Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 01:04

60-ans-non.jpg



Les amis-créateurs d’Israël en prennent plein la ''gueule''


24/03/2010
Le mot pourrait sembler être trop excessif, mais il est certes le plus adéquat pour décrire les relations actuelles entre l’entité sioniste et les parties qui ont contribué à son implantation en Palestine. C'est-à-dire,  les États-Unis, la Grande Bretagne et aussi les Nations Unis.
  
En moins d’une semaine, tous trois ont subi les foudres des dirigeants sionistes, pour avoir  exprimé, pourtant avec beaucoup de retenue, des positions qui n’en déplaisent à la direction israélienne.
S’agissant de la super puissance américaine, sans laquelle  l’entité sioniste  n’aurait jamais continué d’être, force est de constater le dénigrement total exprimé par le Premier ministre Benjamin Netanyahou à l’encontre du mécontentement de son président  Barak Obama.

 

Pourtant ce dernier n’avait demandé que le  gel des colonisations à Jérusalem-est occupée, le temps de donner aux dirigeants arabes (qui venaient d’acquiescer leur demande d’exhorter l’Autorité palestinienne à reprendre des négociations indirectes avec Israël)  l’impression que l’administration américaine est sérieuse dans ses efforts de trouver un règlement au le conflit au Proche Orient.
 
Or durant sa tournée américaine, Netanyahu a fait exprès de n’en faire qu’à sa tête.  Même au moment où il rencontrait Obama à la Maison Blanche , il a permis que soit réitéré le même comportement qui avait provoqué la crise entre les deux parties, une semaine plus tôt. Selon des médias israéliens, la municipalité israélienne de Jérusalem AlQuds a donné son feu vert à l’édification de  20 logements à la place d’un hôtel palestinien à Jérusalem-est, dans la nuit de mardi à mercredi. Rappelant fortement l’annonce de la construction de 1600 logements durant la visite du vice-président américain Joe Biden.
Avant de rencontrer Obama, Netanyahu avait même haussé le ton contre Washington, menaçant d’entraver ses efforts en vue d’une solution au Moyen Orient : “Si les Américains soutiennent les demandes déraisonnables présentées par les Palestiniens concernant un gel de la construction à Jérusalem, le processus politique risque d'être bloqué pendant un an", avait-il lancé à des journalistes.
Cette force de dénigrement, Netanyahu l’a puisée d’une  audience avec le Congrès américaine, dont la présidente Nancy Pellosi lui a fait part de son appui total.  Sans oublier la  gorgée de soutien importante  que lui avait  procuré auparavant le congrès annuel de l’AIPAC, lobby sioniste de grande influence sur la politique étrangère des États-Unis.
 
Quant à la Grande Bretagne , sans laquelle l’entité sioniste n’aurait jamais vu le jour, il a suffi qu’elle prenne une minime mesure de rétorsion, en riposte à la fabrication de faux passeports dans l’affaire de Mabhouh, ( pour garder la face auprès de ses alliés arabes des pays du Golfe) pour s’attirer les foudres des députés  israéliens : « les britanniques sont des hypocrites, …ils sont pire que les chiens qui sont fidèles, ( ils sont) déloyaux…, des antisémites… , ( ils cachent ) leur antisémitisme dans leur antisionisme» sont des spécimens des insultes proférées par les membres de la Knesset , Arieh Eldad et Michael Ben Ari, après l’annonce de l’expulsion d’un diplomate israélien . (Voir l’article «  la GB expulse un diplomate israélien, les députés la traitent de chien »).
Même Ban Ki-Mon, le secrétaire général de l’organisation des Nations Unies n’a pas été épargné des humiliations israéliennes. Arrivé en Israël le vendredi dernier, aucun accueil officiel israélien ne lui a été réservé à l’aéroport de Ben Gourion, ce qu’il a lui-même ressenti comme étant « une profonde humiliation ». Le ministère des affaires étrangères israéliennes avaient argué pour expliquer son  manquement aux règles diplomatiques internationales que Ban était arrivé dans la nuit de Sabbat, qui est un congé religieux durant lequel toute activité est suspendue.
Mais il semble fort que c’est pour avoir voulu se rendre dans la bande de Gaza, proclamée terre interdite à tous les dirigeants du monde, que le numéro un de l’organisation onusienne (qui a promulgué le décret de la création d’un foyer juif en Palestine) a été puni par Israël.

Source : WWW.ALMANAR.COM.LB




_______________________________________________________________________________________



L'équipe Investig'Action est heureuse de vous annoncer la sortie du
NOUVEAU LIVRE DE MICHEL COLLON :


Israël, parlons-en !



Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d'Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ?
Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d'apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ?

Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question spécifique dans un langage simple et direct.

Pourquoi parler d'Israël ? Pour tenter de mener un débat raisonné. Entre ceux qui crient à l'antisémitisme dès qu'on critique le gouvernement israélien et ceux qui imaginent un grand complot juif.

Comment parler d'Israël ? En laissant de côté les préjugés et en découvrant tous les faits, les pages d'Histoire occultées.

Lever tous les tabous c'est permettre à chacun de se faire son opinion librement. Et de débattre autour de soi. Car ce conflit se joue aussi bien au Moyen-Orient qu'en Europe. C'est de la discussion entre citoyens de tous horizons que surgiront les solutions pour la paix.

20 entretiens avec Noam Chomsky, Tariq Ramadan, Alain Gresh, Shlomo Sand, Samir Amin, Jean Bricmont, Ilan Pappe, Benny Morris, Mohamed Hassan, Michel Warschawski, Ilan Halevi, Paul-Eric Blanrue, Eric David, Paul Delmotte, Denis Sieffert, Christina Zacharia, Naseer Aruri, Virginia Tilley, Samia Botmeh, Ahmed Frassini, Hanan Wakeem, Saleem Albeik, Mohamed Al Hawajri...

En conclusion : Comment parler d'Israël ? (par Michel Collon)

Avec la collaboration d'Aurore Van Opstal et Abdellah Boudami
5 cartes inédites, 67 illustrations. Prix : 18 euros
Edité par Investig'Action et Couleur livres

Pour commander ce livre ou voir la table des matières : Nouveau livre
Pour organiser un débat avec Michel Collon : contacter Maud : leeloo26@hotmail.com

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche