Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 04:46

 

 

CFTC vous met en garde contre SLV

Par Menthalo -

La CFTC met-elle en garde les investisseurs contre les etf GLD et SLV ?

Voici une page sur le site du CFTC, autorité de régulation des marchés des Matières premières et des métaux précieux. Leur description des escroqueries usuelles sur ces marchés correspond point par point aux caractéristiques de GLD et SLV.

AVIS CONTRE LES FRAUDES AUX CONSOMMATEURS DANS LES METAUX PRECIEUX

Méfiez-vous des entreprises qui vendent des investissements dans les métaux précieux, vantant des promesses de profits faciles grâce à la hausse des prix de l’or, de l’argent, du platine, du palladium et autres métaux précieux.

Soyez particulièrement attentifs aux entreprises qui vendent des investissements dans les métaux précieux, prétendant que vous pouvez faire beaucoup d’argent, avec peu de risque, par l’achat de métal à travers une convention de financement et un faible dépôt de garantie.
La CFTC a vu une augmentation du nombre d’entreprises qui offrent aux clients la possibilité d’acheter ou d’investir dans les métaux précieux. Cependant, beaucoup de ces entreprises n’ont pas fait d’achat et encore moins stocké de métaux pour le compte de leurs clients.
Cet avis sur les fraudes aux consommateurs dans les métaux précieux  décrit comment certaines entreprises de métaux précieux peuvent utiliser des tactiques frauduleuses pour inciter les clients à investir, comment ces entreprises fonctionnent réellement et vous présentent les signes qui vont vous aider à identifier une  arnaque potentielle sur les métaux précieux.

L’expérience de la CFTC est que les entreprises des métaux précieux, faisant de telles ventes emplacements souvent:
. N’achètent à aucun moment le moindre Métal Précieux  pour le compte de leurs clients.
. Facturent néanmoins de faux frais d’investissement, d’assurance ou de gardiennage.

SIGNES INQUIETANTS

Méfiez-vous des sociétés de métaux précieux qui:
- Précisent expressément que leurs transactions sur métaux précieux ne sont pas réglementées par la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) ou par la National Futures Association (NFA). Ces déclarations sont courantes dans les conventions de compte associées à des escroqueries sur les métaux précieux.
- N’identifient pas l’endroit où le métal physique est situé, ou s’engage à livrer le physique à une banque ou une installation de stockage à l’étranger.

SOYEZ PARTICULIEREMENT MEFIANTS AVEC LES COMPAGNIES US QUI DISENT UTILISER DES ENTREPOTS OUTREMER

Parfois, les entreprises américaines qui proposent des investissements dans les métaux précieux, prétendent que les métaux seront livrés à une installation de stockage située à l’extérieur des États-Unis. Si vous placez des fonds dans des sociétés américaines qui font de telles allégations, il peut être difficile ou impossible pour vous de vérifier votre investissement ou de récupérer votre argent.
Par conséquent, demandez où vos fonds seront déposés et conservés, où le métal sera stocké et, si possible, appelez l’installation de stockage à l’étranger.

Comparons avec le prospectus de SLV

Leur document contractuel est consultable en ligne en suivant ce lien.

Dés le premier paragraphe de la première page, il y a un panneau DANGER… ATTENTION ESCROCS
“The trust is not a commodity pool for purposes of the Commodity Exchange Act, and its sponsor is not subject to regulation by the Commodity Futures Trading Commission as a commodity pool operator, or a commodity trading advisor.”
Le CFTC vous a prévenu ci-dessus, méfiez vous des entreprises, qui “précisent expressément, que leurs transactions sur les métaux précieux ne sont pas réglementées par la CFTC ou la NFA.”


“Neither the Securities and Exchange Commission (SEC) nor any state securities commission has approved or disapproved of the securities offered in this prospectus, or determined if this prospectus is truthful or complete. Any representation to the contrary is a criminal offense.”
SLV vous prévient que ni la S.E.C. (autorités de la Bourse) ni aucune autre agence gouvernementale n’a approuvé ou désapprouvé les termes de ce prospectus, ni même indiqué s’il disait la vérité ou s’il était complet (comprenez s’il mentait par omission). Autrement dit, ce document n’a aucune valeur légale aux Etats Unis.

“Silver owned by the trust will be held by the custodian in England, and other locations that may be authorized in the future.”
Le CFTC vous a mis en garde contre ” les entreprises américaines qui proposent des investissements dans les métaux précieux prétendent que les métaux seront livrés à une installation de stockage située à l’extérieur des États-Unis.”
Chacun ici sait que SLV utilise l’argent de ses clients, non pas pour acheter de l’argent, mais pour contrôler le prix de celui-ci, en vendant à découvert sur les futures un argent qu’ils ne possèdent pas. C’est gentil au CFTC de nous mettre en garde sur leur site, ce serait mieux q’ils se paient une pleine page dans le Financial Times pour avoir plus d’audience.

A vous de voir si les produits financiers dans lesquels vous avez investi en toute confiance correspondent aux définitions du  CFTC.
Nous vous encourageons à publier cette page ailleurs, pour que l’information passe.
 
41 Comments

Publié par le 4 février 2012 dans Non classé

 

Grèce/créanciers : un couple qui partage le même rêve : il ne peut pas y avoir de faillite

Selon Josef Ackermann, patron de la Deutsche Bank, un accord est maintenant “très proche” entre le gouvernement grec et les créanciers privés du pays. Cette proximité est tout de même définie par quelques jours ou semaines. En tout cas, le verdict est connu : les banques vont perdre “70% ou plus” dans l’opération. On assure que cette décote de plus de 70% sera considérée comme un signe très positif par les marchés, mais on ajoute dans la foulée que “les modalités de mise en place de cette restructuration semblent très complexes et, au final, elle ne sera sans doute pas suffisante pour écarter un défaut de paiement du pays qui pour l’instant reste toujours insolvable.
Bref, tout va bien, mais aucune banque ne consent à prêter de l’argent à la Grèce pour acheter du pétrole… laquelle se tourne… vers l’Iran. Vive la démonocratie !

 
64 Comments

Publié par le 4 février 2012 dans Non classé

 

50 chiffres économiques concernant 2011 qui sont presque trop fous pour y croire

  The Economic collapse blog – Bien que la plupart des américains se sentent frustrés par l’économie actuelle, la vaste majorité d’entre eux  n’ont toujours aucune idée de la gravité de notre déclin économique ou des difficultés à venir si nous ne prenons pas immédiatement des décisions radicales. Si nous n’informons pas les américains que l’économie des USA est atteinte d’une maladie mortelle, alors ils continueront à croire tous les mensonges que les politiciens leur servent depuis des lustres. Quelques ajustements ici et là ne suffiront pas à réparer notre économie.

Nous avons vraiment besoin de changer fondamentalement de direction. L’Amérique consomme bien plus de richesses qu’elle n’en produit et notre dette explose littéralement. Si nous restons sur le chemin actuel, un effondrement économique est inévitable. Espérons que les données économiques de 2011 que j’ai inclus dans cet article seront assez choquantes pour réveiller quelques personnes.

À cette période de l’année, beaucoup de familles se retrouvent, et la plupart du temps on en vient à discuter de politique. J’espère que beaucoup d’entre vous utiliseront la liste ci-dessous comme un outil pour vous aider à diffuser la réalité sur la crise économique aux USA auprès de votre famille et de vos amis. Si nous travaillons tous ensemble, peut-être que nous réveillerons des millions de personnes  qui prendront conscience que le « business as usual » provoquera un effondrement de l’économie nationale.

Bien sûr, le cœur de nos problèmes économiques est la Réserve fédérale. La Réserve fédérale est une machine à dette perpétuelle, elle a presque complètement détruit la valeur du dollar américain et elle a un palmarès absolument cauchemardesque de l’incompétence.

Si le système de la Réserve fédérale n’avait jamais été créé, l’économie américaine serait en bien meilleure forme. Le gouvernement fédéral doit faire cesser la Federal Reserve et commencer à émettre de la monnaie qui n’est pas basée sur la dette. Ce serait une étape très importante vers le rétablissement de la prospérité de l’Amérique.

Les 50 chiffres économiques de l’année 2011 presque trop gros pour y croire sont : Read the rest of this entry »

 
42 Comments

Publié par le 3 février 2012 dans Non classé

 

France – Distribution du crédit – décembre 2011

Crédits aux entreprises : en France comme dans la zone euro, la majorité des banques n’ont pas modifié les conditions d’octroi mais une forte minorité les ont resserrées, un peu plus d’ailleurs pour les grandes entreprises que pour les PME ; la demande de crédits a légèrement fléchi.

Crédits aux ménages :
- la demande de crédits à la consommation a baissé en France comme dans le reste de la zone euro ; les conditions d’octroi ont peu évolué.
- les critères d’attribution des prêts à l’habitat ont été durcis dans la zone euro et dans une moindre mesure en France, face à une demande en baisse. (Source)

 
11 Comments

Publié par le 3 février 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 3 février 2012

L’indice E-mini SP 500 évolue toujours au-dessus de son support ascendant des 1303 points, mais bloqué par la résistance des 1330 pour poursuivre sa poursuite haussière.

Si celui-ci dépasse les 1330 alors il devrait permettre au cours de se rapprocher des 1373-1400 points. Ainsi l’indice Future CAC 40 pourrait lui aussi profiter de cette hausse pour se rapprocher des 3430-3580 points.

En revanche si l’indice E-mini SP 500 ne parvient pas à se stabiliser au-dessus des 1330 points et commence à perdre de la vitesse en cassant les 1303 points, alors nous resterons prudents en surveillant les supports évoqués précédemment.

Concernant l’or et l’argent nous avions anticipé le rebond technique sur les premiers supports 1510-1520 et 25-26 pour l’argent pendant les fêtes de Noël. Désormais, des résistances très importantes apparaissent et les cours pourraient être bloqués.
Pour l’or le niveau des 1790-1800 représente une résistance très importante.
De même le niveau des 35-36 représente une résistance très importante.

(Là c’est pour ceux qui ont travaillé sur le spot, ce qui représente tout de même un rebond technique de 16 % (Or) et 30 % (pour l’argent). Pensez aux prises de bénéfices).

Si le cours ne parvient pas à franchir ces seuils, alors le Gold spot et Silver spot pourraient corriger et se rapprocher des supports de fin 2011.

Si l’or venait à casser le support ascendant long terme des 1550 points, alors il serait peut être intéressant de racheter des pièces à proximité des 1350-1370 dollars l’once.

De même pour l’argent métal, un drapeau inversé est présent. Si le cours ne franchit pas les 35-36, alors le cours pourrait se rapprocher des 25-26 puis peut être 19-20 pour concrétiser le drapeau.

Même si les points bas étaient atteints cela ne changerait pas beaucoup de choses sur le métal (pièces).
Il faut se dire que l’EURUSD se rapprochera aussi de la parité et moins, ce qui compensera une correction éventuelle du Gold spot ou Silver spot.

En attendant, surveillez bien les résistances 1790-1800 dollars l’once et 35-36 dollars l’once.

Bravo à Menthalo pour avoir anticipé l’eurusd à 1.32 fin janvier 2012.

 
59 Comments

Publié par le 3 février 2012 dans Non classé

 

Défaut ou pas défaut : les dessous de l’affaire grecque

Par Menthalo -

Les Cinq Cavaliers de l’Apocalypse bancaire

Cinq banques américaines détiendraient 97% du marché des Crédit Default Swaps, les fameux CDS. Ces CDS sont tout simplement des contrats d’assurance. De tels contrats ont été créés pour couvrir toutes sortes de transactions, l’assurance permettant à l’un des partis de se prémunir d’un défaut de paiement de son partenaire contractuel. En décembre 2010, d’après les statistiques de la B.R.I., les montants notionnels des contrats CDS s’élevaient à 29,9 Trillons de $. En juillet dernier, trois banques américaines, JPM, Bank of America et Citibank, couvraient des risques de défaut qui s’élevaient à 15.227 milliards de $, soit quasiment le P.I.B des Etats Unis.
Mais ces Banques Américaines, qui ont émis des contrats d’assurance ne sont pas très pressées de dédommager leurs clients, pour la bonne raison qu’elles n’en ont pas les moyens. Jim Sinclair, dans une interview (lundi 30 janvier) décrivait clairement la situation actuelle. Si la Grèce était déclarée en défaut, les 5 plus grosses banques américaines seraient immédiatement déclarées en faillite. Le cas échéant, la totalité du système bancaire, par le jeu du shadow banking, imploserait. Pour avoir une idée des risques, Barclays et RBS avait en 2009 des engagements s’élevant à 2.400 livres. La seule nationalisation du groupe Lloyds Banking aurait fait passer la dette publique anglaise de 45% à 300% du PIB.

Les règles de ces CDS n’ont pas été clairement établies. Le marché est très opaque, les dérivés sont traités “over the counter”, ils font partie du “hors bilan”. Il semble même impossible au CFTC de donner une définition légale du mot “Swap”.. “On” les en empêche depuis le mois d’août.  La définition même du mot “défaut” est floue. Ce sont deux organismes, l’I.S.D.A. (l’International Swap & Derivatives Association) et le GFMA (Global Financial Market Association) qui vont définir au cas par cas s’il y a ou non “défaut”.
Le plus gros courtier des Etats Unis, MF Global, a fait faillite parce qu’il avait joué le défaut de la Grèce. Mais l’I.S.D.A. a donné son verdict, la Grèce n’acceptant de rembourser que 50% de ses dettes, ne sera pas considérée par l’I.S.D.A comme étant en défaut, mais comme ayant trouvé un accord à l’amiable pour le réaménagement de la dette. MF Global s’est fait volé comme dans un bois. Corzine avait joué une fortune qu’il n’avait pas, et cette fortune n’était que le dépôt de garantie, probablement 15%. Quand on lui a demandé de régler les 85% restant, cela a déclenché la dizième plus grosse faillite de l’histoire des Etats Unis.

Vous ne devinerez jamais qui règne en maître sur ces institutions  …

GFMA  Le Président Timothy Ryan est un ancien vice-président de JPM

ISDA Le président, Conrad Voldstad,  a été le chef du département des dérivés chez JPM en 1984.

Le Directeur général opérationnel Georges Handjinicolaou, était vice-président de Bank of America
Aujourd’hui, Blythe Masters, éminence grise de JPM, qui est nommée vice-présidente de l’ISDA en remplacement de Michele Faissola.

L’ISDA va protéger JPM, Bank of America et Citibank, refusant de déclarer un défaut de la Grèce, même si une négociation est trouvée pour ramener la dette à 30%.  Les créanciers de la Grèce vont perdre 70% de leur créance + les primes d’assurance payées à JPM & Co. Quant à ceux qui ont joué sur les marchés des CDS en spéculant sur la volatilité de ce marché, ils risquent d’avoir perdu beaucoup plus que leurs mises, ayant souvent joué avec levier en ne versant que le dépôt de garantie.

Divergence d’intérêts

Souvenez-vous des déclarations d’Edward Parker directeur de Fitch Ratings, le 18 janvier dernier:
” Le pays le plus endetté de la zone Euro est probablement incapable d’honorer ses obligations de 14,5 Milliards d’Euros qui arrivent à échéance le 20 Mars“, a t’il déclaré lors d’une interview à Stockholm, aujourd’hui. Les efforts pour aménager un accord avec le secteur privé sur la manière de gérer les obligations de la Grèce constitueront néanmoins un défaut de paiement pour Fitch. “Les engagements dits du secteur privé compteront comme un défaut, c’est clairement un défaut dans nos livres.”  (source)
Le Président de Fitch est un des leaders du Groupe Bilderberg. Y a t’il une opposition directe entre JPM, Bank of America & Citybank  et les oligarques du Bilderberg ? Ces derniers veulent ils faire tomber les plus grosses banques américaines ?

Tribunal pénal international de la Finance  ouvre à La Haye

par Menthalo le 23 janvier
Un tribunal international, dédié au règlement des litiges  financiers à travers le monde, vient d’ouvrir ses portes à La Haye. Ce tribunal a commencé à prendre forme en Octobre 2010, lorsque des experts du monde financier et  juridique se sont réunis à La Haye. Ils avaient conclu que la crise financière de 2008 avait fait ressortir la nécessité de la création d’un organisme capable de prendre des décisions faisant autorité dans le complexe de litiges financiers. 

Le tribunal appelé Prime Finance, est constitué d’un groupe d’experts reconnu en matière de finance sur le marché international. Avec une équipe de près de 100 juges et autres experts juridiques internationaux et des marchés, le tribunal va régler les différends impliquant des produits financiers complexes. Le tribunal  fonctionnera sur la base de l’arbitrage ou de la médiation. Dans le cas de l’arbitrage, les institutions financières qui font usage du tribunal sera tenu de se conformer à ses décisions. Prime Finance siégera dans le Palais de la Paix, qui abrite également la Cour Pénale internationale des Nations Unies et la Cour permanente d’arbitrage. Ce dernier s’occupe des litiges entre États et a le pouvoir de régler les conflits entre pays et organisations, à la demande des parties concernées.

Il y a fort à parier que Prime Finance va devoir rapidement se pencher sur les CDS de JPM & Co, et sera amené à statuer sur le défaut de la Grèce. Reste à savoir si les autorités américaines vont reconnaitre ou non l’autorité de ce Tribunal. Pendant des années, les Américains déniaient au T.P.I. la moindre autorité sur les personnes physiques ou morales américaines. Obama aurait changé la donne, mais en demandant une amnistie pour tous les présidents américains.

Quoiqu’il en soit, l’ISDA a déclaré que peu importe les déclarations de défaut de telle ou telle agence de notation, les décisions en matière de CDS de l’ISDA ont force de loi. Pourquoi ? Parce que les cinq banques dominantes, qui ont inventé ces produits financiers et ont créé ces institutions, en ont décidé ainsi.

Pour Jim Sinclair, les autorités monétaires voudront éviter l’implosion de la Finance Mondiale, que la Grèce soit déclarée en défaut ou non. Leur solution est de dédommager les créanciers de la dette grecque en faisant tourner à font la presse à billets, ce qu’ils ont déjà commencé à faire, créant un précédent. Ils devront ensuite dédommager de la même façon les créanciers de la dette italienne, portugaise, espagnole, française.
Mais ces créanciers recevant de l’argent frais de la BCE, vont immédiatement le re-prêter en court terme à la Grèce, à l’Italie, au Portugal… en augmentant les taux d’intérêts, repoussant le problème de quelques mois et imposant à la BCE d’imprimer encore plus d’argent dans 12 ou 18 mois.
Jim Sinclair est formel, une partie de ces liquidités va s’investir sur l’Or et les Matières Premières, faisant monter les cours et provoquant une très forte inflation. Les plus fortes hausses seront sur les Matières Premières et non sur l’or, affirme t’il. Il considère que même les bourses devraient profiter de ces liquidités.

La Machine à créer des bulles est en marche et devrait gonfler pendant dix-huit mois à deux ans, après on verra.

 

Une situation LOSE-LOSE

Sauf si les Banques américaines sont acculées à reconnaître le défaut de la Grèce cette semaine et donc à se faire Harakiri.  Probabilité très faible.
Si ces cinq banques refusent de payer leurs clients qui se sont assurées sur le défaut de la Grèce, personne ne leur fera plus confiance. Le juteux marchés des CDS  qui représente 25 trillons de Dollars risque de se tarir, ce qui amènera à la faillite des Banques émettrices, mais avec un sursis de quelques mois.
D’ici là, la Guerre mondiale aura été déclenchée pour cacher la faillite de l’ensemble du système et ces banques seront probablement protégées par un décret sur l’état d’urgence, puisqu’elles ont placé leurs anciens présidents à tous les niveaux du gouvernement américain.

Sauf si une révolution mettait tous ces ploutocrates corrompus au trou, ce qui ne serait pas pour me déplaire.

 
36 Comments

Publié par le 3 février 2012 dans Non classé

 

Les familles françaises les plus riches exilées en Suisse

 
18 Comments

Publié par le 3 février 2012 dans Non classé

Partager cet article

commentaires

Hélène 11/07/2015 16:53

La manière la plus simple d'investir est d'acheter des actions actives dans le secteur comme les groupes miniers, les producteurs pétroliers, les sociétés de raffinage ou les groupes actifs dans les plantations, comme le Belge Sipef

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche