Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 23:54

 

 

Pour faire face au mouvement des "chemises rouges", le gouvernement a décidé de déployer plus de 80.000 membres des forces de l'ordre à Bangkok. (AFP) 

Pour faire face au mouvement des "chemises rouges", le gouvernement a décidé de déployer plus de 80.000 membres des forces de l'ordre à Bangkok. (AFP)

 

Les troubles s'intensifient en Thaïlande

 

Les forces de l'ordre ont utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes à Bangkok contre les manifestants qui réclament la démission du Premier ministre

 

 

Les troubles continuent de s'intensifier à Bangkok. Pour la première fois depuis le début des manifestations mi-mars, les forces de l'ordre ont utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes, vendredi 9 avril. Ils espèrent ainsi revenir au calme. 4.000 policiers et militaires ont fait usage de ces techniques de défense pour repousser les manifestants qui souhaitaient se rendre dans l'enceinte du centre de diffusion de leur chaîne. Et chose irréaliste, quelques minutes plus tard, manifestants et policiers se réconfortaient mutuellement. Une nouvelle épreuve de force avec le gouvernement, qui a décidé de mobiliser 33.000 soldats et policiers supplémentaires pour ramener le calme à Bangkok. En tout, près de 2.080 soldats et 31.200 policiers vont être déployés à l'intérieur même et en périphérie de la capitale, a indiqué le colonel Sunsern Kaewkumnerd. Selon lui, les "opérations devraient être plus efficaces après ce renforcement". Plus de 80.000 membres des forces de l'ordre sont mobilisés, ce qui équivaut à un nombre supérieur à celui des manifestants qui étaient rassemblés ces derniers jours.

 

"Quels droits ont-ils de fermer nos yeux et nos oreilles"

"Les chemises rouges" ont décidé de se rendre vendredi devant les locaux de leur télévision, au mépris de l'état d'urgence. Près de 12.000 personnes ont été envoyées pour rejoindre ce centre de diffusion. Un geste symbolique puisque le faisceau de celle-ci a été coupé jeudi. La station vers laquelle se sont dirigés les partisans de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, est le principal centre d'émission et réception du pays. Il était utilisé pour émettre la Chaîne du Peuple jusqu'à ce que cette antenne soit interdite jeudi. "Nous défilons maintenant pour leur demander pourquoi ils ont fermé la Chaîne du Peuple et quels droits ont-ils de fermer nos yeux et nos oreilles", a lancé l'un des principaux animateurs du mouvement de contestation, Nattawut Saikua. La chaîne était toujours coupée vendredi mais on pouvait la regarder sur certains sites internet. Son blocage est le premier acte concret du gouvernement depuis l'instauration de l'état d'urgence décrété il y a deux jours. Les manifestants ont déclaré vouloir se rendre dans une dizaine de lieux en voitures, en motos et en camions. Ils devraient conserver aussi le contrôle d'un quartier touristique majeur du centre-ville, qu'ils contrôlent depuis maintenant une semaine. 

 

 

"Nous ne craignons pas ces mandats d'arrêt"

Côté gouvernement on craint un débordement de la situation et on prend les mesures qu'on estime être nécessaires. "Nous maintiendrons la fermeture de PTV par tous les moyens", a prévenu Suthep Thaugsuban, vice-Premier ministre en charge de la sécurité. "Si les manifestants deviennent violents, les responsables de la sécurité sont prêts à répondre avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc". De son côté, le Premier ministre Abhisit Vejjajiva, dont l'opposition exige la démission immédiate, a renoncé à un sommet asiatique à Hanoï pour s'occuper de ses problèmes intérieurs. Et après l'interruption de la chaîne de télévision du mouvement, des mandats d'arrêts ont aussi été émis à partir de jeudi soir, à l'encontre des leaders "rouges". Sept mandats d'arrêts ont été adressés aux sept leaders qui avaient envahi le Parlement mercredi. Et vendredi matin, la justice thaïlandaise en avait émis 17 autres. Côté "rouges", ces mesures ne provoquent pas d'intimidation. "Nous ne craignons pas ces mandats d'arrêts", a affirmé Jatuporn Prompan, l'un des cadres du mouvement. Il accuse les autorités de provoquer des violences. "Le gouvernement n'est pas inquiet pour la vie des gens mais s'inquiète que des vitres soient cassées dans les centres commerciaux. C'est pour ça qu'ils n'ont pas encore employé la force", a-t-il ajouté. Un diplomate étranger a affirmé quant à lui: "Le gouvernement est piégé. Il doit choisir entre foncer dans le tas, au risque d'un bain de sang, et ne rien faire, ce qui lui ferait perdre des voix dans son électorat".

L'enjeu de cette manifestation est grand pour les "chemises rouges". Elles doivent confirmer que leurs troupes ne se sont pas dispersées sous la menace de l'état d'urgence. Elles accusent le Premier ministre, Abhisit Vejjajiva, au pouvoir depuis décembre 2008, d'être au service des élites traditionnelles de Bangkok. Face aux injonctions des opposants, le chef du gouvernement a accepté de négocier des élections anticipées, mais pas avant la fin de l'année.

(Nouvelobs.com)

 

http://tempsreel.nouvelobs.com//actualite/monde/20100409.OBS2150/les-troubles-s-intensifient-en-thailande.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Regard sur ...
commenter cet article

commentaires

Yaoline 10/04/2010 08:01



Je voudrais simplement préciser que le gouvernement actuel est le fruit de coups d'Etat (2006 et 2008).
Que c'est Prem et l'armée qui ont mis en selle Abhisit alors que les élections avaient donné la victoire au Rouges.
Après avoir caché son vrai visage, la dictature se dévoile en censurant et en réprimant un mouvement populaire.
Elle le fait en mettant en avant  et en surévaluant le rôle de Thaksin. Thaksin il est vrai est le dernier Premier ministre à avoir été élu et réélu en toute légitimité.


Yaoline
http://www.facebook.com/yaoline



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche