Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 08:30
Hôtel de la marine
 
Hôtel de la marine. Photo © Marine Nationale / CPGP
             A relayer !
17 janvier 2011

Soldes : l'Hôtel de la Marine pour un euro

    

En quête d'économies, des hauts fonctionnaires français ont jugé qu'il n'y avait rien de plus urgent que de louer le prestigieux Hôtel de la Marine à un investisseur privé. Cette démarche inédite fait craindre que l'État ne se détourne de la protection du patrimoine et brade ses monuments.
Historiens et amoureux de l'identité nationale se mobilisent pour que les représentants des pouvoirs publics retrouvent la voie de la raison. Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand lui-même exprime son trouble...
 
Le gouvernement français ayant décidé de réunir les états-majors militaires sur un même site, au sud de Paris, celui de la Marine doit quitter après 2014 le prestigieux Hôtel qu'il occupe depuis plus de deux siècles sur la place de la Concorde.
Dans la panique qui a suivi la crise des «subprimes» de 2008, certains gestionnaires des finances publiques ont vu l'occasion de réaliser une petite économie de quelques millions d'euros par an en concédant à un investisseur privé l'exploitation de ce monument.
Pour légaliser cette entorse aux règles qui régissent la protection des monuments historiques nationaux, le Parlement a voté le 20 juillet 2010 une loi qui autorise la location de tels monuments par bail amphytéotique (longue durée).
Un investisseur, Alexandre Allard, s'est mis sur les rangs pour reprendre l'hôtel de la Marine avec un bail de 60 à 80 ans, en contrepartie d'un euro symbolique. Il se propose de le transformer en palace international. Pour l'avancement de son dossier, il s'est offert les services de Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture et de la Communication en 2004-2007, sous la présidence de Jacques Chirac.

 

 

Montée de l'indignation

Conduite à marche forcée dans le secret des ministères, la cession à bail de l'hôtel de la Marine aurait pu passer inaperçue sans la mobilisation des Amis de l'Hôtel de la Marine. L'association a lancé une pétition qui a déjà recueilli plusieurs milliers de signatures.
Le magazine culture La Tribune de l'Art s'est également mobilisé et, en guise de provocation, son directeur Didier Rykner s'est porté candidat au rachat du monument pour l'euro symbolique.
Des historiens et pas des moindres (Régis Debray, Alain Decaux, Jean-Noël Jeanneney, Jacques Le Goff, Pierre Nora, Mona Ozouf et Michel Winock) se sont à leur tour mobilisés et ont publié un vigoureux appel : Sauvons l'hôtel de la Marine à Paris ! (Le Monde, 10 janvier 2011) avec cette formule : «La France ne perd pas sa mémoire, elle la vend». Le ministre de la Culture n'y est pas resté insensible et a fait part de son trouble lors de sa conférence de presse du 13 janvier par laquelle il a annoncé l'installation du comité d'orientation de la Maison de l'Histoire de France, sous la présidence de l'historien Jean-Pierre Rioux.

Un précédent dangereux

Il est vrai que cette affaire fait désordre. On ne peut d'un côté discourir sur l'identité nationale et promettre à grands frais l'ouverture d'une Maison de l'Histoire de France, de l'autre, entamer la braderie du patrimoine légué par les siècles sous prétexte d'économies budgétaires.
Olivier de Rohan-Chabot, président des Amis de l'Hôtel de la Marine, a résumé pour nous les enjeux de l'Hôtel de la Marine :

- Un symbole de la Nation et de l'État :

L'Hôtel de la Marine figure très officiellement parmi les neuf lieux insignes de la représentation de la Nation et de l'État avec le Panthéon, les Invalides, le Palais du Luxembourg, l'Arc de Triomphe, le château de Versailles, l'Hôtel Matignon et le Palais de l'Élysée.
Se pourrait-il que flotte au-dessus de sa colonnade non plus le pavillon tricolore mais le logo d'une quelconque chaîne hôtelière ?

- Un ensemble patrimonial rarissime :

L'hôtel est méconnu parce qu'il a été jusqu'ici très peu ouvert au grand public du fait de la présence de l'état-major de la marine mais sa richesse patrimoniale n'en est pas moins immense. «Elle tient à l'architecture classique de Gabriel mais aussi à son mobilier, tout entier d'origine. L'hôtel constitue à ce titre un ensemble représentatif du XVIIIe siècle français d'une authenticité rarissime», observe Olivier de Rohan-Chabot. On imagine mal que ce mobilier soit mis à la disposition des clients d'un palace et s'en sorte sans dommages.

- Un précédent dangereux :

 

 Olivier de Rohan-Chabot souligne que la location de l'Hôtel de la Marine a été décidée sans débattre d'aucune solution alternative.

Celles-ci ne manquent pas : exposition des pièces précieuses en dépôt dans les caves du Cabinet des Médailles ou des Gobelins, création d'un musée du XVIIIe siècle, ouverture d'un lieu de réunion prestigieux pour les conférences d'État et les grandes congrès internationaux...
«Mais le plus inquiétant est que les arguments comptables employés pour justifier la location de l'Hôtel de la Marine pourront l'être aussi pour tout autre site patrimonial, y compris, pourquoi pas ? Chambord, Fontainebleau ou Versailles», souligne Olivier de Rohan-Chabot.
Avec un raisonnement strictement comptable, on peut en effet considérer que ces monuments coûtent cher à l'État en entretien, ce qui est indéniable, et mettre en avant l'idée de les louer comme l'Hôtel de la Marine.
Mais cette vision à courte vue fait fi de tout ce que rapportent ces monuments en recettes touristiques et, de façon plus informelle, en cohésion nationale. Or, n'est-ce pas cette cohésion qui fait de la France un grand pays au lieu d'une simple addition d'égoïsmes.

André Larané

[Signer la pétition des Amis de l'Hôtel de la Marine]

[La Tribune de l'Art se mobilise]         [Vos commentaires]

De la Révolution à la Concorde

Tous les Français et tous les touristes connaissent bien évidemment la place de la Concorde, l'un des lieux parisiens les plus prestigieux et les plus chargés d'Histoire.
Elle a été dessinée dans le style classique par l'architecte Ange-Jacques Gabriel sous le règne de Louis XV, afin de mettre en valeur une statue équestre du monarque. Celle-ci a été implantée à l'extrémité du jardin des Tuileries et au début des Champs-Élysées, dans un lieu qui était encore voué aux champs et à la nature.
D'abord baptisée Louis-XV comme il se doit, cette place est largement ouverte sur les jardins et la Seine, et n'est bâtie que sur son côté nord avec deux bâtiments monumentaux et aux façades identiques, ornées d'une double colonnade majestueuse. Entre ces deux façades jumelles s'ouvre la rue Royale.
Le bâtiment de droite est affecté au Garde-Meuble royal. Au début de la Révolution, le roi Louis XVI ayant quitté Versailles pour s'établir au Tuileries, son Secrétaire d'État à la Marine s'installe dans le Garde-Meuble. Celui-ci va désormais être occupé sans discontinuer jusqu'au XXIe siècle par le ministère et l'état-major de la Marine. Dans les salles magnifiquement décorées qui donnent sur la place se déroulent des réceptions fastueuses, fierté de la monarchie comme de la République.
Le bâtiment de gauche est quant à lui cédé en 1788 à François de Crillon qui lui donne son nom. L'hôtel de Crillon est aujourd'hui l'un des grands hôtels de prestige de la capitale. Il est parfois réquisitionné pour l'accueil des chefs d'État.
La place, l'une des plus vastes du monde (7 hectares) est rebaptisée place de la Révolution après la chute de la monarchie, en 1792. La guillotine y fonctionne sans discontinuer, y compris pour le roi et la reine. Quand la Révolution s'assagit, sous le Directoire, elle est rebaptisée sous son nom actuel, très consensuel : place de la Concorde.
Aujourd'hui, elle s'inscrit au milieu de la grandiose perspective qui va du Louvre au quartier d'affaires de la Défense. En son centre, l'obélique venu d'Égypte, dressé vers le ciel, désigne le coeur du pouvoir politique. C'est qu'à deux pas de la place se situe le palais de l'Élysée, résidence du président de la République, et de l'autre côté de la Seine, l'hôtel Bourbon, siège de l'Assemblée nationale.


© Herodote.net

 

 

 

 

Braderie du patrimoine immobilier : l’hôtel de la Marine bientôt vendu

hotel Marine ParisL’Hôtel de la Marine, place de la Concorde à Paris, est à louer pour une longue durée : c’est par une très discrète annonce sur le site internet de Bercy que ce prestigieux hôtel particulier du XVIIIème siècle, propriété de l’Etat, a fait son entrée sur le marché de l’immobilier.


« Magnifiquement situé sur la place de la Concorde, cet immeuble de prestige et d’exception, à usage de bureaux », développe une surface habitable d’environ 24.000 m2, indique le ministère du Budget sur la page consacrée aux cessions immobilières de l’Etat.

Une photo de ce magnifique bâtiment, classé monument historique dans sa totalité depuis 1862, est jointe à l’annonce.


Il est actuellement occupé par l’Etat-major de la Marine qui doit le quitter fin 2014 pour rejoindre le futur « Pentagone français » de Balard, dans le XVème arrondissement de Paris.


La date-limite pour recevoir les candidatures pour cet « appel à projets relatif à l’occupation, la mise en valeur et l’exploitation » de l’Hôtel de la Marine, est fixée au 17 janvier.


Un bail emphytéotique administratif (de longue durée) sera « conclu pour une durée de 60, 70 ou 80 ans », précise l’Etat français dans un appel à projets paru le 27 novembre au Journal officiel de l’Union européenne.


Construit selon les plans de Jacques-Ange Gabriel, architecte de Louis XV, le bâtiment est profondément associé à l’Histoire de France. A l’origine, il servait de « garde-meuble » à la Couronne. En 1789, le ministre de la Marine s’y était installé. Depuis, l’hôtel particulier est resté au service des hautes autorités de la Marine française.

 

Lire la suite

 

http://www.nationspresse.info/?p=119163

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche