Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 20:22

Publié le 24 novembre 2011

Quand les bébés naîtront d'une machine

D'ici 5, 10 ou 20 ans, la création... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

D'ici 5, 10 ou 20 ans, la création d'un utérus artificiel pourrait devenir réalité. Et il est grand temps que l'on s'interroge sur ses bienfaits, met en garde Sylvie Martin, dans un nouvel essai.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse


Sylvia Galipeau

Silvia Galipeau
La Presse


La science est peut-être sur le point de permettre la gestation des foetus humains dans des utérus artificiels. À quoi ressemblera la vie quand elle pourra se passer du corps féminin? Une sociologue québécoise s'est penchée sur la question.

Non, les bébés ne poussent pas dans les choux. Mais ils pourraient bientôt naître d'une machine. Science-fiction? Pas du tout. Depuis plus de 50 ans déjà, des chercheurs partout sur la planète travaillent à l'élaboration d'un utérus artificiel, lequel permettrait la gestation d'un foetus, sans le moindre contact avec un corps féminin. D'ici 5, 10 ou 20 ans, ce scénario futuriste pourrait devenir réalité. Et il est grand temps que l'on s'interroge sur ses bienfaits, met en garde une sociologue québécoise, dans un essai publié la semaine dernière.

En fait, les bébés «artificiels», nous en sommes beaucoup plus proches qu'on le croit, fait valoir Sylvie Martin, auteure du Désenfantement du monde, aux éditions Liber, rencontrée hier. «Quand on jette un coup d'oeil aux techniques de reproduction qui existent déjà, on réalise que le début de la grossesse est déjà reproduit techniquement, explique-t-elle. Avec la néonatalogie et les incubateurs, on est aussi capables de reproduire la fin de la grossesse. Et cet écart entre le début et la fin de la grossesse tend de plus en plus à rétrécir.» Du coup, déjà, la question se pose: «La grossesse est-elle devenue facultative?»

L'objectif de l'utérus artificiel est double: il s'agirait d'une part d'en finir avec l'infertilité, mais aussi de mieux encadrer le développement des foetus. Les réflexions entourant ces développements ont à ce jour été surtout favorables. «La logique thérapeutique n'a pas de limites en soi», fait valoir l'auteure. Selon certaines féministes radicales, cela permettrait en prime de libérer les femmes du fardeau de l'enfantement, autorisant, enfin, une égalité de facto entre les sexes.

C'est dans un cours de maîtrise à l'Université de Montréal sur les technologies scientifiques (OGM, clonage, etc.) que la sociologue a appris l'existence des recherches, qui remontent aux années 50, entourant l'utérus artificiel. «J'ai voulu comprendre: pourquoi on voudrait se débarrasser du corps féminin?» D'où l'idée de consacrer son mémoire à cette question, dont la vulgarisation vient d'être publiée sous forme d'essai.

Le livre, fascinant et terrifiant à la fois, retrace toute l'histoire de l'«effacement» du corps de la femme dans la question de la procréation. Car si l'utérus artificiel semble sortir tout droit d'un film de science-fiction, il ne vient pas de nulle part. Il est le fruit d'une série de percées scientifiques, de la fécondation in vitro à la péridurale, en passant par les mères porteuses ou les grossesses tardives (des mères sexagénaires). On se rend compte, en bout de piste, que la science a de plus en plus pris le pas sur le corps de la femme. À preuve, souligne l'auteure, une femme peut aujourd'hui être la mère génétique de son neveu (par don d'ovules), une grand-mère peut porter son petit-fils, et un enfant peut avoir jusqu'à cinq parents différents (si les parents adoptifs ont recours, par exemple, à un donneur de sperme, une donneuse d'ovules, et une mère porteuse). Bref, la mère génétique est déjà loin d'être indispensable.

«L'ectogenèse, la genèse à l'extérieur du corps de la femme, existe déjà, résume la sociologue. Mais on ne la questionne pas beaucoup.»

Selon elle, la création d'un «utérus artificiel» incarnerait «l'apothéose du contrôle technologique de la science sur la procréation». D'où son invitation à une certaine réflexion sur la question. «En sachant qu'une telle machine aurait autant d'impacts sociaux, anthropologiques, politiques et juridiques, jusqu'où va-t-on aller?»

Entre autres questions, elle souligne: qui pourrait s'offrir un tel utérus, qu'adviendrait-il d'une génération d'individus qui n'aurait pas les mêmes «conditions d'entrée» que la majorité, jusqu'où irait-on dans le contrôle de la qualité du foetus? Et puis, surtout, quel avenir pour ces enfants dont les paramètres de l'existence auraient ainsi été contrôlés?

«Oui, l'utérus artificiel est plein de promesses, résume Sylvie Martin. Mais est-ce qu'au nom des bienfaits promis, on ne peut plus dire non à rien?»

 

Le désenfantement du monde, utérus artificiel et effacement du corps maternel, Sylvie Martin, Liber, 207 p.

 

http://www.cyberpresse.ca/vivre/famille/201111/24/01-4471072-quand-les-bebes-naitront-dune-machine.php

 

.

 

Robotic prison wardens to patrol South Korean prison

Prison guard robot prototype The prison guard robot prototype is set to go on trial in March

Related Stories

Robot wardens are about to join the ranks of South Korea's prison service.

A jail in the eastern city of Pohang plans to run a month-long trial with three of the automatons in March.

The machines will monitor inmates for abnormal behaviour. Researchers say they will help reduce the workload for other guards.

South Korea aims to be a world leaders in robotics. Business leaders believe the field has the potential to become a major export industry.

The three 5ft-high (1.5m) robots involved in the prison trial have been developed by the Asian Forum for Corrections, a South Korean group of researchers who specialise in criminality and prison policies.

It said the robots move on four wheels and are equipped with cameras and other sensors that allow them to detect risky behaviour such as violence and suicide.

Prof Lee Baik-Chu, of Kyonggi University, who led the design process, said the robots would alert human guards if they discovered a problem.

"As we're almost done with creating its key operating system, we are now working on refining its details to make it look more friendly to inmates," the professor told the Yonhap news agency.

The one-month trial will cost 1bn won (£554,000) and is being sponsored by the South Korean government.

It is the latest in a series of investments made by the state to develop its robotics industry.

The country's Ministry of Knowledge Economy said in January that it had spent the equivalent of £415m on research in the sector between 2002 and 2010.

It said the aim was to compete with other countries, such as Japan, which are also exploring the industry's potential.

In October the ministry said the Korean robot market had recorded 75% growth over the past two years and was now worth about £1bn.

Robots everywhere

Success stories reported by the Korean media include Samsung Techwin's sale of a robotic surveillance system to Algeria and shipments of the humanoid Hubo robot to six universities in the US.

The South Korean defence company DoDAAM is also developing robotic gun turrets for export which can be programmed to open fire automatically.

Within the country English-speaking robotic teaching assistants are already being deployed in some schools to help children to practise their pronunciation.

The Joongang Daily newspaper reported in August that a company called Showbo had begun mass producing a robot that bowed to shop customers and told them about promotions on offer.

Other firms say they hope to start selling robots to help care for the elderly before the end of the decade, and personal assistant robots further down the line.

The government is also building a Robot Land theme park in the north-west city of Incheon to help highlight the country's success. Planners say they hope 2.8 million people will visit each year.

More on This Story

Related Stories

 

Lire aussi :

 

L'éveil politique et le nouvel ordre mondial
La Révolution technologique et l'avenir de la Liberté
.
.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche