Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 16:24

http://aporrea.org/imagenes/2011/12/la_italia_de_il_cavaliere_a_la_de_il_professore.jpg

http://aporrea.org/imagenes/2011/12/la_italia_de_il_cavaliere_a_la_de_il_professore.jpg 

 

 

Le capitalisme sauvage mondialisé tombe le masque. Plus besoin de vernis démocratique, la lourde machine à écraser les peuples s'est mise en route. Partout la répression des syndicalistes se met en œuvre.

 

Il faut battre le fer tant qu'il est chaud. Il faut imposer le plus vite possible de grandes régressions au monde du travail.

 

Le rêve de ces monstres froids que sont les ultrariches est en passe de devenir réalité. L'alignement sur le moins disant social est envisageable. Quel bonheur;  0,1% de riches se partagent les richesses de la planète et le reste de la population est réduit à l'esclavage.

 

Pour les pays d'Europe, la démocratie et la liberté deviennent de lointains souvenirs.

 

En Italie, le proconsul Mario Monti, directement sorti de la boite "Goldman Sachs", expérimente la nouvelle gouvernance. Il n'est plus besoin de respecter le droit en vigueur. Les syndicats peuvent être interdits sans que cela ne soulève la moindre gêne. Pour rester compétitifs sur le marché mondial, il suffit pour les transnationales de piocher dans les directives européennes disponibles, pour imposer sous la menace odieuse du chantage à la délocalisation, les pires régressions. La transnationale FIAT de Turin, sous la houlette de son PDG, Sergio Marchionne, ne se prive pas d'enchaîner ces sauvages assauts. En avril 2011 déjà, ce personnage avait imposé aux ouvriers d'une usine Fiat en Italie une baisse nominale des salaires afin d'aligner ces derniers sur ceux des polonais. Il menaçait de délocaliser la production grâce à la directive service héritière directe de la directive Bolkestein de triste mémoire. La nécessité de garder les emplois a fait plier les syndicats. Devant pareille victoire, ce personnage s'est enhardi et il récidive dans ses saillies anti-sociales, il veut rayer un puissant syndicat de Fiat, la "CGIL". Ceux qui ne se plieront pas à cet oukase seront licenciés sans ménagement. La présidente du syndicat des patrons, l'équivalent du Medef en Italie, déplorait que le dialogue social sous le gouvernement précédent fût trop rigide. Les empêcheurs de licencier en paix avaient encore quelques contre pouvoirs. La crise de la dette a permis de balayer tout cela en chassant la démocratie. La démocratie est morte, vive la bancocratie.

 

Mais ce n'est pas tout, ce capitaine d'industrie de la péninsule a été élu personnalité de l'année par le "TIME" en même temps que le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan. Il est intéressant de constater que ces deux lauréats se sont distingués par une répression syndicale féroce. Pour l'italien, on l'a vu ci-dessus. Par contre le turc s'est distingué en jetant en prison 25 enseignants syndicalistes.

 

Je transfère le message reçu concernant ces deux affaires. Pour les deux cas il y a une pétition à signer.

 

Faites circuler SVP!

 

Italie. Exigeons la liberté d’association chez Fiat


La plus grande multinationale italienne, FIAT, a exclu de tout le groupe (80 000 salariés), le plus grand syndicat italien d’ouvriers métallurgistes, Fiom-Cgil, en raison de son refus de signer un accord qui aggrave les conditions de travail, viole les droits des travailleurs (y compris le droit de grève), et annule tous les accords d'entreprise existants ainsi que l'accord national métallurgie.

A partir du 1er Janvier 2012, les travailleurs ne seront plus autorisés à inscrire leur appartenance syndicale à la FIOM au sein du groupe, l'entreprise refusant de reverser leurs cotisations à la Fiom (valeur : 1,5 millions d'euros).
 
Ils ne seront plus autorisés à élire des représentants affiliés à cette organisation. Les adhérents à la Fiom subissent une discrimination et, dans certains cas, sont poussés à démissionner afin de garder leurs emplois.

 
 
Les ouvriers chez Fiat ont toujours manifesté et fait grève pour défendre leurs droits et la liberté d'association: ils demandent la solidarité nationale et internationale.
 
Commentaire de Vladimir Nieddu (CEF)
Cette décision du 13 décembre du PDG au nom de la Famille Agnelli présage une offensive beaucoup plus large du patronat mondial.


En effet cette famille est au coeur d'un dispositif international du patronat et notamment  la Table ronde des industriels européens qui bénéficie de la force de frappe mondiale de groupes occultes tels (Groupe de Bilderberg, commission trilatérale).
 
 La Famille Agnelli a mis en place Mario Monti à la Présidence du Conseil Italien ou il cumule aussi le rôle de ministre des finances. (Mario Monti était l'Ex administrateur de Fiat).

 

 La décision de la Famille Agnelli est donc une attaque des milieux patronaux et financiers internationaux contre la  FIOM (Fédération des Industries Métallurgiques http://www.fiom.cgil.it/), une des plus puissantes fédération syndicale du monde, par ailleurs critique au sein de la CGIL le plus grand syndicat Italien. C'est un test international pour casser la résistance ouvrière.
 
Résister à la troïka, aux plans d'austérité, c'est aussi résister à la répression dans le cadre de la solidarité internationale.

 

 Participez à la campagne ci dessous:
  
 
La « Une » du magazine Time de la semaine dernière montrait le patron de Fiat, Sergio Marchionne, qui, selon Time, serait « l'homme qui a sauvé le secteur automobile ».


Deux semaines plus tôt, la couverture du même magazine célébrait le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, qui a été porté, une semaine plus tard en-tête du sondage « Personnalité de l’année 2011 » du magazine « Time ».


Comme nous l'avons appris cette semaine, Sergio Marchionne tente d'écraser le syndicat des ouvriers du groupe Fiat et le gouvernement de M. Erdogan vient d'envoyer 25 enseignants syndicalistes en prison sur de fausses accusations de « terrorisme ».
Nous avons été invités par le syndicat FIOM-CGIL et par l'Internationale de l’Education à lancer des campagnes en ligne en faveur de ces travailleurs italiens et turcs.
J’espère que vous vous joindrez à nous, dès aujourd'hui, en envoyant des messages de protestation dans le cadre des ces deux campagnes :


Métallurgistes chez Fiat, Italie
Enseignants, Turquie

La fin de l'année approche et ce sont probablement nos dernières campagnes en ligne pour 2011. Ne laissons pas Fiat et le gouvernement turc s'en tirer avec ces violations flagrantes des droits des travailleurs.
Passons le mot dans nos syndicats – et, en particulier, quand nos syndicats sont ceux de l’automobile ou de l’éducation.
Merci de transmettre ce message à vos collègues et à vos camarades (sur leurs boîtes
personnelles, bien entendu).


 
Eric Lee pour :

ActNOW : A LabourStart campaign.

 

Deux vidéos très pertinentes.

 

Pour corroborer ces tristes nouvelles je vous suggère deux vidéos relatives à une conférence d'Annie Lacroix-Riz où elle explique avec beaucoup de précisions les analogies entre le comportement des capitalistes dans la première moitié du 19° siècle et aujourd'hui. Leur seul souci a toujours été de maximiser les profits sur le dos des travailleurs. Les comportements ignobles décrits en début de message s'inscrivent dans cette logique de lutte des classes.

Les élites françaises entre Berlin et Washington depuis la fin de la Première Guerre mondiale ».  vimeo.com


Une conférence d'Annie Lacroix-Riz donnée avec Les Clubs « Penser la France » et la Rédaction de Politique-actu qui organisent "Les Cafés de l'Hyper-République", animé par Jean-Luc Pujo, entouré de membres des équipes de la Rédaction de Politique-actu...

 

http://vimeo.com/33026723

http://vimeo.com/33189791

 

 

Egalement envoyé par Lucien Pons :

 

La notion de dette odieuse. Un excellent outil pour démanteler le laboratoire ultralibéral qu'est la Grèce de Papademos, proconsul de Goldman Sachs. 

 

Il ne faut pas oublier que les grecs sont nos avants postes dans cette guerre sans merci que les puissants ont déclaré aux peuples et particulièrement aux peuples européens. On parle souvent de construire l'Europe sociale, essentiellement en essayant d'imposer de l'intérieur à la très orthodoxe et ultralibérale communauté européenne, les mesures nécessaires. C’est un chemin long et semé d’embûches. N'attendons pas le messie, agissons tous ensemble et organisons un vaste mouvement de solidarité pour ces grecs courageux et déterminés.  

 

Dans la suite du message j'ai regroupé des informations sur la dette,  trois parties sont liées par une même logique, la notion de dette Odieuse. Dans la première partie, lors de l'émission de Daniel Mermet sur France-Inter, les mercredi et jeudi 14 et 15 décembre 2011, cette question à été largement abordée par Eric Toussaint, président du CADTM (Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde). "La Bas  si j'y suis", a présenté le livre "La dette ou la vie". A cette occasion, a été explicité le travail réalisé par des experts internationaux pour produire, à la demande de Rafaël Corréa président de l'Equateur, un audit sur la dette de son pays. Après plus de huit mois d'étude, ils ont démontré que la plus grande partie celle-ci était illégitime et qu'elle pouvait être classée dans la catégorie de dette odieuse.

 

Ce concept juridique international a été utilisé de très nombreuses fois dans l'histoire. Une des dernières fois, c'est en Irak, après la victoire de la coalition sur le régime de Saddam Hussein en 2003. La dette de l'ancien régime irakien est ainsi devenue illégitime et n'a pas été remboursée !!!  Un des principaux créanciers de l'ancien régime était la France. Plusieurs milliards de dollars sont partis en fumée au détriment de notre pays qui avait refusé de participer au pillage de cette région du monde. C'est sans doute une punition infligée à cette nation de la vieille Europe pour avoir osé entraver la marche triomphale des conquérants sur Bagdad. Le fameux discours de Dominique de Villepin à l'ONU a évité à cette organisation  de se discréditer en cautionnant une aventure coloniale. Il est vrai que tout a bien changé depuis, le pays qui est le nôtre a rejoint les faucons de l'empire. Le nouveau caniche des USA qui s'agite au palais de l'Elysée a bien fait les choses. Dans un premier temps il a rejoint le commandement intégré de l'OTAN et ensuite il a été le grand ordonnateur de la conquête libyenne. L'affront que les ultralibéraux français ont reproché à Jacques Chirac d'avoir fait à l'Amérique de Georges Bush, était donc définitivement lavé. Ces derniers à l'instar de leur chef de meute n'étaient plus obligés d'aller excuser l'arrogance de la France à l'égard du bienveillant suzerain. Quel phénoménal travail accompli depuis 2007!

 

  • Première partie: L'émission de Daniel Mermet  

Une présentation radiophonique des idées développées dans le livre "La Dette ou la Vie"  :http://media.la-bas.org/mp3/111214/111214.mp3.  a été faite dans l'émissions "Là-bas si j'y suis " le 14 et le 15 décembre : http://www.la-bas.org/

Daniel Mermet et Antoine Chao, ont suivi le Comité pour l'Annulation de la dette du Tiers Monde (CADTM) durant la formation approfondie « Pour mieux affronter la crise de la dette en Europe » organisée à Liège (Belgique) les 12 et 13 décembre 2011.

Faisant suite à une série d'émission sur la crise grecque (où on entend, entre autre, Sonia et Yorgos Mitralias du Comité contre la Dette, organisation membre du CADTM), deux émissions sont consacrées aux analyses et aux propositions du CADTM, celles du 14 et du 15 décembre 2011.

Vous pouvez écoutez ces émissions en postcast ici : http://www.la-bas.org/ LA DETTE OU LA VIE !

"Il faut rassurer les marchés !",  "Il faut sauver notre triple A !",  "Il faut des plans de rigueur, on n’a pas le choix !",  "Voila la chanson dominante aujourd’hui. Acceptez la rigueur, sinon ça vous arrivera !".  Mais d’où vient la dette ?

 

Le CADTM propose des alternatives et milite pour UN AUDIT CITOYEN DE LA DETTE PUBLIQUE. La formation réalisée en Belgique a été un véritable succès. Avec plus de 90 participant e s venu e s de France, de Belgique, de Grèce, du Portugal, d'Angleterre, d'Espagne, de Pologne, d'Allemagne, de Tunisie, d'Égypte, du Maroc, de RDC, du Brésil et de Colombie.

Les deux jours de formation ont été retransmis en direct et en streaming sur le site USTREAM. Chaque jour, plus de 80 personnes se sont connectées pour suivre les exposés et les débats. Les diaporamas et les exposés des intervenants, ainsi que la vidéo de la formation seront rapidement mis en ligne sur le site du CADTM : www.cadtm.org.

 

  • Deuxième partie: La Grèce: le test grandeur nature pour la vieille Europe.  "Debtocracy", excellent film vidéo réalisé par Aris Chatzistefanou et Katarina Kitidi .

 

La politique de la terre brûlée est actuellement appliquée à la Grèce de la même façon qu'elle l'a été pour l'Argentine. La seule différence réside en les gardes chiourmes chargés d'imposer ce nouvel esclavage. Pour l'Argentine, le FMI et la Banque Mondiale étaient à la manoeuvre, pour la Grèce la fameuse Troïka composée par le FMI, la BCE et L'Union Européenne, endossent l'habit peu glorieux des chacals chargés d'imposer ces meurtrières régressions.

 

http://www.youtube.com/watch?v=3z8fsmFlOaE   (À voir et revoir absolument).

 

 

 

  • Troisième partie: Vous avez aimé Debtocracy ? Coproduisez Catastroïka !

Après debtocracy, vu par 2 millions de personnes, Aris Chatzistefanou et Katarina Kitidi se lancent dans un nouveau projet.

Je vous conseille de regarder cette interview d’Aris Chatzistefanou, chez Kontext, qui retrace l’histoire de Debtocracy et explique de façon très claire les origines de la situation Grecque d’aujourd’hui et les possibilités pour sortir de la crise.

Quelques phrases prises au passage :

Ø       "Les immigrés à Athènes payent pratiquement 5 fois plus de taxes que les armateurs Grecs.”

Ø       Il n’y a pas de solution facile pour résoudre ce problèmes.(…) Ce que nous suggérons, est de faire défaut car il est impossible de rembourser cette dette. Une grande partie de cette dette est illégale ou odieuse. (…). Première chose à faire donc, faire défaut. (…) Dévaluer la monnaie et reconstruire l’industrie à partir de zéro. (…) En sortant de la zone euro, le système bancaire va s’écrouler, il faudra donc nationaliser les banques. Même si cela peut paraître révolutionnaire (…) c’est la seule façon de sauver le système bancaire.

Ø       “Si vous laissez le FMI et la BCE décider du sort de la Grèce, ce sera un désastre. C’est de la responsabilité de la population de mettre la pression sur le gouvernement pour prendre cette décision.(…) Nous devons changer l’équilibre entre le capital et le travail".

Ø       “Cette Europe est juste un instrument qui travaille pour le système financier, pas pour les peuples”.

Ø       “Le problème actuel en Grèce est qu’il n’y a aucun parti prêt a faire ces efforts”. “Généralement, en Grèce, c’est le peuple qui manifeste et la classe politique finit par suivre. C’est arrivé durant la guerre civile, durant la dictature. Donc, nous n’attendons pas des partis politique de prendre des décisions mais au peuple de continuer et aux partis de finalement suivre ce mouvement”.

Ø       “Tous les mouvements des indignés disent la même chose. Nous ne pouvons plus accepter ce système néo-libéral. Les gens ne demandent pas uniquement une démocratie réelle, mais aussi plus de démocratie dans l’économie. Nous avons beaucoup de choses en commun, mais bien sur, nous avons également des différences. Nous ne suivons pas tous le même chemin mais nous partons du même constat et nous souhaitons tous la même chose. Nous sommes tous ensemble”.

Ø       “Nous préparons un nouveau reportage [catastroïka] sur le même mode que debtocracy. Des gens comme vous et moi qui nous donnent un peu d’argent, c’est de cette façon que nous sommes capables de financer le projet. Nous pensons que les gens ont été contents du premier film et nous demandons encore de nous aider. Ce documentaire parlera encore d’économie, en Grèce mais pas uniquement avec un focus sur les privatisations".

 

Le lien pour la bande annonce est ici et pour aider l’ensemble de l’équipe à finaliser ce projet, c’est là.

Okeanos

http://www.catastroika.com/indexen.php

http://www.catastroika.com/productionen.php.

 

 

  • Quatrième  partie: Un remède de cheval pour des populations malades de la dette ( peste). (Humour)

Une autre façon en 2 minutes de dénoncer nos docteurs Diafoirus qui annoncent de pseudo remèdes.

 

http://www.tsr.ch:80/video/info/journal-19h30/3593725-la-chronique-du-cineaste-jacob-berger-revient-sur-l-actualite-de-la-semaine.html

 

     

Cinquième partie:  Une vidéo très pédagogique et ludique sur la dette éditée par le front de gauche

 

 

  • En conclusion.
 

Bonne lecture, et pensez à faire circuler l'information suivante: Il faut aider les grecs en participant à la production de "Catastroïka". Cela peut être notre façon à nous de conforter les avants postes afin de terrasser l'ennemi.

 

 

 

Autre message de Lucien Pons,

la santé est bien malade en France

 

Je vais aborder dans ce message, d'une façon incomplète et donc imparfaite, les problèmes liés à la santé publique. J'ai eu le bonheur d'écouter une excellente émission sur France-Culture sur ce sujet.  Un entretien mené avec les auteurs du livre:"Menace sur nos neurones".

Au fil de l'émission on prend conscience de l'escroquerie qui consiste à criminaliser la protection sociale. La santé publique est marchandisée, l'intérêt général n'est plus la préoccupation des décideurs de tout poil, fussent-ils à la tête du pays. Seul le profit maximum compte et tant pis pour les valeurs communes, tant pis pour le bien commun, tant pis pour l'argent public détourné au profit des rapaces embusqués, tant pis pour la santé publique, tant pis pour la santé des générations futures, une seule chose compte: L’accumulation exponentielle d'argent!

 

Le profit immédiat sans risque avec la garantie publique comme cerise sur le gâteau.  

 

L'exemple le plus développé dans l'émission est la maladie d'Alzheimer et ce pour plusieurs raisons. C'est dans ce secteur que les profits attendus sont les plus élevés. Par exemple actuellement à Nice, la Fondation Claude Pompidou construit un centre de soins haut de gamme exclusivement destiné à cette maladie. Des fonds de toutes origines financent ce projet. Un fond de pension des monarchies du golfe fait partie des plus gros investisseurs. Ces  bienfaiteurs de l'humanité escomptent donc un profit certain et sûr, avec un taux de rentabilité élevé. Pour agrémenter le tout, la garantie de la puissance publique par le biais des prestations sociales encore disponibles, apporte la caution du placement sans risques.

Ce fut aussi un axe de campagne de Nicolas Sarközy en 2007. Le candidat prévoyait de lancer un grand chantier sur la dépendance. Il envisageait également la mobilisation de la recherche publique sur la pathologie en vogue:la maladie d'Alzheimer. Il a fait coup double à peu de frais car il devenait sympathique en endossant l'habit du défenseur de l'intérêt général et il s'inscrivait dans la continuité présidentielle, Chirac avait eu le plan de lutte contre le cancer, lui aurait le plan de lutte contre la maladie d'Alzheimer!

La réalité est tout autre hélas. Il a bien orienté la recherche publique sur cette voie, il a bien engagé une réforme sur la dépendance, mais dans ces deux cas c'est pour avantager outrageusement ses amis du "Fouquet's", ses amis du "Premier Cercle" et son "Cercle Familial". La recherche publique est au service des laboratoires privés. La réforme HPST (La loi Bachelot 2009; Hôpital, Patients Santé Territoire)  favorise les cliniques privées appartenant à de puissants groupes financiers ou industriels. Elle tue irrémédiablement l'hôpital public et son excellence. Bientôt il ne restera plus que quelques dispensaires miséreux pour les pauvres, comme autrefois. La contre-réforme des retraites permet au groupe Malakof-Médéric, dirigé par son frère Guillaume, de rafler la mise sur la retraite par capitalisation. La destruction de la sécurité sociale et son corollaire, la casse des authentiques mutuelles, permet à ce même frère de récupérer des mutualistes en grand nombre. Au cas où cela ne suffirait pas, la loi est là pour obliger des salariés à s'assurer obligatoirement à ce groupe. Son autre frère François, pédiatre de formation qui ne pratique plus depuis longtemps, s'est spécialisé dans le domaine de la grande dépendance et de la maladie d'Alzheimer, la rente est donc assurée. Pour l'autre frère, enfin, pour le demi-frère Olivier, il est dans l'équipe dirigeante du groupe Carlyle aux Etats Unis. Son avenir est assuré et la France, en provoquant des guerres, lui assure de confortables revenus. Il peut aussi se payer sur la bête, car une de ses nombreuses activités consiste à supplanter le pouvoir des états pour s'arroger les biens publics qu'ils sont chargés de défendre. Il n'échappera à personne que la crise des dettes souveraines appliquée à la zone euro avec grande violence a pour but essentiellement de détruire les souverainetés populaires. En Europe, le but de  ces transnationales est de s'arroger de gigantesques bénéfices. Là encore le frère président est à la manoeuvre, sous couvert de sauver la monnaie unique, les états , etc..., il installe partout des gouvernements d'experts entièrement dévoués aux puissances financières. La Grèce, L'Italie, L'Espagne, Le Portugal et bientôt la France seront dépouillés de leurs souverainetés populaires.

 

Revenons à cette belle émission radiophonique .

 

Pour Alzheimer, examinons la différence entre marchandisation et prévention. En 2010 "le train de l'Alzheimer" est monté par la cellule santé de l'Elysée et il sillonne le pays, en 2011 il continue  à faire le tour de France des grandes villes. Il propose avec un contingent d'experts, des renseignements sur cette maladie. Mais en définitive  tout le monde est là  pour vendre les produits des multinationales liées à la santé.

 

Une comparaison fondamentale est à faire entre prévention et traitement.

  • Traitement: Tout le monde se focalise sur l'argent que l'on peut faire avec la marchandisation de ces traitements. C'est un investissement à long cours qui apporte une sécurité maximale. Cet investissement assure une rentabilité annuelle d'environ 35% l'an. De très gros bénéfices sont escomptés. Il y a une marchandisation de la pandémie sur 20 ou 30 ans garantissant les placements à long terme.

 

  • Prévention: Cela ne rapporte rien aux détenteurs de capitaux. Le but est d'informer et d'éviter les causes de ces maladies en prenant des mesures appropriées en amont.

 

Les agences officielles. Par exemple l'HAS (Haute autorité de santé) est habilitée à retirer du marché certains médicaments inefficaces, chers et dangereux. L'exemple du récent scandale sur le "Médiator" est très éloquent. A l'examen de ce cas, on s'aperçoit que cette autorité n'a pas respecté les règles procédurales pour la mise sur le marché des médicaments incriminés, elle n'a rien fait contre les industriels peu soucieux de santé publique. Les experts chargés du dossier étaient tous inféodés aux laboratoires pharmaceutiques, en particulier à celui produisant le médicament incriminé. Le lobbying des laboratoires est très puissant. Ces puissantes machines à profits tiennent sous leur coupe l'agence HSA et les autres organismes officiels de veille sanitaire. Revenons un peu en arrière et à la pseudo pandémie de grippe H1N1 (grippe porcine) découverte par notre hyper président, durant son voyage officiel au Mexique. Déplacement durant lequel il avait séjourné dans une propriété luxueuse mise à sa disposition par un gros bonnet de la drogue. Après un matraquage médiatique impressionnant de plusieurs mois pour installer la peur, une vaste campagne de vaccination était lancée. Plus de 90 millions de vaccins ont été commandées par l'état pour une vaccination massive dans un  pays ne comprenant que 60 millions d'habitants. Si l'on cherche l'erreur, il n'y en a pas. Les grandes firmes, craignant la possible baisse de revenus après la crise des subprimes, ont ainsi assuré de substantiels dividendes à leurs actionnaires en obligeant les états à piocher dans le budget de la santé publique pour satisfaire la voracité de ces gens. Tant pis si en France le trou de la Sécurité Sociale s'est creusé, il suffira de faire des coupes sombres. C'est en plus une excellente occasion d'affaiblir cette institution mise en place à la libération.  

 

La recherche, la filière de formation en toxicologie.

On s'aperçoit avec la mise  en place des Partenariats Public Privé (PPP), que l'argent de la recherche publique est entièrement utilisé pour le plus grand bénéfice des firmes privées afin de mettre au point des médicaments, qui bien souvent dans les maladies comme Alzheimer, l'autisme, l'hyperactivité, la maladie de Parkinson, sont inefficaces, mais assurent de confortables bénéfices à l'industrie pharmaceutique.

Pour que l'opération soit rentable au maximum, il faut éliminer les gêneurs. En France il n'y a plus de formation de médecins dans la filière "Toxicologie". Ces professionnels sont habilités pour intervenir en amont et interdire la mise sur le marché de certains médicaments. Ils peuvent aussi retirer du marché ceux qu'ils jugent dangereux. Ils peuvent, et c'est beaucoup plus inquiétant pour les tenants de la marchandisation de la santé publique, contribuer à mettre au point, avec des juristes, des outils capables d'attaquer les industriels et les politiques sur certaines pratiques s'apparentant au conflit d'intérêt. On comprend mieux tout d'un coup le tarissement de cette formation universitaire. On comprend mieux l'acharnement des puissants à cacher au bon peuple certaines données. La marchandisation de la santé et la bonne marche des profits ne doivent jamais être entravées.

Le fameux plan Alzheimer concocté par la cellule santé du président de la république, la présentation humaniste du cinquième pilier de la sécurité sociale par le locataire actuel de l'Elysée lors de sa campagne en 2007 et toutes les réformes sur la santé que sont T2A (Tarification à l'activité); le plan HPST (La loi Bachelot 2009; Hôpital, Patients Santé Territoire),   ne sont pas au service de l'intérêt général mais au service des ultrariches qui dominent le pays.

 

Trois exemples pour finir ce troublant tableau:

  • La saga des frères Sarközy. En documents joints vous pourrez vous informer sur ce magnifique pactole qu'ils s'approprient depuis que l'un d'entre eux est installé à la tête de l'état.
  • La puissance des multinationales de l'eau. Malgré une sévère mise en garde sur l'usage de l'aluminium pour traiter l'eau potable en France, la plupart des villes n'ont pas eu droit à ce changement de traitement alors qu'il existe d'autres techniques. Les multinationales de l'eau et de l'environnement ont privilégié les actionnaires à la santé publique. La ville de Paris, depuis 1978, a réussi à imposer une autre technique de traitement car elle en avait les moyens, mais les autres n'ont pas pu. Ces mêmes transnationales sont en passe de capter définitivement les juteux marchés du retraitement des ordures ménagères et de l'assainissement, notamment depuis l'adoption de la loi sur la réforme territoriale votée par l'actuelle mandature. Tout est confié à des entités non élues par le peuple. Les biens des collectivités territoriales, leur gestion, les compétences jusque là confiées aux élus de proximité, tout sera capté par les entités non élues que sont les communautés urbaines et les métropoles. Il est évident qu'elles seront entièrement dévouées à ces marchands de l'apocalypse. Pour mesurer le pouvoir de ces firmes, il suffit d'observer la puissance de feu qu'elles ont au niveau de la commission européenne. Cette fameuse réforme territoriale est  en fait une directive européenne que chaque état membre doit transcrire dans son droit national. En France la commission Balladur était chargée d'assurer un semblant de légitimité avant que le parlement ne s'exécute. Tâche facile dans notre pays centralisé où tous les leviers sont aux mains des servants de l'ultralibéralisme et où le pouvoir en place s'est employé méthodiquement à détruire tous les contre-pouvoirs existants. Un exemple parmi beaucoup d'autres qui met en lumière la dangerosité de cette gouvernance, la mise sur le marché des boues toxiques issues des usines de retraitement des eaux pose un problème sanitaire de première grandeur, on n'en parle très peu et personne ne pourra plus s'opposer à cette ignominie.
  • En Italie où la structure de gestion du pays est différente de la notre et où le pouvoir des collectivités locales était plus affirmé, une grande campagne de protestation s'est mise en place pour combattre la même loi sur la réforme des territoires. La protestation faisait rage à l'été 2011 chez les édiles locales de tout bord politique, et le gouvernement démocratiquement élu n'a pas réussi à imposer aux collectivités, malgré la lettre comminatoire de Trichet et Draghi à Berlusconi le 13 août 2011. Résultat, la finance a pris les choses en main. Le gouvernement démocratiquement élu a été remplacé par le proconsul Mario Monti entièrement dévoué à ses maîtres. Une des conditions imposées à l'Italie pour que la Troïka accepte de la sauver de la faillite, était précisément l'imposition de cette réforme essentielle pour les multinationales. Aucune objection ne peut plus être opposée à cette loi liberticide.

Vous pourrez compléter votre information en écoutant l'excellente émission de France-Culture  du samedi 17 décembre 2011, disponible ci-dessous. Les invités sont Marie Gosman et Roger Langlet auteurs du livre paru chez Actes Sud: "Menace sur nos neurones": http://www.actes-sud.fr/menace-sur-nos-neurones

 

Le lien vers France-Culture

 

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4346801

 

 

Restons vigilants et essayons de combattre cette barbarie. En diffusant des infos alternatives par exemple.

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche