Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 02:52

 

Un nouveau paradigme

avatar-musele.jpg?w=199&h=250

Menthalo -

Lors de ma dernière analyse des marchés, l’Horizon funèbre du Bear Menthalo, j’avais mis en évidence la « Croix Mortelle » formée par le croisement à la baisse des Moyennes Mobiles 20 jours et 50 jours.

« Cette « Croix Mortelle » est apparue sur le CAC entre le 15 et le 16 novembre dernier. Si la bougie verte d’aujourd’hui poussait encore violemment à la hausse, la croix pourrait se défaire. Il faut donc surveiller de près ces deux moyennes.  Si tout le monde joue cette baisse trop évidente, les banksters peuvent provoquer un short squeeze. A ce moment-là, tous les vendeurs à découvert cherchent à se racheter en catastrophe, accélérant la hausse. »

20121127cac-decroisement-2.jpg?w=645

Ceux qui suivent la bourse de près, ont pu voir qu’effectivement, la bougie verte a poussé très fort à la hausse à la suite du « short squeeze », tant sur le CAC que sur l’Euro et que les Moyennes Mobiles se sont décroisées. Ces Messieurs ont donc apparemment décidé de repeindre les marchés en rose, mais ils peuvent changer d’avis encore, donc les plus sages restent sur la touche et se contentent d’observer, car tout est encore possible aujourd’hui, un scénario haussier comme un scénario baissier.

Sur ce graphe en quotidien, l’Euro peut aller finir la symétrie de la figure en ETE inversé…  cela permettrait un rallye haussier de fin d’année ..

20121127euro-etei.jpg?w=645&h=420

Avant d’aller finir une figure en Hebdomadaire, très baissière pour le début de l’année… une fois encore ce n’est que l’un des scénarios possibles.

20121127etei-hebdo.jpg?w=645&h=418

Cette hausse de l’Euro permettrait une hausse des métaux précieux, qui réjouirait ceux qui en ont… sous réserve que la hausse des métaux soit supérieure à celle de l’Euro, sinon nos jolies pièces resteront encore un temps extrêmement achetables. Mais pour l’instant, rien n’est sûr… il faut laisser le temps à la tendance de s’affirmer.

Les grandes manœuvres semblent se jouer ailleurs pour l’instant. Goldman Sachs après avoir réussi à placer son pion à la BCE, serait en train d’en placer un autre à la Banque d’Angleterre. Qui sait, peut être ces Messieurs de la Banque envisagent t’ils aussi de placer un de leurs   »liquidateurs » à la BoPC et à la Banque de Russie ?

« Ils sont partout » comme aurait pu le dire un de ces canards d’avant-guerre.

En une image, voilà la mainmise de la Banque sur l’Europe. Pour plus de détails, prenez votre dictionnaire Harraps pour lire zerohedge dans le texte.

gs-european-domination.jpg?w=645

C’est marrant qu’ils se mettent en avant comme ça. Ils prennent des risques…

En Espagne, la police manifestait contre les mesures d’austérité imposées au Gouvernement Rajoy par les Banksters de la BCE et du FMI. La prime de Noël a été supprimée, les pensions sont temporairement gelées et il doit y avoir des diminutions de salaire pour tous les employés de l’état comme en Grèce. Les policiers ne sont pas dupes. La preuve, cette banderole qu’ils portaient au cours de leur manifestation, qui disait:

« Citoyens ! Pardonnez nous de ne pas avoir arrêté ceux qui sont les vrais responsables de cette crise: les banquiers et les politiciens« .

madridpolice.png?w=645

Un pays a eu le courage de mettre ses banquiers en prison. Saluons son courage.

Vive l’Islande libre !

 
30 commentaires

Publié par liesiletter le 27 novembre 2012 dans Non classé

 

Des milliardaires ‘généreux’ dans un contexte de crise ?

warren-buffy1.jpg?w=645Dans les temps difficiles qui s’annoncent, les personnes très riches et soucieuses de longévité, ont bien raison de chercher à se faire bien voir de la population. C’est ainsi que Warren Buffett (président de Berkshire Hathaway Inc.) a jeté un pavé dans la mare en proposant quelque chose pour la prochaine réforme fiscale américaine. Il est absolument favorable à un taux d’imposition minimum pour les millionnaires. Pourquoi pas, explique t-il dans un article du New York Times, imposer les revenus de 1 à 10 millions de dollars au taux de 30% et 35% au-delà ?

Le sujet de l’imposition des gros revenus se pose désormais avec la fin des allégements fiscaux consentis par le président Bush Jr.

Stephen Roach, ancien président de Morgan Stanley en Asie et économiste de Yale, met en garde contre la politique des taux d’intérêt au plancher de la réserve fédérale et l’injection massive de papier dans le circuit bancaire, dont ne profite même pas l’économie réelle. Pour Stephen Roach, les Etats-Unis risquent de voir les investisseurs déserter les bons du Trésor et le risque d’une implosion de la bulle obligataire devient réelle. « Je crains que nous ayons mal diagnostiqué les problèmes de la crise financière et que les politiques choisies s’avèrent très mal adaptées. Les partisans de la planche à billets sont incapables de proposer une stratégie de sortie de crise. Il faut cesser de manipuler les taux d’intérêt ». « Je pense réellement que la politique des taux d’intérêt à zéro et les plans d’assouplissement quantitatifs sont devenus une bombe à retardement ».

Une autre voix s’élève pour avertir du danger de la « bombe de l’austérité ». Paul Krugman, en effet, affirme que la politique engagée conduit les Etats-Unis vers une grave récession. Il faut, dit-il, réduire les dépenses et tout faire pour favoriser l’augmentation des revenus des Américains et ainsi « on réduira les déficits ».

 
19 commentaires

Publié par liesiletter le 27 novembre 2012 dans Non classé

 

Cours de l’or et de l’argent, marchés : résumé de la Semaine (16/11 au 23/11/2012)

Par Ben Traynor pour BullionVault, 23 novembre 2012

L’un des événements économiques qui a marqué cette semaine chargée fut la rétrogradation de la France (pour la seconde fois cette année) par une agence de notation. Moody’s a abaissé la note de crédit à long terme de la Caisse des Dépôts et Consignations de AAA à AA1, avec une perspective négative, mais n’a pas touché à la note des grandes banques françaises cotées.

Si en France, le recul de l’activité a ralenti en novembre, l’activité du secteur privé dans la zone euro a continué de se contracter, laissant présager une récession de la zone au 4ème trimestre. Cette semaine (et depuis la mi-novembre), le Cac 40 n’a pas tenu compte de ces craintes, affichant un pic d’un mois.

Au niveau européen, les ministres des finances de la zone euro se sont réunis toute la nuit de mardi jusqu’au petit matin mercredi sans s’être mis d’accord, pour des raisons techniques semble-t-il, sur le paiement à la Grèce de la nouvelle tranche du plan de sauvetage.

Dans la foulée, et sans perspective non plus d’un accord à l’horizon, les dirigeants européens s’entretiennent depuis jeudi à Bruxelles pour tenter de négocier le budget 2014-2020 de la communauté. Sous les pressions de son parti conservateur, le premier ministre britannique David Cameron est arrivé tôt dans la journée d’hier avec une longue liste de demandes et la menace d’un véto si les avantages accordés par le passé au Royaume-Uni (un pays où aujourd’hui l’euroscepticisme et le France bashing jouissent d’un regain de popularité), n’étaient pas maintenus.

L’euro contre le dollar US continue sa hausse entamée vendredi dernier malgré une chute dans la nuit du mardi au mercredi. L’euro a récupéré la plupart de ses pertes contre le dollar mercredi midi et à percer les 1,29 dollars en fin de semaine.

Le Fix de l’or de vendredi après-midi à Londres était de 1734,50 de dollars l’once, 1,2% en hausse sur le Fix de vendredi passé (ou une légère baisse de 0,47% pour l’or en euros).

Le Fix de l’argent de vendredi après-midi à Londres était de 33,41 dollars l’once, soit une légère hausse de 3,53% sur le Fix de clôture de la semaine dernière.

2012162311bv.jpg?w=645&h=376

2012162311bceuro.jpg?w=645&h=375

 

Après avoir entamé un rally lundi, l’or en dollars a tradé latéralement sur un écart de 12 dollars pendant une grande partie de la semaine. Ceci dit, l’or en euros, n’a cessé de baisser depuis mardi repassant jeudi sous le Fix de clôture de vendredi dernier pour atteindre un niveau bas de 16 jours, et ce malgré un rally toute la journée lundi.

L’or s’est envolé aujourd’hui après 16H (heures de Paris) de plus de 14 dollars l’once en moins d’une heure.

L’argent a atteint son meilleur cours en dollars de six semaines. Selon un rapport de Thomson Reuters GFMS la demande industrielle de l’argent devrait rebondir en 2013 et pourrait atteindre 60% de la demande totale en 2014.

Les volumes de trading on ralenti aux Etats-Unis pour les fêtes de Thanksgiving, les traders profitent du long week-end ce qui rend l’activité sur le marché modérée.

En octobre, les banques centrales du Brésil et du Kazakhstan ont ajouté quelques tonnes d’or à leurs réserves (respectivement 17,17 et 7,5 tonnes), selon les chiffres du FMI publiés cette semaine. L’Allemagne a vendu plus de quatre tonnes (pour produire des pièces commémoratives). Des pressions croissantes ont poussé la Bundesbank à révéler l’état des réserves d’or allemandes (d’un total de 3 396 tonnes) et les lieux de stockage. 69% de ces réserves sont détenus à l’étranger : 45% aux Etats-Unis, 13% au Royaume-Uni et 11% en France.

La semaine prochaine l’on verra la publication des chiffres du PIB britannique et de l’indice des prix à la consommation harmonisé sur l’ensemble de l’Union Européenne.

 
35 commentaires

Publié par liesiletter le 26 novembre 2012 dans Non classé

 

Lecture des conclusions des agences de notation

Voici un tableau proposé par le site http://www.cafedelabourse.com mettant en évidence les notes des trois principales agences de notation et ce qu’elles signifient concrètement.

article_agences_de_notation_520_630_c1_r

 
33 commentaires

Publié par liesiletter le 26 novembre 2012 dans Non classé

 

La situation réelle des Etats-Unis… est loin du décor virtuel des statistiques manipulées et publiées

bonsalimentairesus.jpg?w=645&h=349

Tandis que la saison des fêtes bat son plein aux Etats-Unis, les banques alimentaires du pays tirent la sonnette d’alarme. Le filet de sécurité constitué pour nourrir les (presque) 50 millions d’Américains qui ont besoin d’aides alimentaires est mis à mal par les conséquences générées par la pire sécheresse des cinq dernières décennies. La hausse des denrées nécessaires à l’élevage des bovins a entraîné une augmentation importante du prix de la viande.

Les autorités sont confrontées à de plus en plus de personnes fréquentant les soupes populaires et les refuges d’urgence, dernière bouée de sauvetage pour des personnes âgées, des personnes handicapées, ainsi que des familles entières à faible revenu.

Le problème devient d’autant plus crucial que les dons gouvernementaux diminuent avec une quantité de personnes de plus en plus blessées par les affres de la vie.

feedingamerica.jpg?w=645Constat affligeant de Carrie Calvert, directeur de la politique fiscale et des matières premières chez Feeding America, la plus importante organisation américaine de lutte contre la faim : « Les gens ont dû faire face à la détresse économique depuis pas mal de temps maintenant… Ils puisent depuis quelques années dans les ressources dont nous disposons et nous commençons à percevoir que nos moyens deviennent très limités ».

Les témoignages se multiplient chez les dirigeants de grandes banques alimentaires à travers les Etats-Unis. Le même écho revient : on craint être incapable de suivre le rythme de la demande ! En août, un pic fut atteint avec 47 100 000 de coupons alimentaires utilisés. Avec une telle demande, par exemple, la Banque alimentaire régionale de Los Angeles a vu ses réserves alimentaires tomber d’environ 3,3 semaines en 2010 à moins de deux semaines – le plus bas dans l’histoire récente !

Etant donné les difficultés et les dons moins importants des autorités fédérales, « les caddies sont moins remplis pour les pauvres ». « On diminue le nombre de boîtes de conserve mais on essaie de donner au moins quelque chose aux personnes qui se présentent ».

Il y a donc une vive inquiétude pour 2013 car beaucoup annoncent déjà des prix alimentaires en hausse et que dire de l’ONU qui parle déjà de famine ! Où est leur boule de cristal ?

Malgré les dons privés, toujours importants, les responsables des associations qui s’occupent de nourrir les pauvres craignent que cette générosité ne puisse compenser la baisse de l’aide fédérale. Allez dire à tous ces pauvres gens que Ben Shalom Bernanke croit à l’Arlésienne et que demain sera mieux qu’aujourd’hui !

 
24 commentaires

Publié par liesiletter le 26 novembre 2012 dans Non classé

 

La finance américaine quitte la Grèce et les Allemands s’inquiètent pour leur or

exit.jpg?w=645

En 1964, la banque américaine Citigroup s’était implantée en Grèce en son nom propre, sans faire l’acquisition d’un établissement national. Aujourd’hui, sa direction annonce qu’elle va s’en aller. « L’environnement actuel requiert de s’adapter (…) nous allons porter davantage l’accent sur l’investissement, les produits financiers et les cartes de crédit », a déclaré à Reuters une porte-parole de la filiale grecque de Citi. Dans le détail : « Citigroup va fermer toutes ses agences en dehors d’Athènes et de Thessalonique, soit 16 sur 37″.

Comment les banquiers européens et les politiciens ne Bruxelles peuvent-ils faire croire que la Grèce restera dans la zone euro ? Il ne fait pas le moindre doute qu’un calendrier est respecté, permettant aux rats de quitter le navire avant qu’un froid glacial ne règne sur le pont européen.

Attention à l’Oncle Sam… un fieffé menteur

Pendant ce temps, les Allemands cherchent timidement à rapatrier leur or soi-disant confiné dans d’immenses coffres-forts à New York. Voilà la CLÉ de la soumission d’Angela Merkel à la Haute finance new-yorkaise ! Une grande partie de l’or de l’Allemagne avait été achetée à partir de 1951 et il est stocké depuis à New York, Londres et Paris.

gold0.jpg?w=645Dans la perspective de la mort des DEVISES PAPIER, il faut bien se préparer et donc, chercher à récupérer le précieux métal qui ressemble déjà à une précieuse devise. Connaissant la fin tragique de De Gaulle qui avait exigé le rapatriement de l’or de la France stocké à New York (la CIA lui a offert le financement de Mai 68 et un certain député vert doit se souvenir de l’histoire de certaines valises bourrées de papier comme nous l’exprimait personnellement un témoin de l’époque travaillant pour ‘les services’), les financiers et politiques allemands demandent timidement à l’Oncle Sam de bien vouloir leur rendre 150 tonnes par bateau en petite quantité, au cours des prochaines années. La Allemands voudraient… le faire fondre et vérifier sa pureté dans des lieux tenus secrets. On ne sait jamais avec ces Américains…

 

A ce train là, chacun comprendra que la crise n’est pas arrivée à son terme et que l’Allemagne n’a pas fini de PAYER et de faire PAYER les autres. Ceux qui pensent que les Etats-Unis n’ont plus besoin de l’Europe se trompent lourdement. cela viendra, mais pas encore.

Publication des dernière BREVES DE LIESI pour octobre 2012

 
48 commentaires

Publié par liesiletter le 25 novembre 2012 dans Non classé

 

La situation de l’industrie de l’or dans le monde à la conférence annuelle de l’association des professionnels des métaux précieux

Adrian Ash pour BullionVault, 21 novembre 2012

Aperçu de ce qui se passe en Chine, en Inde et dans le reste du monde pour le métal jaune.

« La semaine dernière j’ai assisté à la conférence annuelle de la London Bullion Market Association (LBMA) (l’association des professionnels des métaux précieux) qui s’est tenue cette année à Hong Kong, et voici un aperçu de la situation de l’industrie de l’or dans le monde et plus particulièrement en Asie », écrit Adrian Ash pour BullionVault.

Il y avait plus de 700 délégués, un nouveau record, et cette conférence fut ce qu’un des participants a appelé à juste titre l’événement le plus important de l’industrie des métaux précieux. Les conférenciers et les invités représentaient tous les corps de métier liés à la chaîne des métaux précieux professionnelle qui sortent l’or et l’argent du sol et les placent dans des coffres-forts sécurisés ou dans les mains des acheteurs de bijoux. C’est-à-dire les sociétés minières, les affineurs, les gérant de coffres professionnels, les analystes des banques, les négociants des métaux et les dirigeants d’entreprises, ainsi que les plus grands fabricants et vendeurs au détail de l’Inde et de la Chine, les deux plus grands marchés de consommation au monde.

Les diverses présentations faites lundi et mardi (le 12 et le 13 novembre 2012) étaient pour moi toutes excellentes, les meilleures de ces quatre dernières années. Vous pouvez télécharger les diapositives présentées et commentées ici sur le site de la LBMA, lbma.org.uk.

Voici mon top 5 des graphiques présentés et les plus importants ou représentatifs pour moi et pour ceux intéressés par le marché de l’or et de l’argent.

1- Le premier provient de la présentation, The global debt crisis and China’s macro situation, du Professeur Yu Yongding anciennement de la Banque centrale de Chine et actuellement à la Cass Business School. Il a déclaré que l’économie chinoise a été plus résistante à la récession mondiale que ce que beaucoup d’analystes occidentaux avaient pensé. Puis il a montré ce graphique des taux de croissance trimestriels du PIB chinois.20121123a.jpg?w=645&h=332

Taux de croissance trimestriels du PIB chinois

Le fait d’avoir évité un hard landing (la confrontation à une récession brutale) a été bénéfique pour l’or, avec la Chine qui est maintenant le marché de consommation de l’or numéro un mondial, dépassant l’Inde cette année.

Mais le rééquilibrage dont a besoin la Chine, en passant des exportations à une croissance domestique, sans exploser les prix de l’immobilier, sera pénible, confie Yu. On ne peut pas acheter la stabilité. Et dans sa tentative d’éviter la surchauffe, la Chine a déjà vu une baisse brutale des importations de minerai et d’énergie, une diminution à deux chiffres en 2012 jusqu’ici. La croissance plus basse et les dépenses de consommation plus hautes contre les épargnes privées, pourraient miner le taux de croissance de la demande chinoise pour l’or.

2- Cependant, la demande de l’or par l’ancien numéro un mondial, l’Inde, semble partie pour augmenter fortement en 2013, selon Shekhar Bhandari, le vice président de Kotak Mahindra Bank. Il a montré l’augmentation abrupte de 24% des jours propices [à l’achat d’or] l’an prochain dans le calendrier hindou.

Effectivement, 2012 a vu un nombre plus petit que d’ordinaire des jours propices pour les mariages, quatre mois entiers de Chaturmas (quatre mois d’austérité durant lesquels les transactions sont évitées). Ce qui voulait dire un plus petit nombre de cadeaux de mariage et d’investissements personnels en bijoux. Ceci s’ajoute à la forte augmentation des taxes sur les importations de métaux précieux par le gouvernement indien. On a donc remarqué une vilaine baisse cette année de peut-être un tiers de la demande indienne totale en or.

20121123b.png?w=645&h=466

Nombre de jours propices dans le calendrier hindou, pour 2012 et 2013

3- La grande tendance pour ces deux géants asiatiques était claire sur cette diapositive de Thomson Reuters GFMS. Présentant la séance sur la demande pour la joaillerie en Asie (JEWELLERY SESSION – SETTING THE SCENE) lors de la conférence de la LBMA, Philip Klapwijk, directeur international de l’analyse des métaux chez Thomson Reuters GFMS, a remarqué que l’Inde et la Chine comptent maintenant comme une partie importante du volume de la consommation de bijoux en or dans le monde. Vous pouvez voir également à quelle hauteur la demande occidentale s’est amoindrie au cours de la dernière décennie.

20121123c.jpg?w=645&h=448

Demande mondiale pour les bijoux en or (en tonnes)

4- Il y a une tendance plus nouvelle et moins connue, sur notre quatrième graphique proposé par Marc Faber. L’auteur de Gloom, Boom and Doom Report s’en est un peu pris à Ben Bernanke, le président de la Fed, dans son exposé lors du premier jour de la conférence. Mais il a aussi noté que les Etats-Unis sont évités par les puissances émergentes du monde. Dans ce nouvel ordre mondial, les exportations de la Chine vers les pays produisant des commodités, tels que l’Australie et le Brésil, sont plus importantes que ses exportations vers les US, explique Faber. Les exportations de Corée du Sud vers les pays exportant des commodités sont plus importantes que les exportations vers les Etats-Unis et l’Europe combinées.

Toujours est-il qu’à un moment, la demande pour les commodités se nivèlera, a ajouté Faber. Il a confié qu’il préférerait être long [détenir une position créditrice] sur les métaux précieux plutôt que sur les commodités industrielles.

20121123d.jpg?w=645&h=403

La destination des exportations chinoises (%)

5- Charlie Morris de HSBC a affirmé la même chose lors de sa présentation sur comment prévoir et trader sur le marché de l’or (Tactical allocation to gold). Sa présentation mérite un article complet, mais le point clé est que tous les signaux sont là en ce moment pour l’investissement en or. Les cours n’oscillent pas trop violemment, donc la volatilité est basse. L’argent est relativement sous-évalué contre l’or, ce qui indique des gains futurs pour les deux métaux. Et le sentiment, tel que mesuré par les recherches Google pour l’or et les autres termes clés, est aussi faible. Ce qui veut dire que les investisseurs sont actuellement sous-exposés à l’or.

20121123e.jpg?w=645&h=403

Approche tactique et stratégique

A propos de l’auteur :

adrian-ash1.jpg?w=645Adrian Ash : Les points de vue d’Adrian sur le marché de l’or sont régulièrement repris par le Financial Times et AFX Thomson. Il dirige actuellement le bureau de recherches de BullionVault, un des moyens les plus simples et les plus économiques au monde pour acheter et d’investir dans l’or. Après avoir été responsable éditorial de Fleet Street Publications — l’homologue britannique des Publications Agora — il a été correspondant au Daily Reckoning à la City de Londres pendant quatre ans. Il intervient désormais régulièrement dans les publications de 321gold.com, FinancialSense, GoldSeek, Prudent Bear, SafeHaven et Whiskey & Gunpowder ainsi que sur plusieurs sites internet d’investissement.

Source : http://or.bullionvault.fr/#LI-23112012

 
21 commentaires

Publié par liesiletter le 24 novembre 2012 dans Non classé

 

La situation de l’industrie de l’or dans le monde à la conférence annuelle de l’association des professionnels des métaux précieux

Adrian Ash pour BullionVault, 21 novembre 2012

Aperçu de ce qui se passe en Chine, en Inde et dans le reste du monde pour le métal jaune.

« La semaine dernière j’ai assisté à la conférence annuelle de la London Bullion Market Association (LBMA) (l’association des professionnels des métaux précieux) qui s’est tenue cette année à Hong Kong, et voici un aperçu de la situation de l’industrie de l’or dans le monde et plus particulièrement en Asie », écrit Adrian Ash pour BullionVault.

Il y avait plus de 700 délégués, un nouveau record, et cette conférence fut ce qu’un des participants a appelé à juste titre l’événement le plus important de l’industrie des métaux précieux. Les conférenciers et les invités représentaient tous les corps de métier liés à la chaîne des métaux précieux professionnelle qui sortent l’or et l’argent du sol et les placent dans des coffres-forts sécurisés ou dans les mains des acheteurs de bijoux. C’est-à-dire les sociétés minières, les affineurs, les gérant de coffres professionnels, les analystes des banques, les négociants des métaux et les dirigeants d’entreprises, ainsi que les plus grands fabricants et vendeurs au détail de l’Inde et de la Chine, les deux plus grands marchés de consommation au monde.

Les diverses présentations faites lundi et mardi (le 12 et le 13 novembre 2012) étaient pour moi toutes excellentes, les meilleures de ces quatre dernières années. Vous pouvez télécharger les diapositives présentées et commentées ici sur le site de la LBMA, lbma.org.uk.

Voici mon top 5 des graphiques présentés et les plus importants ou représentatifs pour moi et pour ceux intéressés par le marché de l’or et de l’argent.

1- Le premier provient de la présentation, The global debt crisis and China’s macro situation, du Professeur Yu Yongding anciennement de la Banque centrale de Chine et actuellement à la Cass Business School. Il a déclaré que l’économie chinoise a été plus résistante à la récession mondiale que ce que beaucoup d’analystes occidentaux avaient pensé. Puis il a montré ce graphique des taux de croissance trimestriels du PIB chinois.20121123a.jpg?w=645&h=332

Taux de croissance trimestriels du PIB chinois

Le fait d’avoir évité un hard landing (la confrontation à une récession brutale) a été bénéfique pour l’or, avec la Chine qui est maintenant le marché de consommation de l’or numéro un mondial, dépassant l’Inde cette année.

Mais le rééquilibrage dont a besoin la Chine, en passant des exportations à une croissance domestique, sans exploser les prix de l’immobilier, sera pénible, confie Yu. On ne peut pas acheter la stabilité. Et dans sa tentative d’éviter la surchauffe, la Chine a déjà vu une baisse brutale des importations de minerai et d’énergie, une diminution à deux chiffres en 2012 jusqu’ici. La croissance plus basse et les dépenses de consommation plus hautes contre les épargnes privées, pourraient miner le taux de croissance de la demande chinoise pour l’or.

2- Cependant, la demande de l’or par l’ancien numéro un mondial, l’Inde, semble partie pour augmenter fortement en 2013, selon Shekhar Bhandari, le vice président de Kotak Mahindra Bank. Il a montré l’augmentation abrupte de 24% des jours propices [à l’achat d’or] l’an prochain dans le calendrier hindou.

Effectivement, 2012 a vu un nombre plus petit que d’ordinaire des jours propices pour les mariages, quatre mois entiers de Chaturmas (quatre mois d’austérité durant lesquels les transactions sont évitées). Ce qui voulait dire un plus petit nombre de cadeaux de mariage et d’investissements personnels en bijoux. Ceci s’ajoute à la forte augmentation des taxes sur les importations de métaux précieux par le gouvernement indien. On a donc remarqué une vilaine baisse cette année de peut-être un tiers de la demande indienne totale en or.

20121123b.png?w=645&h=466

Nombre de jours propices dans le calendrier hindou, pour 2012 et 2013

3- La grande tendance pour ces deux géants asiatiques était claire sur cette diapositive de Thomson Reuters GFMS. Présentant la séance sur la demande pour la joaillerie en Asie (JEWELLERY SESSION – SETTING THE SCENE) lors de la conférence de la LBMA, Philip Klapwijk, directeur international de l’analyse des métaux chez Thomson Reuters GFMS, a remarqué que l’Inde et la Chine comptent maintenant comme une partie importante du volume de la consommation de bijoux en or dans le monde. Vous pouvez voir également à quelle hauteur la demande occidentale s’est amoindrie au cours de la dernière décennie.

20121123c.jpg?w=645&h=448

Demande mondiale pour les bijoux en or (en tonnes)

4- Il y a une tendance plus nouvelle et moins connue, sur notre quatrième graphique proposé par Marc Faber. L’auteur de Gloom, Boom and Doom Report s’en est un peu pris à Ben Bernanke, le président de la Fed, dans son exposé lors du premier jour de la conférence. Mais il a aussi noté que les Etats-Unis sont évités par les puissances émergentes du monde. Dans ce nouvel ordre mondial, les exportations de la Chine vers les pays produisant des commodités, tels que l’Australie et le Brésil, sont plus importantes que ses exportations vers les US, explique Faber. Les exportations de Corée du Sud vers les pays exportant des commodités sont plus importantes que les exportations vers les Etats-Unis et l’Europe combinées.

Toujours est-il qu’à un moment, la demande pour les commodités se nivèlera, a ajouté Faber. Il a confié qu’il préférerait être long [détenir une position créditrice] sur les métaux précieux plutôt que sur les commodités industrielles.

20121123d.jpg?w=645&h=403

La destination des exportations chinoises (%)

5- Charlie Morris de HSBC a affirmé la même chose lors de sa présentation sur comment prévoir et trader sur le marché de l’or (Tactical allocation to gold). Sa présentation mérite un article complet, mais le point clé est que tous les signaux sont là en ce moment pour l’investissement en or. Les cours n’oscillent pas trop violemment, donc la volatilité est basse. L’argent est relativement sous-évalué contre l’or, ce qui indique des gains futurs pour les deux métaux. Et le sentiment, tel que mesuré par les recherches Google pour l’or et les autres termes clés, est aussi faible. Ce qui veut dire que les investisseurs sont actuellement sous-exposés à l’or.

20121123e.jpg?w=645&h=403

Approche tactique et stratégique

A propos de l’auteur :

adrian-ash1.jpg?w=645Adrian Ash : Les points de vue d’Adrian sur le marché de l’or sont régulièrement repris par le Financial Times et AFX Thomson. Il dirige actuellement le bureau de recherches de BullionVault, un des moyens les plus simples et les plus économiques au monde pour acheter et d’investir dans l’or. Après avoir été responsable éditorial de Fleet Street Publications — l’homologue britannique des Publications Agora — il a été correspondant au Daily Reckoning à la City de Londres pendant quatre ans. Il intervient désormais régulièrement dans les publications de 321gold.com, FinancialSense, GoldSeek, Prudent Bear, SafeHaven et Whiskey & Gunpowder ainsi que sur plusieurs sites internet d’investissement.

Source : http://or.bullionvault.fr/#LI-23112012

 
21 commentaires

Publié par liesiletter le 24 novembre 2012 dans Non classé

 

Le club des Treize

reunioncartel2.jpg?w=645&h=474

La réunion s’achevait et plusieurs banquiers commençaient à bailler. Amschel Kharzai, responsable délégué par les membres du cartel des banques, avait les traits tirés. Il venait de superviser la dernière réunion du Groupe Bilderberg en Italie, il y a quelques jours, et avait pris peu de repos.

Il saisit un document, le glissa à qui de droit et prit un ton solennel, intimant le silence des participants.

- Karl Novus, selon le document que je vous remets ci-joint, vos traders procèderont prochainement à des ventes massives des principales banques espagnoles. Comme d’habitude, vous respecterez scrupuleusement les points donnés. Utilisez les comptes numérotés que nos holdings possèdent dans les paradis fiscaux et à la City, habituellement pour les opérations de niveau 3.

Tandis qu’Amschel Kharzai s’exprimait, le responsables des opérations de trading du cartel prenait connaissance du dossier contenant trois feuilles A4. Les opérations étaient clairement exposées.

- Il faut accélérer le délitement de l’Espagne par son secteur bancaire, interrogea-t-il ?

- Tout se discute en ce moment à New York. Je prends ensuite l’avion et une fois sur place, nous allons harmoniser notre attaque avec une ou deux agences de notation. Le prochain sommet européen sera très probablement un échec. Il y a trop de blocage de la part des souverainistes.

- Pourtant, ajoute C. Brinx, banquier genevois, notre ami, le président Carlo Lucci de la BCE, a bien précisé qu’il n’y avait plus de souveraineté.

- Des mots ! oppose Amschel Kharzai. Nous sommes parvenus au stade d’une guerre entre souverainistes et fédéralistes en Europe. Il y a trop de blocages. La partie américaine veut appuyer sur le champignon afin de casser la résistance de certains politiciens européens en mauvaise posture dans les sondages. Ils sont trop hésitants parce qu’ils sont dépendants de l’humeur de leurs électeurs pour de futures élections.

- Heureusement que l’Allemagne est dans notre main, ajoute David Joux, parisien à ses temps perdus.

- Pour le moment, M. Joux, pour le moment…, rétorque Amschel Kharzai. Les relations entre Berlin et Moscou sont un souci pour nous. Poutine et le groupe qu’il représente ne sont pas conquis à notre projet global. La Syrie est un sérieux problème entre nous et il y en a bien d’autres ! Actuellement, les Russes ne veulent rien lâcher sur la Syrie. A l’heure où nous parlons, plusieurs de ses bâtiments de guerre sont positionnés au large de Gaza pour se tenir prêts à une possible évacuation des citoyens russes en cas d’escalade du conflit avec Israël. Selon des informations que j’ai eues juste avant cette réunion, le croiseur Moskva, le patrouilleur Smetlivyi et les navires de débarquement Novotcherkassk et Saratov, qui appartiennent à la Flotte de la mer Noire pourraient accoster au port syrien de Tartous, seule implantation navale russe en Méditerranée. Pour rappel, Tartous qui est à 220 kilomètres au nord-ouest de Damas, a été créée en vertu d’un accord conclu en 1971, à l’époque soviétique. Pour en revenir aux Allemands, tant que nous ne leur donnerons par leur or, nous les tenons par la gorge. Messieurs, il faut encore plus de crise pour moins de souveraineté. Il faut faire passer le mot dans nos réseaux infiltrés dans les partis dominants en Europe afin d’écarter ceux qui sont trop vieux jeu. Une bande de mollassons qui ne comprennent pas le nouveau monde que nous sommes en train de façonner. Messieurs, il se fait tard et nous avons tous du pain sur la planche… Je m’envole vers New York dans deux heures. Vous pouvez donc disposer.

Tandis que les personnes présentes s’occupaient à compléter leur affaires et à les ranger en ordre dans leurs cartables ou mallettes, un garde du corps ouvrit la porte pour confirmer la dispersion.

Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Abonnement à la lettre confidentielle LIESI   -    SOMMAIRE DES NUMEROS DE LIESI

 
40 commentaires

Publié par liesiletter le 24 novembre 2012 dans Non classé

 

La Fed va assurer la progression des cours de l’or en 2013

r0.jpg">or0.jpg?w=645

Pour Peter Schiff, directeur général d’Euro Pacific Capital, la politique menée par la banque centrale américaine ne peut que propulser les cours de l’or vers les 5 000 dollars l’once. Il se garde cependant d’établir un calendrier sur le temps des prolongations des monnaies papier, mais ajoute cependant que ce cours peut être bien plus élevé car personne ne peut établir avec certitude le niveau de faiblesse des principales devises papier. On ignore également jusqu’où les banques centrales ont l’intention d’aller dans la politique de la planche à billets. « Comme Bernanke peut imprimer dans des quantités inimaginables, les cours de l’or peuvent crever des plafonds inimaginables ».

Plusieurs analystes américains estiment que les cours de l’or devraient performer au cours des prochains trimestres. Ils jugent un prix raisonnable de 1925 dollars l’once pour 2013.

De la manière dont les fonds de l’initié G. Soros se sont gavés de métaux précieux, on peut dire avec prudence que cette cible est extrêmement pessimiste. Comme nous avons eu l’occasion de l’exprimer dans les derniers numéros de la lettre confidentielle, la nomenklatura russe joue un scénario beaucoup plus optimiste pour l’or car ils sont très pessimistes pour la zone euro.

 
44 commentaires

Publié par liesiletter le 23 novembre 2012 dans Non classé

 

Dollar : il baissera mais quand ?

Depuis la crise financière de 2008, la banque centrale américaine pratique une politique monétaire très souple d’assouplissement quantitatif (QE). Cela consiste à faire marcher la planche à billets. Le dollar ne cesse de décliner et les Américains perdent du pouvoir d’achat. Les banquiers centraux de la Fed justifient leur action au motif qu’ils cherchent à relancer l’économie.

Désormais, chaque mois, la Fed achète 40 milliards de dollars de titres hypothécaires détenus par les banques pour améliorer l’économie et le marché du travail. Ce cirque pourrait durer jusqu’à la mi-2014. C’est la troisième fois, sous la présidence de Ben Bernanke, que les banquiers de la Fed recourent à cette politique d’assouplissement quantitatif. Cela se traduit certes par un dollar qui s’affaiblit et des taux d’intérêt au plancher, mais aussi par une hausse des actifs tangibles exprimés en dollar, comme les matières premières et agricoles, sans oublier les métaux précieux.

usdollarindex20121122.jpg?w=645

D’aucuns considèrent aux Etats-Unis que le dollar ne chute pas assez. Pourtant, les autorités n’ont pas caché leur intention de le faire décliner. A ce jour, le dollar bénéficie des incertitudes au Moyen Orient, ainsi que des déboires de la zone euro. Comme l’exprime Rickards Told Yahoo : « La Fed veut un dollar moins cher, mais cela ne signifie pas qu’ils vont le faire » tout de suite.

L’index dollar, qui traduit le rendement de la devise américaine par rapport à un panier de six autres grandes monnaies, est en hausse de 3,3 pour cent sur un an, et le taux d’inflation (officiel) demeure largement en ligne avec les attentes. On sait que la statistique de l’inflation est complètement manipulée : il suffit de voir l’évolution du pouvoir d’achat par rapport au salaire indexé sur l’inflation (officielle) pour traduire la véritable évolution de l’inflation. Par conséquent, les financiers de la banque centrale ont ‘quasiment’ (car il y a aussi le grain de sable possible) le pouvoir de décider du moment où la devise américaine descendra encore d’une marche. Cela viendra, c’est très probable, mais quand ?

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche