Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 18:54

Ô toi Milton Friedman, merci pour tous tes bienfaits

Je ne pouvais manquer de répercuter ici un appel qui a été envoyé à des personnalités, politiciens, journalistes, économistes... qui soutiennent le $Y$T€M dont nos pays meurent.


Merci Annie, à qui j'ai emprunté ce texte pour le transmettre à mon tour.

Milton Friedman
Milton Friedman
Tu es mort le 16 novembre 2006. Tu nous laisses des cadeaux magnifiques qui nous font penser à toi tous les jours que Dieu nous donne. Malheureusement, comme nous le rappelle si bien les Tea Party aux Etats-Unis nous n’avons pas su appliquer jusqu’au bout les préceptes si bien réfléchis et pensés par toi, malgré tous les efforts déjà effectués par Ronald Reagan, Margaret Thatcher, Pierre Beregovoy.
Aussi la communauté a pensé, en ton honneur, faire une lettre de remerciement à tous ceux qui t’honorent, pas jusqu’au bout et sans les résultats escomptés, ils sont :
Margareth Thatcher
Margareth Thatcher
Ronald Reagan
Ronald Reagan

Jean Quatremer, Eric Le Boucher, Sophie De Menthon, Laurence Parisot, Jean-François Copé, Michel Godet, Agnès Verdier-Molinié, Alain Madelin, H16, Jean-Michel Aphatie, Hervé Novelli, Laurent Wauquiez, Hugues Serraf, Jacques Attali, Jean-Marc Sylvestre, Franz-Olivier Giesbert, Pascal Salin et Monique Canto-Sperber; liste non close.
Voici la lettre :

Madame, Monsieur,
Vous vous définissez vous-même comme étant de sensibilité « libérale » sur le plan économique et c’est bien évidemment votre droit le plus strict. Vous ne verrez donc pas d’inconvénients à être sollicité afin de répondre à une simple question.
Nous, blogueurs et citoyens de sensibilité de gauche, sommes depuis une bonne trentaine d’années face à votre discours nous assurant que le libéralisme économique – ou néolibéralisme si vous préférez – va être rien moins qu’une promesse de bonheur et de liberté pour tout un chacun, humbles comme aisés, et qu’un passage, certes douloureux, mais que vous nous assurez « nécessaire », par une période de temps plus ou moins difficile où serait mise en place une sévère, mais juste « rigueur » économique, finira, à terme, par porter des fruits dont tout le monde sans exception profitera… Disons le net : nous sommes sceptiques.
Non pas que nous mettions en doute votre bonne foi quant à ces affirmations : votre sur-présence médiatique depuis tant d’années nous a convaincu de votre sincérité. Mais tout de même, tout le monde finit par se demander, à force :
Parce que dans un pays comprenant 8 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté et des salariés pressurés comme des citrons en permanence, et où malheureusement il semble bien qu’une fraction fort malhonnête de personnes trouvent à s’enrichir en se contentant de siéger dans des conseils d’administration, il est quelque peu délicat de percevoir les bienfaits de ces fameux « marchés » que vous défendez pourtant mordicus en dépit du bon sens.
Comme toujours, vous répondrez à cela qu’il faut « poursuivre les réformes » parce qu’on a « pas assez libéralisé » ; mais soyons sérieux : il vous faut clairement admettre que vous vous êtes plantés. Qu’en 30 ans vous n’avez pas été foutus de faire quelque chose de bien. Et que le néolibéralisme n’a conduit qu’une fraction infime de gens très riches à encore plus s’enrichir au détriment de tous les autres.
Notre question sera donc : pourquoi ne pas admettre que votre idéologie est nuisible pour la majorité, que vous vous êtes plantés, et que dans l’intérêt général vis-à-vis duquel vos idées sont objectivement nuisibles, il serait mieux que vous laissiez tomber et passiez à autre chose ?
Dans l’attente de votre réponse, veuillez Madame Monsieur agréer l’expression de nos salutations distinguées.

et nous rajoutons un paragraphe spécialement dédié à ceux-ci :
Pierre Beregovoy, Delors, DSK, Lamy, Valls, la fondation Saint-Simon, Terra Nova, Hollande est en bonne voie, rejoint récemment par les Verts qui font tous les efforts possibles, mais nous en oublions sans doute.

Trop théorique, la démonstration aurait mérité de pointer quelques mesures phares, par exemple la loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France, les lois libéralisant les marchés financiers en France entre 83 et 86, ou le traité de Lisbonne, soit autant d’éléments qui impactent nos vies…
Trop sectaire, curieusement aucun-e politique de gauche n’est cité-e dans la liste. Parce que l’idéologie néo-libérale, il n’y a pas que la droite et le centre, hélas… Nos ami-e-s sociaux-démocrates ont activement participé à l’édification du paradis néo-libéral qui porte les doux noms de la mondialisation, forcément heureuse,du libre-échange sans entrave, ou de l’Europe sociale qui protège.
Pour conclure cette digression, ajoutons qu’en 2012, il faudra non seulement se débarrasser de Sarkozy, de la droite extrême mais aussi de tous ceux qui collaborent à l’ordre néo-libéral…

sur une idée des pas perdus, et de Monolecte.

 

http://bab007-babelouest.blogspot.com/2011/11/o-toi-milton-friedman-merci-pour-tous.html

Partager cet article

commentaires

Eva R-sistons 31/12/2011 07:49


Ton commentaire s'adresse à qui ? Je ne suis pas l'auteur du texte, mais Babelouest. Ceci dit, le libéralisme, la loi du plus fort, de la jungle - le gros absorbant le plus faible - est le pire
système ! eva

A 30/12/2011 18:14


Bonjour,


Tombé par hasard sur votre blog, votre analyse sur la doctrine libérale m'a vivement intéressé dans un premier temps. Cependant, après une rapide lecture, je me rends compte que celle ci se
limite à pointer du doigt des fondements, sans apporter des éléments ne seraient ce historiques, théoriques ou bien empiriques. Cette analyse "de comptoir" montre les limites de votre analyse.
Certes, vous citez la fameuse loi prônant le libéralisme financier dans les années 80. Mais remettez là dans son contexte, la période 80/90 fut la mondialisation des capitaux. A moins de faire
notre petite révolution dans notre pays tranquillement, nous aurions pu comme nos amis les Mexicains l'ont fait par exemple, nous couper complètement du monde, mais au moment de l'ouverture, nous
aurions eu un retard technologique tel, nous aurions été sujet à de telles attaques spéculatives que les conséquences auraient été dramatiques (cf Mexique, Argentine). Je ne suis pas là pour
prôner le modèle libéral, mais je pense plutôt qu'une internvetion de l'état est nécessaire dans des domaines tels que l'éducation, la recherche fondamentale, la sécurité, la santé. Le modèle
libéral est une nécessité, tout comme à son extrémité la planification socialiste. Il me semble d'ailleurs que l'entreprise privée peut être considérée comme la parfaite représentation du système
socialiste. A moins qu'il y ait libre entrée et sortie des acteurs ? Circulation de l'information parfaite ? Atomicité des acteurs ? ... Bref, tout cela pour vous faire remarquer que votre
analyse est basée sur aucun fondement. Et SVP, arrêtez avec ces mouvements anti-libéraux, anti-communistes pour prendre les extrèmes, ce n'est pas en développant une idée dans son coin que l'on
deviendra meilleur dans le monde complexe actuel ! La coopération est nécessaire même en politique économique !

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche