Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 05:12


tsunamiRappel des faits. Le 11 mars 2011, un déplacement de plus d'un mètre de la plaque supportant le Japon, sur une largeur de 400 kilomètres, a provoqué à la fois le séisme le plus violent de l'histoire du Japon (au moins 9 de magnitude), et un très violent tsunami atteignant parfois 14 mètres de hauteur, et ravageant les terres du nord-est sur une profondeur de plusieurs dizaines de kilomètres.

Un autre séisme moins violent, le 9 mars, avait déjà fragilisé la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Le 11 mars les défenses automatiques ont très mal fonctionné, et envahies par l'eau de mer n'ont plus permis de refroidir les réacteurs 1 à 3. Dans ceux-ci, en raison de la rapide élévation de température les barres contenant les pastilles de carburant nucléaire se sont mises à fondre complètement, constituant un corium qui s'est accumulé au fond des cuves. On ne sait pas exactement quel est l'état de ce corium, ni combien de barrières il a réussi à traverser, ni ce qui advient du plutonium qu'il contient nécessairement.

Le plutonium est un sous-produit de la transmutation de l'uranium initial, quand il n'est pas comme dans le réacteur N°3 de Fukushima Daiichi un des constituants du carburant initial. Ce réacteur avait été chargé en MOX, mélange d'uranium pauvre pour 93% et de plutonium pour le reste. Ce mélange particulier est fabriqué en France, par le recyclage de barres usagées provenant du monde entier. Les autres réacteurs utilisent de l'uranium enrichi.

L'inconvénient du plutonium, outre sa toxicité énorme, est la faiblesse de sa masse critique. Cela signifie que, dans le corium encore chaud, si les diverses particules de plutonium réussissent à se constituer en une masse commune suffisante (six kilogrammes seulement, soit en raison de sa masse très élevée - pratiquement 20 Kg pour un litre - une petite motte), une réaction nucléaire se produira spontanément. On peut essayer d'en imaginer les conséquences.

Ce matin, la société TEPCO, opérateur de cette centrale, et le gouvernement japonais se sont félicités de maîtriser la situation : les trois réacteurs incriminés seraient enfin dans un état d'arrêt à froid. En revanche, sur les eaux de refroidissement et leur "nettoyage" des difficultés continuent à se faire jour, avec sans doute un risque de débordement de produits radioactifs dans la terre environnante.

Ce n'est pas tout. La piscine où sont entreposés les déchets du réacteur N°4 est-elle entièrement sécurisée ? Rappelons qu'en raison de l'hydrogène qui s'était accumulé au-dessus, provenant des autres réacteurs, son plafond avait volé en éclats, et les barres usagées avaient manqué d'eau puisque les pompes de refroidissement ne fonctionnaient plus, et que l'eau de la piscine s'était en partie évaporée à force de bouillir.

On notera que pendant tout ce travail des particules de césium, d'iode, et d'autres produits plus lourds ont été transportées par le vent un peu partout, en particulier jusqu'à Tokyo et au-delà. Les quantités n'étant pas très importantes, les effets ne se feront pas sentir tout de suite, mais dans plusieurs années. Déjà, les plantes, les animaux sont radioactifs : on l'a découvert pour le thé, jusqu'à 200 Km de la centrale. C'est aussi vrai pour les champignons, et pour plein d'autres légumes. Bien entendu, les animaux qui ont brouté l'herbe, ou le foin pas encore mis à l'abri, présentent eux aussi des signe de contamination. On ne parle pas des poissons et coquillages, puisque des quantités importantes d'eau très radioactive se sont déversées dans l'océan avant qu'on puisse maîtriser ce facteur.

Jusqu'à présent, n'a été abordé que le volet nucléaire du désastre (qui amène d'ailleurs les Japonais à manquer d'électricité pour cet été). C'est pourquoi le premier ministre a poussé à désormais diversifier la production, en se lançant dans les énergies renouvelables.



Pour ce qui est des dégâts matériels du Japon du nord-est, ils sont considérables. Le chiffre de 165 milliards d'euros a été avancé. Tout est à reprendre, infrastructures, routes, distribution électrique et d'eau potable, bâtiments publics et privés. La masse des gravats et détritus divers devra être évacuée d'une façon ou une autre. Sans compter qu'il faudra veiller à ce que les sols, déjà touchés par le sel apporté par la vague, ne soient pas aussi radioactifs. De plus, même les balises géodésiques sont à recaler une à une pour reconstituer les bornages des propriétés, puisque tout a été décalé de façon variable allant jusqu'à plusieurs mètres.

Comment la reconstruction pourra-t-elle se faire ? Très lentement sans doute, puisqu'il faut reprendre plus qu'à zéro, nettoyer, recadastrer, reconstituer des archives dont certaines sont forcément inutilisables en raison de l'envahissement par l'eau, définir les priorités, aider les habitants à reprendre espoir, à repartir sur de nouvelles bases. Il va falloir compter sans doute en dizaines d'années, mais rien ne sera plus comme avant. On compte plus de vingt-trois mille morts et disparus, cela va changer beaucoup de choses. Des familles entières sont manquantes.


Il y aura un Japon d'après le 11 mars, ce sera bien pire qu'un certain 11 septembre à New York. Grosse différence, il peut être considéré comme acquis que dans ce cas-là, une grossière propagande ne va pas transformer le pays en camp retranché, car c'est cela, et rien que cela, l'important du nine-eleven. Le Japon doit vivre, réussira-t-il à surmonter toutes ses difficultés ? Nos descendants le sauront sans doute. Ou pas, si notre monde s'écroule entre-temps sous les coups de boutoir de la grande finance et de ses fous furieux.

BO

sabre au clair

 

Auteur : babelouest

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=24375

 

 

babelouest Modérateur  Hier 11H33 

Que nous, Européens, ne considérions pas cette affaire comme négligeable. La quantité de nucléides radioactifs divers qui s'est répandue dans l'atmosphère va essaimer sur le monde entier, de façon moins importante à court terme que Tchernobyl pour nous Européens, mais...

Mais les océans vont TOUS supporter un accroissement de radioactivité, plus ou moins stockée par le plancton, puis par les poissons... je vous laisse deviner la suite. Les prairies de partout seront plus radioactives... un peu, qui s'ajoutera à ce qui advient d'un Tchernobyl "qui s'est arrêté à nos frontières", ben voyons !

Les retraites, que nos chers UUPSistes ont sabrées, sous le prétexte de l'augmentation de "l'espérance de vie" des contribuables, vont baisser, alors que presque tout le monde sera touché par des cancers dont l'éradication précoce permettra la survie en attendant le suivant. Vous savez ce qu'est la chimio ? Ou la radiothérapie ? On va rire. oops

 

Voulez-vous que je vous dise ? L'humanité est foutue. tete_mort . Mais du moment que les accros au fric s'y retrouvent dans les secondes qui suivent leurs calculs, quelle importance
graffitix  Hier 11H53 
babelouest a écrit: Voulez-vous que je vous dise ? L'humanité est foutue. tete_mort .

L'humanité foutue, je ne crois pas. Rien n'est "joué". Enfin je l'espère.
Mais dans quel état sera-t-elle ?
Et pas seulement à cause du nucléaire : bien que, aux USA, et peut-être bientôt en franSSe ou ailleurs, on puisse encore avoir quelques soucis.
A voir ou revoir :

Fukushima/2012: Contamination radioactive de la chaîne alimentaire planétaire

Il s'est dit qu'un certain nombre de centrales ici et là auraient profité de l'accident japonais et ses émissions, pour dégazer tranquillement sous couvert de...
Quelques centrales aux USA inspirent des craintes : il en est peu question.
En franSSe toujours rien sur Tricastin ?
Tout ce système, a atteint, avec sa vétusté (prévisible) un seuil de dangerosité critique.
Et il n'y a pas que les "séismes" qui peuvent faire des dégâts...

 

 

_____________________________________________________________________________________________

 

.

 

 

Et ce message perso reçu,

 

Coucou eva.

 

Tu sais, je crains que tout soit vain désormais. L'explication est simple, et tient en un mot : nucléaire ! Déjà, pour le Japon c'est déjà trop tard, et le sursis pour les autres pays , ce n'est qu'une vingtaine d'années de plus. La contamination est générale. Bientôt les centrales les plus anciennes devront fermer, et ne seront pas démantelées, parce que personne ne sait le faire. Les barres usagées vont pourrir sur place. Les taux de nucléides dans l'atmosphère, dans l'eau vont bondir. Déjà le nombre de cancers en France est en nette augmentation : que sera-ce dans vingt ou dans cinquante ans ?

As-tu lu mon petit papier d'hier  ? Je n'ai pas voulu en faire trop, c'est pourtant déjà peu rassurant. Et c'est mondial. Et les capitalistes veulent continuer : j'avais noté il y a un mois un conflit entre le ministre de l'industrie japonais, et le premier ministre. Le premier, sans doute poussé par les lobbies, voulait continuer à exploiter les centrales nucléaires (les trois quarts sont actuellement à l'arrêt déjà au Japon), alors que le second l'a remis en place en exigeant que l'on commence à utiliser les énergies renouvelables. Il est bien tard, à mon avis. L'air, l'eau, le sol de l'empire nippon sont déjà infectés partout ou presque.

Et des enfants continuent à naître. Que leur laissons-nous ? Des ruines en devenir. Faire machine arrière, reprendre dans une autre direction, je l'entends bien. N'est-ce pas déjà trop tard ? Et mon fils va continuer à aller travailler, à 50 Km de chez lui, en passant au pied d'une de ces centrales, dont l'un des deux réacteurs est à l'arrêt faute d'eau de refroidissement, et l'autre suivra sans doute bientôt. Avec deux réacteurs, cette centrale-là est déjà aussi puissante, donc potentiellement polluante, que les six réacteurs de Fukushima Daiichi.

Bonne journée, malgré tout ! Je t'embrasse

 

__________________________________________________________________________

 

.

 

Vendredi 15 juillet 2011

goupil.jpg

 

Un accident disent-ils une centrale ils ont perdu le contrôle

Les radiations sont partout et j'habite presque à côté

Le matin je vais à l'école comme tous les enfants

J'ai six ans papa m'a dit si le dosimètre monte plus haut que le trait tu t'éloignes

Tu me cherches

Le dosimètre a dépassé le niveau je ne vais pas à l'école je cherche papa

Je demande aux gens qui passent vous n'avez pas vu mon papa

Il travaille dans une banque

Non on ne l'a pas vu

Les gens regardent mon dosimètre

Ils ont peur

Peur

De me toucher

De me regarder

Peur

Que je les contamine

Peur

De me parler ils s'en vont très vite

Peur

Ils ont appelé des gens qui ressemblent à des cosmonautes

Avec leurs combinaisons blanches

Je ne vois même pas leurs yeux

J'ai peur

Ils m'emmènent

Me font monter dans un camion

Déshabiller

Doucher

Ils me passent un drôle d'appareil qui grésille

Tout autour de moi

Je suis nu

J'ai froid

Peur

Où sont papa et maman

Une autre douche

Encore l'appareil il grésille moins fort

J'ai le droit de ressortir

Pour cette fois ça va ils m'ont dit

Où sont tes parents

Je ne sais pas je les cherche

Comment tu t'appelles

Je dis mon nom

Où tu habites

Ils me ramènent chez moi

C'est long

J'ai peur

Ils m'ont donné un nouveau dosimètre

Ils donnent l'ancien à papa et maman

Tout va bien il est décontaminé

Papa et maman pleurent

Pourquoi vous pleurez

La ville est contaminée

Les radiations arrivent

La vie change on doit déménager

Ça fait trois fois

Et on a tous été irradiés

Cette fois on ne déménage pas on attend

C'est la fin

Des larmes

La douleur

Ils n'ont pas de dosimètre

Ils savent

 

Jérôme Goupil, 9 juillet 2011

 

source :

http://www.jeromegoupil.com/fr/News/Entr%C3%A9es/2011/7/11_Irradi%C3%A9s.html

 


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche