Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 00:10

http://delademocratieenfrance.over-blog.com/60-categorie-10544641.html

 

 

Les 30 deniers de Monsanto & Co et une classe politique affligeante

Dans le champ de l’agriculture, l’usage libre et gratuit des graines ne sera bientôt plus qu’un doux souvenir rappelant des méthodes paysannes d’un autre temps. Surnommées “semences de ferme”, ces graines étaient jusqu’alors sélectionnées par les agriculteurs au sein de leurs propres récoltes et replantées l’année suivante.Depuis plusieurs décennies, ces pratiques n’allaient déjà plus de soi lorsque ces semences étaient protégées par un Certificat d’obtention végétale (COV) à savoir le droit de propriété des “obtenteurs” de l’espèce. Ressemer ces graines était théoriquement interdit. Mais cet usage demeurait, dans les faits, largement toléré en France. Il est désormais strictement réglementé par une proposition de loi UMP adoptée lundi 28 novembre par le Parlement. (Source: Le Monde)


Qui sont ces propriétaires de semences à qui la « contribution volontaire » sera reversée ? Depuis 1949, toute variété de semence mise sur le marché doit obligatoirement être inscrite sur le catalogue géré par l’Office communautaire des variétés végétales (OCVV), dont le siège est à Angers. Cet office accorde un droit de propriété intellectuelle, d’une durée de 25 à 30 ans, à « l’obtenteur », celui qui a sélectionné cette variété. Les principaux détenteurs de ces « certificats d’obtention végétale »  ne sont autres que les grandes multinationales semencières : Bayer, Limagrain, Monsanto, Pioneer, Vilmorin ou Syngenta. Tous réunis au sein de l’Union française des semenciers, qui aurait fortement appuyé le projet de loi. (Source)

Ainsi, quand les politiciens de l’UMP parlent de travailler pour le bien des Français, pour la nation, pour la France, etc., nous savons maintenant, de manière officielle, que Monsanto et leurs intérêts personnels passent avant. Que personne ne se leurre, la plupart de ces gens-là nous préparent les FAMINES de demain, en France. Nous savons que l’on parle de temps en temps de survie dans les commentaires. Il est primordial de surveiller la météo et le développement de la crise sociale, sans oublier la géopolitique. Mais avant la prochaine guerre mondiale, tout commencera, chez nous, par la triste guerre civile. Cela fait 25 ans qu’un initié nous l’a confié, et ce scénario dramatique devient de plus en plus lumineux.

Vers une société ROUGE

Ce que recherchent les industries et multinationales semencières, c’est tout bonnement de créer un système d’esclavage des paysans (ce qui est déjà la cas), d’en faire leurs prisonniers, et ainsi d’avoir la capacité d’affamer n’importe quel peuple.


D’aucuns ont bien raison de parler de “dîme sur les semences”, imposée par des laïcards qui serinent leur amour des droits de l’homme.

 

Ressemer librement sa propre récolte ou échanger des variétés de plantes devient illégal! Ce que les politiciens français de Monsanto & Co mettent en branle, c’est s’en prendre à l’autonomie alimentaire des paysans et des citoyens. Nous sommes dans le prolongement de ce plan visant à l’abandon de la souveraineté nationale, au moyen de la dette souveraine.

 

La nomenklatura mondialiste espère ainsi créer une nouvelle féodalité purement technocratique avec les employés de Firmes comme Goldman Sachs, froids comme la mort, capables d’éliminer les bouches qu’ils jugent “inutiles”, sans aucune retenue morale, car là où il n’y a plus de principes religieux, c’est le paganisme et la barbarie qui s’imposent. Ces personnages auraient-ils la nostalgie de ce criminel de l’humanité qu’était Staline? Ce criminel bien pire qu’Hitler et à qui les financiers de Wall Street ont donné la moitié du monde, à Yalta, en 1945, pour arriver à cette chose inouïe où l’Occident va désormais devenir ROUGE? Et cela va aller très vite, comme vous pourrez le constater dans les prochains mois.

Un effondrement sociétal se profile à l’horizon

LIESI / Numéro 222En 1972, quand les Etats-Unis sont devenus l’un des principaux importateurs de pétrole, la situation est devenue alarmante. Kissinger, l’un des stratèges les plus influents de Nixon, nourri par les Rockefeller, a alors préparé le National Security Study Memo (NSSM#200), qui développait un plan de réduction de la population [mondiale]. Dans ce mémo, douze pays étaient particulièrement ciblés : Bangladesh, Brésil, Colombie, Egypte, Ethiopie, Inde, Indonésie, Nigeria, Pakistan,Turquie, Thaïlande et Philippines.


Pour réduire la population mondiale, l’arme choisie fut la nourriture. C’est pourquoi Kissinger déclara : ‘‘Contrôlez le pétrole et vous contrôlerez les nations, contrôlez la nourriture et vous contrôlerez les populations’’. (F. William Engdahl)


Et que font la plupart de nos politiciens ? Nous disons “la plupart” car il ne faut certes pas tomber dans l’excès. Nous n’oublions pas les informations précieuses transmises à LIESI par des sénateurs ou hommes d’influence. Ces gens-là ne partagent absolument pas ce que font les appareils politiques.


Après ces mesures suicidaires en faveur de Monsanto & Co, on voudra nous faire croire que les politiciens à l’origine de cette loi ne travaillent pas pour les génocidaires, admiratifs de celui qui est représenté par le BAPHOMET dans les réunions entre hauts initiés. Leur force est la naïveté et l’ignorance de la très grande majorité de nos contemporains, insouciants, refusant de se poser des questions dérangeantes, préférant ce système matérialiste athée dans lequel ils baignent.

 

Mais bien des choses vont désormais changer. Les Associés du diable (voir le dernier numéro 243 de LIESI) ont leur calendrier et nous avançons vers l’heure du “Grand soir”, même s’il est absolument impossible de fixer une date précise. Seules les prophéties sérieuses peuvent éclairer sur ce point; ce sont des balises qui mettent en lumière l’objectif des sectateurs du Diable. De ce point de vue, et comme LIESI l’a dit depuis plus de dix ans, la guerre contre l’IRAN sera le signe déclencheur. L’actualité n’a malheureusement pas démenti cette analyse. Autre point important, le battage médiatique qui commence sur le sujet des “virus”. Là aussi, le moment semble venu de faire comprendre qu’un beau jour un méchant virus pourrait décimer une bonne partie de la population. Cela fait partie du programme de conditionnement psychologique des masses. En temps opportun, et si internet existe toujours, nous en reparlerons.

 
102 Comments

Publié par le 3 décembre 2011 dans Non classé

 

.

 

 

http://a4.idata.over-blog.com/308x423/0/27/07/30/non-aux-ogm/monsant2.jpg

http://a4.idata.over-blog.com/308x423/0/27/07/30/non-aux-ogm/monsant2.jpg

 

 

Un Tchernobyl Génétique.

 

La contamination génétique du maїs dans la province de Chihuahua au Mexique est une nouvelle gravissime et met une fois de plus en exergue les méthodes les plus basses auxquelles sont disposées Monsanto et les multinationales de la biotech pour s’emparer de l’agriculture, de l’alimentation et de la souveraineté du Mexique.


En Septembre déjà, la Sargapa, le ministère mexicain de l’Agriculture, avait reconnu l’existence d’une plantation illégale de 70 hectares de maїs transgénique à Chihuahua, tout en annonçant qu’elle prendrait des mesures pour sanctionner cet acte. Une mesure tardive et hypocrite puisque cela fait déjà plus d’un an que le Frente Democrático Campesino de Chihuahua (FDCCh) et El Barzón, avec l’appui de Greenpeace, avaient détecté et dénoncé les cultures illégales dans l’Etat du Chihuahua mais le gouvernement n’avait rien fait (voir cet article). En fait, il a fait beaucoup. Les autorités du Sargapa ont initié une campagne interne en faveur des OGM afin d’obtenir des autorisations pour Monsanto et la mise en culture de son maїs transgénique, ce qui reviendrait à légaliser a posteriori la contamination. Greenpeace a même dénoncé le ministère de l’Agriculture pour avoir réalisé illégalement des essais d’OGM en plein champ, alors même que la loi Mexicaine l’interdit.


Cette fois la fraude est encore plus grave. Selon des témoignages de producteurs locaux recueillis par la FDCCH, les vendeurs de semences de la région auraient re-emballé plus de 3000 sacs de graines de maїs pour y mélanger illégalement des graines transgéniques. Les organisations de protection de l’environnement estiment que la contamination génétique pourrait toucher jusqu’à 25000 hectares de culture.


Il s’agit d’un véritable Chernobyl génétique puisque le Mexique est le centre historique et originel du maїs, sa contamination pourrait avoir des effets potentiellement destructeurs non seulement pour le pays et sa biodiversité mais il s’agit aussi, comme le pointe Victor Quintana de la FDCCH, « d’un coup féroce contre l’agriculture paysanne et indigène ». Le maїs est cultivé par les populations mexicaines et indigènes depuis plus de 10 000 ans, il est le coeur de leur économie, de leur autonomie et de leur culture.


Mais quel est l’intérêt de mélanger des graines transgéniques avec les semences traditionnelles alors que les graines transgéniques sont plus chères ? Cette fraude serait vraiment le pire coup économique en terme de rentabilité. Malheureusement, le but de cette fraude n’est pas de s’enrichir dans l’immédiat, non, cette fois il s’agit de la volonté délibérée de provoquer une contamination généralisée des semences de maїs pour en forcer la légalisation de fait et ouvrir un nouveau marché pour les semences transgéniques, qui sera cette fois très lucratif pour Monsanto.


La contrebande et la contamination intentionnelle font parties du répertoire de Monsanto qui, non content de contrôler 87% du marché des semences transgéniques, cherche à s’imposer par tous les moyens dans les pays récalcitrant aux OGM. C’est ainsi que le soja transgénique a déjà été introduit illégalement au Paraguay et au Brésil, pour créer une situation de fait ne laissant plus aucun choix aux gouvernements sauf celui légaliser les cultures (voir cet article). Une fois cette formalité entérinée, Monsanto se retourne alors contre l’Etat et les producteurs pour réclamer les royalties qui lui sont dues au nom des brevets qu’elle possède. Une situation qui ne manquera pas de se reproduire au Mexique.

Pour Monsanto, il est fondamental de contrôler le marché mexicain du maїs puisque il s’agit du quatrième producteur mondial. Bien que l’entreprise dispose aussi de semences non transgéniques, avec de meilleurs rendements d’ailleurs, elle veut vendre son maїs GM à tout prix car ses semences sont sous brevet ce qui justifie un prix plus élevé et permet d’empêcher la conservation des semences pour la saison suivante. Monsanto n’oubliera pas de vendre au passage quelques milliers de litre de Roundup aux agriculteurs mexicains.


L’assaut des entreprises de biotechnologie contre le marché des semences est un véritable acte de vandalisme. Alors qu’il y a moins de quarante ans, les semences circulaient librement et étaient encore dans les mains des paysans ou d’institutions publiques, aujourd’hui 82% du marché des semences commerciales est sous le régime de la propriété intellectuelle (Brevet ou Certificat d’Obtention Végétale). De ces 82%, Monsanto, Syngenta y DuPont contrôlent quasi la moitié (47%) du marché mondial.


La collaboration – par action ou inaction- dont font preuves les autorités mexicaines à l’égard de ces multinationales, pour les aider à mettre la main sur le maїs et la vie des habitants du pays, est un véritable crime historique. En un mandat, ce petit groupe de fonctionnaires se prétend en droit d’offrir à six entreprises multinationales non seulement l’héritage de 10 000 ans de culture et de traditions des peuples d’Amérique centrale mais aussi la souveraineté alimentaire du Mexique. Cependant la majorité du patrimoine des espèces de maїs (rouge, noir,…) reste dans les mains des peuples indigènes qui les ont créées. Comme l’ont déjà annoncé les organisations du Chihuahua et beaucoup d’autres « s’ils continuent de nous pousser à bout, il ne nous restera d’autre solution que de nous lancer à l’assaut des champs infestés par les transgéniques. »


Source : Journal La Jornada (Mexique), 11 octobre de 2008 par Silvia Ribeiro Grupo ETC

 

OGM au Mexique : "le Tchernobyl Génétique"

 

Lire aussi :

 

Le Mali impose les OGM à ses paysans

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche