Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 06:16

lundi 3 janvier 2011

http://www.pulaval.com/catalogue/islam-occident-biopsies-dialogue-9224.html


Aujourd'hui, tout le monde reconnait qu'il y a non plus seulement une crise sociale mais une crise de civilisation. Cela est même pratiquement reconnu par les élites au pouvoir. Même Lagarde le reconnait avec ses banquiers usuraires à la recherche du secteur islamique.

    Cette civilisation mondiale unifiée se heurte à des tensions internes, pour des raisons sociales mais aussi de conception du monde liées au but ultime de la vie certes.

    Dans ce contexte, les conflits se déroulent sur terre entre êtres humains concrètement existant sur des questions de sociétés concrètes et ils révèlent les divergences profondes sur les conceptions de la vie et de ses buts.

    Il y a par exemple des Etats concurrents face aux Etats dominants (Chine, Iran, Inde, voire Russie et Brésil) qui prônent, au moins en théorie, des valeurs civilisationnelles un peu différentes, mais rarement de façon claire. Ils témoignent néanmoins d'une recherche d'un équilibre qui ne soit pas biaisé et donc d'une nouvelle loi de la vie qui reprendrait ce vers quoi tend l'humanité libre depuis sa création. On voit les campagnes de mensonge et de haine qui visent les Etats qui osent penser différemment (Venezuela, Iran, Cuba, Chine, Belarus, Sri Lanka, Gaza, Syrie, etc.) et les mouvements indépendants (Hezbollah, Hamas, etc.). Tout cela est un signe. Et il faut déceler les clivages réels, concrets, terrestres aussi, qui font écho aux clivages fondamentaux.

    Dans ce combat il y a des alliés (potentiels parfois) et des ennemis. et il faut voir la vraie ligne de clivage. Il est clair par exemple que les chrétiens sont divisés entre partisans du néo-évangélisme anti-islamique centrés aux USA, et partisans de la théologie chrétienne de la libération, surtout basée en Amérique latine. Les juifs sont partagés entre pro-sionistes     majoritaires et partisans du groupe religieux antisioniste Neturei Karta et des groupes laïcs antisionistes d'autre part. Les marxistes sont divisés entre gestionnaires du système actuel et partisans d'une lutte anti-impérialiste radicale, surtout dans les pays du tiers monde et les musulmans sont divisés entre dictatures favorables aux USraéliens et la partie des masses qui  soutient les processus d'émancipation, les leurs mais aussi dans tous les autres pays.

    Autour de nous, nous rencontrons partout ces clivages entre hommes de justice et oppresseurs ou soumis aux oppresseurs.

    En Europe il en va de même. il y a des antiracistes qui combattent aux côtés des musulmans et d'autres racistes qui stigmatisent. Des militants syndicaux qui luttent pour la justice et d'autres qui ne participent pas aux conflits pour la justice. Chez les religieux il y a ceux qui combattent pour la justice et ceux qui veulent s'endormir et endormir leurs ouailles pour prêcher la soumission et le refus de participer aux combats pour la justice. Et il y a donc des dignitaires musulmans officiels qui cherchent à être acceptés à tous prix par les pouvoirs usuraires et d'autres qui le refusent.

    Comme l'a demandé un député koweïtien avec humour au moment de l'attaque contre Gaza, il faut demander le déplacement de la capitale de la Ligue arabe à Caracas car le Venezuela est l'Etat qui a eu le comportement le plus "arabe" et le plus "musulman" de tous au cours de cette guerre (rupture des relations diplomatiques avec Tel Aviv). Alors qu'on connait le comportement de poltron des Etats officiellement arabes et musulmans. Il y a donc dans tout cela des signes.

    Disons le franchement qui est plus "musulman" ? "Musulman" c'est à dire soumis à la Loi de Dieu, à la loi de la justice donc ? Chavez ou le roi Abdallah d'Arabie "saoudite", propriété privée de sa famille ?

    Comme l'a dit Tariq Ramadan, "il faut cesser d'islamiser les conflits sociaux".

    Dans son intervention à l'université de Paris X en juin 2010, il déclarait : "Ceux qui pensent que la pensée de Marx est dépassée feraient bien de revoir leur littérature. Car Marx a porté son attention sur des questions toujours actuelles, c'est une question de classe, une question de classe ! une question de pouvoir ! Il y a ceux qui contrôlent le pouvoir, qui contrôlent le discours,qui contrôlent l'argent et qui contrôlent les médias ...et la majorité de ceux qui habitent les banlieues n'ont pas d'influence sur les pouvoirs ...et on diabolise ceux d'entre eux qui ont acquis une autorité morale car ils leur disent quelle est leur situation véritable ...nous devons assimiler tous les penseurs qui ont déconstruit le mode de pensée dominant..."

    Tout dépend donc d'une part du comportement individuel et des choix personnels de chacun d'entre nous, mais, comme le répètent les religions révélées depuis la nuit des temps, les pauvres et les humbles sont plus proches de la vérité que les riches et les puissants...ce que, sous une forme laïque on appelle la lutte des classes qui est, sous un autre nom, à la fois un jihad contre les puissants et les injustes, et un combat contre ses propres tendances personnelles pour la convoitise, la consommation et le pouvoir personnel. Ne créons pas des barrières là où seuls les mots divergent mais pas leur sens !

    La ligne de clivage n'est donc pas entre des "civilisations", symboliques, en apparence ou démocratiques, ou chrétiennes ou juives ou musulmanes ou bouddhistes. Tout conflit dans le monde globalisé est un conflit intérieur. La ligne de clivage passe désormais entre ceux qui se battent pour la Lumière, la vérité et la justice à l'intérieur de leurs communautés nationales, culturelles mais aussi religieuses, et ceux qui se soumettent à ce nouveau "veau d'or" qui a été construit par les Hébreux dans le Sinaï contre la foi que leur apportait Moïse.

    Même en ayant fui l'esclavage du Pharaon, il s'est encore trouvé des Hébreux pour être tentés par le culte du veau d'or (aujourd'hui on appelle ce culte celui de l'argent (plus de l'or), et le  temple de ce culte c'est la Bourse) et Moïse en descendant du Sinaï a du rétablir l'équilibre....Nous en sommes de nouveau là.

    On n'a pas le droit de fuir la société dans une sorte d'ésotérisme asocial qui serait "purement religieux", mais on ne peut surtout pas non plus attaquer en bloc et ceux qui soutiennent l'injustice et ceux qui luttent contre l'injustice, sous prétexte que tous les deux ne le formulent pas "comme nous", sous "notre" forme, et ne pratiquent pas une forme de culte identique à la     "nôtre". Cela est vrai pour les musulmans comme pour les non musulmans. La ligne de clivage est entre justice et injustice, entre société de la convoitise et société de la vraie fraternité. Laissons à chacun le choix de choisir le chemin qu'il veut pour y arriver.

    D'autant plus que dans le cas actuel, il y a de très nombreux musulmans qui se tiennent du côté des oppresseurs (et pas seulement des dictateurs mais beaucoup de "leaders" de la communauté) et il y a de très nombreux non musulmans qui se tiennent du côté de la justice. Lire à ce sujet les ouvrages du savant musulman sud-africain Farid Eysack qui a lutté contre l'apartheid mais aussi contre les leaders officiels de la communauté musulmane sud africaine qui prônaient la soumission au pouvoir oppresseur sous prétexte qu'il construisait des mosquées et donnait des postes (subalternes) à des "musulmans" ...Eysack qui a combattu aux côtés des chrétiens et des marxistes contre l'injustice...et contre certains musulmans.

    Je reviens d'une conférence en Pologne (pays où les musulmans représentent moins de 1% de la population) portant sur "Analysons l'islamophobie - les nouvelles formes de discrimination dans les sociétés démocratiques". Cette conférence a été organisée par un imam et une minorité de musulmans mais par une majorité de chercheurs de l'institut de philosophie de l'université et de militants de la gauche radicale marxiste, avec quelques chrétiens.

    Les musulmans ont été l'élément pivot de cette conférence, mais les soutiens extérieurs ont été décisifs et majoritaires. Parmi eux il y avait, par exemple, ceux qui se sont battus pour le droit à la construction d'une nouvelle mosquée à Varsovie (et qui ont gagné), une femme architecte de retour de Jenin qui a lancé le projet de la construction d'un minaret sur une cheminée désafectée d'usine en plein centre de sa ville face à la cathédrale catholique et à l'ancienne synagogue pour rappeler la présence musulmane et la Palestine dans sa ville, et il y a une militante féministe qui a fait une intervention sur le thème "Les hommes (et les femmes) blanches protègent les femmes brunes contre les hommes bruns - ou sur l'instrumentalisation de la question des droits de la femme par le discours européen anti-islamique" ...Alors ces gens là sont-ils plus proches ou plus loin des musulmans que le recteur de la mosquée de Paris qui crie son admiration pour l'entité sioniste ou que ceux qui acceptent de placer leurs bénéfices dans les banques suisses usuraires "faute de mieux" ?

    Donc, si pour reprendre Tariq Ramadan, il ne faut pas islamiser les problèmes sociaux, il ne faut pas non plus islamiser les clivages qui partagent les hommes de justice et les hommes d'injustice. L'islam est un guide pour l'action qui accompagne tous les êtres humains dans leur quête, mais pas un rituel figé pour personnes qui auraient toujours raison contre des mondes qui auraient toujours tord.

    L'Occident est mort de cela. Il n'existe plus car tout le monde étant devenu occidental dans ses modes de vie, d'habillement et de consommation aujourd'hui, tout le monde peut (et doit) aussi rejeter "l'Occident" en crise finale, et, pour le moment, les meilleures critiques de l'Occident arrivé à cette étape historique, viennent d'Amérique latine, de gens issus pour la plupart dans leur chair de "l'Occident" mais qui, pour des raisons sociales et géographiques ont été marginalisés et ont donc appris les chemins de la libération réelle, entre autre par la théologie de la  libération et donc par le christo-marxisme...Ce qui n'empêche pas Chavez de se référer à l'islam aussi. Le monde musulman actuel suit, il suffit d'entendre le discours de Nasrallah ou de Mechaal sur l'Amérique latine, mais il suit, il n'est pas (encore ?) à l'avant-garde. Il faudrait réfléchir pourquoi ? Humblement.

    Un musulman doit se poser la question : Pourquoi depuis plusieurs siècles Allah a puni les musulmans en les plaçant à la marge du monde en développement ? Pourquoi quand les peuples coloniaux se sont soulevés et ont acquis leur indépendance, les pays musulmans se sont encore retrouvés à la traine par rapport à des peuples anciennement colonisés eux aussi, et qui ont fait plus pour faire progresser leur pays, pas seulement économiquement mais aussi culturellement ? D'où vient cette punition ?

    Il faut d'abord comme on dit balayer devant sa porte pour être en état d'accueillir le monde. L'islam est une grande chose ! mais les musulmans d'aujourd'hui sont très petits, très réducteurs, très simplistes, très égocentrés. Ils sont donc punis. Le musulman face à l'injustice doit lever la main contre elle, s'il ne peut pas il doit dire le vrai et s'il ne peut pas il doit le penser     (et faire des prières)...mais il est préférable de lever la main. Il faut se remémorer ce hadith avant d'aller plus loin.

   

Bruno Drweski

 

 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2011/01/03/20034037.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Des solutions
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche