Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 05:18

Les coopératives peuvent elles être un outil de développement des territoires ?

 

Les territoires sont aujourd'hui inscrits dans un nouvel environnement qu'ils doivent prendre en compte pour assurer leur développement local[1]. Ce nouvel environnement est marqué par la concurrence et l'expansion du domaine marchand, le stress écologique et démographique, les crises issues de la financiarisation de l'économie, la transformation des autorités publiques par le transfert au local des compétences et par le retrait de l'autonomie financière. L'effet social d'un tel environnement est globalement une perte de confiance, base de toute société, qui pousse à la recherche d'alternatives ou au repli sur soi et la défense de ses intérêts propres.


Emmanuel BOUHIER
Lundi 8 Août 2011


Les coopératives peuvent elles être un outils de développement des territoires ?
Les territoires sont aujourd'hui inscrits dans un nouvel environnement qu'ils doivent prendre en compte pour assurer leur développement local[1]. Ce nouvel environnement est marqué par la concurrence et l'expansion du domaine marchand, le stress écologique et démographique, les crises issues de la financiarisation de l'économie, la transformation des autorités publiques par le transfert au local des compétences et par le retrait de l'autonomie financière. L'effet social d'un tel environnement est globalement une perte de confiance, base de toute société, qui pousse à la recherche d'alternatives ou au repli sur soi et la défense de ses intérêts propres.

Dans ce contexte, le développement des territoires passe-t-il par les coopératives ?

Les coopératives souffrent certainement d'une image passéiste les confinant à une économie du pauvre, paysan ou ouvrier. En réalité, elles sont porteuses d'un modèle qui peut apporter des réponses adaptées et efficaces aux défis de notre temps, basées sur la démocratisation de l'économie, la participation sociale et l'association volontaire. L'ONU a d'ailleurs décrété l'année 2012 comme l'année internationale des coopératives avec pour slogan :"Les coopératives, des entreprises pour un monde meilleur"[2].

Dans un premier temps, il convient de faire le point sur l'originalité de cette forme d'entrepreneuriat. Ensuite, nous nous questionnerons sur l'apport des coopératives dans le développement des territoires. Nous conclurons sur les coopérations possibles entre le mouvement coopératif et les territoires pour un développement mutuel.

I) Les spécificités d'une entreprise coopérative

Les coopératives investissent tout le champ économique. Coopératives agricoles pour la commercialisation des produits[3] ou pour l'utilisation de machines (CUMA)[4], banques coopératives[5], coopératives d'achat, d'artisans, d'artistes, de consommateurs, de logement[6] et bien sûr coopératives ouvrières de production, appelées aujourd'hui Sociétés COopératives et Participatives (SCOP).

I.a) Les 7 principes du coopératisme

Les coopératives se distinguent par les 7 principes définis par l'Alliance Coopérative Internationale (ACI) en 1995[7], à chaque principe correspond des valeurs coopératives :

- Adhésion volontaire et ouverte : Liberté et Responsabilité Personnelle

- Pouvoir démocratique exercé par les membres sous le régime "une personne égale une voix" : Egalité et Démocratie

- Autonomie et indépendance : Equité et Probité

- Education, formation et information : Transparence

- Coopération entre les coopératives : Solidarité

- Engagement envers le territoire : Responsabilité sociale et Citoyenneté

- Participation économique des membres : Responsabilité mutuelle et Partage

I.b) La coopérative, une entreprise autrement

L'application de ces 7 principes à l'acte d'entreprendre se traduit par des distinctions significatives vis à vis des entreprises capitalistiques classiques :

- la coopérative est une société de personnes et non de capitaux, les orientations sont des choix collectifs

- son objectif n'est pas la maximisation des profits et la profitabilité d'un capital mais la valorisation des activités et compétences de ses membres.

- les résultats sont d'abord dirigés vers l'investissement et les réserves impartageables pour assurer la pérennité et la transmission aux générations futures.

Les coopératives répondent soit à un besoin commun (constituer un outil de travail, utilisation de matériel, vendre une production, entretenir un patrimoine, pérenniser une filière, ...) : "ensemble nous avons besoin de telle chose", soit à un besoin général (se loger, se nourrir , se déplacer, s'approvisionner, ...) : "nous avons tous besoin de telle chose". Les membres sont sociétaires et utilisateurs ou travailleurs ou fournisseurs, c'est le principe de double qualité. Une coopérative démarre d'un collectif qui veut prendre en main un besoin. C'est un collectif qui se prend en charge et ainsi évite la spéculation d'un fournisseur de biens ou de services ou d'un capitaliste cherchant à faire fructifier son capital par le travail d'autrui. L'entreprise coopérative est donc une affaire d'émancipation et de démocratie sociale.

Ces spécificités leurs donnent des atouts pour le développement des territoires.

II) Atouts des coopératives pour le développement des territoires

Le lien entre coopératives et territoires est inscrit dans les 7 principes de l'ACI. Pour les coopératives agricoles, il est même une obligation juridique[8].

II.a) Les 5 atouts des coopératives[9]

L'apport des coopératives sur un territoire concerne l'aménagement de celui-ci, l'emploi, le tissu économique et social, le développement durable.

- Le partage du pouvoir : les membres de la coopérative élisent leurs dirigeants et participent à l'élaboration de l'orientation stratégique. Les membres sont donc impliqués dans une dynamique territoriale et les décisions impliquant le territoire sont prises localement.

- Le partage de l'avoir : les résultats d'une coopérative sont d'abord dirigés vers l'avenir de celle-ci. Ainsi une garantie est constituée pour sa pérennité au sein du territoire. L'investissement sert au développement économique du territoire. Après les réserves impartageables et l'investissement, les résultats vont vers la distribution de ristournes et de participations, ce qui améliore le pouvoir d'achat des membres, acteurs économiques du territoire.

- Le partage du savoir : les dirigeants de coopératives sont majoritairement issus d'une évolution interne. La forme coopérative implique une formation à la gestion d'entreprise et à la vie coopérative des membres. Ce partage est une richesse humaine supplémentaire pour un territoire. Les coopératives ont aussi la culture de réseau et d'échange de savoir et de compétence, elles assurent ainsi l'installation de jeunes entrepreneurs ou agriculteurs sur le territoire et elles consolident les créations d'entreprises.

- Le respect du territoire : les coopératives regroupent des membres qui vivent le plus souvent sur le territoire. Il est donc de leur intérêt à préserver l'environnement et à soutenir le tissu social local.

- Le développement du territoire : les coopératives valorisent des compétences, des ressources, des matières premières ou des produits finis qui se trouvent sur un territoire. Elles ont d'avantage le reflex des circuits courts[10] en faisant appel aux fournisseurs et partenaires locaux. Une caractéristique essentielle donnée par le propriété collective et la démocratie interne est qu'une coopérative n'est ni opéable, ni délocalisable. Cette caractéristique sécurise sa présence sur le territoire. Ainsi les coopératives sont une bonne solution envisageable pour le reprise et la transmission d'entreprises.

Le coopératisme est une sorte de territorialisation de l'activité économique.

II.b) Performances des coopératives

Les coopératives sont minoritaires dans le paysage économique mais elles n'en sont pas moins performantes :

- le secteur bancaire coopératif constitue 60 % des dépôts en France[11]

- les coopératives agricoles représentent 40 % du chiffre d'affaire de l'agro-alimantaire français

- 26,3% du commerce de détail est réalisé par le commerce associé

- les coopératives scolaires contribuent à l'éducation de 4 millions d'élèves

- les coopératives rassemblent 1 million de salariés et représentent 4,3 % de l'emploi salarié global.

- Coop atlantique est le 1er employeur de la Régiopn Poitou-Charentes avec 4374 salariés

- 1000 nouveaux emplois par an depuis 5 ans ont été créés par les SCOP

- le taux de survie d'une nouvelle entreprise est supérieure sous forme SCOP (en 2004 : 74% contre 63% à 3 ans et 59% contre 51% à 5 ans) [12]

Conclusion

Pour assurer leur développement, les territoires doivent être attractifs en termes d'emploi et d'opportunité d'affaires, préserver leur environnement et assurer un tissu social et culturel de qualité.

Par leur ancrage local, tant humain que financier, les coopératives peuvent être un outil opportun pour les territoires sachant créer et mobiliser des collectifs.

La nouvelle forme de coopérative : la SCIC (Société Coopérative d'Intérêt Collectif )"[13] correspond aux problématiques d'un territoire. C’est une forme coopérative dont l'objet social est de développer un service ou une activité ayant un caractère collectif sur un territoire. Elle rassemble un sociétariat varié : clients, utilisateurs ou usagers, fournisseurs ou producteurs, salariés ou transformateurs et collectivités locales. Ce mode d'organisation d'une activité locale peut permettre de trouver la viabilité économique par l'application du principe de la force dans l'union.

Si le mouvement coopératif sait soutenir les initiatives naissantes, il a aujourd'hui rendez-vous avec l'Histoire pour passer à une phase supérieure de son développement (changement d'échelle) qui passe par celui des territoires et par une action offensive et volontariste. Pour proposer son paradigme[14] à la société, le coopératisme doit s'organiser pour une action proactive dont le contenu pourrait être :

- l'établissement de diagnostics locaux pour faire émerger des services où une solution coopérative serait pertinente (commerce, habitat, financement, service public, production d'énergies renouvelables [15], artisanat, ...)

- rechercher toutes les opportunités de reprise ou transmission d'entreprise par les salariés et proposer cette solution aux cédants et aux collectivités

- développer l'entrepreneuriat collectif avec les collectivités pour le soutien de l'économie locale (cluster, pôle de compétitivité, coopérative d'artisan, coopérative d'activité et d'emploi, ...)

- faire adapter la législation des marchés publics pour favoriser l'implication des collectivités dans les coopératives (SCIC, exemple des coopératives sociales italiennes[16]...)

Ces actions volontaires pourraient être portées par des agences ad hoc, constituées en SCIC et rassemblant les collectivités locales, les organisations du mouvement coopératif et les citoyens voulant investir dans ce développement.

Le développement durable est la conjonction des critères environnementaux, économiques et sociaux. Par nature, les coopératives sont dans ce type de développement où les territoires veulent s'investir. Les coopératives sont l'avenir des territoires, il ne reste plus qu'à développer leur coopération.

[1]Cahiers du CRISES N°ET9905 "Le développement local et l'économie sociale : deux éléments devenus incontournables du nouvel environnement" par Benoît Lévesque, février 1999
[2] Résolution A/64/136 du 18 décembre 2009

[3]Site de COOP de FRANCE, "Le Modèle Agricole" http://www.coopdefrance.coop/fr/2/qu-est-ce-qu-une-coop/

[4]"Pour une coopération agricole territoriale" 22eme conférence internationale de recherche coopérative, contribution de la FN CUMA

[5]"La Nef, banque éthique au service de projets locaux" Ouest France 18/04/11

[6]site habitat.coop http://www.habitat.coop/

[7]http://www.ica.coop/coop/principles.html

[8]"Coopératives agricoles et territoires", Chantal Chomel

[9]"Des entreprises qui transforment votre territoire", plaquette de l'UR SCOP Poitou Charentes

[10]"Coopératives et Circuits courts, vous avez un nouveau message" Colloque FN CUMA et CG SCOP 29/11/10

[11]"Mouvement coopératif et Régions : des objectifs partagés ?" GNC, février 2010 http://www.entreprises.coop/UPLOAD/media/file/183_LGNC%20361%20bd%20OK.pdf

[12]Dossier "La Scop, une solution pour l’ancrage territorial des PME", Participer n°623 mai/juin 2007

[13]"Nouvelle donne territoriale, nouvelle forme coopérative" de A.Margado, Territoires, avril 2004

[14]'Le paradigme coopératif : proposition renouvelée pour répondre aux attentes de la société actuelle"Cahier de l'IRECUS, Université de Sherbrooke, Janvier 2008

[15]"Des coopératives citoyennes pour développer les énergies renouvelables" L'ALSACE.fr 06/04/11 et "Et si on construisait des parc éoliens coopératifs ?" par Nolwenn Weiler, basta!, 21 avril 2011

[16]"Les coopératives sociales Italiennes, insertion et développement local" Danièle Demoustier, François Malbosc http://base.d-p-h.info/es/fiches/premierdph/fiche-premierdph-5922.html
http://www.alterinfo.net/Les-cooperatives-peuvent-elles-etre-un-outils-de-developpement-des-territoires_a62078.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche