Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 16:05

Kouchner.gif

 

 

 

"La moitié des hommes politiques sont des bons à rien. Les autres sont prêts à tout"

disait Coluche

 

Lors de la première vague de crise, les banques se sont trouvées en quasi-faillite, avec des dettes importantes, les politiciens européens n'ont pas hésité un seul instant alors, à utiliser l'argent des contribuables pour les sauver.

Ont-ils fait le nécessaire pour leur interdire tant d'opérations spéculatives scandaleuses ?

NON.

D'un côté, les politiciens substituaient de la dette publique à de la dette privée, gagnant du temps avant la prochaine secousse, de l'autre, ils promettaient de réguler les pratiques mafieuses des banques.

Ont-ils pour autant favorisé le développement de l'économie réelle? Ont-ils engrangé de l'or métal pour se préparer aux prochaines crises, ou assurer des retraites sûres ?

NON !

Bien au contraire, on a préféré creuser les déficits publics pour favoriser des organismes dont les opérations spéculatives sont le cancer de l'économie réelle. On a voulu sauver l'économie virtuelle en condamnant l'économie réelle. On a voulu sauver les petits amis de la haute banque, souffreteux de leurs actifs toxiques, en intoxiquant les Etats eux-mêmes.

 

Pourquoi n'y-a-t-il pas de réforme des pratiques spéculatives des banques ?

Il est impossible de réformer puisque nous sommes dans un système de mondialisation. Ou tout le monde réforme, ou l'on ne fait rien ! Conclusion on ne fait rien, mais on assure le citoyen que l'on travaille à réformer la finance..;ce qui demandera beaucoup de temps. Dans le même temps, les grandes personnalités du pays, qui ont bafoué les règles de la démocratie en imposant le Traité de Lisbonne contre la volonté des urnes, se fichent totalement de préserver le pays de la crise sociale qui va frapper.

 

Croyant sans doute en l'impunité de leur forfaiture, ils poursuivent dans cette voie. Pire, les responsables gouvernementaux continuent de fréquenter les clubs dits élitistes, comme le groupe Bilderberg, tout en affirmant  aux médias que l'on va réformer les règles de la finance.

 

Les politiciens en place démontrent ainsi que la politique n'est pas au service de la nation et des populations, mais d'un cartel bancaire constitué des banquiers internationaux les plus puissants.

 

Lorsque les banquiers internationaux se sont attaqué aux obligations grecques, les agences de notation ont répandu la rumeur d'une banqueroute possible de la Grèce. Les intervenants sur les marchés financiers ont alors donné de la consistance à la rumeur.

( Cette crise grecque est née à partir d'un article du Financial Times de janvier 2009 - journal sous influence du C.F.R-, diffusant une fausse information fournie par la banque d'affaire américaine Goldman Sachs, selon laquelle la Chine aurait refusé d'acheter 25 milliards d'euros d'emprunts grecs ! Goldman Sachs en concertation avec la Deutsche Bank, et quatre grands hedge Funds, commence alors à attaquer la Grèce sur les marchés monétaires.

Le 15 février 2010, Otmar Issing, ancien Chief économist de la B.C.E , publie une tribune dans le Financial Times - toujours lui- dans laquelle il estime que l'Europe ne doit pas voler au secours de la Grèce. Cet ancien de la Bundesbank est ...conseiller de Goldman Sachs. Enfin le patron de l'agence chargée de la gestion de la crise grecque, Petros Christodoulou, est ...un ancien de Goldman Sachs.

Si cela ne s'appelle pas un complot, il faut redéfinir le sens de ce mot ! ).

 

Les ministres des finances européens  SAVAIENT ce qui se préparait et ils n'ont RIEN FAIT .

Leur objectif inavouable est de mettre sous tutelle supranationale la souveraineté budgétaire de l'ensemble des pays de l'UE.

(Herman van Rompuy, le président du Conseil européen, a dit en février 2010 : " afin d'éviter une contagion à la grecque, nous allons devoir créer un organe qui aura pour but de mettre en commun la politique budgétaire européenne..!)

 

En l'attaquant, en faisant de ce pays ciblé un laboratoire d'expérience de gestion de crise avec cure d'austérité pour son peuple, on donne un avant-goût de ce qui sera appliqué à tous les pays visés par la haute finance apatride.

 

Les politiciens ont donc renfloué, sans aucune gène et avec de l'argent qu'ils n'ont pas, les banques responsables de la crise. Aujourd'hui, ces mêmes politiciens, à la tête des gouvernements européens, contestent l'expression de rigueur pour le peuple grec. Mais ce qu'ils ont décidé contre les grecs, au niveau européens, n'est autre qu'une casse sociale systématique et organisée, la dictature des places financières.

 

Les mesures imposées seront appliquées sans consultation parlementaire ou populaire, mais directement par décret gouvernemental, plus spécialement par le ministre des finances !

C'est donc désormais le ministre des finances grec qui a les pleins pouvoirs pour décréter les mesures d'autérité à imposer au pays.

 

On voit donc bien que, dans cette affaire, le principal enjeu pour le pays est la souveraineté nationale. Cela s'appelle donc un "coup d'Etat" ou une "gouverance mondiale" opérée à partir d'une crise FABRIQUEE.

 

Avec la Grèce, les banquiers internationaux et leurs "laquais de Bruxelles & Cie" testent la ratification d'un accord international délégant des compétences nationales aux institutions internationales.

 

http://millesime.over-blog.com/article-les-gouvernants-acteurs-et-complices-de-la-crise-51578398.html

 

 

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Les partis et la crise
commenter cet article

commentaires

eva R-sistons 29/06/2010 23:24



Merci pour ce rappel , et pour le lien, David


je ne vais pas sur facebook, désolée, cordialement eva



David CABAS 05/06/2010 14:32



Face au chantage de l'empire financier :

Crise des « subprimes », crise bancaire, accélération de la destruction de l'agriculture, de l’industrie et des emplois. Puis aujourd’hui crise de l’euro, crise de la dette publique des États,
destruction du service public, chantage sur les retraites. Sans oublier les divers plans injustes pour sauver les banques !

Nous devons nous organiser et nous mobiliser massivement pour demander à faire la lumière sur la crise financière en convoquant immédiatement une commission d'enquête parlementaire !

Face à ce chantage, ne choisissons pas le choix de la défaite ! Rejoins moi sur mon groupe facebook : http://fr-fr.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

David CABAS
david.cabas.over-blog.fr



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche