Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 05:20

http://www.terminartors.com/files/artworks/5/0/2/50248/Vernet_Claude-Joseph-Seascape_Tempest.jpg

http://www.terminartors.com/files/artworks/5/0/2/50248/Vernet_Claude-Joseph-Seascape_Tempest.jpg

 

Les orages de l'été 2012 au coeur du basculement géopolitique mondial

 

Ce premier trimestre 2012 a commencé à établir qu'une époque était en train de se terminer selon LEAP/2020 avec notamment :

- les décisions de la Russie et de la Chine de bloquer toute tentative occidentale d'ingérence en Syrie:(souvenons-nous de l'attaque sur la Libye et des conséquences désastreuses qu'elle entraîne aujourd'hui pour de nombreux libyens et pour toute la région, dont la dernière en date est la déstabilisation de toute une partie de l'Afrique sub-saharienne comme le Mali par exemple)


- la volonté affirmée des mêmes, associés à l'inde en particulier, (et du Japon qui n'a pas l'intention d'arrêter de s'approvisionner en pétrole iranien), d'ignorer ou de contourner l'embargo pétrolier décidé par les Etats-Unis et l'UE à l'encontre de l'Iran:

(attendons de voir ce que sera la volonté de l'UE en la matière dans la seconde moitié de 2012. Avec la fin de la tutelle US sur la politique étrangère française suite au changement de président français, de nombreux aspects de la politique internationale de l' Europe vont changer).


- les tensions croissantes dans les relations entre les Etats-Unis et Israël:

(nombreux sont les responsables israéliens et américains qui se demandent dans quel état vont être les relations entre les deux pays à l'issue de cette quasi-confrontation sans précédent sur la question d'une éventuelle attaque de l'Iran. Pour certains, on s'approche du moment de "ras-le-bol" d'Israël de la part des Etats-Unis, comme l'analyse l'article de Gideon Levy dans Haaretz  du 04/03/2012).

 

- l'accélération de la politique de diversification hors du dollar US conduite par la Chine et les BRICS et également le Japon et l'Euroland:

( derniers exemples en date : l'accord des BRICS pour organiser entre eux des échanges en devises nationales, et particulièrement en Yuan du fait de la volonté de Pékin d'internationaliser sa devise, et la décision du Japon d'acheter des Bonds du Trésor chinois en accord avec Pékin. Cet aspect suiffit à réduire à néant les comparaisons entre l'ascension avorté du Japon et la situation de la Chine aujourd'hui. Tokyo était sous contrôle de Washington, Pékin ne l'est pas ! source Japan Today 13/03/2012).

( d'autre part les banques de l'Euroland se dégagent de leurs activités de prêts en USD source : journalduNet 23/02/2012)

 

- les prémisses du changement de stratégie politique de l'Euroland à l'occasion de la campagne électorale française :

( à savoir la fin du social-libéralisme qui avait pris la place de la social-démocratie européenne au cours de ces deux dernières décennies; et le retour à "l'économie sociale de marché" au coeur du monde rhénan, modèle historique européen continental. On voit se dessiner les contours de la future stratégie économique et sociale de l'Euroland : fiscalité progressive renforcée, solidarité sociale, efficacité économique, mise sous contrôle du secteur financier, vigilance douanière...en résumé : éloignement à grande vitesse du modèle anglo-saxon à la mode depuis 20 ans parmi des élites du continent européen).

 

- enfin intensification des actes et discours alimentant la montée en puissance de guerres commerciales trans-blocs :

(dernier épisodes en date : l'attaque devant l'OMC de la politique commerciale chinoise concernant les "terres rares" par les Etats-Unis, appuyés par lUE et le Japon; les nouveaux rebondissements des accusations réciproques USA/UE toujours devant l'OMC concernant les subventions à Boeing et Airbus; la "guerre monétaire" déclenchée par le Brésil contre les Etats-Unis et l'Europe. source : CNNMoney 12/03/2012, Bloomberg 13/03/2012, Mish's GETA 03/03.2012).

 

En Mars 2012, on est loin de Mars 2011 et du "bouscule ment" de l'ONU par le trio USA/UK/France pour attaquer la Libye. Mars 2011, c'était encore le monde unipolaire d'après 1989. Mars 2012 c'est déjà le monde multipolaire de l'après crise hésitant entre confrontations et partenariats.

 

Le traitement de la "crise grecque" (d'ailleurs impensable pour beaucoup il y a seulement trois mois) a rapidement fait disparaître la soi-disant  "crise de l'euro" de la une des médias et des inquiétudes des opérateurs. L'hystérie collective entretenue au cours du second semestre 2011 par les médias anglo-saxons aura fait long feu; l'Euroland s'impose de plus en plus comme une structure pérenne

(aux acteurs politiques des deux prochaines années d'entamer leur mise sous contrôle par les citoyens)

 

L'euro est à nouveau en vogue sur les marchés, les investisseurs privés auront dû accepter une décote allant jusqu'à 70% de leurs avoirs grecs, quand presque personne n'imaginait la chose possible sans une "catastrophe" signifiant la fin de l'euro.

( Souvent les experts ont pronostiqués une parité €/$ entraînant nombre d'opérateurs à vendre leurs euros pour acheter du dollar. Résultat : ces "experts" qui peuplent les "unes" des médias et les émissions financières, ont fait perdre beaucoup d'argent aux uns et aux autres)

 

In fine, les marchés se plient toujours à la loi du plus fort...et la peur de perdre plus, quoiqu'en disent les théologiens de l'ultra-libéralisme. C'est une leçon que les dirigeants politiques vont précieuse

ment garder en mémoire car il y a d'autres décotes à venir, aux Etats-Unis, au Japon et en Europe.

 

Parallèlement, et cela contribue à expliquer la douce euphorie qui alimente las marchés et nombre d'acteurs économiques et financiers, ces derniers mois, pour cause d'année électorale, et par nécessité de faire à tout prix "bonne figure" face à une zone euro qui ne s'effondre pas, les médias américains nous refont le coup des

"green shoots" du début 2010 et de la "reprise" du début 2011 afin de peindre une Amérique en "sortie de crise" . Pourtant les Etats-Unis en ce début 2012 ressemblent bien à un décor déprimant peint par Edward Hopper.

Comme en 2010, 2011 le printemps va être le moment du retour au monde réel..!

(N'oublions pas que sans l'hystérie collective entretenue autour de la "crise de l'euro" dès la fin 2011, les Etats-Unis auraient été incapables de financer leurs énormes déficits. Wall Street et la City ont dû peindre une

Europe au bord du gouffre pour pouvoir maintenir le flux d'achats de leurs titres. Maintenant que cette propagande ne fonctionne plus; il est donc vital d'essayer d'embellir la situation US faute de tarir la source extérieure du financement de l'économie américaine).

 

Dans ce contexte "dangereux" pour les acteurs bercés par l'illusion "de retour à la normale" en particulier du "redémarrage du moteur économique US" il est nécessaire de percevoir que cette illusion va voler en éclat à l'été 2012. Les nuages noirs qui s'amoncellent depuis le début de la crise en matière économique et financière sont maintenant rejoints par les sombres nuées des affrontements géopolitiques.

 

- rechute des USA dans la récession sur fond de stagnation européenne et de ralentissement des BRICS

- impasse pour les banques centrales et remontée des taux

- impasse sur les marchés des devises et des dettes publiques occidentales

- Iran, la guerre "de trop"

- nouveau krach des marchés et des institutions financières.

 

("le moteur économique US" est le credo fondamental sur lequel repose tout le système économique et financier global. Et en trois ans de crise, pour la première fois depuis 1945, ce moteur ne fonctionne plus. Alors il faut prétendre le plus longtemps possible, en espérant un miracle. A l'été 2012, les orages porteront bien des éclairs mais il n'y aura pas de foudre miraculeuse..bien au contraire..!) .


extrait de LEAP/2020

 

.

Liesi :

 

Elle est là la reprise…

Le banquier anonyme vient de nous contacter pour nous apprendre la situation désastreuses du courtier worldspreads

www.worldspreads.fr/

Commentaire du banquier anonyme :

“Preuve s’il en était besoin à ceux qui ne voient rien, de ce qui se prépare… Pour moi, ils ont fait faillite et il y en aura beaucoup comme ça. Faites donc très attention et dégagez l’argent des comptes des courtiers en ligne. C’est un conseil éclairé. Mieux vaut aider les gens dans le besoin que de risquer la perte de votre capital. Mais si vous croyez que les choses iront encore mieux demain… ne faites surtout rien. J’ai des clients européens qui étaient chez MF Global. Ils sont désespérés et à mon avis ne seront jamais remboursés”.

 
108 Comments

Publié par le 19 mars 2012 dans Non classé

 

Evolution du T Bond 30 ans américain (Future) à suivre…

Dans un article intitulé Crash obligataire en vueRobert Haddad (CFTe, Pdt du CFAT, Centre de Formation d’Analyse Technique et de Trading) met en évidence l’accident obligataire récemment survenu aux Etats-Unis à la lecture du T Bond 30 ans américain (Future).

En interprétant ce graphique, Robert Haddad écrit : « la rupture de 136,00 serait très négative ».

Cette conclusion rejoint la fin de l’analyse que nous a communiqué Trader Noé dans la nuit.

« S’agit-il de dégagements des obligations vers les actions ? Les Chinois seraient-ils en train de liquider une partie de leurs investissements ? On n’en sait rien pour le moment… On en aura le cœur net si les prix venaient à casser le plus bas d’octobre 2011 à 133,56 ».  Revient donc l’interrogation sur un éventuel krach obligataire aux Etats-Unis, évoqué par certains analystes américains depuis plusieurs mois. « Pour invalider cette hypothèse baissière, les cours devraient reconquérir 139,00/140,00 ».

Krach obligataire – Iran ?

Est-ce la peine de préciser que cette évolution influera de manière cruciale sur les événements géopolitiques du Moyen-Orient, malheureusement attendus parce qu’annoncés depuis des lustres par la correspondance Albert Pike (fondateur du rite palladique luciférien) et Mazzini (chef de la Haute Vente – maçonnnerie italienne) d’août 1871 comme une étape nécessaire à l’introduction du Nouvel Ordre Mondial.

Les Obama et Netanyahu, et Cie, ne sont en aucune manière les décideurs de l’explosion en cours du Moyen-Orient. Laissons aux naïfs l’illusion de le croire. Une bonne guerre au Moyen-Orient ne servirait-elle pas les intérêts d’un certain candidat à la course présidentielle française de mai 2012 ?

Commentaire de Phil – Christophe Barbier, rédacteur en chef de l’Express et “intime” de Carla Bruni,évoque une guerre pouvant brouiller la campagne présidentielle…Nicolas Sarkozy,il y a quinze jours,évoquait devant des journalistes ,un possible contexte dans la campagne qu’il ne pouvaient imaginer…???
à partir de la 11e min Partie II.
http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3350-c-salut-les-terriens.html?vid=610518

Kommersant (journal russe) : Les Etats-Unis et Israël lanceront une opération militaire contre l’Iran avant la fin de l’année 2012, rapporte mercredi le journal russe citant un haut responsable du ministère russe des Affaires étrangères.

 
17 Comments

Publié par le 19 mars 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 19 mars 2012

La résistance des 1400 points sur le E-mini SP 500 sera t-elle bientôt cassée ?
Le E-mini SP 500 a clôturé vendredi dernier à proximité des 1400 points.
La configuration sur le marché américain est toujours bien orientée malgré le frein des 1400 points.
Si cette résistance n’est pas franchie en début de semaine, elle devrait l’être prochainement, permettant au CAC 40 de franchir également la zone de résistances des 3600-3607 points. Dans ce cas, les résistances à  3680-3760-3850 seront à surveiller une à une, en fonction de chaque franchissement.

Pour l’instant, tout est bien tenu, les élections présidentielles approchent et il s’agit de gagner un maximum de temps. Les licenciements sont retardés, la faillite de la Grèce retardée. Et plus tard l’Espagne, le Portugal, la BCE,…et nous !

Là, nous connaitrons probablement des évolutions phénoménales entre le marché américain et le marché européen. En attendant, les indices européens moutons suivront leur maitre.

Alors pour ce début de semaine, soit l’indice E-mini SP 500 franchit les 1400 points et nous partons vers les nouvelles résistances. Soit le franchissement ne se fait pas tout de suite, accompagné d’une très légère consolidation, mais probablement rien de méchant.

Le niveau des 1395 points est déjà le premier support intéressant suivi puis 1385 points.

Le marché américain peut logiquement progresser d’environ 8-9 % voir 13 % peut être.

L’EURUSD reste dans sans configuration baissière. Cependant comme nous l’avions évoqué il faudra désormais casser le support des 1.30. En attendant, les résistances sont toujours 1.3235-1.35.

Concernant, le Brent nous surveillons toujours la résistances des 128.5 qui doit être franchie pour une nouvelle envolée de l’or noir (134-143).

Pour le BUND nous surveillerons le support des 133.5-134. Si le cours rebondit il faudra désormais franchir les 141 pour nous donner une nouvelle croissance.

 
63 Comments

Publié par le 19 mars 2012 dans Non classé

 

Goldman Sachs : une des pièces maîtresses du cartel bancaire – Partie 1

Extraits du numéro 243 de LIESI -

Suite au krach de 1929, différentes commissions du Congrès américain firent l’analyse de ce désastre. Les auditions de la commission Fletcher-Pecora mirent en évidence des pratiques bancaires scandaleuses. Les investigations des membres du Congrès tournèrent en partie sur les activités de la banque d’affaires new-yorkaise Goldman Sachs, créée en 1869 !

Elles mettaient en lumière le danger évident que pose une situation dans laquelle une seule institution financière mêle une activité de banque de dépôt, de banque d’affaires/courtage et de compagnie d’assurance. Finalement, l’enquête incisive menée par le Congrès américain sur la crise de 1929, déboucha sur la loi Glass-Steagall (Banking Act of 1933), du 16 juin 1933.  

Cette loi imposait une séparation entre les différentes activités des banquiers : les banques d’affaires conseillant les émetteurs des titres, et les banques de dépôt conseillant plutôt les épargnants. Clairement, cette loi interdit à toute banque de dépôt de posséder une banque d’affaires ou bien d’acheter, de vendre ou de souscrire à des titres financiers, domaine réservé aux banques d’affaires.

A l’inverse, il est interdit aux banques d’affaires d’accepter les dépôts de simples clients, ce qui relève exclusivement des banques de dépôt.

Dans la foulée, les banquiers comprirent qu’une part importante du cycle de profits des années 1920 serait tarie. W.C. Potter, de la banque Guaranty Trust (appartenant à la maison Morgan), clama que ce projet de loi était la chose « la plus désastreuse » qu’il ait jamais entendue. L’American Bankers Association (l’association américaine des banquiers) s’y opposait. En fait, la loi Glass-Steagall touchait un nerf sensible de l’oligarchie.

Après son adoption, et pendant soixante-six ans, les financiers les plus rapaces dépensèrent des milliards de dollars pour faire sauter ce verrou  légal !

Le triomphe du cartel bancaire

Un grand pas, en ce sens, fut franchi en octobre 1982, avec l’adoption de la loi Garn-St-Germain, qui ouvrait la voie à la dérégulation de tout le système bancaire américain. « Sans toucher à Glass-Steagall directement, mais en éliminant les plafonds sur les taux usuriers, cette loi permit d’en diluer l’application et d’introduire la dérégulation. Elle permit notamment aux caisses d’épargne d’élargir leur champ d’activités bancaires et d’investissement, sans régulation. De pair avec la politique de taux d’intérêt très élevés, imposée par le président de la Réserve fédérale, Paul Volcker, en octobre 1979, cette nouvelle loi précipita les caisses d’épargne américaines dans la crise qui allait frapper de plein fouet quelques années plus tard ». Finalement, la loi Gramm-Leach-Bliley, sur la modernisation financière, permit à une vingtaine d’institutions financières (contrôlées par le cartel bancaire) de triompher ! Et qui fut à l’origine de ce coup d’éclat ? Le secrétaire au Trésor de Clinton, Robert Rubin, un ancien de… Goldman Sachs.

(A suivre)

 
228 Comments

Publié par le 18 mars 2012 dans Non classé

 

Où est l’économie réelle dans le grand casino des devises ?

En septembre 2011, les transactions quotidiennes sur le marché mondial des devises atteignaient le chiffre de 5.000 milliards de $ par jour ! Une progression de près de 20% sur un an, explique le dernier rapport de la Banque de Règlements Internationaux. Les volumes ont pratiquement été multipliés par dix en vingt ans.

Pour comparer le montant des transactions sur ce marché des devises : il est 25 à 30 fois plus grand que celui de toutes les places boursières réunies.

Et l’économie réelle dans tout cela ?

« Il s’y traite chaque jour et seulement pour les transactions au comptant (1 500 milliards de dollars en 2010) l’équivalent de 16 fois le PIB des 35 plus grandes économies ou 36 fois leurs échanges commerciaux » (Le Monde).

Autrement dit, les banques d’affaires font la pluie et le beau temps sur les devises et, incidemment, sur l’économie réelle, dont nous dépendons tous pour travailler et nous nourrir. Des devises aux matières premières et alimentaires, il n’y a qu’un pas. Et comme la spéculation est de plus en plus gourmande, les grands prédateurs ne savent plus se fixer de limites à leurs gains. Comme les principes moraux élémentaires sont foulés aux pieds depuis des lustres, il n’y a plus de frein pour mettre en œuvre les scénarios les plus perfides. Il n’est donc pas surprenant que les grands leaders des banques internationales aiment se rencontrer dans des cénacles réservés à la nomenklatura mondialiste pour discuter de l’avenir des milliards de bouches inutiles. Le tout en parfaite discrétion… avec des gardes armés, des dépenses importantes réalisées par les citoyens nationaux !

N’oublions pas qu’ils ont écrit sur des tables de pierre et en plusieurs langues (Stonehenge) que 500 millions d’être humains leur suffirait pour faire fonctionner le “système”.

Ils se verront bientôt à Haïfa, au sein du Groupe Bilderberg. Haïfa est la troisième plus grande ville d’Israël. Particularité, on y trouve un Hôtel Rothschild, une demeure luxueuse. Il est bien sûr évident que les invités vont chercher un moyen de procurer le bonheur de leur prochain… Nous « positivons »…

Mais n’oublions pas ce mot du baron Rothschild, en 1970, et dont nous parlons dans le dernier numéro de LIESI : « La structure qui doit sauter, c’est la nation ».

Or cette prédiction se réalise sous nos yeux avec la faillite de l’Etat-nation ! Quel visionnaire… Humm…

 
87 Comments

Publié par le 17 mars 2012 dans Non classé

 

Publication du numéro 250 de LIESI et BREVES – 15 Mars 2012

SOMMAIRE DU NUMERO 250 DE LIESI

15 Mars 2012        2007, 2011 et 2012 : l’effet domino d’une crise mondiale – 2007 : crise immobilière aux Etats-Unis – 2011 : début de crise en Europe – 2012 : début de crise chez les émergents – Le contexte européen des élections présidentielles françaises – Ces puissants banquiers qui fomentent les révolutions – L’Union européenne est LA nouvelle URSS – Les clubs de pouvoir gravitant autour de François Hollande.

Pour commander ce numéro ou s’abonner. (Cliquer)

Extraits

Les élections présidentielles françaises vont confirmer la fin du libéralisme et concrétiser la naissance d’un nouveau système que LIESI a appelé « ROUGE ». Aujourd’hui, la fin du libéralisme n’est absolument pas perçue par l’écrasante majorité de nos contemporains. Pourtant, la façon dont l’argent est maintenant créé, n’est plus du tout représentatif d’un système libéral. La BCE, un organisme supra-étatique, distribue de l’argent aux banques, qui le prêtent ensuite aux Etats. Eux-mêmes prélèvent des impôts à leurs populations dont une partie conséquente est redonnée aux banques privées pour payer les intérêts de la dette souveraine ! Ce vol des populations ne peut se réaliser que par une complicité entre les politiques et les banquiers. Voilà pourquoi les politiques justifient les mesures d’austérité comme démocratiques. C’est un véritable complot des élites. L’Europe, qui fut présentée comme une association de démocraties, se révèlent au grand jour être un système mafieux de racket des populations pour entretenir le système d’usure au profit des patrons officieux de la BCE. Cette BCE qui est dirigée, rappelons-le, par un ancien employé de Goldman Sachs, directement impliquée dans le krach de 1929 ; plus récemment, dans l’affaire des subprimes et de la Grèce. […]

Vladimir Boukovski, ancien dissident soviétique, a  passé douze années de sa vie en prison, au camp Perm-36. Victime d’un internement psychiatrique, il fut  l’un des premiers dissidents (échangés contre un chilien en 1976) à dénoncer cette pratique en URSS.

Et que nous dit-il de l’Union européenne ? – « J’ai vécu votre avenir ! »

« Il est étonnant qu’après avoir enterré un monstre, l’URSS, on en construise un autre tout semblable : l’Union européenne. Pour connaître réellement l’Union européenne, il faut connaître sa version soviétique. […]

 

Les BREVES DE LIESI de février / mars 2012

sont également publiées.  Pour commander ce numéro. (Cliquer)

 

 
131 Comments

Publié par le 16 mars 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 16 mars 2012

Tant que le E-mini SP500 évolue au-dessus des supports proposés hier, le cours peut progresser davantage vers les résistances énumérées.
Logiquement, il semble bien parti pour progresser peut être même de 10-14 % (maxi) si le cours se stabilise au-dessus des 1400 points.
Bien sûr, sans parvenir à rester au-dessus des 1400, prudence, nous surveillerons les supports évoqués. Une fois cassés cela freinerait la reprise haussière de ce début d’année.

En fonction du E-mini SP 500, le Future CAC 40 suivra le mouvement (résistances à 3600 puis 3715-3760 si cassure).

L’idée sera de donner une vague d’impulsion qui déclenchera “l’arc”. Pour information c’est le nom que nous lui avons donné, mais nous ne pouvons malheureusement pas expliciter davantage… si ce n’est que c’est l’arme favorite de la Main anonyme. Patience, tout se met en place.
Les “Harry Houdini” détournent parfaitement l’attention. Tout deviendra rouge.

Pour l’EURUSD, il s’agit simplement d’un petit rebond, la rupture des 1.30 libérera une nouvelle accélération avec l’objectif majeur : 1.26.

Pour valider de nouveaux plus hauts, le Brent devra casser la résistance des 128.5. L’impulsion haussière pourra se faire entre 120-117 ou au pire 110. Ensuite il pourra regarder les 134-150-170 et 250-300 à terme.

Pour France Telecom, nous surveillons toujours le support des 11-10.8 euros.

 
32 Comments

Publié par le 16 mars 2012 dans Non classé

 

Analyse des marchés par Menthalo

Par Menthalo – Désolé de ne pas pouvoir vous offrir de graphes… mais je suis toujours privé d’internet sur mon ordinateur principal. Merci Free !

Le S&P500 a terminé ce soir à 1402…  à seulement 23 points du sommet de mai 2008. Etant donné la hausse depuis décembre, nous pourrions avoir une consolidation la semaine prochaine.
Il en est de même du CAC, qui a atteint l’un de ses objectifs cette semaine à 3585… Il pourrait grimper à 3.605 avant de consolider sérieusement.
La semaine prochaine pourrait être rouge.
On sait avec quel talent, les banquiers peuvent faire monter les indices comme ils le veulent, mais parfois ça les sert aussi de dégraisser.
Graphiquement, je ferais attention si je jouais les indices ou les Métaux Précieux… on est zone de surchauffe !
Carpe Diem
 
54 Comments

Publié par le 16 mars 2012 dans Non classé


Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Le Futur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche