Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 07:52

fut-nucleaireLe 10 fév 2011, l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) a signalé qu’elle avait rappelé à l'ordre les producteurs de déchets nucléaires, dont l’EDF, qui contestent la compétence de l'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) dans le projet de stockage profond dans la Meuse.

« Les rôles sont parfaitement définis par la loi. La loi dit en particulier que c'est l'Andra qui est responsable de la gestion des déchets, de la création, de la gestion et de l'exploitation des stockages, et que tout ceci se fait sous le contrôle de l'ASN », a précisé André-Claude Lacoste, président de l'ASN, qui répondait à de récentes attaques lancées contre l'Andra par des industriels du nucléaire au cours d'une conférence de presse.

Tenus par la loi de financer la construction du centre de stockage géologique profond en vertu du principe « pollueur-payeurs », certains d'entre eux, particulièrement EDF et Areva, ont remis en cause la compétence technique de l'Andra.

« En ce qui nous concerne à l'ASN, nous avons clairement rappelé aux producteurs de déchets que la loi est la loi et qu'on l'appliquerait », a insisté M. Lacoste, regrettant ces « prises de parole à haute voix et de façon parfois virulente » des industriels.

Ces derniers s'inquiètent notamment de l'augmentation du coût du site de stockage profond dans la Meuse, évalué en 2002 à 15 milliards d'euros, mais qui pourrait atteindre 20 à 35 milliards d'euros selon les estimations. Le patron d'EDF, Henri Proglio, avait publiquement critiqué en octobre dernier « une dérive des coûts » à provisionner par son entreprise.

D'après la loi, EDF doit financer 80 % du centre de stockage profond destiné aux déchets les plus dangereux, contre 15 % pour le CEA (Commissariat à l'énergie Atomique), le reste se répartissant entre les autres producteurs de déchets nucléaires (Areva, etc.).

à ce sujet, André-Claude Lacoste a estimé que les « chiffres cités sont à prendre avec beaucoup de précaution ». « Ce sont des chiffres qui correspondent à la création et à l'exploitation pendant cent ans d'un ouvrage qui entrera en fonctionnement en 2025. Vous imaginez la difficulté d'en définir très précisément le coût », a-t-il dit, rappelant que c'est le gouvernement qui tranchera au bout du compte.

Les industriels du nucléaire, EDF en tête, avaient déjà essuyé récemment les vives critiques de l'OPECST (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques), qui leur avait adressé un « rappel à la loi ».

Plus globalement, les députés ont estimé que la crédibilité et la sécurité des projets d'enfouissement et de réduction des déchets nucléaires risquaient d'être remises en cause par les industriels du secteur « au nom de la rentabilité à court terme ». 

 

http://www.sylviesimonrevelations.com/article-nucleaire-et-rentabilite-a-court-terme-68265119.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche