Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 01:50

Qu'attendait Thabo Mbeki

pour dire tout ça

sur l'ONU, les rebelles, l'UA, Ouattara etc ?

LG ONUCI 3 12 04

Le président ivoirien élu Laurent Gbagbo "kidnappé", semble-t-il, à Korhogo.

 
 
L’ancien président sud africain Thabo MBeki a condamné le rôle de l’ONU dans la crise en Côte d’Ivoire dans une contribution publiée vendredi par Foreign Policy. Thabo MBeki a estimé que la crise en Côte d’Ivoire résulte de l’incapacité pour les organisateurs de gérer les « pré-réquis électoraux ». Il a dénoncé le contrôle exercé par la rébellion sur la partie nord du pays et le maintien de la capacité militaire de celle-ci qui ont constitué les moyens par lesquels Alassane Ouattara s’est installé au pouvoir en Côte d’Ivoire. Il n’est pas étonnant, poursuit-il, que Laurent Gbagbo dénonce une trahison au regard de l’aggravation de la crise post-electorale.

Pour Mbeki, les événements tragiques en Côte d’Ivoire ont consacré la marginalisation de l’Union africaine dans la résolution des défis majeurs de l’Afrique.

L’UA a plutôt été utilisée par les grandes puissances "pour légitimer leur actions en persuadant l’ONU d’autoriser leurs interventions égoïstes".
 
Selon Mbéki, accepter l’ONU comme une force neutre dans la résolution des conflits internes, comme celui vécu en Côte d’Ivoire, est aujourd’hui gravement compromis. « Il sera désormais difficile pour l’ONU de convaincre l’Afrique et le reste du monde en développement que cette organisation n’est pas un simple instrument entre les mains des grandes puissances du monde » s’est-il insurgé.
Aussi, l’ancien président sud africain préconise-t-il « l’urgente nécessité de restructurer le système des relations internationales qui ont mis en évidence la réalité de l’abus de pouvoir dans l’ère post-guerre froide ».

« Nous ne pouvons qu’espérer que Laurent et Simone Gbagbo et le peuple ivoirien ne continuent pas à souffrir en étant les victimes maltraitées et humiliées d’un système mondial qui, dans son intérêt, tout en prônant haut et fort les droits universels de l’homme, ne cherche en réalité qu’à perpétuer la domination du plus grand nombre par quelques-uns qui disposent de l’essentiel du pouvoir politique, économique, militaire et médiatique », poursuit-il. « Les procédures perverses et néfastes qui ont frappé la Côte d’Ivoire amènent à se poser d’urgence la question suivante : Combien de violations flagrantes de pouvoir devra subir l’Afrique et le reste des pays en développement avant que la vision d’un système démocratique de la gouvernance mondiale soit réalisée ? » a-t-il conclu.

Thabo MBeki a été médiateur de la crise en Côte d’Ivoire. Sous son égide a été conclu l’Accord de Prétoria qui a notamment permis à Alassane Ouattara, inéligible selon la Constitution ivoirienne, d’être candidat à titre exceptionnel, à l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire.

La crise ivoirienne est née d’une tentative de coup d’état suivie d’une rébellion armée démarrés le 19 septembre 2002 à l’initiative d’Alassane Ouattara avec l’appui de la France, contre le régime de Laurent Gbagbo démocratiquement élu en 2000.
 
Après différents accords de paix, les rebelles ont obtenu, en échange de leur promesse de désarmement jamais réalisée, plusieurs postes dont ceux clés de Premier ministre, ministre de la Justice, ministre de l’économie et des finances de même que la présidence de la commission électorale et la majorité absolue des sièges dans cette institution.
 
Le contentieux électoral né du refus de Ouattara d’accepter les résultats du scrutin du 28 novembre s’est transformé en une guerre marquée par l’ingérence armée de la France et de l’ONU qui soutiennent Ouattara.

Le Président Laurent Gbagbo, élu le 28 novembre 2010, reconnu et investi Président par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs en Côte a été capturé le 11 avril par les forces françaises sous mandat de l’Onu et remis aux mains de son adversaire Ouattara qui le détient prisonnier dans un lieu inconnu du « nord du pays ».

De nombreuses organisations et des milliers de personnes exigent la libération immédiate de Laurent Gbagbo et de ses proches.
 

Photo - dr   Texte - J.O.

 

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-cote-d-ivoire-thabo-mbeki-dit-aujourd-hui-ce-qu-il-aurait-du-crier-hier-72872575.html

 

 Qu'attendait Thabo Mbeki 

 

 

Non seulement Sarkozy sévit en France,

mais maintenant dans le monde !

Note d'eva R-sistons

 

 

 

Sur ce blog, lire aussi :

 

Libye : quatre meurtres de trop ? Le plus jeune fils de Mouamar Kadhafi et trois de ses petits enfants, victimes des missiles français et de l'Otan, par Jean LEVY

 

 

Extraits :

 

Le porte-parole du gouvernement libyen a accusé l'Otan d'avoir tenté d'assassiner Mouammar Kadhafi, ce qui irait au-delà du mandat confié par le Conseil de sécurité de l'Onu dans sa résolution 1973, qui a autorisé le recours à la force en Libye dans le seul but de "protéger les populations civiles".


"C'est désormais la loi de la jungle", a déclaré Moussa Ibrahim lors d'une conférence de presse. "Il est clair pour tout le monde aujourd'hui que ce qui se passe en Libye n'a rien à voir avec la protection des civils."


 

 Face à l'échec militaire de l'agression franco-britannique, Paris et Londres, en viennent aux opérations de pur brigandage. Eliminer physiquement les dirigeants d'un Etat souverain, sous couvert du blanc-seing extorqué sur d'autres bases au Conseil de Sécurité de l'ONU, est devenu l'objectif prioritaire des Etats agresseurs.

 

Qu'en pensent les dirigeants russes et chinois, qui, par leur abstention, ont permis l'opération franco-britannique et de l'Otan ?


Assassiner un leader reconnu par l'ensemble de la communauté internationale comme Chef d'Etat, est ce un objectif  compatible avec la résolution 1973 ?


Et si tel n'est pas l'objectif de cette dernière, il est temps d'arrêter l'opération terroriste occidentale. L'ensemble des peuples africains,  à défaut de leurs gouvernants, doivent élever leur voix à l'unisson de tous les peuples du monde.


En premier lieu, le peuple français, est concerné en priorité du fait de la place prioritaire prise, dans l'aventure colonialiste, par le maître de l'Elysée et son équipe.


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche