Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 11:21

Dossier spécial UE :

 

Dossier Europe de Merckel-Sarkozy,

UE du Nouvel Ordre Mondial anglo-saxon

Règle d'Or, MES, Démondialisation, 

Grand Traité Transatlantique, 

paupérisation et précarisation des peuples.

La voie différente de l'Argentine et de l'Islande.

Asselineau, Dupont-Aignan, Mélenchon

Textes et vidéos - sur mon blog R-sistons

 

Cliquer sur le lien :

Dossier UE de Merckel, des Américains, du Nouvel Ordre Mondial

 

 

http://2.bp.blogspot.com/-XzZZtBTjgw8/Ttya4j-URjI/AAAAAAABAY8/0F8YlS4EAMg/s1600/0212-SCHRANK-A_0.jpg

http://2.bp.blogspot.com/-XzZZtBTjgw8/Ttya4j-URjI/AAAAAAABAY8/0F8YlS4EAMg/s1600/0212-SCHRANK-A_0.jpg

 

La modeste Madame Merkel vient d'annoncer sans rougir que l'Allemagne avait pris le contrôle de l'Europe. "L'euro a rendu l'Europe plus forte" a-t-elle déclarée à Pékin. Traduction: remplacer l'Europe par l'Allemagne.


Ghslain Allon pour News 26


La modeste Madame Merkel vient d'annoncer sans rougir que l'Allemagne avait pris le contrôle de l'Europe. "L'euro a rendu l'Europe plus forte" a-t-elle déclarée à Pékin. Traduction: remplacer l'Europe par l'Allemagne. Monsieur Sarkozi n'est visiblement plus dans la course, lui que la chancelière vient d'adouber en promettant de le soutenir lors de la présidentielle! Le baiser de l'araignée diront certains.

Dans sa lancée la patronne de l'Europe a même,, toujours a Pékin annoncer qu'elle voulait, via la Chine, peser sur l'Iran en réclamant la conduite d'un "programme nucléaire ouvert et transparent". .Où s'arrêtera celle qui a demandé un peu de temps, pressée de tout côtés par les faillits européens? Le dernier titre le plus éloquent lu dans la presse allemande: "Merkel: pas de panique sur l'Euro-tanic".


Merkel à Pékin


L'euro a rendu l'Europe plus forte, a déclaré jeudi la chancelière allemande Angela Merkel après son arrivée en Chine pour une visite destinée notamment à rassurer les dirigeants de la 2e économie mondiale sur la crise en Europe.

Mme Merkel a aussi fait état de grands progrès de l'Union européenne ces deux dernières années dans un discours sur les questions de politique monétaire à l'Académie chinoise des sciences sociales (CASS).

La compétition internationale est devenue plus dure ces dernières années et l'Europe doit s'adapter, a poursuivi la chancelière, ajoutant être persuadée que (l'Europe) est sur la bonne voie avec les réformes entreprises.

L'économie allemande a globalement profité de l'euro, a poursuivi Mme Merkel, dont la visite de trois jours en Chine avec une délégation de patrons allemands doit permettre de resserrer les liens entre la première économie européenne et la deuxième du monde, qui sont aussi les deux premiers exportateurs de la planète.

La Chine a suivi avec inquiétude la crise de la dette en Europe tout en assurant à de nombreuses reprises avoir confiance dans la capacité des pays européens à résoudre la crise de leurs dettes souveraines et être prête à soutenir les efforts internationaux en faveur de la zone euro.

La Chine a été indirectement sollicitée par les dirigeants européens pour aider les pays de la zone euro en contribuant à un fonds de secours, mais Pékin ne s'est jusqu'à présent pas engagé explicitement sur cette voie.

 

Merkel et la bombe iranienne


La chancelière allemande a également souhaité jeudi que la Chine demande à l'Iran de mener un programme nucléaire ouvert et transparent, lors d'un discours prononcé peu après son arrivée à Pékin.

Le programme nucléaire controversé iranien est une pierre d'achoppement entre la Chine et l'Occident, Pékin ne souhaitant pas de sanctions contre Téhéran, son allié.

Les Etats-Unis et l'Union européenne (UE) veulent accroître leurs sanctions contre l'Iran, en s'attaquant à l'industrie pétrolière du pays -- par le biais d'un embargo graduel sans précédent -- et à sa banque centrale.

Le chef des inspecteurs de l'AIEA a affirmé mercredi qu'il restait encore beaucoup de travail à accomplir avec l'Iran au sujet de son programme nucléaire controversé, au retour d'une visite de trois jours.

La Chine est devenue le premier partenaire commercial de l'Iran qui est son troisième fournisseur de pétrole. Pékin, qui a signé récemment de nombreux accords dans les hydrocarbures dans ce pays, s'est souvent dit opposé à des sanctions contre Téhéran, de même que Moscou même si les deux ont réaffirmé dernièrement qu'ils ne supporteraient pas une fermeture de détroit d'Ormuz.


Qu'est-ce qui fait courir Angela Merkel?.


La chancelière allemande vise ainsi clairement un leadership à la fois économique et politique sur l'Europe. Ce qui marque une première dans le refaçonnage de ce monde de l'après11 septembre.

Ces annonces franches et ces positions affirmées sonnent comme l'avénement d'un printemps allemand sur l'Europe. Le pays que De Gaulle voulait, via Ademauer, manipuler lors de sa confrontation avec les deux ex-blocs est patiemment revenu à sa puissance d'avant-guerre. Le pays autrefois complexé par son lourd passé nazi s'est-il réabonné à ses postures insolentes? Nous devons en douter mais les faits sont têtus et les attitudes arrogantes souvent blessantes.

En se retirant du nucléaire l'Allemagne n'inflige-t-elle pas un camouflet supplémentaire à la politique gaullienne en négligeant le fameux parapluie nucléaire français qui fonda l'axe franco-allemand en son temps? Il ne faut pas tout mélanger certes mais il ne faut surtout rien oublier.


http://www.news26.tv/politique/1624-merkel-se-sacre-patronne-de-leurope-a-pekin.html

 

.

http://www.les-crises.fr/images/0820-dettes/0822-financement-grece/dessin-cartoon-grece-11.jpg

 

http://www.les-crises.fr/images/0820-dettes/0822-financement-grece/dessin-cartoon-grece-11.jpg

 

  .

Angela Merkel est-elle en train de vendre l’Europe à la Chine ?…

3 février 2012 Posté par voltigeur sous Argent et politique, Réflexion

Il faut avoir les yeux et les oreilles partout, voilà un article qui mérite réflexion . Merci à Karlinski

En voyage à Pékin, la chancelière allemande semble vouloir rouvrir le dossier du financement de l’Europe par la Chine. Aurait-elle oublié les contreparties exigées, et leur rejet par les Européens ?


Comme beaucoup de dirigeants politiques avant elle, Angela Merkel effectue un voyage à Pékin qui vise avant tout à promouvoir davantage les exportations allemandes vers la Chine. A cette occasion d’ailleurs, on a revérifié que l’Allemagne, tout comme ses vingt-six partenaires de l’Union Européenne, continue à subir un déficit commercial majeur avec la Chine. Mais Angela Merkel n’est pas venue à Pékin pour se plaindre du déficit commercial renouvelé de l’Allemagne et de l’Europe à l’égard de la Chine. Elle semble avoir préféré rouvrir le dossier du financement de l’Europe par la Chine. Elle a ainsi plaidé auprès de la Chine une participation significative au financement du FESF, soit directement soit à travers le FMI.  

Rafraîchissons les mémoires des amnésiques. A l’approche du Sommet du G20 de Cannes, la Chine, déjà sollicitée par les leaders européens, avait surpris ses interlocuteurs en évoquant un montant de prêt très inférieur à leurs attentes. Qui plus est, la Chine, en dépit même du faible montant envisagé, avait alors formulé une exigence préalable considérable : le démantèlement très rapide des systèmes sociaux que nous connaissons en Europe depuis 1945. De quoi déstabiliser socialement la plupart des pays européens…

Outre cette exigence préalable, la Chine ajoutait plusieurs contreparties. Au fil des ans, il s’avère que la pratique financière de l’Etat chinois est très particulière : l’intérêt perçu sur les prêts qu’il consent aux Etats étrangers ne suffit pas à le rémunérer; il exige une deuxième rémunération qui consiste en des contreparties qui le plus souvent sont politiques.

Parmi celles exigées alors de la Chine pour prêter à l’Europe, nous avions relevé les deux plus inadmissibles. Une première contrepartie consistait à ce que l’Europe s’engage à lever toute barrière aux achats par la Chine et par l’Etat chinois des actifs réels européens. En clair, il s’agissait de laisser la Chine s’emparer en Europe des entreprises, des infrastructures, des terres cultivables… Quand on sait que les réserves de change globales de la Chine s’élèvent à 4800 milliards de dollars, on mesure à quelle vitesse la Chine se proposait de vassaliser l’Europe en s’accaparant ses actifs les plus essentiels. Une autre contrepartie consistait à ce que l’Europe s’engage à lui exporter les matériels militaires sensibles que la Chine ne sait pas encore produire. Or très souvent, les Européens ne peuvent produire ces matériels qu’en s’approvisionnant en composants américains non ré-exportables. La Chine aurait ainsi à la fois accentué sa course aux armements et semé la division entre Européens et Américains.

Devant tant d’exigences inadmissibles, l’Europe s’est alors nettement rebiffée. Elle a éconduit la Chine et, profitant de la transition de Jean-Claude Trichet à Mario Draghi, elle a mis ensuite le cap sur une monétisation, la plus limitée possible, des déficits publics tant que le redressement des finances publiques ne serait pas atteint. Cette démarche d’Angela Merkel est troublante. Elle pourrait en effet indiquer que l’Allemagne envisage que l’Europe négocie avec la Chine sur la base de sa proposition d’octobre 2011 alors même que cette proposition avait suscité alors un rejet unanime et légitime des pays européens concernés. Affaire majeure à suivre.

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/02/03/angela-merkel-est-elle-en-train-de-vendre-l%e2%80%99europe-a-la-chine/#more-20727

Source Atlantico.fr

.

http://www.daily-bourse.fr/images/analyses/2011/09/23/Cartoon%20Prosperity.gif

http://www.daily-bourse.fr/images/analyses/2011/09/23/Cartoon%20Prosperity.gif

 

.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche