Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 15:31

Les Etats-Unis d’Europe: Un projet de « gouvernement économique » intégrerait l’Europe à un degré jamais vu depuis l’Empire romain


Les Etats-Unis d’Europe: Un projet de « gouvernement économique » intégrerait l’Europe à un degré jamais vu depuis l’Empire romain
Extrait de « The Planned Deception » par Constance Cumbey, page 88 :
Cet article a été écrit plusieurs années avant la Seconde Guerre mondiale. Il subsiste peu de doute dans mon esprit que le théosophe moyen a été horrifié par le carnage allemand dans cette expérience utopique qui a mal tournée.
Mais à en juger par certains écrits du Nouvel-Âge, il y avait ceux qui savaient. En 1972, Foster Bailey, le mari avocat d’Alice Bailey a écrit:
« Un autre projet hiérarchique approuvé est l’union des nations d’Europe dans une paisible communauté de coopération. Le plan n’est pas celui d’un nouveau gouvernement pour toute l’Europe, ni celui d’une langue commune,… Il y a eu une tentative de commencer par unir les peuples vivant dans la vallée du Rhin. Cette tentative fut faite par un disciple mais n’aboutit pas. Actuellement, une autre tentative est en cours, à savoir le marché commun européen à six nations. »
Ainsi qu’un monsieur de Philadelphie me l’a confié: « On n’a pas besoin d’une centaine singes pour deviner qui était ce disciple, ni ce que ce mouvement du Nouvel-Âge signifie! ».
Voir également: Les Nazis avaient planifié un 4ème Reich: l’Union européenne
Les Etats-Unis d’Europe: Un projet de « gouvernement économique » intégrerait l’Europe à un degré jamais vu depuis l’Empire romain
 
Êtes-vous prêt pour « Les Etats-Unis d’Europe »? L’intégration de l’Europe est sur le point de passer à un autre niveau. Avec l’aggravation de la crise européenne de la dette, il y a des appels dans toute l’UE pour l’intégration économique complète en Europe. Mercredi, le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont adressé une lettre au président du Conseil européen Herman Van Rompuy, qui déclarait qu’ils veulent la formation d’un nouveau « gouvernement économique » pour l’Europe. Selon la lettre, Sarkozy et Merkel veulent que les dirigeants des pays de la zone euro « élisent » un président pour le nouveau « gouvernement économique« . L’idée serait que le président organiserait deux fois par an des sommets pour répondre aux problèmes de la dette auxquels l’Europe est confrontée à l’heure actuelle. Mais de nombreux critiques pro-européens hurlent déjà que Sarkozy et Merkel ne sont pas allés assez loin. Un tas « d’experts » en Europe proclament que sans une pleine intégration économique et la création d’ »eurobonds » (euro-obligations), l’Europe est condamnée. Jennifer McKeown, économiste de Capital Economics, présente les choses de cette façon quand on lui demande ce qui arriverait si les euro-obligations ne sont pas créées assez rapidement: « Le résultat probable est que la zone euro cessera d’exister« .
C’est souvent la manière par laquelle d’énormes changements se produisent dans notre monde d’aujourd’hui. Un problème de taille est d’abord créé, il y a ensuite une réaction négative, puis une solution nous est présentée. En ce moment en Europe, le problème c’est la crise de la dette souveraine. On nous dit que la seule façon pour que la zone euro puisse survivre c’est que tous les pays conviennent d’une intégration économique plus approfondie.
Dans un article pour Seeking Alpha, Cliff Wachtel a expliqué les choix auxquels les peuples de l’Europe sont confrontés de la manière suivante….
- L’existence continue de la ZE dans sa forme actuelle, en échange d’une souveraineté considérablement limitée. En particulier, avec une autonomie financière limitée, avec une sorte d’approbation du budget centralisée, et ou un droit de veto sur les dépenses au dessus des états individuels.
- Une souveraineté entière et continue en échange d’une ZE dissoute ou radicalement modifiée, probablement réduite aux Etats membres ayant des besoins similaires et gestion budgétaire fiable.
 
Quel choix, pas vrai?
Alors que certains applaudissent la possibilité d’une intégration accrue dans la zone euro, d’autres mettent en garde contre les conséquences potentielles.
Par exemple, un article du Daily Mail intitulé « émergence du quatrième Reich, comment l’Allemagne est en train d’utiliser la crise financière pour conquérir l’Europe  » (NDLT: l’expression « Quatrième Reich » a également été employée par l’universitaire Pierre Béhar après la réunification allemande ) contenait l’appréciation suivante de ce qu’une plus grande intégration économique pour l’Europe signifierait….
Cela entraînerait une perte de souveraineté jamais vue dans ces pays depuis l’époque où nombre d’entre eux étaient sous la botte du Troisième Reich il y a 70 ans.
N’ayez aucun doute sur ce que signifie l’union fiscale: il s’agit d’une politique économique unique, d’un système de taxation unique, d’un système de sécurité sociale unique, d’une dette unique, d’une économie unique, d’un unique ministre des Finances. Et tout ce qui précède serait allemand.
Nigel Farage a également été profondément critique sur la nouvelle proposition de Sarkozy et Merkel….
Peu à peu, les membres de l’eurozone perdent leur souveraineté au moment où le super-Etat européen est créé. Rien dans ces propositions ne calmera les marchés. Je suis également prêt à parier que l’élite politique européenne ne demandera pas la permission aux peuples par le biais d’un référendum pour accomplir cela.
Mais Sarkozy et Merkel semblent peu soucieux de la critique. En fait, ils ont annoncé leur intention d’avoir un taux d’imposition des entreprises commun en 2013 et de coordonner les travaux sur leurs budgets nationaux.
Donc, si le leadership des gouvernements allemand et français veulent tous deux une intégration économique pour l’Europe, quelqu’un d’autre dans la zone euro sera t-il assez fort pour y résister?
Probablement pas.
Le président de la Commission José Manuel Barroso qualifie déjà les propositions avancées par Sarkozy et Merkel « d’importante contribution politique par les dirigeants des deux plus grandes économies de la zone euro à ce débat et travail en cours. »
Des pays comme la Grèce, le Portugal, l’Italie et l’Espagne sont déjà financièrement profondément dépendants de l’Allemagne. Soit ils devront quitter la zone euro (ce qui serait un désastre financier pour eux) ou ils devront aller de pair avec ce que l’Allemagne et la France veulent.
Mais l’intégration économique en Europe ne sera certainement pas facile. Il y a encore beaucoup de résistance dans l’UE à l’idée « d’Etats-Unis d’Europe ». Beaucoup dans les pays nordiques sont très opposés à l’intégration économique plus poussée avec les nations financièrement irresponsables de l’Europe méridionale.
Craig Alexander, économiste en chef à la Banque Toronto Dominion, a récemment fait la déclaration suivante au sujet des problèmes d’essayer de mieux intégrer l’Europe.
« Le problème est que le système politique en Europe ne peut composer avec le saut à partir du système actuel vers une union fiscale en une seule fois. »
Aussi, il sera certainement très intéressant de voir ce qui se passe. Il y a encore une chance très réelle que l’UE puisse se briser et que l’euro implose. Absolument rien n’est gravé dans la pierre actuellement.
Mais les dirigeants de l’UE vont faire ce qu’ils peuvent pour la maintenir. Ils croient vraiment qu’une Europe pleinement unie sous la bannière de l’UE est ce qu’il y a de meilleur pour le continent.
En fin de compte, cependant, le véritable objectif est d’unir le monde entier. Les gouvernements régionaux comme l’Union européenne sont considérés comme une étape intermédiaire vers un véritable gouvernement mondial. Comme je l’ai écrit à ce sujet précédemment, les mondialistes espèrent avoir un jour une économie véritablement mondiale qui utilise une nouvelle monnaie mondiale.
Dans un récent article d’opinion, l’ancien gros bonnet de l’UE, Javier Solana, a fait la déclaration suivante….
Une gouvernance mondiale vraiment efficace est l’horizon stratégique que l’humanité doit poursuivre aujourd’hui de toute son énergie.
Cela semble difficile à atteindre, et ce le sera. Mais cela n’a rien à voir avec du pessimisme. Le défi de gérer les risques mondiaux n’est rien moins que le défi de la prévention de la « fin de l’histoire » – non comme l’apothéose de la victoire mondiale placide de la démocratie libérale, mais comme le pire échec collectif que nous puissions imaginer.
Les gens comme M. Solana croient vraiment que si nous pouvons finalement unir le monde entier cela va amener une nouvelle ère de paix et de prospérité.
Beaucoup d’entre eux croient que s’ils peuvent arriver à ce que le monde soit divisé en 10 ou 12 « unions régionales » en premier, ils finiront par être en mesure d’obtenir que toutes ces unions régionales forment un super-état mondial géant.
Les mondialistes tels que M. Solana sont convaincus qu’ils font cela pour le bien de l’humanité. Ils croient vraiment que la guerre et la pauvreté peuvent être éliminées si nous nous retrouvons tous sous un super gouvernement.
Mais comme nous l’avons vu dans le passé, plus les gouvernements deviennent importants, pire tend à devenir la tyrannie. Mettre en place un « gouvernement mondial » peut sembler une bonne idée à certaines personnes, mais la vérité est que ce serait ouvrir la voie à la plus grande oppression que nous ayons jamais vu.
Ceux qui aiment la liberté doivent être opposés à 100% aux « Etats-Unis d’Europe », et ils devraient certainement être opposés à 100% à un « gouvernement mondial ».
Source: endoftheamericandream

http://infoguerilla.fr
http://www.alterinfo.net/Les-Etats-Unis-d-Europe-Un-projet-de-gouvernement-economique-integrerait-l-Europe-a-un-degre-jamais-vu-depuis-l-Empire_a62593.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche