Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 05:13

(Archive pour guerres impérialistes)

 

Réinventer l' Occident


par Tadeusz Palikot pour Scriptoblog


Le parcours personnel d’Hakim El Karoui le désigne d’emblée comme un homme du sérail. Normalien, fils de la responsable du Master d’analyse financière à Dauphine, fondateur du club du XXIème siècle (dont le but était de promouvoir la diversité au sein des classes dirigeantes et dont fut notamment issue Rachida Dati), ancien professeur d’université devenu banquier d’affaires chez Rothschild, plume de Raffarin, c’est un homme connaissant les arcanes du pouvoir – même s’il en est temporairement écarté, après la tentative infructueuse qu’il mena avec Emmanuel Todd sous le gouvernement Villepin pour promouvoir le patriotisme économique.


 

« Hakim El Karoui dresse un constat sans appel de la situation actuelle occidentale : L’Occident serait passé en quelques années d'une crise de superpuissance, dont l'invasion en Irak fut l'apogée, à une crise d'impuissance, dont la crise de 2008 serait l'un des symptômes. »

 

 

Cette appartenance au système des élites ne l’a pas empêché de prendre, dès 2006, une position originale (à cette époque) en faveur du protectionnisme économique. En 2007, il appelait à voter au second tour pour Ségolène Royal dans les tribunes du Monde, consommant sa rupture avec le camp sarkozyste, coupable à ses yeux de « dérives identitaires ». L’ouvrage « Réinventer l’Occident » permet donc d’appréhender le constat d’un homme de l’intérieur du système, demeurant  lucide quant aux retombées des politiques libérales, et aux conséquences de l’érosion de la Nation, dont il se veut le défenseur (à l’image de Todd).

L’ouvrage marque tout d’abord une évolution. Alors que le premier essai d’Hakim el Karoui portait avant tout sur la France (« L’avenir d’une exception en 2006 »), celui-ci traite de l’Occident dans son ensemble; défini comme une réalité géographique (Europe et USA comme centres et Amérique latine, Russie comme périphéries), une altérité par rapport aux autres civilisations (notamment l’Orient), une histoire et une réalité idéologique (liberté individuelle, démocratie, etc…).

El Karoui dresse un constat sans appel de la situation actuelle occidentale : L’Occident serait passé en quelques années d’une crise de superpuissance (dont l’invasion en Irak fut l’apogée) à une crise d’impuissance (dont la crise de 2008 serait l’un des symptômes).

Dans le premier chapitre « La désoccidentalisation du monde », El Karoui indique que l’Occident est en train de se vider de lui-même. Cette anomie lui semble se déployer dans trois domaines:

  • Politique : pour El-Karoui, l’anomie y est provoquée par l’abandon des élites du cadre de la Nation alors que l’échelon national sert toujours de référence pour les populations.
  • Economie : L’anomie y provient d’une crise de la demande globale conjuguée à la perte de l’avance économique. Selon El Karoui, la situation de la Grèce, où une faible croissance dans un contexte de hausse des déficits publics ne peut constituer que l’amorce d’une récession sans fin, est donc appelée à se généraliser. Il considère en outre qu’une bipolarisation durable du marché du travail (entre les emplois protégés des insiders et les autres) est inévitable. Les énergies renouvelables et le développement durable ne seront pas capables de compenser ces évolutions défavorables.
  • Identité : L’éducation est ici pour l’auteur la cause  principale de l’anomie (en ceci, il reprend le schéma de pensée de Todd, en ne prenant pas en compte l’impact éventuel de l’immigration ou de la montée de l’individualisme). L’Occident a perdu les trois monopoles sur lesquels il avait bâti sa domination (histoire, instruction et avenir). L’auteur note ainsi que 39% des étudiants chinois choisissent des matières scientifiques contre seulement 5% des étudiants américains.

El Karoui conclut donc que l’ensemble des anomies de l’Occident sont le résultat d’évolutions internes plutôt que de facteurs externes.

Dans le deuxième chapitre, intitulé « Les musulmans ne sont pas coupables », il met en garde contre la désignation de l’islam comme ennemi de l’Occident pour masquer nos faiblesses internes, tant sur le plan intérieur que sur le plan extérieur.

Sur le plan intérieur, il estime que c’est justement parce que les musulmans sont en train d’être assimilés que les enfants maghrébins suscitent de la haine, à l’image de l’affaire Dreyfus qui aurait éclaté lorsque les Juifs étaient en voie d’assimilation. Cette analyse se limite cependant uniquement aux Maghrébins et n’évoque jamais les populations arrivées plus tardivement, notamment d’Afrique noire, dans un contexte où la politique d’assimilation était en recul, et qui sont moins bien intégrées. Sa position, qui s’appuie sur des statistiques évidemment parcellaires et anciennes, demeure optimiste, et elle est sans doute très contestée au sein même de l’institution universitaire.

Sur le plan extérieur, El-Karoui présente l’islam comme une religion en pleine crise de transition, même si celle-ci fut amorcée avec retard par rapport à l’Occident. Il récuse donc le choc des civilisations pour proposer l’expression de « choc des temporalités ». Cette approche est séduisante, même si elle repose sur une vision progressiste un peu naïve de l’histoire, assez répandue dans son milieu. Cette croyance dans le caractère unidirectionnel de la marche de l’histoire qui irait de la tradition (fermée) à la modernité (ouverte) transparaît par exemple lorsqu’il analyse un film du Maghreb qui incarnerait pour lui la modernité car il est « universel et global ».

Afin de vaincre les présupposés à l’encontre de l’islam, El Karoui propose enfin la mise en place d’une « CECA migratoire », pour renforcer les migrations circulatoires, permettant d’éviter l’établissement des immigrés sur la durée, établissement synonyme de crispations au sein des sociétés d’accueil.

Dans le troisième chapitre, intitulé « l’aveuglement occidental face à la Chine », El Karoui témoigne de l’inquiétude grandissante des élites occidentales face à la montée de ce  pays, même s’il se montre circonspect quant à ses capacités de s’imposer comme leader de la société internationale. Récusant les théories des économistes libéraux, il démontre que la Chine se comporte absolument à l’inverse de ce que supposerait le schéma ricardien des avantages comparatifs. Elle présente trois anomalies par rapport à ce modèle : elle a connu une montée très rapide dans le haut de gamme, elle a maintenu artificiellement la faiblesse de sa demande intérieure, et elle a consolidé un protectionnisme économique par rapport aux importations occidentales.

Pour El Karoui, la clef de la réussite de la Chine vient de son non respect de la doxa libérale qui lui permettrait d’éviter les déboires rencontrés par le Japon au début des années 90. Ceux-ci étaient en effet dus à une surévaluation du yen et à une forte inflation. Au contraire, les dirigeants chinois laissent perdurer de manière autoritaire la sous-évaluation de leur monnaie et restreignent l’inflation salariale.

Dans le quatrième chapitre, El Karoui estime que « L’Asie n’est pas l’avenir de l’Occident ». Ce constat est renforcé par l’analyse des thèses de l’économiste Yu Yongding, actuellement très en cour à Pékin. Celui-ci remet en cause le modèle d’exportations comme moteur indispensable du développement chinois. L’avenir de la Chine ne serait donc pas à l’ouverture mais à la fermeture. Cette tendance commença d’ailleurs à se dessiner lors du plan de relance chinois mis en place pour répondre à la crise de 2008, où les entreprises occidentales furent systématiquement exclues au profit de concurrentes chinoises.

En parallèle à cette fermeture aux exportations occidentales, la Chine cessera certainement selon El Karoui de financer l’Occident aussi largement qu’elle le fit au cours des années 2000. Ces deux facteurs laissent donc accroire que l’Occident ne profitera que faiblement de la croissance asiatique annoncée.

El Karoui semble cependant penser que le futur de la Chine ne correspondra pas aux prévisions optimistes actuelles. Il évoque  la bulle spéculative s’y développant, et qu’il compare au modèle de Dubaï qui fit faillite en 2009. Pour l’Occident, une trop grande dépendance à l’égard de la Chine comporte donc le risque d’être entraîné dans d’éventuelles difficultés économiques additionnelles. Il est tentant d’établir un parallèle avec la transmission de la crise américaine à l’ensemble du monde en 2008…

Sur le plan politique, l’auteur rappelle que l’idéal chinois est celui d’un monde fermé plutôt que d’un monde universel, ce dont témoigne l’érection progressive d’une « grande muraille à l’envers » en Mer de Chine, afin de constituer un glacis face à l’influence occidentale. Cette politique est d’ailleurs assez différente de celle du Japon, qui vise à constituer une zone d’influence en Asie du Sud-Est. Il semble donc illusoire de compter sur la Chine pour gérer les affaires du monde en collaboration avec les autres puissances. Elle agira en fonction de ses intérêts nationaux (analyse d’El Karoui, qui semble donc partir du principe que les USA, eux, n’agissent pas en fonction de leurs propres intérêts…).

Enfin, le cinquième chapitre propose des pistes afin de « réinventer l’Occident ». Deux pistes principales apparaissent : une réflexion sur l’identité, une réflexion sur l’économie.

Sur le plan de l’identité, Hakim el Karoui pose le principe selon lequel la Nation ne viendrait pas du fond des âges. Pour lui, il s’agit d’un plébiscite de tous les jours (il appuie sa démonstration sur une analyse partielle du célébrissime discours sur la Nation de Renan), et d’une invention de tous les jours. Il avance ainsi l’idée qu’il faut cesser de mettre en avant la transmission, et privilégier plutôt l’invention, pour tout ce qui touche aux valeurs et cultures nationales. Ainsi, dit-il, la nation permettra-t-elle d’atteindre une universalité métisse, propice à refonder un « lien collectif souple à l’image du PACS », comme l’appelle de ses vœux le sociologue François de Singly. Cette Nation recomposée permettrait l’émergence d’un véritable individualisme relationnel.

Ce développement a du mal à remporter l’adhésion, notamment à la lumière de l’analyse du retour de la Chine sur l’arène internationale à laquelle s’était livrée El Karoui au chapitre précédent. Il y avait en effet démontré que c’était le retour aux vertus traditionnelles du confucianisme, légèrement réinterprétées selon les exigences de la modernité, qui avait permis aux Chinois de retrouver leur fierté millénaire. Or, le projet d’El Karoui pour la Nation occidentale repose justement sur le rejet de la tradition occidentale, qui menacerait d’enfermer les individus dans une mono-identité alors que l’identité est selon lui par définition plurielle. Alors, vérité en Chine, mensonge en Occident ?

Sur le plan économique, la solution prônée par El Karoui demeure le protectionnisme raisonné, qu’il décrit comme une écluse. C’est un protectionnisme qui ne pourrait cependant se déployer qu’à l’échelle supra-nationale (européenne), notamment afin de réduire les risques de constitution de rentes, traditionnellement dénoncées par les économistes libéraux quand une telle mesure est évoquée. Si l’idée protectionniste est séduisante de prime abord, El Karoui ne répond qu’imparfaitement à deux problèmes qu’elle soulève :

Au-delà de la question de la constitution des rentes (qui relève du choix politique), le vrai désavantage du protectionnisme vient plutôt du risque de décrochage technologique qu’il peut induire, selon les études empiriques d’économistes libéraux. Or, en admettant que le protectionnisme se mette en place dans le cadre européen dans un contexte où l’Asie est déjà en train de prendre l’avantage technologique, un tel décrochage est susceptible de s’en trouver accéléré.  La question peu paraître assez théorique de prime abord, puisque le décrochage semble déjà en cours dans de nombreux domaines (notamment les énergies renouvelables). En fait, elle révèle une faiblesse de l’argumentation d’El-Karoui, selon lequel il ne peut exister de protectionnisme qu’européen, au nom du maintien de la compétitivité internationale.

Un présupposé internationaliste, assez révélateur de l’état d’esprit des élites, innerve donc la démonstration. Il semble d’ailleurs s’être accentué par rapport à l’essai précédent datant de 2006, du même auteur. Alors qu’il y détaillait un moyen de mettre en place un protectionnisme européen par la collaboration entre la France et l’Allemagne en tant que Nations, il préconise en 2010 une solution beaucoup plus « atlantiste » : pour convaincre l’Allemagne de l’intérêt du protectionnisme (vaste programme!), il faut selon lui d’abord gagner la bataille des idées en se servant d’institutions scientifiques américaines de renom. Alors que la France de 2006 était présentée comme maîtresse de son destin par la négociation, celle de 2010 semble avoir besoin d’une courroie de transmission américaine pour influencer l’Allemagne…

La deuxième faiblesse de la solution protectionniste est donc d’ordre politique : dans le contexte actuel, la majorité des élites ont tout à perdre de mesures allant dans ce sens. Certes, El Karoui exhorte les élites allemandes mercantilistes de s’y rallier au nom de « la morale », mais cela risque de ne pas être suffisant.

Enfin, sur le plan politique, El-Karoui estime vital l’invention d’un intérêt général européen, prélude à la formation d’une identité européenne. Il voit dans le protectionnisme l’outil pour faire émerger cette notion d’intérêt général européen, d’abord au niveau français, grâce à une campagne présidentielle portant sur la question de l’Europe. Cette proposition recoupe un discours de plus en plus répandu parmi les intellectuels de l’élite française, qui annoncent une campagne présidentielle de 2012 axée sur l’Europe (on peut penser à Jacques Sapir qui exhortait il y a déjà un an les politiques à se saisir pour la prochaine présidentielle du thème du protectionnisme européen, afin d’éviter de laisser le champ libre au Front National dans ce domaine). Mais là encore, il n’est pas certain que la volonté politique puisse l’emporter sur les logiques antérieures de la construction européenne…

Tadeusz Palikot

Source : Scriptoblog

 

 

.https://mecanoblog.wordpress.com/tag/guerres-imperialistes/

 


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche