Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 03:33
4 novembre 2010

Obama devrait s’inspirer de Roosevelt qui dénonçait en son temps des républicains synonymes de « monopoles industriels et financiers, de spéculation, et de banques irresponsables, » et non pas aller sur leur terrain en tentant de se rapprocher du centre, conseille Robert Reich, ancien ministre du travail de Bill Clinton.


Par Robert Reich, 2 Novembre 2010 - extrait

Durant les deux années qui viennent, les républicains tenteront de dépeindre Obama en libéral, adepte d’un Etat interventionniste, coupé de l’Amérique réelle, et de le rendre responsable de la persistance des difficultés économiques.

Obama ne pourra l’emporter dans ce débat en se rapprochant du centre, en se présentant en modéré, partisan d’un Etat modeste Cela n’aurait pour effet que de conforter les arguments des républicains affirmant que la question centrale est celle de la taille d’un Etat qui serait aujourd’hui surdimensionné, et que la situation économique ne pourrait s’améliorer qu’en réduisant son rôle.

Sur le terrain de jeu défini par les républicains, ils sont toujours gagnants.

Le meilleur espoir pour une réélection d’Obama dépend d’un recadrage du débat qui ferait de la question centrale le pouvoir des grandes entreprises et de Wall Street, qui leur procure un avantage économique au détriment de tous. C’est le terrain de jeu des démocrates, et il est plus pertinent aujourd’hui qu’à aucun autre moment depuis les années 1930.

Le 1% des Américains percevant les plus hauts revenus empoche aujourd’hui près du quart du total des rémunérations, et détient près de 40 pour cent de l’ensemble des richesses. Dans le même temps, un grand nombre d’Américains perdent leur maison parce que les banques ne leur permettent pas de renégocier leur dette pour cause de faillite personnelle. Et les entreprises continuent de licencier (et non de réembaucher) de plus en plus.

Avec un contrôle renforcé des républicains sur le Congrès, leurs votes à venir contre la prolongation des prestations de chômage et les programmes de soutien à l’emploi révéleront plus nettement de quel côté ils se placent. Leur tentative d’arracher une prolongation des réductions d’impôts pour les riches en inquiétant la classe moyenne par la perspective d’une hausse des impôts en apportera de nouvelles preuves. Tout comme le refus de divulguer leurs sources de financement lors des campagnes électorales.

L’exemple politique pertinent aujourd’hui n’est pas celui de Bill Clinton en 1996, mais celui de Franklin D. Roosevelt en 1936.

Lors des élections de 1936, la Grande Dépression entrait dans sa huitième année. Roosevelt était président depuis quatre ans. Il a pourtant remporté la plus grande victoire électorale depuis la naissance du système des deux partis, dans les années 1850. Pour quelle raison ?

FDR a déplacé le débat sur les insuffisances de son bilan en dénonçant l’irresponsabilité de ses adversaires. Il martelait encore et encore, de quel côté il était, et de quel côté ils étaient. Les républicains sont synonymes de « monopoles industriels et financiers, de spéculation, et de banques irresponsables, » répétait-il sans cesse.

Il affirmait clairement qu’ils voulaient l’empêcher de venir en aide aux Américains ordinaires. « Jamais ces forces n’ont été aussi unies contre un candidat comme elles le sont aujourd’hui, » tonnait-il. « Ils sont unanimes dans leur haine envers moi - et cette haine est la bienvenue. »

La situation économique en 2012 ne sera pas aussi mauvaise qu’elle ne l’était en 1936, du moins je l’espère. Mais elle ne sera pas aussi florissante que celle de 1996. Pour une candidature présidentielle en 2012, la leçon de 1936 est la plus pertinente.


Publication originale Robert Reich, traduction Contre Info
  

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Regard sur ...
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche