Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 03:32
http://africa.jeuneafrique.com/partis-politiques-processus.htm
Législatives en Egypte: le parti au pouvoir refuse toute "ingérence étrangère" ,

Législatives en Égypte Dans un climat de confrontation

Par : DJERRAD Amar



Les législatives ont eu lieu en Égypte dans un climat de violences et de restrictions. Elles ont été marquées par des irrégularités, notamment de nombreux cas de fraude dénoncés par l’opposition, alors que le pouvoir ne cessait de les promettre “libres et régulières”. Plusieurs heurts avec les forces de l’ordre ont eu lieu dans divers endroits du pays, déplorent l’opposition et des organisations de défense des droits civiques. Le parti au pouvoir, le PND de Hosni Moubarak, est assuré de garder la majorité des deux tiers des sièges, alors que les Frères musulmans, qui avaient réussi une percée en 2005, craignent cette fois-ci en perdre. Nombre d’organisations ont critiqué l’organisation de ce scrutin le jugeant éloigné des standards d’un vote démocratique. Human Rights Watch considère que “la répression … fait que des élections libres et justes sont extrêmement improbables”. Le chef du bloc parlementaire des Frères musulmans dénonce le “climat de trucage” dans ces élections qui “dépasse l’imagination”. L’opposition dite “laïque” semble faible du fait de son morcellement et de l’absence de stratégie commune, et Mohamed ElBaradei n’a pas été suivi dans son appel au boycott. Avant ce scrutin, les manifestations de chrétiens coptes suivis d’affrontements violents avec les forces de sécurité ayant engendré deux morts coptes et plusieurs dizaines de blessés dont une vingtaine de policiers, suite à une décision des autorités d'arrêter les travaux de construction d'une église considérée illégale, avaient été enregistrés. En pleine législatives sur fond de confrontation, le ministre égyptien des AE Ahmed Aboul Gheit se permet de fustiger l’Iran, dans une interview au journal qatari Al-Sharq, en déclarant que “les interventions de l'Iran dans les affaires intérieures du Golfe ne doivent pas être autorisées”, en conseillant les “frères iraniens (...) de laisser l'Irak tranquille, de même que le Liban (…)”, en ajoutant : “La sécurité des pays du Golfe est prioritaire, et l'Égypte y accorde beaucoup d'attention.” Le ministère iranien des AE répond, selon une “source informée”, que ces déclarations “(...) sont influencées par la grave situation intérieure de l’Égypte (...) et visent à détourner l'attention de l'opinion publique internationale de la violation des droits primordiaux de la population de ce pays”, en conseillant à son tour M. Aboul Gheit de
“(…) penser à assurer la sécurité et les droits de l'Égypte qui sont constamment violés par le régime sioniste plutôt que de servir les intérêts des ennemis de la région (…)”. Par ailleurs, deux à quatre personnes sont décédées au cours des violences qui ont marqué ce premier tour de l'élection législative en Égypte, ont rapporté hier la presse et des observateurs égyptiens. Le quotidien indépendant al-Masri al-Youm parle de quatre morts, de même que le titre anglophone Egyptian Gazette, qui fait état de décès au Caire, à Alexandrie, en Haute-Égypte et dans le delta du Nil. La Coalition indépendante pour l'observation des élections fait état d'au moins trois morts dus à ces violences.

 

http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=146615

 


2 poids 2 mesures.


Des élections illégales en Egypte ne sont pas dénoncées, parce que ce pays courbe l'échine (moyennant finance) devant l'Empire.

Et au Liban, un Tribunal fantoche va juger le Hezbollah pour un crime qu'il n'a pas commis, comme la Syrie: Deux beaux prétextes pour un même assassinat... perpétué par les Occidentaux eux-mêmes (allemands ? Voir plus loin le post de Th Meyssan).

La politique de l'Occident est une abjection... eva R-sistons

 


Sur ce site, je trouve ceci :

 

 

 

Par : DJERRAD Amar 

 

Quand Israël s’emploie à pervertir les valeurs de l’Europe !

 

 

Le gouvernement conservateur de Grande-Bretagne semble décidé, selon William Hague, le secrétaire au Foreign Office, qui a visité récemment Israël, à modifier ses lois relatives aux crimes de guerre par lesquelles un juge peut, sur demande d’un plaignant, délivrer un mandat d’arrêt contre une personnalité étrangère en visite sur le territoire britannique.

(Eva: Quand Israël commande, les toutous s'inclinent)


Comme plusieurs plaintes ont été déposées, en particulier par des ONG des droits de l'homme, contre des dirigeants politiques et militaires israéliens, plusieurs déplacements de responsables israéliens n’ont pu s’effectuer — même dans le cadre des “négociations stratégiques” entre Londres et Tel-Aviv prévues en octobre dernier — surtout après le “Plomb durci” et l’attaque sanglante contre la “flottille de la liberté”. Le gouvernement britannique envisage donc de renier ses principes en promettant de changer ses lois, certainement sous les pressions des lobbies sionistes, en présentant une nouvelle version au Parlement, limitant la compétence des tribunaux, pour satisfaire les désidérata d’Israël.

 

Il s’agit donc de prémunir les criminels israéliens d’une arrestation ou de poursuite, même si, quelques mois auparavant, le Mossad a violé la souveraineté britannique lorsqu’il a usé de faux passeports britanniques pour assassiner un leader palestinien. L'ex-PM Gordon Brown avait déjà promis de les modifier, mais sans suite du fait du changement de gouvernement. Voici que les conservateurs réitèrent cette promesse qui ne manquera pas de provoquer des vagues de contestation contre une justice où l’on peut moduler les lois selon les intérêts et l’amitié (on apprend déjà qu’une lettre signée par 102 députés réaffirmant le maintien de la législation actuelle de “compétence universelle”).

 

Cette amitié qui s’inscrit dans le cadre de “l’Association de l’amitié israélo-britannique”, dont font partie David Cameron, W. Hague et d’autres ministres. Rappelons que la Belgique avait été contrainte de changer le même genre de lois lorsque des Palestiniens avaient tenté de saisir ses tribunaux contre Ariel Sharon pour les crimes qu’il avait commis à Sabra et Chatilla ; suivie aussi de l’Espagne qui voulait éviter de se voir saisir après le bombardement diabolique de Gaza. Lorsque l’Arabie saoudite avait demandé à Londres de lui livrer 2 opposants, les ex-PM, John Major et Tony Blair, avaient argumenté qu’ils ne pouvaient interférer dans la justice de leur pays.

 

Israël, en effet, “dénude l’Europe de ses valeurs républicaines et des droits de l’homme” par la puissance de ses lobbies qui dominent ses gouvernements ! Il continue à provoquer ou à agresser les pays voisins, à voler les terres des Palestiniens, à mener une politique d’épuration, à développer son arsenal nucléaire militaire, à bafouer les lois internationales, car assuré de son impunité, en se permettant même de faire la morale aux nations. Israël se moque du monde ! Le rabbin new-yorkais Yisroel Dovid Weiss, membre de Neturei Karta internationale, résume la situation ainsi : “Les tentacules du sionisme sont telles que les pays occidentaux sont ses laquais (…) les hommes politiques (…) sont soumis à des pressions ou menacés de toutes les calomnies s’ils ne sont pas suffisamment loyaux à Israël (…)

Ils ont créé des organisations juives qui prétendent contrôler les peuples, les nations et les autres religions (…) s’emploient à dicter (…) ce qu’ils doivent dire ou ne pas dire, croire ou ne pas croire et qui passent leur temps à humilier et à exiger des excuses, des réparations financières.” On saisit, dès lors, que le prétexte “humain” qui a prévalu pour l’instauration de ce genre de lois et la cause qui a amené à les annuler montre bien les cibles véritables que ces lois visaient. C’est-à-dire les pays faibles, souvent riches en matières premières et en chantiers inépuisables, pouvant compromettre les intérêts des lobbies. Ces lois ont été conçues comme instruments de chantage aux “Droits de l’homme” telle “l’épée de Damoclès”. Si un pays “ami” se trouve en difficulté par ces lois, on les change carrément ! C’est le cas d’Israël. On est donc dans le même esprit colonialiste prédateur mais drapé de prétextes “humains” et couvert par la “légalité”. Il ne s’agit aucunement d’un rapport au droit. Et tous les TPI, CPI et autres TSL ne peuvent être perçus autrement que comme instruments politiques de domination érigés à leur service. Ces institutions ne peuvent faire preuve de leur caractère purement judiciaire ou de leur indépendance. (C'est ce qui va se passer bientôt avec le Tribunal fantoche contre le Hezbollah ... eva)

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche