Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 03:03
Cela fait trois ans que je cherche un moment
pour traiter ce sujet : " Diviser pour régner".
J'ai reporté ce moment à cause de la
multiplicité des documents amassés.
En attendant, voici un article qui aborde cette question
eva R-sistons
.
Un entretien avec Mahdi Darius Nazemroaya
La balkanisation de la Libye :
les plans des États-Unis et de l’OTAN

Cet entretien avec Mahdi Darius Nazemroaya réalisé le 26 avril 2011 traite de l’impasse de la guerre en Lybie, et de la stratégie du Pentagone et de l’OTAN pour diviser ce pays. Il aborde également le rôle de la Turquie et de l’Allemagne, ainsi que les plans de l’Union européenne d’envoyer une force de maintien de la paix. Il souligne l’importance économique de Misrata.


11 mai 2011

XU JINGJING : Il semble que la coalition occidentale ait ralenti ses actions durant les trois dernières semaines. À votre avis, quelles sont les raisons de cette impasse ?

NAZEMROAYA : L’impasse en Libye est calculée. Les États-Unis et l’OTAN veulent maintenir une impasse stratégique entre le Gouvernement libyen à Tripoli et le Conseil transitoire à Benghazi. Ils se servent de cette impasse pour manipuler à la fois Tripoli et Benghazi. Plus les parties seront fatiguées et affaiblies, plus elles seront disposées à se tourner vers les États-Unis et ses partenaires de l’OTAN pour mettre fin au conflit. Le Conseil transitoire sera également enclin à faire davantage d’offres aux États-Unis et à l’UE. Le régime libyen à Tripoli demandera aux États-Unis et a l’UE de mettre fin au conflit et fera aussi des concessions. Les États-Unis et l’UE veulent que les deux côtés, à Benghazi et à Tripoli, soient plus dépendants de Washington et de Bruxelles comme arbitres de la situation en Libye.


Le résultat final sera que la Libye va se transformer en ce que les États-Unis et l’Europe de l’Ouest voulaient qu’elle soit depuis la fin de la seconde guerre mondiale en 1945. Leur objectif est de faire de la Libye un pays divisé. Ils sont experts en cela. Ce sont des experts à dresser les gens les uns contre les autres et à détruire des nations.

 


Les divisions

( titre ajouté par eva )

 

Ils ont divisé les Arabes qui devraient n’être qu’une seule nation.

Ils ont contribué à diviser le peuple de l’Inde.

Ils ont divisé les Slaves du sud dans les Balkans.

Ils ont divisé les peuples de l’Asie du Sud-est.

Ils ont travaillé à diviser l’île de Taiwan de la Chine continentale.

Ils ont œuvré pour que l’Ukraine se batte contre la Russie.

Avec Israël et l’Arabie Saoudite, ils ont divisé politiquement les Palestiniens et les

Libanais.

Maintenant les États-Unis et l’UE ont l’intention de diviser davantage les Arabes,

et de créer aussi des divisions dans les pays d’Afrique

et d’Amérique du Sud.

Et ils continuent à diviser les musulmans en les identifiant comme chiites ou sunnites.

Ils continuent aussi à travailler d’arrache-pied pour diviser la Russie, l’Iran et la Chine.


Avant 1951, les États-Unis, la France, l’Italie et la Grande-Bretagne avaient tous des accords entre eux pour diviser la Libye en sphères d’influence et ils ont même tenté d’empêcher la Libye de devenir un pays uni et indépendant. Ces puissances impérialistes voulaient à l’origine que la Libye soit divisée en trois territoires distincts. Le peuple libyen s’y est farouchement opposé.


Washington, Londres et Paris ont même eu des entretiens avec l’URSS sur l’établissement de trois mandats des Nations Unies appelés tutelles en Libye. Un de ces mandats aurait concerné la Cyrénaïque sous contrôle britannique, un autre le Fezzan sous contrôle français et le dernier la Tripolitaine sous contrôle italien. Les États-Unis supervisant l’ensemble. Mais les Soviétiques avaient des idées différentes sur la question et désiraient le mandat en Tripolitaine ou le partager avec l’Italie. Finalement, aucun accord ne put être conclu et la Libye devint indépendante après un débat à l’ONU.

Quand les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Italie tombèrent d’accord pour donner l’indépendance à la Libye, il fut décidé que cela se ferait sous la forme d’un État fédéral sous la férule du roi Idris. Idris fut placé comme chef de l’État libyen par les Britanniques et les puissances coloniales et, dans le cadre de ce système fédéral, les autres petits émirs dirigeraient la Cyrénaïque et le Fezzan et seraient les représentants non-élus de ces deux territoires.

En Tripolitaine, où se concentrait la vaste majorité de la population libyenne, les représentants libyens seraient choisis par le peuple, mais dans le cadre d’un système fédéral qui donnerait une importance équivalente à la Tripolitaine, à la Cyrénaïque et au Fezzan. Les représentants choisis par le peuple libyen seraient ainsi placés en minorité face aux émirs et aux cheikhs.

Dans le système fédéral souhaité par Washington, les émirs non élus représentant les populations plus réduites de la Cyrénaïque et du Fezzan seraient majoritaires dans l’Assemblée nationale libyenne. Ce que les États-Unis et leurs alliés essayaient de faire était d’éliminer toute forme d’auto-détermination de la part des Libyens. Les États-Unis et leurs alliés tentaient de transformer la Libye en un émirat comme le Bahreïn, le Qatar, le Koweït ou les Émirats Arabes Unis.

Aujourd’hui les États-Unis et l’UE sont en route pour imposer un nouveau système fédéral en Libye ou pour diviser le pays entre au moins deux administrations, à Tripoli et à Benghazi. Ces pays poussent à une guerre tribale en Libye, ce qui transformerait le pays en une seconde Yougoslavie. Les guerres tribales en Libye se répandraient au-delà des frontières de la Libye dans le reste de l’Afrique, de l’Afrique de l’Ouest à l’Afrique centrale et à l’Afrique de l’Est.

XU JINGJING : Les négociations politiques sont-elles dans une impasse ou au-delà ? Comment voyez-vous ces pays attribuer les obligations de la guerre et les intérêts de l’après-guerre ?

NAZEMROAYA : Les Britanniques ont élaboré un schéma selon lequel les membres arabes de la coalition contre la Libye enverront leurs troupes en Libye ou financeront une armée massive de mercenaires étrangers.

Une invasion terrestre partiellement privatisée de la Libye aura lieu. À cet égard, les Britanniques veulent que les pays arabes comme le Qatar et les Émirats Arabes Unis financent des mercenaires britanniques et américains en Libye. Comme les Britanniques l’ont déjà fait à Oman il y a plusieurs années, Londres va même autoriser des membres de l’armée britannique à quitter temporairement l’armée pour aller travailler ou combattre en Libye comme mercenaires. Voilà pourquoi les États-Unis étaient contre l’inclusion d’un article dans la résolution de l’ONU 1973, qui aurait permis de poursuivre en justice des mercenaires étrangers qui ne sont pas parties à la cour internationale de justice.

Alors que les États-Unis ont été chargés de diriger l’attaque contre la Libye, ce seront les Européens de l’Ouest qui se chargeront de l’occupation.

L’UE veut maintenant occuper la Libye. Ils le feront sous la couverture d’un mandat d’une force de maintien de la paix. Ceci ne fera que diviser la Libye plus avant. Et ce sera sous les yeux d’une force de maintien de la paix de l’UE que les deux gouvernements de Tripoli et de Benghazi s’éloigneront irrémédiablement l’un de l’autre. Très probablement, la Libye sera gouvernée par deux gouvernements séparés ou dans le cadre d’un système fédéral.

Les États-Unis et l’UE ont contribué à créer à Benghazi une nouvelle banque centrale, ainsi qu’une nouvelle compagnie pétrolière nationale. Les États-Unis veulent sans doute se positionner militairement en Libye et peut-être même essayer d’y établir plus tard le QG de l’AFRICOM. Wall Street et les grosses banques européennes géreront également les finances de la Libye. Le secteur de l’énergie sera partagé entre les États-Unis et l’UE, avec l’inclusion du Qatar en récompense à son émir pour les services rendus. Celui-ci est déjà responsable de l’accord entre la nouvelle compagnie pétrolière nationale à Benghazi et Al Jazeera a également contribué à créer les stations médiatiques du Conseil national transitoire.

XU JINGJING : Voyez-vous des dissensions au sein des pays de la coalition se battant contre Kadhafi ? Ont-ils des buts et des intérêts nationaux différents ?

NAZEMROAYA : Je ne vois aucune preuve de dissensions majeures entre les États-Unis et leurs alliés. S’il y en avait cela ne pourrait se produire qu’entre la partie anglo-américaine d’un côté et franco-allemande de l’autre. Ce sont les deux piliers de l’OTAN. Tout le monde au sein de l’OTAN suit un de ces fronts.

Il a été dit que l’Allemagne et la Turquie ont des vues opposées à celles des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France. Avec Rome quelque part entre les deux. Mais les actions des dirigeants de ces pays en disent plus long que leurs paroles. Le gouvernement allemand a soutenu la guerre dès le début. Parce que le peuple allemand ne l’aurait pas permis, Berlin n’a pas pu prendre directement part à l’attaque contre la Libye. Ce que le gouvernement allemand a fait en revanche, est d’envoyer plus de ressources militaires en Afghanistan de façon à ce que davantage de ressources de l’OTAN puissent être consacrées à la Libye.

La Turquie et l’Allemagne auraient pu empêcher l’utilisation de l’OTAN si elles avaient vraiment été contre cette guerre. Un des QG opérationnel de cette guerre est basé en Turquie. La Turquie est aussi l’autorité administrative à l’aéroport de Benghazi et elle fournit une aide dans les opérations navales contre la Libye.

Oui, il y a des intérêts divergents entre le bloc américano-britannique et le bloc franco-allemand, surtout en ce qui concerne le contrôle des réserves énergétiques en Libye et en Afrique du Nord. Contrairement aux États-Unis, les pays de l’UE sont dépendants de l’énergie libyenne, en particulier l’Italie. Il est dans leur intérêt stratégique de contrôler les ressources pétrolières et gazières en Afrique du Nord. Si Washington et Londres gagnent le contrôle majeur de ces réserves, ils contrôleront la sécurité énergétique de l’UE. Mais je crois que les États-Unis et l’UE travaillent en associés en Afrique du Nord et coordonnent en fait des opérations contre la Chine et ses alliés en Afrique.

XU JINGJING : Les combats dans la ville de Misrata attirent toute l’attention maintenant. Que pensez-vous de l’importance de cette ville ? Comment le résultat de cette bataille peut-il influer sur les mouvements de l’opposition libyenne ?

NAZEMROAYA : La ville de Misrata est le Shanghai de la Libye. Pour le Conseil transitoire ce serait une victoire économique majeure. Elle est une importante base industrielle et commerciale pour la Libye et l’Afrique. Certaines des plus grosses compagnies africaines sont basées à Misrata, y compris la Libyan Iron and Steel Company. Misrata est aussi un port très important. Beaucoup de compagnies nationales libyennes et d’industries ont leur siège à Misrata et dans les districts avoisinants.

Voilà pourquoi l’Allemagne et l’UE veulent envoyer des troupes à Misrata sous prétexte de maintien de la paix. L’UE veut envoyer des militaires là-bas pour des raisons purement stratégiques et économiques et pas du tout pour des raisons humanitaires. La force de l’UE est composée des mêmes pays qui font partie de l’OTAN. Ils utilisent simplement un autre nom. La différence entre la force de l’UE et l’OTAN est purement technique.

Ceci qui est aussi ridicule, c’est que les pays qui veulent envoyer leurs soldats comme soldats de la paix, sont des combattants de cette guerre. De fait, parce que l’OTAN est entrée en guerre de manière collective, toute nation faisant partie de l’OTAN est une nation combattante. Ceci inclut l’Allemagne. Ceci devrait disqualifier l’ensemble des nations européennes comme force de paix en Libye. Seules des parties neutres et non combattantes peuvent faire office de force d’interposition et de maintien de la paix.

Des nations comme la Russie, la Chine, l’Algérie, le Kazakhstan, l’Ukraine, l’Iran, la Biélorussie, le Brésil, la Malaisie et le Venezuela devraient envoyer des forces de maintien de la paix. Les Russes et leurs partenaires militaires dans l’espace post-soviétique pourraient tous jouer un rôle majeur en tant que gardiens de la paix. Même l’Organisation de Coopération de Shangai pourrait jouer un rôle. Il est dans l’intérêt stratégique de la Chine et ses alliés de s’assurer que la Libye ne soit pas colonisée ou victimisée comme l’est l’Afghanistan sous les forces d’occupation de l’OTAN. Pour l’alliance militaire occidentale, les évènements de Libye sont des préalables dans sa politique d’isolement et de confrontation vis-à-vis de l’Iran, de la Russie, et de la Chine et de l’Eurasie.

XU JINGJING : Pensez-vous que les États-Unis sont toujours l’acteur décisif ? Pourquoi ?

NAZEMROAYA : Oui, sans l’ombre d’un doute.

Pour répondre à cette question, définissons en premier lieu la coalition qui est impliquée dans cette guerre d’agression contre la Libye. Le Pentagone a transféré les opérations militaires à l’OTAN après quelques jours. Ainsi la guerre est officiellement pilotée par l’OTAN. Quelques autres pays comme le Qatar, la Jordanie, les Émirats Arabes Unis et la Suède, sont aussi partenaires sous commandement de l’OTAN.

Dès lors et avant que je n’analyse l’OTAN, voyons de plus près une autre alliance militaire datant de la guerre froide appelée le Pacte de Varsovie. Washington et l’Europe occidentale avaient l’habitude de critiquer l’ancienne Union soviétique en disant que le Pacte de Varsovie était en fait une organisation fictive, qu’en fait ce n’était que l’Armée Rouge soviétique. En d’autres termes que la Bulgarie, la Roumanie, l’Allemagne de l’Est, la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et l’Albanie n’avaient pas de force réelle au sein du Pacte de Varsovie et que ce Pacte n’était que l’Union soviétique agissant sous le masque du multilatéralisme en Europe de l’Est. Je ne discuterai pas ce point.

L’OTAN est bien plus compliquée que le Pacte de Varsovie et n’est pas gérée par un seul pays. Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne sont les piliers de cette force et ils sont le vrai pouvoir décisionnaire à Bruxelles. La Turquie, à cause de l’héritage de Kemal Atatürk a aussi une certaine indépendance au sein de l’OTAN. Toutes les autres nations ou bien suivent les anglo-américains ou bien suivent le bloc franco-allemand. Mais dans tout cela, l’OTAN est juste un Pacte de Varsovie plus sophistiqué Les États-Unis devraient se regarder dans le miroir. L’argument critique de Washington envers le Pacte de Varsovie s’applique à eux-mêmes et à l’OTAN.

L’OTAN d’aujourd’hui n’est pas très différente de ce que les États-Unis qualifiaient le Pacte de Varsovie d’être, à savoir l’Union soviétique sous un drapeau multilatéral. L’OTAN elle-même et les commandants du Pentagone disent que l’OTAN n’est presqu’exclusivement constituée que de l’armée états-unienne. En d’autres termes, l’OTAN est l’armée états-unienne, renforcée par la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, la Turquie, le Canada, l’Italie et quelques autres pays européens comme auxiliaires. Les États-Unis font la guerre, puis envoient ces pays pour occuper les pays défaits, pour privatiser leurs économies sous contrôle étranger. Au bout du compte, l’OTAN est en réalité l’armée états-unienne avec le soutien politique et financier de ces autres pays. Le sénateur MC Caïn et le Sénat états-unien ont demandé il y a quelques semaines que le reste de l’OTAN finance les États-Unis pour la guerre contre la Libye. La plupart des membres de l’OTAN sont en fait des pays satellites des États-Unis.

L’OTAN sans les États-Unis n’aurait jamais pu faire la guerre en Yougoslavie et en Afghanistan, sans même parler de lancer une guerre dévastatrice contre la Libye. Il suffit de regarder le rôle que les États-Unis ont joué dans les bombardements en Libye. Ils y ont fait l’essentiel des bombardements et du pilonnage. En fait, réellement, les États-Unis se cachent derrière l’image de multilatéralisme offerte par l’OTAN. Ils ne veulent pas apparaître comme étant en charge de tout ce qui se passe. Washington a peur de l’opinion publique. C’est pourquoi Obama, Clinton et Gates ont prétendu publiquement que le gouvernement états-unien était contre la création d’une zone d’exclusion aérienne au dessus de la Libye et ce jusqu’au tout dernier moment lorsque les véritables objectifs des États-Unis sont devenus transparents. Dans le même temps où l’Administration Obama disait être contre la zone d’exclusion, les États-Unis se préparaient pour attaquer la Libye. Paris et Londres ont juste joué les rôles principaux sur la scène publique.

Je désire ici faire une remarque finale et importante. Le président Obama, le premier ministre Cameron, le président Sarkozy se cachent tous derrière le paravent de l’OTAN ; parce que l’OTAN est une organisation internationale qui échappe à toute forme de responsabilité politique. Il n’existe aucune circonscription d’électeurs vis-à-vis desquels l’OTAN doive rendre des comptes. Les États-Unis et la Grande-Bretagne peuvent bombarder la Libye pendant des mois et clamer que tout cela est dans les mains de l’OTAN, que l’OTAN est en charge de la guerre. De fait. Obama, Cameron et Sarkozy essaient tous d’échapper à leurs responsabilités d’hommes politiques vis-à-vis du public en laissant l’OTAN faire la guerre et en se cachant derrière elle pour se protéger.


Entretien avec Mahdi Darius Nazemroaya spécialiste du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale, réalisé le 26 avril 2011 par Xu Jingjing pour le magazine chinois Life Week.


Mahdi Darius Nazemroaya est chercheur associé au Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), spécialisé en géopolitique et stratégie.

Traduction de l’anglais en français par Résistance 71 (30.04.2011), révisée par JPH (11.05.2011).

 

 

Article original en anglais (28.04.2011) :
http://www.globalresearch.ca/index.php ?context=va&aid=24527.

 

http://www.silviacattori.net/article1604.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche