et suis partie..

Deux jours plus tard, cette directrice a débarqué chez moi sans crier gare, accompagnée d'un "témoin", une maîtresse de l'école; je l'ai fait s'asseoir, elle m'a regardé bien en face, et m'a dit très sérieusement qu'elle était "inquiète à mon sujet". J'étais surprise, et lui ai demandé de s'expliquer. Ce qu'elle m'a dit m'a choqué, et n'était que mensonges et exagérations; elle était là, en face de moi, pour me faire savoir qu'elle avait prévenu les services sociaux à mon sujet, craignant pour mon état de santé mentale parce que:

- Je n'avais pas arrêté de lui parler du vaccin H1N1, tout le temps! FAUX: je ne l'ai vu et lui en ai parlé qu'une seule fois, en l'espace de 15 minutes, après une réunion avec les enfants à laquelle je m'étais rendue, ce qui n'était pas le cas de nombreux parents, d'ailleurs! La deuxième fois, on a échangé 3 mots de politesses et des photocopies!

- J'ai pleuré en lui parlant! FAUX: j'ai eu une larme à l'oeil, c'est tout. Je lui ai dit qu'il faudrait qu'elle dénonce ceux ou celles qui ne montreraient aucune émotion en parlant d'un éventuel génocide plannifié!

- J'étais très "intense". VRAI et FAUX: il y a plusieurs définitions à ce mot, c'est comme la notion de la relativité... On peut être passionné, mais être tout à fait maître(sse) de soi-même, de son discours etc. Elle m'avait averti que je n'aurai que 10 minutes pour lui parler, elle était pressée. C'était donc un condensé d'information, oui, mais très bien construit et articulé, dans un anglais impeccable de surcroît, si je me souviens bien.

- Je n'avais pas dormi depuis un mois. FAUX: Voilà la façon dont elle a transformé ce que je lui ai dit, que j'étais au courant d'une information alternative depuis un mois, pas que je n'avais pas dormi depuis un mois! En revanche, j'avais peu dormi la nuit précédente, de façon à avoir le temps de terminer la traduction du document que j'ai amené, (puisqu’on m'avait dit qu'il le fallait ce jour là dernière limite) et j'ai eu le malheur de lui parler de mon manque de sommeil, uniquement pour qu'elle prenne conscience que ce document méritait son attention.

 

J'ai immédiatement démonté son argumentaire, et l'ai rassuré comme décrit ci-dessus sur mon état de santé et physique, et mental, et elle s'en est allée sans aucune excuse. Ma soeur étant une scientifique connue, je lui ai dit qu'il n'y avait pas à s’inquiéter de l’état de nos neurones dans la famille... Comme si cela était naturel qu'elle ait averti les services sociaux! Si elle avait été inquiète, elle aurait pu m'en faire part au préalable! Une assistante sociale m'a téléphoné juste après, et bien sûr, et heureusement, ça s'est très bien passé...

 

Deux jours plus tard, dernier jour d'école avant les vacances de la Toussaint (ou d’Halloween) en Irlande, ma fille avait mal à la tête à son réveil. J'ai pensé qu'en plus, ça n'était qu'une demi-journée d'école, et que pour la première fois depuis le début de l'année, elle pouvait bien "rater" une demi-journée! Elle est donc restée à la maison ce matin-là. Nous allions sortir en ville en début d'après-midi, lorsque un gros panier à salade de flics s'est arrêté devant chez nous! Deux officiers en sont sorti, disant que la directrice les avait contacté, étant inquiète, cette fois-ci pour le bien-être de ma fille; je les ai fait entrer. Nous avons discuté, et ils ont compris qu'il y avait un peu comme une "fausse alerte", et un certain abus de pouvoir de la part de la directrice... Le sergeant était même gêné car ils n'avaient pas d'autre véhicule que le gros fourgon.. Je leur ai dit que je ne comptais pas faire une campagne nationale anti-vaccin, mais que je pensais juste ajouter ma petite pierre à l'édifice de la communauté, et de celle des enfants, amis de ma petite, et qu'il n'y avait rien d'extrêmiste, que je n'avais rien d'une activiste acharnée. Chacun est libre de ses opinions, en principe, et si j’avais su, j’aurais tout simplement fait des copies moi-même et les aurais distribuées aux parents... Cela me rapelle ce qu’une amie me disait: “Pour tuer ton chien, fait croire qu’il a la rage.”

 

La coupe était pleine, et cela coïncida d’ailleurs avec le moment où je me suis rendue compte que le niveau d’éducation de cette école était ridiculement bas… Les deux années précédentes (l’équivalent de la dernière année de maternelle et du CP), ma fille n’avait eu aucun devoir à la maison, aucun cahier ou livre d’aucune sorte. Là-dessus, un parent m’avait rassuré, affirmant qu’en raison de leur jeune âge, les enfants ont mieux à faire que d’être abrutis de travail… Je m’étais rangée à ce raisonnement, jusqu’à ce qu’elle rentre en 1st class (CE1). A ma grande surprise, rien n’avait changé, pas de lecture en classe, et les devoirs à la maison étaient encore quasi-inexistants!

George W.Bush, en 2001 implémenta une directive d’éducation aux USA, portant le nom de “No Child Left Behind”. Le logo de cette même directive figurait sur la brochure d’”Educate Together”. Contrairement aux apparences, et selon les propres mots de George W.Bush, cette directive visait à “donner assez d’éducation à tous pour qu’ils puissent réussir les tests”. Or, réussir des tests n’est pas le but de l’éducation, cela n’est pas une fin en soi! Cela ne permet pas de doter les élèves de sens critique, de réelles connaissances… “Afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles aux tests d’évaluation, des heures sont consacrées à la préparation . On aboutit à ce cercle vicieux où les écoles qui ont les plus mauvais résultats consacrent plus de temps à la préparation aux tests qu’à l’enseignement du programme . Au bout du compte, les élèves apprennent moins et sont moins bien formés”(from International School Psychology Association). On dote les enfants des outils nécessaires pour que dans le monde demain et celui de leur Nouvel Ordre Mondial, ils ne soient pas “laissés pour compte”, qu’ils puissent être utilisés ici et là, comme des petits esclaves programmés, ou des pions (qui n’ont pas assez d’éducation pour se rendre compte qu’on les manipule). Et puis, pour finir, cette école a découpé dans un grand paneau de bois une main géante, et consacré plusieurs heures par jour à faire ressasser aux enfants “Hi Five!”, comme le font parfois les américains, en leur faisant lever la main, comme le salut nazi! Une fois de plus, il me semble que j’ai été la seule à faire le rapprochement... Il y avait sur chaque doigt de la main, une phrase, et je me souviens des deux premières: 1-“Come to school” Viens à l’école 2-“Be respectful” Sois respectueux/se... Comme si ça n’allait pas de soi! Si l’on ne leur enseigne pas bien l’Histoire, les enfants ne comprendront jamais le présent, et sans doute demain se salueront-ils naturellement avec des “Hi Five” nazis...

 

La bonne nouvelle avec tout ça, c’est que l’ombre travaille, sans le vouloir, et sans s’en rendre compte, au service de la lumière, et que je suis depuis cet épisode, l'enseignante reconnue par le Ministère Education irlandaise, de ma fille. En France, cela s'appelle "l'école à la maison". Le salon s'est transformé en salle de classe, nous sommes heureuses, elle est ravie, c'est fantastique!

 

Bien à toi,


Marie.

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Parole de Lecteurs
commenter cet article

commentaires

eva R-sistons 27/02/2011 17:14



C'est un très beau texte,n'est-ce pas ? Criant de sincérité !  Cordialement eva



Jean 27/02/2011 09:38



Merci Marie pour ce texte particulièrement édifiant!


Nous sommes un couple de retraités, et pour avoir fait le choix d'un conjoint qui travaille et de l'autre qui reste à la maison pour éduquer les enfants, je peux dire que ce chemin est
particulièrement douloureux. A 50 ans lorsque le système vous laisse tomber et que vous avez encore quelques âmes à faire grandir, alors on s'accroche et on se lance en indépendant pour faire un
petit business et tenter de survivre... Mais c'était sans compter avec l'acharnement du système et de ses taxes, impôts, urssaf et autres... Aujourd'hui, après une carrière honorable, nous avons
plein de dettes que nous remboursement chaque mois au système qui ne nous oublie pas! Mais nous avons la fierté d'avoir tenu jusqu'au bout, d'avoir donné à nos enfants la chaleur d'un foyer
sécurisant et de leur avoir donné une vision positive et réaliste de l'avenir.


Il est vrai qu'aujourd'hui c'est bien difficile d'envisager une telle démarche. Tous les adultes doivent travailler et les enfants doivent être confié au système le plus tôt possible. C'est
douloureux de voir ces petits bouts partir le matin à l'école avec les yeux encore plein de sommeil.


Mais pourquoi ne laisse-t-on pas les gens vivre à leur rythme, découvrir le monde à leur manière? Laissez pousser les petits mozart!


Il nous arrive d'être bien triste car nous ne savons pas ce qu'il faut faire pour préparer un monde plus humain.


Merci encore pour votre message qui nous montre que finalement nous sommes nombreux à penser que le système est pervers et tout, sauf démocratique...



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche