Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 21:07

http://www.leblogfinance.com/images/moodys-logo.jpg

 

Marché : Moody’s pourrait dégrader le Crédit Agricole, la Société Générale et la BNP.


de : Les banques françaises vont morfler !
mercredi 15 juin 2011 (09h31)

 

Moody’s a annoncé mercredi avoir placé sous surveillance avec implication négative ses notes sur Crédit Agricole (CASA), BNP Paribas et Société Générale, en vue de possibles dégradations.

L’agence de notation explique vouloir étudier l’impact d’un éventuel défaut de paiement ou d’une restructuration de la dette grecque sur les trois établissements bancaires français, très exposés à l’économie hellénique.

’Les décisions d’aujourd’hui reflètent les inquiétudes de Moody’s concernant les expositions directes de ces banques à l’économie grecque, par le biais de la détention directe d’obligations d’Etat, de crédits au secteur privé ou le contrôle de filiales opérant dans le pays, un facteur clé en ce qui concerne Crédit Agricole et SocGen du fait de leurs filiales grecques’, indique Moody’s.

Emporiki, la filiale grecque de Crédit Agricole, affichait au 31 mars dernier un livre de créances net de 21,1 milliards d’euros pour tous ses prêts à la clientèle.

SocGen contrôle pour sa part Geniki, dont le livre de créances se limitait à 3,4 milliards d’euros nets à la même date.

Dans sa note diffusée ce matin, Moody’s dit également surveiller l’exposition à la Grèce de Dexia.

L’agence compte également prendre des mesures similaires pour d’autres banques européennes exposées à la Grèce dans les semaines qui viennent.

 

http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=800a6fbb8eb72f5d9249a53e73f9d3fc

 

 

 

Lire aussi :

 

 

 

Sur la Chronique Agora :

 

 

La Chronique Agora
 

 

 

 

Le vent tourne  


Frédéric Laurent

▪ Les conditions économiques réelles ne se reflètent pas sur les marchés. Au contraire, toute mauvaise nouvelle, et elles sont nombreuses, passe par la case "cela aurait pu être pire". L'immobilier américain ne s'améliore pas mais s'enfonce, chacun se disant qu'un jour viendra où le fond sera touché et, qu'à partir de là, l'immobilier pourra rebondir. Il en va de même pour toutes les statistiques : chômage, pouvoir d'achat, consommation des ménages... toutes les statistiques sont perçues comme "moins pires que prévu", et comme étant un argument pour que les banques centrales maintiennent des taux bas, fassent marcher les presses à billets et inondent ainsi les marchés de liquidités fraîchement pressées.

Pour lire la suite...

 

 

 

 

Qu'est-ce qui distingue fondamentalement l'Allemagne, l'Espagne et Cuba ?
Philippe Béchade

▪ L'attitude de l'Allemagne depuis décembre 2009 (et la première alerte sérieuse sur la solvabilité de la Grèce) continue de nous intriguer.

Pour lire la suite...

 

 

 

Du ressentiment en matière de dette souveraine
Bill Bonner

▪ Les profits des entreprises frôlent des sommets record. Ce n'est pas une bonne raison d'acheter des actions. Les profits sont célèbres pour leur propension à "revenir à la moyenne". C'est-à-dire qu'ils reviennent assez rapidement à la normale. Ce qui devrait entraîner des profits en baisse à l'avenir.

Pour lire la suite...

 

 

 

 

 

 

Paris, Mercredi 15 juin 2011

Comment vous protéger contre un "événement de liquidation"
Eric Fry


▪ Le Dow Jones Industrial Average a dégringolé de 172 points vendredi dernier -- ponctuant une nouvelle semaine bien peu mémorable pour le capitalisme américain. La perte de vendredi a fait replonger le Dow en dessous des 12 000 points, tout en produisant la sixième semaine de pertes d'affilée pour le marché américain.

Quelle est la probabilité d'une période de six semaines de pertes d'affilée ?

Au cours des douze dernières années, le marché boursier américain n'a subi que cinq périodes de pertes de six semaines ou plus -- la dernière d'entre elles ayant eu lieu à l'été 2004. Dans trois de ces cinq rares périodes de pertes, l'or et les matières premières ont également chuté. Dans les deux premiers cas -- en septembre-octobre 2000 et en février-mars 2001 -- l'indice S&P 500 a chuté de 20% ou plus au cours de l'année qui suivit... et affichait encore des pertes trois années plus tard.

Le troisième cas est en cours en ce moment même... et il ne s'agit certainement pas là de bonnes nouvelles.

__________________________

Multiplier vos profits boursiers par 7 ?
En indiquant 5 petits chiffres à votre courtier, vous pourriez transformer le moindre mouvement de cours en profits potentiels à deux ou trois chiffres... que les marchés soient à la hausse ou à la baisse.

Ce "Code Profits" a déjà rapporté des gains de 105,56%, 95,77%, 84,62%, 77,43%, 109,38%... et bien d'autres encore : tout est expliqué ici -- pourquoi attendre pour faire passer votre portefeuille à la vitesse supérieure ?

__________________________

La plupart du temps, lorsque les actions montent, l'or (et les matières premières) baisse (et vice-versa). C'est ce qu'on appelle une "corrélation inversée" ou une "non-corrélation". Et c'est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles il est bon de posséder de l'or. On peut généralement lui faire confiance pour briller lorsque presque tous les autres actifs investissables perdent de leur éclat.

Toutefois, ces derniers temps, l'or ne monte guère, même si les actions sont en baisse. En fait, on ne trouve guère de non-corrélation sur les marchés financiers. Beaucoup d'actifs sont corrélés aux actions, beaucoup plus souvent que d'habitude. Lorsque toutes les classes d'actifs commencent à chuter ensemble, des déclins encore pires sont généralement à prévoir. Les investisseurs professionnels appellent cela un "événement de liquidation".

La récente vente en masse à Wall Street peut difficilement être décrite comme un événement de liquidation... du moins pas encore. Mais une chose est claire : au cours de ces dernières semaines, il a été beaucoup plus facile de perdre de l'argent que d'en gagner... peu importe ce qu'on possédait au départ.

▪ Au cours des six dernières semaines, le S&P 500 a chuté de près de 7%. Durant ce même laps de temps, l'or a perdu 2%, le pétrole 13% et l'argent-métal 25%. Même les TIP ont dévissé. Bref, il y a eu très peu d'abris au cours de ce dernier mois et demi.

Cette vente massive simultanée des actions et des matières premières est inquiétante. Au cas où on voudrait nous accuser de "fouiner dans les données", permettez-nous d'avancer une théorie pour valider la relation apparente entre les périodes de pertes de six semaines, passées et présentes.

Cette théorie est très simple : lorsque tout se met à baisser en même temps, un événement de liquidation est à prévoir. Les investisseurs veulent simplement sortir... de tout. Dans de telles circonstances, il est plus important d'éviter le risque que de prendre des risques... et cette attitude a tendance à persister pendant un certain temps, comme le montrent les exemples de 2000 et 2001.

Un événement de liquidation peut être ou ne pas être en cours, mais les investisseurs ne manquent pas de raisons sérieuses de se diriger vers des lieux plus sûrs... ou des lieux qui ne soient pas comme des sables mouvants. Le passé n'augure pas nécessairement de l'avenir, cher lecteur. Mais lorsque les investisseurs deviennent des vendeurs empressés de tout, la prudence est de mise.

Il est temps d'accomplir l'une des choses suivantes :

1) Paniquer et réduire votre exposition aux actions, juste au cas où.
2) Penser à long terme et ne pas s'inquiéter.
3) Acheter les choses qui gardent leur valeur long terme, peu importe les bruits sur le court terme.
4) Faire à la fois le point 1 et le point 3.

Nous votons pour le point 4.

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche