Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 22:06

 

 

Investig'Action - Courage, le nettoyage ethnique sera bientôt terminé !

Courage, le nettoyage ethnique sera bientôt terminé !


Rudi Barnet

2 octobre 2012

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Il y a des crimes contre l'humanité que tout citoyen aborde avec appréhension, ce sont ceux commis par ses propres dirigeants. C'est ce qui est arrivé aux citoyens allemands qui, aujourd'hui encore, affrontent difficilement le récit des crimes des dirigeants nazis. C'est sans doute la même « gêne » qu'éprouvent de nombreux Espagnols quand ils sont confrontés aux exactions franquistes. Même malaise pour les Hutus et le génocide rwandais, les Belges et les crimes commis au Congo, les Français pour ceux perpétrés en Algérie, etc. Il est donc probable que les citoyens israéliens et les sionistes de bonne foi affronteront douloureusement les informations sur ce crime contre l'humanité qu'a été le sinistre « Plan Daleth ». Ce texte est seulement le résultat des recherches d'un citoyen lambda qui veut « comprendre ». Sauf oubli, on pourra trouver les références de chaque citation et information. Ainsi le lecteur pourra en vérifier la provenance et compléter ses connaissances. Mais qu'on ne s'y trompe pas, il ne s'agit en rien de stigmatiser une population ! Seuls ceux qui ont fomenté ce plan et commis ces crimes doivent être dénoncés. En espérant que ce texte permettra à certains de faire face à une réalité douloureuse qu'on veut leur cacher... ou qu'ils se refusent de voir.

Nettoyage ethnique ? Plan Daleth [1] ? Vous délirez !

Comme pour tout crime, les commanditaires, les exécuteurs de ce plan "D" et les propagandistes de service ont d'abord tenté de nier son existence.
Mais depuis que certaines archives ont été rendues publiques et que les preuves se sont accumulées, ils cherchent à minimiser son importance en affirmant que ce n'était qu'un simple plan d'opérations militaires dans le contexte de la guerre ou à essayer de décrédibiliser ceux et celles qui ont découvert et révélé les faits.
C'est ainsi que l'historiographie officielle israélienne et ses officines de propagande cherchent à faire accroire que la destruction, il y a 65 ans, de quelques 530 villages, la fuite de près de 800.000 habitants et les milliers de morts palestiniens étaient simplement les conséquences malheureuses de la guerre... Et que la très grande majorité des "réfugiés" était partie de son plein gré !
Affirmer cela est mensonger ert injurieux pour la vérité historique et pour les innombrables témoignages recueillis par d'éminents historiens comme Avi Shlaïm,[2]Walid Khalidi, [3]Ilan Pappe [4] Elias Sanbar [5]ou Nur Masalha.[6]
L'analyse des archives israéliennes disponibles a permis à ces historiens de vérifier la triste réalité : un nettoyage ethnique a bien débuté durant ces années-là.

Même Benny Morris, [7]l'historien sioniste (!) qui fut le premier à parler de l'existence de ce plan D reconnaissait qu'il y avait bien eu "nettoyage ethnique", tout en amenuisant son importance et le justifiant : "Il y a des circonstances dans l’histoire qui justifient le nettoyage ethnique. Je sais que ce terme est complètement négatif dans le discours du 21ème siècle, mais quand le choix est entre le nettoyage ethnique et le génocide - l’annihilation de votre population - je préfère le nettoyage ethnique (...)Un Etat juif n’aurait pas pu être créé sans déraciner 700.000 Palestiniens. Par conséquent il était nécessaire de les déraciner. Il n’y avait pas d’autre choix que d’expulser cette population. "[8]
Yoav Gelber [9], historien sioniste d'extrême-droite et partisan de l'expulsion totale des Palestiniens, affirme de son côté que ce n'est qu'un plan élaboré pour répondre aux attaques de l'ALA (Armée de libération arabe qui n'a jamais compté plus de 5.000 volontaires, majoritairement non-palestiniens !) et de la "Légion Arabe", 6.000 soldats dirigés par des officiers britanniques pour le compte de Abdallah, roi de Transjordanie, opposé à la création d'un Etat palestinien.

L'affirmation de Benny Morris à propos du danger de génocide est assez absurde car, comme on le verra plus loin, ce nettoyage ethnique a débuté en 1947, bien avant la décision de partage de l'ONU et l'entrée en guerre des pays limitrophes. Il visait essentiellement des civils palestiniens.
Où était le risque de génocide pour les colons sionistes à ce moment ?
Pour les Palestiniens il en était autrement.
S'il est vrai que l'armée israélienne ne comptait "que" 40.000 hommes en mai 48, au moment de la déclaration d'indépendance, elle sera rapidement de plus de 100.000 hommes (plus importante en nombre que l’ensemble des forces de tous les pays environnants... et aussi bien mieux équipée (tanks, bombardiers...)
De leur côté, les Palestiniens étaient dispersés, inorganisés et peu armés et avaient parfaitement conscience que le rapport de forces était trop inégal.
Ben Gourion le déclara d'ailleurs lui-même : "Je pense que, majoritairement, les masses palestiniennes acceptent la partition comme un fait accompli et ne croient pas possible de l'empêcher ou de la rejeter (...) La grande majorité ne veut pas se battre contre nous." [10]

Mais, rien n'y fait !
La propagande israélienne a toujours présenté cette guerre comme la lutte d'un petit David juif affrontant un Goliath arabe alors que la réalité du terrain, révélée par les historiens modernes, montre qu'Israël n'a jamais été confronté à un véritable risque de défaite.
... Mais il est fondamental de maintenir le mythe fondateur du "petit peuple obligé de se défendre contre les barbares qui veulent l'exterminer." afin d'éviter ainsi toute accusation de crime contre l'humanité !

Le crime est pourtant incontestable.
Quand on met côte à côte les éléments recueillis par la Haganah[11] pour chaque village palestinien (plan, noms et adresses des habitants de sexe masculin, etc), contenus dans les annexes du plan D, et qu'on les compare avec le rapport des événements et les témoignages des habitants de ces même villages, force est de constater que l'adéquation est, majoritairement, parfaite !
On voit bien qu'il s'agit de l'application stricte et méthodique d'un plan de nettoyage ethnique.[12]

On peut toujours nier les faits, nier l'Histoire, nier les crimes... Cela porte un nom : négationnisme.

De A à C, ou comment peaufiner un plan

Quand Ben Gourion et les chefs de la Haganah finalisèrent le "Plan D" le 10 mars 1948, il y avait déjà de nombreux mois qu'il avait été "testé".
En effet, les archives israéliennes révèlent qu'on n'avait pas attendu la décision de partage de l'ONU (29/11/1947), ni la fin du Mandat britannique (14/5/1948) pour passer à l'attaque.
Quand le 14 mai 1948, Ben Gourion proclame l'indépendance d'Israël, les forces sionistes avaient déjà expulsé par la violence près de 250.000 Palestiniens et 200 villages avaient déjà été détruits.[13]
... Près de six mois avant le début du conflit avec les pays arabes limitrophes !

Il y avait déjà eu, bien entendu, les plans A, B et C.
Le plan A datait de 1937 et exposait les lignes directrices de la conquête de la Palestine en cas de retrait des troupes britanniques.
Les deux suivants affinèrent le projet.
Le plan C énumérait notamment, avec précision, les actions punitives à exécuter contre la population : "Tuer les dirigeants politiques, agitateurs et soutiens financiers, s'en prendre aux transports et moyens de subsistance (puits, moulins, etc)." [14]

Le "Plan D" complétait et finalisait les trois premiers.
Il détaillait notamment les moyens d'action pour l'expulsion totale et systématique de la population palestinienne de l'ensemble du territoire.
L'opération bénéficiait aussi de tous les renseignements accumulés par les "collecteurs" du FNJ (Fonds national juif) depuis les années 30 : plans des villages, photos, composition sociologique, nombre d'habitants de sexe masculin (de 16 à 50 ans), noms des notables, etc.
Pour chaque village, une liste des Palestiniens qui s'étaient opposés aux Britanniques et avaient combattu le mouvement sioniste avait été établie.
Ces éléments ont été le moteur des pires atrocités commises contre les civils.
On y retrouve des ordres précis aux "brigades opérationnelles", tels que :
"Destruction de villages (y bouter le feu, les faire exploser et planter des mines dans les débris), en particulier les centres de population dont le contrôle continu est difficile. (...) Réaliser des opérations de recherche et de contrôle en fonction des lignes de conduite suivantes : encerclements des villages et fouille de ceux-ci. En cas de résistance, les forces armées doivent être détruites et la population expulsée en dehors des frontières de l'État hébreu". [15]
Yaël Yadin, un des chefs militaires du "Plan D" a déclaré fin 1948 que c'est cette reconnaissance minutieuse et détaillée de ce qui se passait dans chaque village palestinien qui a permis au commandement militaire sioniste d'affirmer : "Sans la présence britannique nous aurions écrasé la révolte arabe en un mois !... car les Arabes palestiniens n'avaient personne pour les organiser correctement." [16]

La volonté de destruction de la Palestine rurale et l'expulsion des habitants pour la création d'un Etat "ethniquement pur" est patente. Le mot "nettoyage" figure d'ailleurs en toutes lettres sur les ordres donnés par le "Haut Commandement" aux unités sur le terrain.
Ben Gourion n'hésitera d'ailleurs pas à affirmer "Nos ennemis sont les paysans arabes !" [17]
Pas les opposants politiques, pas les propriétaires... Non ! Les cultivateurs pacifiques, ceux qui gênent le plan D par leur refus de se battre contre les sionistes, comme on peut le lire à plusieurs reprises dans les rapports des réunions de Ben Gourion et ses associés. 

Soixante ans plus tard, Lieberman ne fera que confirmer cet objectif de "nettoyage" en proclamant : "Nous allons faire d’Israël un Etat ethniquement homogène !" [18]

Partition décidée par l'ONU
 partitionjpg0cff-0f5ae.jpg

C'est ainsi que le 31 décembre 1947, on "testa" le plan "D" dans plusieurs endroits, notamment à Balad al-Cheikh, un village à quelques kilomètres de Haïfa, et, le même jour, sur un des quartiers arabes de la ville.
Pour Balad al-Cheikh, l'ordre était de "encercler le village, tuer le plus d'hommes possible, saccager les biens, mais s'abstenir de s'en prendre aux femmes et aux enfants" [19]
L'assaut dura trois heures et fit plus de soixante morts... pas tous des hommes !

Les Britanniques ont laissé faire ces atrocités... Ils ont même parfois apporté leur aide comme après la tuerie de Sa'sa (village près de Safed, à la frontière libanaise) en février 1948.
Un commando israélien pénétra de nuit dans le village et installa des explosifs contre des maisons cibles. On dénombra de nombreux morts dans les maisons démolies.
Les Britanniques transportèrent à l'hôpital deux israéliens, blessés par des débris.
A partir de mars 1948, les opérations de "nettoyage" s'accélérèrent.
Chaque commandant des douze brigades de la Haganah avait reçu une liste de villages ou quartiers de villes à détruire, les informations sur les Palestiniens à tuer ou à expulser... et la date d'exécution de l'opération ![20]

Il est à noter que chaque carnage de villageois sera toujours présenté comme le résultat involontaire d'une âpre bataille, en riposte à une attaque, les maisons devenant des fortins bourrés d'armes et les paysans transformés en combattants féroces.
Décidément, plus de soixante ans après, le discours n'a pas changé ! [21]

Début de la grande lessive
 
Le massacre de Deir Yassin [22], petit village de pasteurs et de paysans, n'est pas celui qui a fait le plus de victimes ("moins" de 200 civils, dont de nombreux enfants) mais il est resté dans les mémoires comme un modèle du caractère systématique de l'application du "Plan D".
Le colonel israélien Païl décrit l'horreur : "Faisant feu de toutes leurs armes, ils balançaient également des explosifs dans les maisons. Ils abattirent ainsi toutes les personnes qu’ils y trouvèrent, y compris les femmes et les enfants. Par ailleurs, près de 25 hommes qui avaient été sortis de chez eux furent chargés dans un camion et exposés, à la romaine, à travers les quartiers de Mahahneh Yehuda et Zakron Josef. Après quoi ils furent emmenés dans une carrière de pierre et abattus de sang-froid" [23]


 Deir Yassin
deir_yassinjc28c-95703.jpg
 

Menahem Begin (commandant de l'Irgoun qui, avec le "groupe Stern" mena l'opération), nia tout massacre, parlant d'une "propagande mensongère".
Mais devant l'indignation de la communauté internationale, Ben Gourion et ses associés finirent par condamner l'action. Les historiens proches du régime estimèrent ensuite que le massacre avait été "un concours de circonstances, presqu'inévitable", sans connexion avec le "Plan D".
Evidemment !

Mais Deir Yassin n'était que le début de la "Grande Lessive".
Haïfa fut "désarabisée" en une journée de ses milliers d'habitants palestiniens par la sinistre brigade Carmeli.
On pilonna d'abord la ville au mortier depuis les collines, repoussant la population affolée vers la mer.
Ensuite les milices envahirent la place.
Les ordres de Mordehaï Maklef, officier des opérations, étaient clairs et simples : "Tuez tous les Arabes que vous rencontrez, incendiez tout ce qui est inflammable et ouvrez les portes à l'explosif." [24]
Ce fut fait !

Ben Gourion visita les quartiers arabes après le nettoyage et nota dans son journal : "Un spectacle épouvantable et fantastique. Une ville morte, une ville carcasse ... sans âme qui vive, à part les chats errants." [25]

Ce qui est arrivé à Acre – le plan de partage de l'ONU attribuait la ville à l'État arabe projeté – est exemplatif de la méthode d'exécution du "Plan D".
La ville était assiégée mais résistait aux bombardements.
Début mai 1948, la Croix-Rouge constata l'empoisonnement de l'eau des aqueducs qui approvisionnaient la ville. L'origine ?... Injection des germes de la typhoïde. [26]
Affaiblis par l'épidémie et le pilonnage intensif, les habitants se rendirent... et partirent, laissant les israéliens piller leurs maisons.

Le cas de Jaffa est également exemplaire.
C'est la dernière ville conquise avant la fin du mandat britannique par 5.000 "soldats" de la Haganah et de l'Irgoun.
Après trois semaines de siège, les 50.000 habitants ont été expulsés sous la "protection" des Britanniques.


 Ruines de Jaffa
ruinesjpg-90901e-2e5b5.jpg

A cette date, il n'y avait plus de Palestiniens dans les grands centres urbains et 200 villages avaient été détruits, leurs habitants tués ou expulsés.
Tout cela s'est passé avant la proclamation d'indépendance, dans l'indifférence ou avec la complicité des troupes britanniques.
Comme l'écrit Ilan Pappe :"C'est un fait, à dire et à répéter, car il anéantit le mythe israélien selon lequel les "Arabes" se seraient enfuis quand "l'invasion arabe" a commencé (...) C'est une pure fabrication de prétendre qu'il y a eu des tentatives juives pour persuader les Palestiniens de rester, comme l'affirment encore aujourd'hui les manuels scolaires israéliens" [27]
Avant "l'entrée en guerre" des pays voisins, près de la moitié des villages palestiniens du territoire que l'ONU leur avait attribué avaient déjà été attaqués et conquis par les sionistes.
De nombreux autres seront rayés de la carte dans les mois qui suivirent la déclaration de l'Etat d'Israël.

... Et nettoyage final ?

Après le 14 mai 1948, le "nettoyage ethnique" s'accentua encore.
L'arrivée, en juin, de nouveaux avions, entre autres armes "lourdes", renforça notablement les moyens de la conquête.
Yigaël Yadin, chef d'état-major adjoint de la Haganah, lança à ses troupes : "Aujourd'hui, nous avons toutes les armes dont nous avons besoin (...) Les Britanniques s'en vont (...) Toute la situation sur les fronts va changer"
Et il avait plus que raison de se réjouir.

Ben Gourion avait ordonné à la Haganah : "Le nettoyage de la Palestine demeure l'objectif premier du plan Daleth !" [28]
Des 64 villages entre Tel-Aviv et Haïfa, seuls deux furent épargnés... Sur la demande des colons qui avaient besoin des villageois pour le travail [29]
Parmi les villages rasés se trouvait celui de Al-Tantoura qui comptait 1500 habitants.
Après avoir maté la résistance, la soldatesque de la brigade Alexandroni rassembla les hommes (adolescents compris) et déclencha une orgie d'exécutions de sang-froid sur la plage, la mosquée ou le cimetière.
Plus de 200 Palestiniens furent ainsi assassinés.

Malgré les témoignages des survivants et les aveux de certains membres de la brigade, Israël a toujours nié les faits et diffamé ceux qui les révélaient.
Encore aujourd'hui ceux qui critiquent Israël sur ce massacre sont considérés comme traîtres ou menteurs.
Mais comme l'écrit Benny Morris, historien sioniste, il suffirait d'ouvrir les archives pour connaître les détails de ce que lui-même considère comme un crime de guerre. [30]
Mais c'est apparemment encore un sujet trop sensible pour le régime... plus de 60 ans après !

Jusqu'à l'automne 48, les diverses brigades de la nouvelle armée israélienne continuèrent leur lugubre besogne : expulsions, destructions d'un maximum de villages palestiniens et exécutions de ceux qui résistent. Comme à Al-Bassa, gros village de 3.000 habitants, où de nombreux hommes et adolescents furent alignés devant l'église et assassinés, tandis que le reste de la population était expulsée vers le Liban. [31]

A certains moments, le médiateur de l'ONU, Folke Bernadotte [32] parvint à ralentir les exactions et à obtenir de courtes trêves, pas toujours respectées.
Mais dès la fin de la trêve, le "rouleau compresseur" se remettait à écraser, impitoyable.
C'est ainsi que 50 à 70.000 personnes furent expulsées des villes "palestiniennes" de Lydda (Lod aujourd'hui) et Ramla. La brigade, commandée par Yigal Allon et Yithzak Rabin, [33] y assassina plus de 250 habitants. [34]

 Exode de Lydda

exodejpg-0df0df3-90c1b.jpg
 
Benny Morris rapporte que durant cette "opération Hiram", dirigée par le général Carmel, [35]les forces israéliennes perpètrent au moins neuf massacres de civils palestiniens et de prisonniers de guerre.
Des tonnes de bombes furent déversées par les "B-17" sur 7 villages de Galilée, provoquant la mort de près de cent civils.
L'armée israélienne fit également des incursions dans des villages du Sud-Liban, proche de la frontière. Fin octobre 48, elle massacra 80 personnes à Hula et 94 à Saliha.
L'officier Shmuel Lahis qui tua de sa main 35 habitants de Hula sera condamné à 7 ans de prison, avant d'être amnistié... et nommé directeur de l'Agence Juive. [36]
Israël sait honorer ses héros !

Morris estime que la moitié des massacres commis durant la "guerre" se produisirent durant cette l'opération.[37]
Nazareth qui comptait une population de religion chrétienne importante connut un sort moins dramatique.
Ben Gourion ordonna d'arrêter les expulsions car "Ici, le monde nous regarde." [38]
Même les 90.000 Bédouins du Néguev furent "nettoyés" ou cantonnés dans des "réserves".

Al-Dawaimeh, village martyr !
 
Ce village près de Hébron a été le théâtre d'une des pires atrocités commises par l'armée israélienne durant les opérations de nettoyage ethnique.
Ce fut aussi la dernière grande tuerie... avant celle de Kfar Kassem en 1956.
A Al-Dawaimeh, plus de 200 civils palestiniens ont perdu la vie le 28 octobre 1948 quand le général Yitzak Sadeh [39], commandant de la "Brigade Huit", sous les ordres du général Yigal Allon [40], lança ses tueurs dans le village.
Les récits des témoins, soldats israéliens inclus, et le rapport de l'ONU décrivent un massacre impitoyable, jusque dans la mosquée.[41]
Devant les risques de scandale, les lieux de la tuerie furent rapidement nettoyés le 1er novembre [42], ce qui permit, dans un premier temps, de nier l'ampleur du massacre et de s'opposer aux témoignages.
Ce n'est que des mois plus tard (juin 1949) qu'un rapport des Nations Unies mentionna : "La raison pour laquelle on connaît si peu au sujet de ce massacre qui, à bien des égards, a été plus brutal que celui de Deir Yassin, est dû au fait que la Légion arabe (la force jordano-britannique qui contrôlait la région) a craint que, si la nouvelle se répandait, elle exercerait le même effet sur le moral de la paysannerie que Deir Yassin : un nouvel afflux de réfugiés arabes." [43]
C'est ce qu'on nomme le cynisme ordinaire ?

De rares responsables israéliens eurent le courage de dénoncer l'horreur, tel Aharon Tzizling, Ministre de l'agriculture, qui déclara au conseil des ministres, le 17 novembre 1948 : "Je n’ai pu dormir de la nuit. Ce qui est en cours blesse mon âme, celle de ma famille et celle de nous tous (...) Maintenant, les juifs aussi se conduisent comme des nazis, et mon être entier en est ébranlé" [44]

En dépit des preuves accablantes, aucun des israéliens auteurs ou commanditaires des massacres et des destructions durant ces années de nettoyage ethnique n'a été inculpé pour crime de guerre !

Et... En route vers de nouvelles aventures ?

La passivité de l'ONU devant le non-respect de sa décision de partage du territoire est impressionnante.
A aucun moment, Israël n'a dû rendre de comptes sur ses "débordements" d'avant la création de l'Etat et toutes ses conquêtes n'ont pas provoqué la moindre réaction au moment de sa reconnaissance comme membre de l'ONU en mai 1949.
Seule une attaque contre le plateau du Golan (Syrien !) a pu être empêchée par l'ONU... pour quelques années.

Mais Ben Gourion n'avait pas l'intention de s'arrêter là !
Il prévoyait, dans un premier temps d'étendre le territoire israélien en Cisjordanie et au Sud-Liban, mais les ordres d'attaque furent reportés par crainte des accords d'alliance militaire de la Jordanie avec la Grande-Bretagne.
Il révèle sa soif de puissance et ses prochains objectifs dans un texte daté du 24/5/1948 : "Nous allons créer un Etat chrétien au Liban, dont la frontière sera le Litani. Nous allons briser la Transjordanie, bombarder Amman et détruire son armée, et alors la Syrie tombera, après quoi, si l'Egypte veut continuer à se battre, nous bombarderons Port-Saïd, Alexandrie et Le Caire.
Ce sera notre vengeance pour ce qu'ils ont fait à nos aïeux à l'époque biblique."[45]

Nouvel Alexandre le grand ? Nouveau Napoléon ? Nouvel Attila ?... Ou nouveau Dr Folamour ?

Revenir ? Où voulez-vous revenir ?

Fin 1948, ce nettoyage ethnique était terminé, mais les épreuves des Palestiniens n'étaient pas près de prendre fin.
Pour une bonne partie d'entre eux, le régime israélien activa un second plan, celui de "l'anti-rapatriement".
Pour empêcher toute possibilité de retour des expulsés, on accéléra la destruction des villages et la création d'implantations juives, de manière à éviter toute pression internationale et toute revendication basée sur la résolution 194 de l'ONU du 11/12/1948, proclamant le droit au retour des réfugiés palestiniens.
On créa une unité spéciale chargée d'empêcher les villageois et citadins de revenir dans leurs maisons.
Elle n'hésitait pas à les exécuter sans sommation, comme en témoignent les archives des FDI (Forces de Défense d'Israël) [46]

Et demain ?

Il serait illusoire de croire que ce sinistre "Plan D" n'est plus en activité !
Toute la politique du régime actuel tend à poursuivre le plan Daleth, à conquérir de nouveaux territoires et à assujettir les habitants qui n'ont pas été expulsés.

Avant le plan Daleth... et après le plan Daleth
plan_dalethjabdf-7e1c8.jpg


S'il n'est plus possible d'agir comme il y a 65 ans et qu'il n'est plus envisageable de museler l'information, il est visible que les pratiques actuelles du régime israélien sont dans le droit fil de ce plan.
Ses objectifs ont simplement pris d'autres formes : que ce soit dans la partie arabe de Jérusalem où les expulsions sont journalières, que ce soit en Cisjordanie où l'armée chasse les habitants de la zone C, où les colons fanatiques sèment la terreur, brûlent les récoltes et volent les terres, que ce soit dans le Néguev où les Bédouins sont pourchassés, que ce soit à Gaza où les commandos marins assaillent les pêcheurs à quelques centaines de mètres du rivage... Tout est conforme au "Plan D"
On est bien loin, à l'opposé même, du "Petit peuple qui a dû se défendre contre les armées arabes qui n'acceptaient pas son existence !" et de "Deux peuples qui ne parviennent pas à s'entendre".
Ces leitmotivs sont d'ignobles tartufferies !

Il y a certes encore de nombreuses zones d'ombre à éclaircir – ce ne sera possible qu'en rendant publiques toutes les archives de cette époque – et il existe de nombreux faits et comportements qui restent à élucider.
Mais il est indéniable, pour tout honnête homme, qu'il y a bien eu là-bas un effroyable nettoyage ethnique !
Indéniable aussi que ce "Plan D" a été mis en œuvre bien avant la décision de l'ONU de partager la terre et que l'explication "ils sont partis de leur plein gré" est un mensonge éhonté.
Il est aussi troublant de constater que l'objectif du régime israélien est toujours, visiblement, de nettoyer ce territoire de la présence palestinienne par des mesures de plus en plus oppressantes : mesures d'apartheid, humiliations, blocus, expulsions, créations de colonies, occupations militaires, destructions de maisons... etc.
Tout en continuant de discourir sur une solution à deux Etats... Mirage pour les naïfs, Hochet pour les discoureurs !

Ce plan"D" est bien un crime de guerre et un crime contre l'Humanité.
Il faut être d'une totale mauvaise foi pour le contester !
... Mais les tribunaux qui jugent ce type de crime étant presque toujours les tribunaux des vainqueurs, il est malheureusement plus que probable que les criminels qui ont élaboré, planifié et perpétré cet odieux programme ne se retrouveront jamais dans le box des accusés.
L'Histoire les jugera.
 
 
 
 
 
On peut être antisioniste sans être antisémite... Et on peut être sioniste et antisémite !
Les Palestiniens étant des Sémites, les traiter comme des sous-hommes est de l'antisémitisme !


[1]4ème lettre de l'alphabet hébreu
[2]"Le mur de fer. Israël et le monde arabe" (Buchet Chastel, 2008) et "Israël face à son passé" (Editions Arkhê, 2010)
[3]Il a enseigné à Oxford et Harvard et est membre de l'American Academy of Arts and Sciences.
[4]Historien israélien, professeur d'histoire à l'Université d'Exeter en Grande-Bretagne
[5] "Palestine 1948, l’expulsion" (Revue d’études palestiniennes, 1984)
[6]Historien britannique né en Palestine, rédacteur en chef de la revue Holy Land Studies (Edinburgh University Press)
[7] Il est professeur à l'Université Ben Gourion du Néguev à Beer-Sheva et a également enseigné aux USA.
[8]"Haaretz" le 15/1/2004
[9] Officier dans l'armée durant 13 ans, professeur à l'Université de Haïfa
[10]Cité par Ilan Pappe dans "Le Nettoyage ethnique de la Palestine (Fayard, 2006)
[11] Principale milice clandestine sioniste créée en 1920
[12]Walid Khalidi "Plan Daleth : Master Plan for the conquest of Palestine" (Middle East Forum, novembre 1961) 
[13]Benny Morris " The Birth of the Palestinian Refugee Problem 1947-1949" (Cambridge University Press, 1989)
[14]Yehuda Sluzki "Le Livre de la Haganah"
[15] "Archives de la Haganah", cité dans "Le Nettoyage Ethnique de la Palestine" de Ilan Pappe (Fayard, 2006)
[16]"Israel : The Establishment of a State" de Harry Sacher (British Book Centre. 1952, Hyperion. 1976)
[17]Discours au comité exécutif du Mapai le 6/4/1948
[18]"Le Monde" du 19/9/2010
[19] Uri Milstein : " History of Israel's War of Independence"(University press of America) cité dans "Le Nettoyage Ethnique de
  la Palestine" de Ilan Pappe (Fayard, 2006)
[20]Archives des FDI (Forces de Défense d'Israël), 1950/2315, dosier 47, 11/5/1948
[21]Doctrine de l'historien sioniste Nathan Weinstock dans "Terre Promise, Trop Promise" (Odile Jacob, 2012)
[22]Deir Yassin était situé dans la zone attribuée par l'ONU à la partie arabe. Partage soit-disant accepté par Ben Gourion.
[23]Colonel Meir Païl dans "100 clés du Proche-Orient" de Alain Gresh et Dominique Vidal (Huchette Pluriel, 2003)
[24]Archives de la Haganah 69/72 du 22/4/1948. Maklef devint, plus tard, chef d'état-major de l'armée israélienne.
[25] Voir dans www.haifa-israel.info/Haifahistoire.html et "Le Port dans la Tempête" de Shay Fogelman (Haaretz du 3/6/2011)
[26]Archives de la Croix-Rouge (Genève, dossier G59/1GC, G3/82)
[27]"Le Nettoyage Ethnique de la Palestine" (Fayard, 2006, p145 et 177)
[28]Journal de Ben Gourion, repris par Ilan Pappe dans "Le Nettoyage Ethnique de la Palestine, P.174)
[29]Archives FDI (Forces de Défense d'Israël) 15/957, dossier24
[30] "The Tantura "Massacre" Affair" dans "The Jerusalem Report" du 4/2/2004
[31]On peut trouver la liste chronologique des méfaits sur "www.palestineremembered.com&quo...;;
[32]Il sera assassiné en septembre 48 par le groupe d'Yitshak Shamir pour avoir, notamment, tenté de sauver les
 Palestiniens (droit au retour)… comme il avait tenté, en tant que président de la Croix-Rouge suédoise, de sauver ses
  concitoyens juifs quelques années auparavant.
[33] Tous deux deviendront Ministres
[34] Salim Tamari "Journal of Palestine Studies" (Vol.27 n° 4, 7/1998)
[35]Originaire de Bielorussie, émigré en 1924 en Israël, devint ensuite ministre des transports
[36] Dominique Vidal "Comment Israël expulsa les Palestiniens (1947-1949)" (Editions de l'Atelier
[37] Benny Morris"Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste" (Editions complexe, 2003)
[38]Journal de Ben Gourion du 18/7/1948 (cité par Ilan Pappe)
[39]D'origine polonaise (émigré en 1920), il est le fondateur de "Palmah" (unité de choc paramilitaire)
[40]Futur Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères
[41]Benny Morris "The Birth of the Palestinian Refugee Problem"(Cambridge University Press, 1989)
[42]Wikipedia : "A-Dawayima massacre"
[43]Cité par Ilan Pappe dans "Le Nettoyage Ethnique de la Palestine" (Fayard, 2006)
[44]"Magazine Tel-Aviv" (23/4/2004) cité par Dominique Vidal dans "Dix ans de recherches sur la guerre de 1947-1949" (Le
 Monde Diplomatique de décembre 1997)
[45] "Journal de Ben Gourion" du 25/5/1948 (cité par Ilan Pappe)
[46]Archives FDI 51/957, dossier 1683

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche