Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 02:29

 

 

Les milliards des ventes immobilières de l'État

Au cours des trois prochaines années, les ministères comptent céder 1870 biens, pour 2,2 milliards d'euros.


Casernes, terrains, anciennes prisons, bureaux, hôtels particuliers, maisons forestières, logements:l'État cède chaque année des centaines de propriétés dont il n'a plus l'usage. Ces ventes lui ont rapporté 590 millions l'an passé. Cette politique va se poursuivre. L'État compte vendre 1 870 biens en 2012, 2013 et 2014, pour 2,2 milliards d'euros. Et ce partout en France (voir carte).


 [Lire l'article complet sur lefigaro.fr]

 

Les milliards des ventes immobilières de l'État

Mots clés : , , ,

Par Cécile Crouzel Mis à jour le 27/02/2012 à 12:13 | publié le 26/02/2012 à 17:37 Réactions (90)
Une «résidence bourgeoise» à Nantes, mise en vente par le ministère de la Défense. (Crédits photo : ministère du Budget, des comptes publics et de la fonction publique)
Une «résidence bourgeoise» à Nantes, mise en vente par le ministère de la Défense. (Crédits photo : ministère du Budget, des comptes publics et de la fonction publique)
 

INFOGRAPHIE - Au cours des trois prochaines années, les ministères comptent céder 1870 biens, pour 2,2 milliards d'euros.

Casernes, terrains, anciennes prisons, bureaux, hôtels particuliers, maisons forestières, logements:l'État cède chaque année des centaines de propriétés dont il n'a plus l'usage. Ces ventes lui ont rapporté 590 millions l'an passé. Cette politique va se poursuivre. L'État compte vendre 1 870 biens en 2012, 2013 et 2014, pour 2,2 milliards d'euros. Et ce partout en France (voir carte).

Si les cessions se sont accélérées depuis 2007 (2,8 milliards de recettes depuis lors, contre 1,8 milliard de 2002 à 2006), c'est à la suite de la restructuration de l'État lancée par Nicolas Sarkozy. Au niveau régional et surtout départemental, les services des différents ministères ont été regroupés en deux ou trois entités. De quoi libérer des locaux au fil des ans. La fusion des Impôts et du Trésor de Bercy a produit le même effet, tout comme la refonte des cartes militaires et judiciaires.

Cependant, plus de 85% des gains issus de ces ventes ont été utilisés pour rénover ou construire des bâtiments publics. Seul le solde, moins de 15, a réduit la dette de l'État. Les règles de jeu vont toutefois évoluer. Dès cette année, 20% du produit des ventes (hors ministère de la Défense notamment) ira au désendettement. La proportion atteindra 30% en 2014.

Autre bémol:ce sont souvent d'autres acteurs publics, et singulièrement les communes, qui acquièrent les biens cédés par l'État. Des communes qui valorisent ensuite l'opération. Exemple:la municipalité de Versailles, via l'Établissement public foncier des Yvelines, a racheté à l'armée en 2011 la caserne Pion à Versailles. La ville créera sur ce site des zones d'activité et des logements. Le sujet est d'ailleurs devenu politique, présidentielle oblige. François Hollande propose que l'État cède ses terrains gratuitement aux communes, afin qu'elles y développent du logement social. Nicolas Sarkozy refuse la cession gratuite et prône une accélération des ventes de terrains.

Investisseurs étrangers

À Paris, les investisseurs étrangers sont aussi de la partie. Ainsi, l'ancien siège de Météo France, situé près de la tour Eiffel, a été vendu pour une soixantaine de millions d'euros à l'État russe, qui y bâtira une cathédrale orthodoxe. Yves Deniaud, le député UMP président du Conseil de l'immobilier de l'État, compte ouvertement sur les Qatariens, les Russes et les Chinois pour acheter les quatre hôtels particuliers à vendre dans le VIIe arrondissement. Les particuliers qui seraient intéressés par des biens, moins chers, en province peuvent se renseigner sur le site de France Domaine qui liste les propriétés à vendre.

 

Les sondeurs en folie, ou une manipulation à propos des chômeurs

Alternatives-economiques.fr - Les sondeurs sont de plus en plus forts : ils sont maintenant capables de connaitre les réactions des Français à des propositions contenues dans un article pas encore publié...

 

L’école des candidats

Owni.fr - Chaque élection présidentielle remet l'école, et l'éducation, au centre du débat. Mais les différentes propositions ne sont pas à la hauteur de l'enjeu.

 

En Argentine, «Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques»

Liberation.fr - L'ancien ministre de l'Economie argentin, Roberto Lavagna, a sorti son pays de la crise en 2002, en se passant des services du FMI. Il préconise la même solution pour la Grèce.

 

Leçon de philo à l’usage de Guéant

Owni.fr - Claude Guéant estime que "toutes les civilisations ne se valent pas". Jean-Paul Jouary lui répond, avec philosophie.

 

Occupy : Un nuage de protestations

Owni.fr - Depuis le mois de décembre, Occupy hiberne. Loin de constater un désamour, ses partisans se préparent à mieux ressurgir au printemps.

 

Karachi: Boivin, le témoin oublié?

Bakchich.info - Le gérant des sociétés luxembourgeoises chargées de redistribuer les commissions des marchés d'armement n'a pas été auditionné par le juge Van Ruymbeke.

 

Kadhafi ne rime pas avec Lockerbie

Bakchich.info - Le guide libyen mort, les victimes de l'attentat de la PanAm peuvent-elles s'estimer venger? Plutôt floués! A la fois par la justice écossaise et les services secrets américains.

 

Education : Sarkozy n'a pas les bons chiffres

Lejdd.fr - Lundi matin, Nicolas Sarkozy a affirmé sur RTL que, depuis dix ans, le nombre d'élèves dans l'Education nationale a diminué de 400.000, alors que le nombre d'enseignants a quant à lui progressé de 45.000.

 

LOPPSI 2 : un décret sur le blocage, une urgence qui débloque

Pcinpact.com - Le gouvernement l'a annoncé au Conseil du Numérique. Celui-ci sera bien saisi sur le décret permettant d'activer le blocage des sites pédopornographiques.

 

Les sondages de l'Elysée bientôt publics ?

Arretsurimages.net - L'exécutif devra peut-être bientôt présenter à un simple particulier toutes les pièces de l'épineux dossier des sondages de l'Elysée.

 

Le néolibéralisme et la fin de la réduction du temps de travail

Tandis qu’au cours des crises précédentes la réduction du temps de travail était discutée comme une mesure propre à combattre la croissance du chômage, une caractéristique frappante de la crise économique réside dans le fait que la réduction des horaires de travail ne se trouve dans aucun «agenda politique».

Pas même en France et en Allemagne, deux pays qui furent champions de la réduction du temps de travail introduisant – partiellement et avec des mesures de flexibilisation – la semaine de 35 heures au cours des années 1980 et 1990 pour faire face à un taux de chômage élevé.


 [Lire l'article complet sur alencontre.org]

 

Hôpital : « Quand un infirmier a peur de tuer un gamin, c'est qu'il y a un souci »

Problèmes d'effectif et de logement, surmenage : les infirmiers de l'hôpital pour enfants Necker, à Paris, témoignent d'une dérive du système hospitalier.

Parce qu'« on joue avec la vie des enfants », Marc Marlier veut témoigner. Le « petit infirmier » a par moment la voix qui se casse quand il parle des conditions de travail de son service, miné par le manque de personnel. Il œuvre pourtant dans le plus prestigieux hôpital français, référence mondiale pour les enfants malades : Necker, à Paris.

Problèmes d'effectif et de logement, surmenage : les infirmiers de l'hôpital pour enfants Necker, à Paris, témoignent d'une dérive du système hospitalier.


Des enfants passent des tests d'asthme à l'hôpital Necker, en avril 2008 (Valinco/Sipa)

Parce qu'« on joue avec la vie des enfants », Marc Marlier veut témoigner. Le « petit infirmier » a par moment la voix qui se casse quand il parle des conditions de travail de son service, miné par le manque de personnel. Il œuvre pourtant dans le plus prestigieux hôpital français, référence mondiale pour les enfants malades : Necker, à Paris.

Marc se souvient de son arrivée dans le service de néphrologie pédiatrique (maladies des reins), il y a quatre ans : « C'était génial. » Peu à peu, il a vu les conditions se dégrader. A tel point qu'il sent aujourd'hui qu'une dangereuse limite est franchie : celle de la qualité des soins. « Je ne supporte plus la situation. »

Rue89 a rencontré Marc juste avant son départ pour une année sabbatique.

« On bosse en flux tendu »

Pénurie d'infirmiers

Au 1er janvier 2010, 520 000 infirmiers étaient en activité [PDF] en France. Malgré leur constante augmentation, ils ne sont pas assez nombreux – d'autant que les besoins grandissent car la population vieillit.

 

Les infirmiers sont inégalement répartis sur le territoire : l'Ile-de-France est l'une des régions à enregistrer la densité la plus faible. Dans les formations, les inscriptions sont encore insuffisantes pour combler le manque. Infirmier fera partie des métiers les plus recherchés en 2015.

Il y a quatre ans, ils étaient trois infirmiers pour douze lits, raconte Marc. Puis ceux qui partaient n'étaient pas souvent remplacés.

Ils sont désormais deux la journée et deux la nuit à courir le long des deux ailes du service :

« On bosse en flux tendu. »

Faute de personnel, l'hôpital est contraint par moment de fermer des lits. Et de faire appel à des intérimaires ou des infirmiers d'autres unités pour former les binômes :

« Quand ils débarquent, ils ont cinq minutes pour s'adapter alors que le temps normal pour connaître les spécificités d'un service, c'est un mois. Alors ils ne peuvent pas suivre. »

Débordés, les infirmiers voient leurs horaires s'allonger. Les vacances d'été se posent jusqu'à octobre. Le personnel travaille trois week-ends sur quatre (au lieu de deux par mois). Marc dit n'avoir plus le temps de prendre ses pauses.

Quand un collègue est malade, il n'y a souvent personne pour le remplacer. Ces dernières semaines, Marc a même été forcé à deux reprises d'enchaîner deux gardes, de 6h30 à 22 heures, en ayant « à peine le temps de boire un verre d'eau ».

« Les enfants ne doivent pas voir notre détresse »

« On est surmenés. Une personne crevée n'est pas dans les conditions optimales pour travailler. Combien de temps on va tenir ? »

Marc cite le cas d'une collègue qui n'a pas eu le temps de déjeuner et qui est tombée dans les pommes à la fin de son service. Ou une autre, à bout, qui se cachait dans la cage d'escaliers pour pleurer, « car les enfants ne doivent pas voir notre détresse ».

« On prend sur nous », assure le jeune homme qui affirme que chacun « se donne à fond » et garde le sourire devant les parents :

« C'est un boulot que vous ne pouvez pas faire à moitié. D'autant qu'il s'agit d'enfants. »

Dans ce service de Necker, médecins et infirmiers traitent de pathologies lourdes et rares (certaines maladies sont soignées une seule fois dans l'année). Les patients viennent de Paris, de province et parfois de l'étranger.

« Peur de tuer un gamin »

La réponse de Necker

Contacté par Rue89, Eric Roussel, directeur des soins à l'hôpital Necker, se dit « surpris » par le témoignage. « On n'est pas en sous-effectif, on est aujourd'hui au quasi plein emploi. » Il précise : « Le quotidien des infirmiers peut être plus difficile par moment à cause du turnover. » Il décrit des phases de recrutement favorables (au moment de la sortie des écoles) et de nombreux départs qui s'étalent sur l'année.

 

Le turnover des 1 100 infirmiers est d'environ 20%. La faute au logement, trop cher dans la capitale : « L'hôpital met à disposition des studios à bas pris pour six mois mais c'est sûr que le nombre de logements ne permet pas d'héberger tout le monde. » Mais pas seulement : « Beaucoup de professionnels viennent se faire un CV ici puis partent trouver un poste ailleurs. »

A cause du sous-effectif, les infirmiers n'ont plus le temps d'accueillir les petits patients convenablement. Marc s'inquiète de ne « plus avoir de garde-fous » dans son travail :

« Quand les infirmiers ont peur de tuer un gamin à la fin de la journée, c'est qu'il y a un souci. »

Il prend l'exemple d'un soin particulier, qui, une fois prodigué, oblige l'infirmier à rester une heure devant l'enfant. Difficile avec ce rythme, « alors toutes les cinq minutes vous courez pour voir si tout va bien. »

Marc raconte que parfois, les parents prennent conscience du sous-effectif quand ils attendent l'infirmier dix minutes après l'avoir sonné. Certains s'énervent :

« On les comprend. Mais c'est partout pareil. Et là, on prend conscience avec eux que le système de santé est en train de changer. »

A Paris, le gros problème du logement

Comment en est-on arrivé là ? Marc explique :

« L'hôpital nous assure qu'ils ont une politique de recrutement intensif mais qu'ils n'arrivent pas à embaucher... »

Dans le service, le turnover est important. Avec un tel rythme de travail, difficile de convaincre les jeunes stagiaires de rester.

Autre problème important, spécifique à la capitale : le logement. L'Assistance publique n'a pas assez d'appartements pour héberger le personnel. Les salaires d'infirmiers (entre 1 400 et 1 600 euros par mois) permettent difficilement de supporter les loyers parisiens.

Eloignés du centre, certains dans le service font deux heures de RER chaque jour pour venir travailler à Necker. Beaucoup de mères de familles, fatiguées, finissent par quitter l'hôpital comme Anne (le prénom a été changé), une ancienne collègue de Marc.

Contactée par Rue89, elle se souvient du rythme « épuisant » après la naissance de son premier enfant :

« Petit à petit, on s'est éloignés de Paris. J'avais beaucoup de route, ras-le-bol des conditions de travail... Je suis partie travailler en banlieue parisienne. »

Résultat : il reste peu d'infirmiers expérimentés dans le service, qui sont pourtant des éléments importants. Les anciens ont l'habitude d'effectuer certains soins particulièrement techniques, de gérer les urgences et ils forment les jeunes.

L'hôpital rentable est « illusoire »

Making of
Malgré les craintes de son entourage, l'infirmier a tenu à témoigner sans se cacher – « Il faut bien nommer les choses. » Depuis que nous avons rencontré Marc, trois infirmiers ont été recrutés dans le service –- ce qui a amélioré le rythme de travail.

Marc Marlier craint la dérive du système hospitalier. Au delà du problème d'effectif, il pointe les « coupures budgétaires » (relatives aussi à des « problèmes d'organisation ») : l'infirmier explique que parfois, il est obligé d'aller piquer une compresse au service voisin pour faire un soin ou d'ébouillanter chez lui sa blouse, la lingerie ne suivant pas la cadence.

« Il faut faire quelque chose », conclut Marc :

« Je crois que c'est illusoire de rendre l'hôpital rentable. On s'en fout des problèmes d'argent, on sauve des gamins ! »

Marc Marlier pense choisir son candidat à la présidentielle en fonction de son programme santé. Un peu désillusionné, il admet n'espérer qu'un changement politique.

 

 

 

Escalade du scandale entre le Caire et Washington

 

 

Et aussi,

 

Université fermée pour cause de censure

 

Escalade du scandale entre le Caire et Washington

Le procès des 43 militants des ONG dont 19 Américains, 8 Allemands ainsi que des ressortissants de...

 

Attentat déjoué contre Poutine: des islamistes impliqués

 

Vladimir Poutine s'exprime sur la politique étrangère

 

La Marine chinoise et la Russie

 

Poutine critique la vision occidentale des relations internationales

 

Les lois animales juives et musulmanes Paris-Bruxelles : Un parlement des animaux souhaité ?

 

phénomènes merveilleux du monde animal et végétal

 

Islamistes light et la laïcité !!

 

Agenda diplomatique Mars 2012

 

Référendum dites-vous? En veux-tu, en voilà!

 

Wade, Gbagbo et Mugabe : le Syndrome Conquistador

 

La France ouvre des négociations avec la Syrie pour récupérer ses 18 agents

 

Syrie: Comme en Tunisie, des snipers du mossad, de la CIA tirent sur la foule

 

L’opposant Syrien Mamoun Al-Homsi sous le charme de l’ultrasioniste Fiamma Nirenstein

 

Amitiés à nos compatriotes de La Réunion

 

Qui est Nicolas Paul Stéphane Sarkozy de Nagy-Bocsa ?

 


Islamistes light et la laïcité !!

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche