Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 06:00

 

Média et propagande: Presse française qu’en attendre ?…
Khadafi aurait massacré son peuple justifiant d’une résolution de l’ONU et d’une guerre qui se veut “humanitaire” (les oxymores sont tellement à la mode de la pensée unique) contre son régime mais qui prend de plus en plus l’allure d’une guerre impérialiste. Où sont les preuves des massacres de Kadhafi ?… Les médias ont-ils enquêté avant de publier des informations ?
Depuis, l’OTAN s’empêtre et guerroie en soutenant des “rebelles” émanant d’Al Qaeda (CIA), recyclé pour la “bonne cause” et les médias étouffent les bombardements de cibles et de populations civiles par les forces de l’OTAN et l’utilisation de munitions à uranium appauvri.
L’opération d’intox des opinions publiques se renouvelle de plus belle avec la Syrie, qui eclipse dans les nouvelles les exactions de l’OTAN en Libye. La désinformation semble battre son plein pour canaliser l’opinion publique vers le soutien d’une nouvelle résolution de l’ONU contre le régime El-Assad, même si le peuple syrien dans sa vaste majorité, fait bloc contre l’ingérence étrangère (saoudienne, états-unienne et israélienne) qui cherche à diviser le pays pour mieux le faire imploser et le contrôler.
Des tristement célèbres mystérieux franc-tireurs tirant sur la foule et les forces syriennes (pas exemptes de reproches loin s’en faut dans la gestion de l’urgence), à la récupération façon mise en scène de la mort atroce d’un jeune garçon, au blog populaire d’une militante lesbienne syrienne fantôme “arrêtée” par le régime (blog et personnage inventés et gérés par un étudiant américain depuis le Royaume-Uni), en passant par la concentration des “informations” divulguées aux agences de presse émanant de personnes résident en dehors de Syrie et dont l’objectivité est plus que douteuse pour ne pas dire illusoire; nous nous rendons compte que la couverture médiatique des évènements syriens engendre le tout et le n’importe quoi dans une atmosphère de chaos savamment entretenue. La confusion règne, donc intox et propagande n’en ont que plus d’effet sur un public très peu informé sur la société syrienne, ostracisée depuis longtemps.
Pourquoi la presse française ne fait-elle pas le tri, en est-elle capable ?… En a t’elle surtout la volonté ? La déontologique semble être aux abonnés absents depuis un bon moment.
De qui parlons-nous ? D’une presse qui depuis plus de cinquante ans n’a fait que toujours plus se concentrer en le moins de mains possible, à l’instar de la grosse industrie et du système banquier et financier. La concentration des pouvoirs décisionnaires de manière sauvage, sans contre-pouvoir réel a lié la presse écrite et audio-visuelle aux charlatans de l’information qui sont devenus les décideurs et les payeurs du système propagandiste.
Qui contrôle les médias français ? Des groupes qui sont des actionnaires majeurs et primordiaux des grands médias.
Dans son étude chronologique des médias français de 1953 à 2005, Bénédicte Delorme-Montini (“Les médias en France, chronologie”, Gallimard 2006), nous voyons l’évolution de la concentration des médias aux mains de grands groupes nationaux et transnationaux. Les groupes se remodèlent en fonction de la conjoncture: de Matra-Lagardère-Hachette à EADS-Lagardère-Hachette (restons dans le militaro-industriel), Bouyghes et le BTP et les gros contrats associés à l’État, la fameuse presse Hersant même sur le déclin aujour’hui, qui représente toujours un pouvoir de contrôle conséquent et non négligeable, au groupe Dassault (toujours le militaro-industriel), ces grands groupes contrôlent la vaste majorité des médias français et donc façonnent ou son capable de façonner l’opinion publique à la demande.
L’étude de Delorme-Montini nous apprends en contre-partie qu’en 1993, les français faisaient moins confiance à la presse et aux journalistes qu’en 1985, respectivement 42% contre 59% d’après un sondage Sofrès de l’époque. A cette époque le numéro 1 des groupes de contrôle de la presse française était sans conteste le groupe Matra-Hachette (Lagardère) avec 25 milliards de francs de chiffre d’affaire, Hersant n’arrivant que second loin derrière et le groupe Filipacchi, Amaury, Havas, Publicis troisième.
Conjoncturellement c’est en 1997, que le groupe Filipacchi fusionna avec Matra-Hachette. Les années 2000 ont vu la consolidation des groupes Bouyghes et Lagardère-EADS, Bouyghes-TF1 ayant racheté la chaîne de télévision Histoire, qui était alors publique à 52% (ceci a une importance plus qu’anecdotique, car contrôler l’histoire, la façon dont elle est dite et divulguée est une manière efficace de contrôler le présent et d’anticiper le futur, voire d’aider à le façonner de manière subjective). Bouyghes racheta aussi en 2005 Ushuaïa TV (ainsi l’écolo Hulot passa de Rhônes-Poullenc à Bouyghes, des payeurs dont le souci écologiste est bien sûr tout à fait évident…).
Quid des publications ? Le plus gros journal quotidien national est le Figaro qui appartient au groupe Dassault. Le profit n’est pas tant la motivation essentielle en France quant au rachat d’un quotidien (la plupart travaille à perte…), que le pouvoir d’influencer les opinions. D’après un papier d’André Schiffrin dans le Monde Diplomatique d’Octobre 2007, Serge Dassault déclara au rachat du Figaro qu’il voulait en fait avoir un journal qui exprimerait sa vision des choses… Difficile à partir de là de faire plus objectif !
En Janvier 2005, Edouard de Rothschild racheta 38,8% des parts du journal Libération pour 20 millions d’Euros pour en devenir l’actionnaire principal. Libération ou la descente aux enfers d’un journal qui passa de l’autogestion dans les années 1990 à la déchéance totale du joug hyper-capitaliste Rothschild. Quel parcours !
Le journal Le Monde quant à lui accueillit comme gros actionnaires en Mars 2005 le groupe Lagardère ainsi que Prisa (Espagne), Saint Gobain et Fiat.
L’article de Schiffrin précédemment cité nous informe que les deux tiers de la presse écrite française (journaux et magazines) sont détenus par les deux plus gros armuriers de France: Lagardère-EADS (Europe 1, Paris-Match, le Journal du Dimanche, 25% du “Parisien”, 17% du Monde et 50% du plus gros réseau de distribution des journaux NMPP) et Dassault (Le Figaro, FC Nantes).
Donc, la question qui brûle les lèvres est la suivante: comment peut-on faire confiance à une presse dont les actionnaires principaux sont les deux plus gros armuriers de France et l’ossature même du complexe militaro-industriel de l’hexagone?
Peut-on vraiment croire en l’objectivité de médias dont les fonds et feuille de route éditoriale émanent du complexe-militaro industriel national ?
Si la presse avait pour velléité de dire la vérité, elle vérifierait ses sources et serait bien plus critique, surtout elle se battrait pour vraiment rester indépendante. Mais vérifier les sources exposeraient grandement les manœuvres propagandistes d’intoxication des masses et irait contre les intérêts particuliers de ces mêmes groupes qui sont essentiellement d’encourager à la guerre, car il faut vendre des bombes, des avions et des missiles, et écluser les stocks avant leur péremption.
N’y a t’il pas un conflit d’intérêt majeur aujourd’hui entre divulguer une information juste et objective et satisfaire les intérêts des actionaires principaux ? Peut-on sincèrement penser résoudre cette question sans regagner une indépendance face au profit ?
La collusion média-politique par le truchement de la concentration du pouvoir fnancier dans trop peu de mains qui ont des intérêts particuliers à ce que conflits et guerres florissent, rend les médias obsolètes et indignes de confiance.
Que se passe t’il ailleurs ? Dans la presse du Royaume-Uni, d’Australie, de Nouvelle-Zélande et d’une partie des Etats-Unis, règne le magnat Ruppert Murdoch, Ted Turner aux Etat-Unis, Silvio Berlusconi en Italie, on voit que la presse dans sa vaste majorité est bien muselée et contrôlée par un cartel d’oligarques aux conflits d’intérêts évidents en rapport avec une certaine objectivité de la presse.
Par contre, il n’y a qu’en France que l’on peut constater un lien direct entre deux grands groupes du complexe militaro-industriel et leur actionnariat majoritaire dans une vaste portion des médias nationaux. Cela fera dire aux cyniques qu’au moins nous en France, ne sommes pas hypocrites… Accordons au moins cela !
Le public ne s’y trompe plus, et il se tourne de plus en plus vers les sources d’information alternatives et citoyennes de la toile, qui, si elles manquent aussi parfois d’objectivité, ont le mérite néanmoins de faire circuler dans bien des cas une information hors propagande.
L’oligarchie industrielle qui contrôle les médias le sait pertinemment et fait tout ce qui est en son pouvoir pour museler le pouvoir de la toile à désintoxiquer le citoyen par le biais d’une presse alternative dont l’influence sur le réveil de l’esprit critique ne peut plus être sous-estimée.
A cet égard, les “loupés” propagandistes du style de celui du vrai-faux blog de l’activiste lesbienne syrienne f ait d’une pierre deux coups:
Premier effet: l’intox que cela génère tant que cela marche, puis second effet pervers: lorsque l’affaire éclate (et elle a sûrement éclatée à dessein), elle tend à discréditer une certaine utilisation de l’internet et apporte de l’eau au moulin des censeurs de tout poil, qui vise à un muselage en règle de la toile. Plus vite dit que fait … Mais l’intention y est soyons-en sûr.
Les nations qui tiennent tête à l’empire anglo-américain (dont la France est un pays de facto satellite) ne sont pas les seules à subir une ingérence. La toile également est sous une pression constante de l’oligarchie, car la liberté d’expression et l’accès à une information libre et détoxifiée représentent l’anti-thèse du fascisme imposé de la pensée unique. Attendons nous à plus de tentatives de réglementation liberticide légiférant la toile.
Nous devons lutter pour la vérité, mais aussi pour préserver l’internet comme organe d’expression libre.
Les mois à venir seront cruciaux. Nous les peuples avons les moyens d’exposer et de vaincre cette fange sectaire oligarchique et de torpiller leurs intentions de contrôle absolu, de guerre, de destruction, de chaos et de gouvernance globale auxquels ils aspirent et du néo-esclavagisme de leur projet de société post-industrielle qui en découlera immanquablement.
La liberté de la presse s’est usée car elle ne s’en sert plus dans les grandes largeurs. Les médias alternatifs ont repris le flambeau et notre vénéré palmipède national se doit de le considérer, nous l’en remercions d’avance. Pas d’antagonisme, mais de la complémentarité et du respect.
C’est solidaires que nous vaincrons les diktats oligarchiques.

Résistance 71
http://www.alterinfo.net/Media-et-propagande-Presse-francaise-qu-en-attendre_a60037.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche