Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 06:32

Valls déclare la guerre au hijab

0

Manuel Valls a déclaré jeudi 7 février à l'antenne d'Europe 1 : "Le voile qui interdit aux femmes d'être ce qu'elles sont doit rester pour la République un combat essentiel". Un discours indigne de sa fonction de ministre.

Les déclarations de ce "fervent défenseur de la laïcité" vont à l'encontre des fondements même du principe de laïcité : la non-ingérence de l'Etat dans les religions, la liberté de culte, et leur corollaire, à savoir le devoir de neutralité auquel il est assujetti. Ces propos sont d'autant plus choquants lorsqu'on les rapproche d'une autre déclaration de ce même Manuel Valls, d'une toute autre teneur. En effet il y a seulement six mois, le 23 septembre 2012, il affirmait : "Les juifs de France peuvent porter fièrement leur kippa". L'inégalité de traitement est flagrante, choquante, et tout à fait symptômatique de l'attitude à géométrie variable dont Manuel Valls est coutumier. 

Jugés stigmatisants par de nombreux individus et organisations de la société civile, les propos de Manuel Valls ont provoqué un tollé au sein de la communauté musulmane. Beaucoup les ont condamnés comme étant tout à fait contraires à l'esprit de la laïcité républicaine, qui garantit à tous les citoyens et à toutes les citoyennes de ce pays le droit de pratiquer leur religion comme ils et elles l'entendent. La Ligue Française de la Femme Musulmane a notamment exprimé son indignation de voir Manuel Valls s'arroger le droit de décider à la place des femmes ce que devrait être leur épanouissement personnel, leur émancipation et même leur façon de se vêtir. Monsieur Valls prétend se prononcer sur le voile et sur les femmes qui le portent, qu'il ne connaît pas et ne côtoie pas, et lui attribuer une signification qu'elles ne lui prêtent pas. S'il est en droit de penser ce qu'il veut du voile, d'en avoir même une perception faussée et fantasmée, on pourrait en revanche attendre moins de virulence de la part du ministre de l'Intérieur. Quelles que soient ses convictions personnelles, il est inacceptable d'entendre un ministre d'Etat insulter, dénigrer toute une catégorie de la population. D'autant que ces propos semblent annoncer de nouvelles restrictions des libertés et droits fondamentaux pour les premières concernées.

On souligne par ailleurs une fois de plus les choix sémantiques douteux de Manuel Valls qui, dans la même émission sur Europe 1, a également repris à son compte l'expression "fascisme islamique", typique de la prose des mouvements d'extrême droite, pour parler de la situation en Tunisie. Mais la déclaration de guerre de Manuel Valls contre le port du voile va plus loin que le simple usage d'une expression mal choisie. Elle jette tout simplement l'opprobre sur la pratique de l'islam, et fait preuve d'une volonté jusqu'au-boutiste de poursuivre la chasse au voile, entamée il y a déjà plusieurs années, qui a mené au vote des lois d'exception du 15 mars 2004 et du 11 octobre 2010. 

Ces déclarations de Manuel Valls font suite aux conclusions du rapport commandé par le Premier ministre au conseiller d'Etat Thierry Tuot, qui mettait en cause les politiques d'intégration menées en France au cours des dernières décennies, et s'alarmait des polémiques incessantes sur le port du voile et les pratiques cultuelles des musulmans. Il préconisait d'en finir avec cette "question musulmane" qui "pollue le débat public", et déplorait le dévoiement de la laïcité, remplacée par un "laïcisme de combat". Une intervention salvatrice dans le climat délétère actuel. Mais les recommandations lucides et justes de Thierry Tuot, réconfortantes au vu des excès auxquels donnent lieu les polémiques autour de l'islam depuis plus d'une décennie, n'ont semble-t-il pas trouvé l'écho escompté chez Manuel Valls.

Ce qui n'a rien d'étonnant : notre ministre des Cultes n'en est pas à ses débuts dans ce "combat essentiel" qu'il mène contre les femmes voilées. Comme il l'a rappelé sur Europe 1, il avait voté en 2004 pour la loi qui interdit le port des signes religieux à l'école. En 2010, il avait été l'un des seuls élus de gauche à voter pour celle qui interdit la dissimulation du visage dans l'espace public. Mais il a également été de ceux qui, comme Elizabeth Badinter, ont défendu bec et ongles la directrice de la crèche Babyloup, jugée pour avoir licencié une employée parce qu'elle portait le voile (la cour de Cassation rendra d'ailleurs sa décision le 19 mars prochain dans cette affaire). Le ministre de l'Intérieur s'est encore illustré il y a quelques jours dans le domaine de l'hostilité et de la stigmatisation des musulmans en annonçant l'expulsion prochaine de trois imams. Hassan Bounamcha, dit 'Ammi Hassan, extrêmement populaire parmi les jeunes musulmans, serait sur la liste, selon certains journalistes.

Cette attitude répressive à l'égard des musulmans est loin d'être nouvelle. Déjà en 2002, en tant que maire d'Evry, Manuel Valls s'était ingéré dans les affaires d'une supérette de la ville, réclamant qu'elle vende du porc et de l'alcool sous peine de fermeture, s'octroyant le droit de dicter ses exigences à une entreprise privée. Le ministre est donc à compter depuis longtemps parmi ceux qui attisent les haines et les divisions, entretiennent et exploitent les peurs, quitte à faire de la communauté musulmane un bouc émissaire à des fins électorales. Sa fonction aurait pourtant exigé de lui qu'il soit auprès de ses concitoyens musulmans, victimes chaque jour de discriminations, qu'il prenne des mesures afin de sécuriser leurs lieux de culte qui font chaque semaine l'objet de menaces et de dégradations. Les sites juifs bénéficiant d'une protection de l'Etat depuis 2002, le CCIF réclame une extension de ce plan de sécurisation aux sites musulmans, mais en vain. La République est laïque et sa Constitution stipule expressément que nul ne doit être inquiété pour ses opinions religieuses. Mais Manuel Valls attribue à la République son combat personnel contre le voile, et donc contre les voilées : cette confusion, extrêmement préoccupante, encourage les va-t-en-guerre en tous genres qui ont fait de l'islamophobie et de ses rebondissements politico-médiatiques leur gagne-pain. 

Manuel Valls n'est en effet pas le seul à considérer la lutte contre le port du voile comme un combat essentiel. D'autres le combattent en refusant aux femmes voilées l'accès aux amphithéâtres de leur université, aux restaurants, aux bibliothèques, aux cabinets médicaux, aux auto-écoles et aux salles de sport, en les insultant, en les menaçant, en les harcelant ou même en les attaquant à coups de piolet... Ne seraient-ce pas là ceux qui veulent interdire à ces femmes d'être ce qu'elles sont ? Ne seraient-ce pas là ceux qu'il faut combattre pour préserver la République ? Peut-être ce combat, essentiel à nos yeux, n'est-il pas une priorité pour Manuel Valls, qui préfère s'attaquer à restreindre une liberté fondamentale dont il devrait pourtant être le garant.

Les élections municipales de 2014 doivent être l'occasion pour tous les citoyens engagés pour le vivre-ensemble de préparer la riposte politique, comme ils l'ont fait face aux attaques répétées sous la présidence de Nicolas Sarkozy, et de rappeler à ceux qui nous gouvernent que la lutte contre les discriminations doit être une priorité. Nous devons affirmer clairement, à travers notre engagement, que les stratégies de division des dirigeants ne sont pas payantes électoralement. Le CCIF sera présent en 2014 pour appeler à sanctionner les représentants dont les politiques nuisent à la cohésion sociale en stigmatisant les musulmans, et promouvoir ceux qui ont fait de l'égalité un principe intangible de leurs politiques. 

http://www.islamophobie.net/articles/2013/02/14/valls-femme-voilee-hijab-islamophobie-ccif

Sur le même sujet

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche