Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 08:44

Le vrai bilan de l’Union européenne et de la mondialisation apparaît au grand jour

En ce 3 août 2011, deux informations importantes et opposées se sont télescopées.

D'une part, les marchés boursiers du monde occidental ont enregistré leur 8ème séance de baisse d'affilée. À Paris, l'indice CAC 40 a clôturé en repli de -2,08 %. Cela représente une chute constante et cumulée de -10,5% depuis l'annonce, hollywoodienne et mensongère, du prétendu "deuxième plan de sauvetage de la Grèce". La dégringolade étant comparable à Londres, Francfort, Milan et New York sur la même période de dix jours, ce n'est pas verser dans le sensationnalisme que d'estimer que nous assistons au début d'un nouveau krach boursier dont les conséquences pourraient être redoutables.  

D'autre part, et cette information a fait beaucoup moins de bruit, on a appris que l'économie chinoise venait de nouveau de surprendre tous les observateurs par la vigueur de sa croissance. Le PIB du 4ème trimestre 2010, publié ce matin, a en effet progressé de +9,8% (contre +9,2% anticipé), après +9,6% au 3ème trimestre. Sur l'ensemble de 2010, la croissance chinoise a ainsi atteint le résultat phénoménal de +10,3%, contre +9,2% de 2009.

La divergence de ces évolutions, entre un monde occidental qui accumule des problèmes de plus en plus graves et un monde chinois - et asiatique - en pleine ascension amène à se poser une question toute bête : comment en est-on arrivé là ?

 

.

LES RÉSULTATS DE LA POLITIQUE DE "MONDIALISATION INÉVITABLE" IMPOSÉE PAR LES ÉTATS-UNIS ET LA COMMISSION EUROPÉENNE

 

.

Contrairement à ce que la propagande a asséné aux Français depuis des années, la"mondialisation inévitable" était parfaitement "évitable". Il ne s'est pas agi d'un phénomène extra-terrestre sur lequel nul n'avait prise. Il s'est agi d'une série de décisions mûrement délibérées, qui ont été imposées conjointement par le gouvernement américain et la Commission européenne au tournant des années 1990-1994.

 

Le rôle décisif de la Commission européenne


En particulier, et bien que méconnu des Français, l'accord dit de "Blair House" signé à Washington le 20 novembre 1992 entre le négociateur américain M. Mickaël Kantor (US Trade Representative) et le Commissaire européen britannique chargé des négociations commerciales multilatérales, Sir Leon Brittan, a joué un rôle décisif en la matière. 

Outrepassant ses pouvoirs de négociations et mettant principalement le gouvernement français devant le fait accompli, le représentant de la Commission européenne céda des points cruciaux en matière agricole (en particulier sur les oléagineux et l'accès au marché), ce qui permit d'ouvrir ensuite la voie à la conclusion des accords de Marrakech créant l'Organisation Mondiale du Commerce.


Il s'agit ici d'un point capital, que nos concitoyens ignorent totalement : si l'Union européenne n'avait pas existé pour imposer l'ultra-libéralisme voulu par les Américains tout en empêchant les États d'Europe de défendre leurs intérêts nationaux, il n'y aurait pas eu de "mondialisation inévitable".


 

20 NOVEMBRE 1992 : LE PRÉ-ACCORD DE BLAIR HOUSE CONCLU ENTRE LE US TRADE REPRESENTATIVE ET LE COMMISSAIRE EUROPÉEN OUVRE LA VOIE À LA MONDIALISATION DITE "INÉVITABLE" ------ De gauche à droite : 1) Mickaël Kantor, Représentant américain au Commerce - 2) Blair House, résidence officielle des hôtes du président des États-Unis - 3) Leon Brittan (anobli depuis lors), Commissaire européen britannique en charge des négociations commerciales multilatérales - 4) Dix mois après, la couverture du journal Libération (N°3857 du 15-10-1993) revient sur la façon dont ce pré-accord a été conclu, tout spécialement au préjudice de la France.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Cette politique, couronnée par les Accords de Marrakech du 15 avril 1994 et la création de l'OMC, a eu pour conséquence :

  • - de démanteler une grande partie des réglementations aux échanges de capitaux, de marchandises et de services qui protégeaient les économies américaine et européennes d'une concurrence frontale avec des pays à très bas coûts de salaires et de charges,
  • - d'autoriser toutes les entreprises occidentales (grandes et petites) de tous les secteurs (agriculture, industrie et services) à transférer des milliards de dollars ou d'euros vers des pays comme la Chine pour y construire des usines, des bureaux et des centres de recherche afin d'y délocaliser leurs activités,
  • - d'autoriser ces mêmes entreprises à réimporter dans les pays occidentaux toutes leurs productions ainsi réalisées à très bas coûts.

Cette politique de démantèlement a été totalement asymétrique puisque les pays à très bas coûts (Chine, Inde, Asie du sud-est) se sont bien gardés d'accepter une même déréglementation pour ce qui les concerne.

 


QUELS ONT ÉTÉ LES RÉSULTATS ?


  • 1- dans un premier temps (une quinzaine d'années), les détenteurs de capitaux occidentaux ont engrangé des profits de plus en plus colossaux grâce à ce transfert de production vers des pays pauvres ; les consommateurs occidentaux ont également profité de produits incroyablement bon marché dans certains domaines (vêtements, jouets, produits électroniques, électroménager, etc.).
  • 2- mais au même moment, ce que gagnait le consommateur occidental, le salarié (c'est-à-dire la même personne) le perdait : fermeture d'usines, montée continuelle de la précarité, pressions à la baisse sur les salaires, démantèlement progressif des acquis sociaux obtenus par nos aïeux entre, disons, 1860 et 1985.
  • 3- produisant de moins en moins de produits concrets, les économies occidentales (et les États-Unis au premier chef) sont devenues des économies de consommateurs. Les destructions d'emploi dans l'agriculture, l'industrie et les services n'ont pas été compensées, ni en nombre ni en qualité, par les créations d'emploi. Celles-ci se sont en effet concentrées dans les secteurs de la distribution (vente de produits en hypermarchés), des services (banques, informatique, restauration) et des loisirs (jeux vidéos, ..). C'est-à-dire, si l'on y réfléchit bien, dans des activités essentiellement virtuelles et périphériques aux productions tangibles.
  • 4- quitte à forcer le trait, l'ensemble du monde occidental s'est ainsi mis dans la position du rentier, du retraité, du vacancier ou du chômeur indemnisé, en faisant faire le travail par des gens sous-payés situés à l'autre bout du monde. Sous couvert de modernité et de "mondialisation heureuse", le gouvernement américain et la Commission européenne nous ont ainsi concocté une économie de type esclavagiste, pour le plus grand profit d'une infime classe de détenteurs de capitaux, mais aussi pour celui des rentiers et des retraités ayant placé leurs économies dans des fonds de pension.
  • 5- derrière tous les artifices de présentation, les économies occidentales - au premier rang desquelles l'économie américaine - sont devenues des économies parasites (c'est l'adjectif utilisé avant-hier par le Premier ministre russe Poutine à l'encontre des États-Unis), qui produisent de moins en moins de richesses RÉELLES.
  • 6- ce qui ne peut que résulter d'un tel système est clair : à terme, c'est un appauvrissement de la grande masse des peuples occidentaux qui se profile.
  • 7- pour masquer cet appauvrissement tendanciel, l'ensemble du système financier a poussé à une hausse exponentielle des crédits. Cela a été notamment le cas des crédits aux particuliers, tout spécialement aux États-Unis, afin de leur permettre de poursuivre pour quelque temps encore une insouciante "dolce vita", toute relative d'ailleurs. 

C'est cet endettement généralisé, conjugué à la baisse continuelle de l'activité économique RÉELLE - et non VIRTUELLE -, qui est en train de conduire les États-Unis et l'Europe vers la catastrophe.


 Car puisque l'on ne peut pas tabler sur une augmentation exponentielle et sans fin de l'endettement public et privé, il arrive fatalement un moment où tous les peuples vont enfin découvrir le pot-aux roses :

  • - les pays occidentaux ne produisent plus assez de richesses réelles pour maintenir le niveau de vie de leurs populations.
  • - les dirigeants américains et ceux de l'Union européenne, et tous ceux qui nous intimé l'ordre de leur faire confiance, ne sont pas des hommes d'État mais des Jérôme Kerviel de la politique. Leur dramatique irresponsabilité collective est en train d'éclater au grand jour.

LE BASCULEMENT DES POUVOIRS MONDIAUX

--------------------------------------------------------

Comme le dit un proverbe bouddhique chinois, "shan e daotou zhong you bao" = "Le bien et le mal finissent toujours par avoir leurs récompenses respectives".


Après une vingtaine d'années de cette stratégie proprement suicidaire, les États-Unis sont en train de s'effondrer industriellement, économiquement, financièrement, mais aussi mentalement et psychologiquement. C'est aussi, hélas, le cas de nombreux pays d'Europe, qui les ont imités servilement à cause du piège de la "construction européenne".

 

A contrario, après une vingtaine d'années de transferts gigantesques de toutes les usines et de tout le savoir faire occidental, et après autant d'années de labeur inouï et sous-payé du peuple chinois au profit de l'Occident, la Chine est en passe de devenir la première puissance de l'univers.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

SYMBOLE DU BASCULEMENT DES POUVOIRS PLANÉTAIRES : tandis que l'euro est au bord de l'explosion et que le dollar ne cesse de s'effondrer, la Chine se paye désormais le luxe d'envoyer elle-même des hommes dans l'espace grâce à sa fusée "Longue Marche".

 


Compte tenu de la masse de sa population (22% des êtres humains sont des Chinois), la Chine peut commencer désormais à se passer de l'Occident pour poursuivre son développement. Elle est entrée dans une phase de développement dit "endogène", c'est-à-dire que le nombre de consommateurs potentiels est désormais suffisamment colossal sur son marché intérieur pour que la chute de l'empire euro-atlantiste ne la trouble plus trop.

Le basculement phénoménal des pouvoirs planétaires qui est en cours est en train de ramener le monde plusieurs siècles en arrière.


Par exemple à la fin du XVIIIe siècle, lorsque la Chine dégageait un excédent commercial géant vis-à-vis de l'Europe des Lumières, avide de soieries, de thé, de porcelaines et de laques. L'empereur chinois Qian Long pouvait alors se permettre de renvoyer Lord MacCartney chez lui, sans une seule concession, cet ambassadeur extraordinaire que George III avait expédié en Chine pour y obtenir que l'Empire céleste s'ouvre aux produits britanniques afin de rétablir la balance commerciale.

Espérons que nous ne remonterons pas le temps davantage encore, pour en revenir au VIIe siècle. À cette époque lointaine, la Chine connut l'une des plus brillantes périodes de son histoire - aussi bien du point de vue économique que culturel. Ce fut le miracle de la Dynastie Tang, qui brillait de tous ses feux tandis que l'Occident vivait dans le Haut Moyen Âge le plus sombre. Pendant que la littérature, la poésie, la statuaire et la peinture chinoises atteignaient leur apogée, nos ancêtres subissaient les Mérovingiens et le roi Dagobert "mettait sa culotte à l'envers" (ce qui n'est historiquement pas tout à fait exact d'ailleurs)... 

 

CONCLUSION 

-----------------

Pour mettre un terme à ce déclin et chasser les Mérovingiens de notre époque, il n'y a pas de solution facile et nous risquons fort de rencontrer des années très difficiles.  

Il ne s'agit nullement d'avoir peur ou d'incriminer la Chine ou les pays d'Asie, comme nous y invitent maintenant les européistes acharnés, qui dévoilent d'un coup le visage hideux du racisme et de la xénophobie.


Non seulement la France n'a pas à avoir peur de la Chine, pas plus que d'aucun pays du monde, mais notre pays entretient d'excellentes relations avec la Chine, comme elle en entretient avec l'Inde, ou avec le Brésil, ou avec la Russie, ou avec tant d'autres pays. 


 

 

LE FLORISSANT PARTENARIAT FRANCE - CHINE. C'EST L'UNE DES INNOMBRABLES PREUVES QUE LA FRANCE NE SERA PAS DU TOUT "ISOLÉE" QUAND ELLE SERA SORTIE DE L'HORREUR EUROPÉISTE ; ELLE SE PORTERA AU CONTRAIRE BEAUCOUP MIEUX !

 

- Pendant que les européistes nous incitent à la haine des Autres et essaient de faire peur aux Français en agitant le péril jaune, les mêmes responsables concluent en sous-main des accords bilatéraux fructueux avec nos partenaires chinois. C'en est assez de ces mensonges : le document mis en ligne par le ministère des Affaires étrangères montre que les diplomates français tentent de sauver ce qui peut l'être de l'influence française grâce à des accords bilatéraux en dehors de l'UE : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IM...

 

.

Ce dont il s'agit en revanche, c'est de garantir la paix du monde, de rendre à la France son influence et sa prospérité, et de permettre aux Français de retrouver leur démocratie tout en conservant leur niveau de vie. Pour tout cela, il n'y a pas d'autre solution que de reprendre en mains notre destin collectif. Comment pourrait-on en laisser encore la conduite à des chauffards européistes qui ne cessent d'avoir des accidents et qui nous ont entraînés maintenant dans le fossé ? 


Nous devons retirer en urgence le pouvoir à tous ces charlatans de l'européisme qui nous avaient promis que l'Union européenne, l'euro et la mondialisation "inévitable" nous apporteraient prospérité et plein emploi. Cela implique de dénoncer tous les traités européens et de sortir de l'euro et de l'Union européenne, sereinement mais résolument, en vertu de l'article 50 du traité sur l'Union européenne.


Plus que jamais, les analyses et les propositions de l'UPR s'imposent.

François Asselineau

 

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-vrai-bilan-de-l-union-98588

 

.

 

Auteur de l'article

François Asselineau

François Asselineau

François Asselineau 53 ans, HEC, vice major de-l’ENA, Inspecteur général des finances, a été membre de cabinets ministériels (notamment auprès de Gérard Longuet, ministre de l’Industrie et du Commerce extérieur, et d’Hervé de Charette, ministre des affaires étrangères). Il a également été directeur de cabinet de Charles (...)

 

.

 

Partager cet article

commentaires

christiane lapotre 06/08/2011 16:11



Oui, sortons de l'euro et de l'Europe, ce rouleau compresseur qui nous détruira si nous ne prenons pas la ferme décision d'envoyer tous ces bureaucrates incompétents et grassement payés dans les
oubliettes de l'Histoire.  Disons-leur de prendre leur retraite immédiatement et de mettre au feu tous ces traités illégaux qu'ils ont concoctés dans notre dos.  Que les peuples
européens s'emparent des parlements de Bruxelles  et de Strasbourg pour les transformer en tribunaux internationaux qui jugeront tous les députés comme Cohn Bendit et ceux de ses complices
qui ont fait de nos pays des  comptoirs de pauvreté et de précarité.



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche