Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 07:04
Les origines d'une crise bancaire

La banque Dexia est actuellement dans la tourmente mais comment peut-on en arriver là ?

 

 

Comment arrive-t-on à une crise bancaire ? |  

La confiance des investisseurs dans le secteur financier a encore fortement diminué ces derniers jours. La banque Dexia vit par exemple des moments difficiles. Christine Lagarde, la patronne du FMI, avait déjà appelé les banques à renforcer leur capital il y a quelques semaines pour éviter de nouvelles mauvaises surprises. Mais comment une crise bancaire survient-elle ?

 

 

Les dettes souveraines menacent |  

La crise de la dette grecque continue de secouer les marchés financiers. Comme les obligations d’État des banques ont moins de valeur, elles connaissent de nouvelles pertes. Si le secteur financier devait contribuer à la mise en lumière de la dette des poids lourds de la zone euro, nous pourrions courir au fiasco. Dexia possède par exemple pour plusieurs milliards de bons d’État italiens.

 

Des problèmes de liquidités |  

La confiance en les banques est une nouvelle fois fragilisée. Lors de la crise de 2008, les banques étaient au bord du gouffre car elles ne voulaient plus prêter d’argent à d’autres banques, par crainte de ne jamais être remboursées. Le même scénario pourrait se reproduire aujourd’hui car le taux d’intérêt qu’elles s’appliquent monte en flèche. Dexia est donc actuellement dans l’œil du cyclone en raison de ses problèmes de liquidités.

 

Les gouvernements moins combattifs

En 2008, plusieurs banques avaient été sauvées de la faillite par les gouvernements qui étaient entrés dans leur capital et leur avaient apporté des garanties. Le Holding Communal, l’un des actionnaires les plus importants de Dexia, n’est cette fois pas en mesure d’injecter de nouveaux capitaux dans la banque. Les États belges et français sont prêts à venir en aide à Dexia pour protéger les épargnants. Mais la dette des États étant elle aussi problématique, leur marge de manœuvre est réduite. La Banque Centrale Européenne a également vu sa puissance financière se réduire.

 

 

Rétablissement difficile en raison d'un ralentissement de la croissance

Une économie en bonne santé pourrait aider les banques à soigner leurs bilans en lambeaux. Mais après la croissance prometteuse du début d’année, la chute est proche. Même en Allemagne, le moteur de l’économie européenne, la croissance a fortement diminué au deuxième trimestre. Une nouvelle récession avec faillites et des défauts de paiement est possible.

 

 

Une rupture de la volonté politique

Une solidarité entre les pays de la zone euro, avec les plus grands qui reprendraient les dettes des plus petits, pourrait alléger les problèmes de beaucoup de banques. Mais rien n’indique que ce scénario se produira. L’introduction d’obligations européennes fait face à un refus catégorique de la part de l’Allemagne. Leur argument est le suivant : les taux d’intérêt appliqués aux différents États pour leurs obligations d’État les incitent à se discipliner au moment de l’élaboration de leur budget.

 

 

Voici mon commentaire :


La "solidarité", c'est la mort des Etats souverains et des Etats protecteurs, la mort du politique, tout sera decidé à Bruxelles - au profit du cartel bancaire. C'est le Nouvel Ordre Mondial, dictature planétaire des grandes banques sur le monde ! eva R-sistons, http://sos-crise.over-blog.com

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche