Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 03:44

Par le Dr. Thomas Althaus

1220076031xG4BUaH

Introduction 

Les animaux de compagnie peuvent être un soutien important dans la vieillesse. L'estime de soi passe manifestement par la conscience, d'être utile et nécessaire.

Les animaux de compagnie permettent aussi de satisfaire aux besoins de se soucier de quelqu'un, ou de devoir se soucier et de prendre des responsabilités.

De plus ils empêchent l'arrivée d'un sentiment de solitude et d'égarement. Il ne s'agit ici en aucun cas de remplacer le contact avec les personnes par un animal de compagnie. On essaie plutôt d'éviter qu'ils ne s'isolent pas, de les garder intéressés, actifs et entreprenants pour soient ainsi en mesure de créer et maintenir des contacts et des relations avec d'autres personnes. 

Dans les sondages, les propriétaires d'animaux expliquent encore et toujours, que leurs animaux leur donnent le sentiment «d'être utile», «d'être là pour quelque chose», «de ne pas être seul».

De plus un animal permet «de s'oublier soi-même et ses problèmes» et «de remplir ses loisirs de manière sensée». Tous ces arguments, dont le sens augmente avec l'âge.


Photo 2009 4 septembre 100-copie-1


Bases scientifiques

«L'étude des perruches ondulées» 


Dans une expérience que l'on peut presque qualifier de classique, les deux chercheurs anglais Mugford et McKominsky ont en 1974 doté des personnes âgées et seules de trois formes différentes «d'aides vivantes» :

  • Un groupe a obtenu la visite régulière d'une travailleuse sociale et un bégonia, une plante donc.
     
  • Le deuxième groupe a également obtenu la visite d'une travailleuse sociale, mais une perruche ondulée, un animal donc.
     
  • Et le troisième groupe a seulement obtenu la visite d'une travailleuse sociale.

 

La comparaison des trois groupes après une période de 5 mois a rapporté que la présence d'un animal de compagnie avait eu des effets bienfaisants sur le psychisme de son propriétaire et sur son comportement social: peu à peu les personnes du deuxième groupe (et seulement celles-là) ont ainsi arrêté de se plaindre de leurs infirmités et de leurs souffrances ou des contrariétés de la vie.


Elles discutent à la place avec d'autres gens de leur nouveau compagnon d'appartement. L'animal de compagnie n'a pas seulement facilité le contact avec les prochains, l'estime de soi a été accrue, de même que la vigueur spirituelle et le contentement général.

 

 

Effets positifs divers 

Depuis de nombreuses recherches scientifiques ont été menées dans le monde entier sur les interactions entre la personne âgée et son animal de compagnie. Celles-ci ont été non seulement à même de confirmer encore et toujours les résultats de «l' étude des perruches ondulées», mais en plus de montrer des effets positifs supplémentaires des animaux de compagnie sur les personnes âgées:

 

  • Les animaux de compagnie aident à lutter contre l'apathie et l'absence d'intérêt. Les personnes âgées commencent à plus s'intéresser aux événements dans leur entourage.
     
  • Ils aident à surmonter les événements tristes, en représentant par exemple une référence vivante à une personne décédée ou en devenant un nouveau centre d'affection.
     
  • Ils empêchent ou diminuent l'inattention et la confusion, en agissant comme une sorte de «donneur de temps» (horloge) et en maintenant un rythme journalier.
     
  • Des dépressions peuvent être évitées, car le propriétaire d'un chien doit s'occuper de quelque chose d'autre que de lui-même et de ses propres problèmes.
     
  • Les insuffisances psychiques et physiques peuvent plus facilement être supportées, lorsqu'un animal de compagnie partage la vie de quelqu'un.
     
  • Les animaux de compagnie incitent à une activité physique. Qu'il s'agisse de jeux avec eux, de les nourrir, les soigner ou de les promener à l'air libre.
     
  • Les animaux de compagnie apportent une sécurité surtout chez les personnes seules. Déjà l'aboiement d'un chien a tendance à éloigner les visiteurs inopportuns.
     
  • Et non des moindres: les animaux de compagnie égayent, amènent quelqu'un à rire, remontent le moral.

 

Bon pour le corps et l'esprit 
Encouragement du bien-être corporel 


Caresser un chien ou un chat abaisse de manière vérifiable la pression sanguine, le pouls diminue, un état de détente s'installe.

Un animal de compagnie peut aussi prolonger la vie, comme le prouve une recherche sur le cours de la guérison de 92 patients après un infarctus du myocarde en relation avec leurs situations sociales. 

De tous les facteurs considérés la possession d'un animal de compagnie fut celui qui augmenta de la manière la plus marquante le chance de survie dans la première année après l'opération.

Des 28 patients sans animaux de compagnie 11 sont décédés, soit exactement 30% dans la première année, mais des 50 patients avec un animal de compagnie seulement 3 sont décédés, soit 5%. 

Comme les animaux de compagnie diminuent et empêchent des sentiments d'impuissance et de peur ainsi que des états de tension et d'excitation, ils réduisent aussi l'apparition d'un large spectre de maux chroniques, qui peuvent apparaître comme conséquences de tels états d'esprit. Ils contribuent de manière inestimable à la santé publique.

Le Prof. O. Neumann de l'institut pour le sport et la science sportive de l'université d'Heidelberg est de l'avis, qu'«une des raisons fondamentales de la déchéance précoce des personnes âgées se trouve dans la réduction de leurs habitudes de vie à une présence sans beaucoup de mouvements.»

En particulier la diminution causée par l'âge de la capacité du système cardio-vasculaire peut être retardée par les promenades régulières et rapides avec un chien.

 

Animaux dans un home 
Expérience étrangères positives 


Sous le titre «Avez-vous déjà prescrit un animal de compagnie?» le psychologue de Bonne, Prof. Dr. Bergler, pense que l'espérance de vie des seniors en plus ou moins bonne santé dépend de manière décisive du niveau de la stimulation sociale.

En particulier on exige peu des locataires d'une maison de retraite et ils sont isolés. Cependant les vivants «thérapeutes des sentiments» à quatre pattes sont refusés la plupart du temps par les autorités et les responsables de home à cause d'un souci excessif d'hygiène et de charge de travail. 

Le professeur Erhard Olbrich de l'institut de psychologie de l'université d'Erlangen confirme et attire l'attention sur le fait, que chez les jeunes gens les aversions envers les personnes âgées, malades peuvent grandir. Même chez les soignants expérimentés un «burn-out», soit l'impuissance et l'utilisation de toute l'énergie, peut apparaître malgré une bonne formation et les meilleures intentions.

Les animaux maintiennent au contraire sans condition la relation avec les gens et ne succombent pas à leur propre susceptibilité. Les animaux peuvent permettre de dépasser des barrières dans les contacts.

La personne âgée, poursuit Olbrich, a besoin d'une contribution émotionnelle, d'un auditeur et aussi du sentiment, qu'elle peut encore exercer un contrôle et porte une responsabilité. 

C'est pourquoi il n'est pas surprenant que le gérontologue, le Prof. Dr. H.B. Stähelin de la clinique médicale gériatrique de l'hôpital cantonal de Bâle, s'exprime pour que les maisons de retraite soient généreuses, lorsqu'il s'agit de l'autorisation d'un animal de compagnie. Naturellement une détention adéquate devrait être fournie. Il attire l'attention sur une clinique en France, où les animaux servent pour les soins prolongés comme éléments de stimulation psychique

En Californie les animaux sont acceptés les bras ouverts dans toutes les maisons de retraite et les colocations de seniors. Le Minnesota, le New Jersey et le Massachusetts ont des règlements semblables. Le professeur Olbrich était enthousiaste sur ses expériences, qui ont été faites dans un home pour seniors près de Erlangen. Les animaux dans le home ont fait augmenter en peu de temps l'attention, le rire, la fréquence des contacts entre personnes et les sujets de discussion. 

Dans une recherche scientifique faite en Australie, dans laquelle les 60 patients infirmes d'un home de soins avec une moyenne d'âge de 80 ans et naturellement aussi le personnel soignant ont été intégrés, les craintes exprimées au départ contre la présence du chien (aboiement, le chien pourrait être sur le chemin, dérangements, problèmes de discipline et d'entraînement) ont complètement disparu en l'espace de six mois.

Il était assez surprenant, qu'un quart du personnel était du même d'avis, que le chien aurait diminué la charge de travail. 

Aussi au «The Haven», un home de personnes âgées à Kent, où on a permis aux habitants de prendre leurs animaux de compagnie, quelque chose de semblable a été constatée.

Les animaux de compagnie ont eux aussi ici un effet positif sur la relation entre le personnel soignant et les pensionnaires - en plus de la joie, qu'ils apportent pas seulement à leurs propriétaires, mais aussi aux autres pensionnaires.

 

Source: http://olljosy.pagesperso-orange.fr/Infos/Presse/animauxcie_persagees.htm

Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3 Unknown-3

 

 

http://lesamisdeschatsdeportvendres.over-blog.com/article-les-65081239.html

 

 

Adoptez des chat adultes stérilisés!

gifs chats

 

 

sterilisation1.jpg

 

.

 

L'action des municipalités en partenariat avec les associations

.


chatserrantsbonson__Small__0.jpg 4 avril 2011:

Journée des animaux errants 

 

401040bienvenue_24.jpg

 

 

  • Les Amis des Chats de Port-Vendres (APCV)

 


Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Animaux
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche