Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 12:35

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2011/06/euro-sur-fond-drapeau-europeen1.jpg

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2011/06/euro-sur-fond-drapeau-europeen1.jpg

 

L'euro survivra

NB Eva : C'est ce que pense le Geab

 

 

 

L'avis de la Chronique Agora

L'euro survivra
Mory Doré

 

Nous avons vu hier que l'implosion de la Zone euro perdait de sa probabilité. Oui, mais... qu'est-ce qui nous attend à la place ?

▪ Comment la Zone euro survivra-t-elle et à quoi ressemblera-t-elle ?
C'est un lieu commun que de dire que le meilleur moyen de conjurer la crise de la dette est de retrouver des sentiers de forte croissance. Mais une forte croissance est impossible puisque le financement de l'économie est mal assuré, puisque les systèmes bancaires doivent se resolvabiliser et nombre d'agents économiques se désendetter.

Et puis en Europe (mais pas qu'en Europe), tant que l'horizon des décisions économiques des hommes politiques sera confondu avec l'horizon du cycle électoral, toutes les grandes réformes de structure dont on nous parle par exemple en France depuis 20 ans (Etat, fiscalité...) ne verront jamais le jour. Or ce sont celles-ci qui sont à même de créer les conditions d'une croissance forte et durable.

En attendant, il faut pouvoir mobiliser des ressources pour réduire et financer cet insoutenable endettement. On est bien d'accord pour dire qu'il n'y a rien de choquant à venir au secours d'un Etat en crise de liquidité (cas de l'Italie, de l'Espagne et de l'Irlande). Mais vous conviendrez que c'est plus contestable et plus inefficace quand il s'agit de plans de sauvetage de pays en crise de solvabilité (comme la Grèce et, dans une moindre mesure, le Portugal). (..)

 

Tout cela est un autre débat sur lequel il faudra que les dirigeants politiques se penchent en répondant à la question suivante : comment resolvabiliser durablement certaines économies de la Zone euro ?

▪ Revenons à notre sujet. Il existe trois façons de mobiliser des ressources

 

1/ Il y a tout d'abord les ressources empruntées par le FESF, qui dispose de garanties apportées par les Etats membres de la Zone euro.

Ces ressources étant empruntées sur les marchés, elles sont limitées et ne se constitueront que très progressivement puisque ce fonds va procéder périodiquement à des émissions sur les marchés avec une plus ou moins grande facilité. Et de toute façon, ce type de ressources n'est pas du tout approprié pour le refinancement des encours importants de certaines dettes nationales (Italie et Espagne notamment).

2/ Il y a aussi les ressources créées à partir de rien et que seule la Banque centrale peut émettre. Il s'agirait ici de la création monétaire destinée à acheter des dettes publiques (on appelle cela, suivant les époques et les milieux, "la planche à billets", "la monétisation" ou "le QE" pour quantitative easing). Contrairement aux ressources empruntées, il n'y a pas de limite technique à la création monétaire puisque la Banque centrale émet une dette sur elle-même.

La seule limite est financière : la création monétaire incontrôlée au passif de la BCE et l'accumulation d'actifs financiers de plus ou moins bonne qualité à l'actif de son bilan peuvent provoquer à terme une forte dévalorisation de la monnaie. Mais cela n'effraie personne pour l'instant.

Sans trop se poser de questions, nombre d'hommes politiques et d'économistes ne jurent, du matin au soir et du soir au matin, que par cette solution de monétisation à outrance : "il faut que la BCE imprime de la monnaie et qu'avec elle achète aux banques et assureurs tous les papiers d'Etats européens dont ils ne veulent plus dans leur bilan !". C'est la seule chose qu'ils ont trouvée pour l'instant...

Chacun veut profiter de la double spécificité de la Banque centrale (je vous recommande de lire mon précédent article pour vous remettre les idées en place à ce sujet) :

- les banques centrales sont les seuls acteurs financiers dont une partie du passif (dettes) n'est pas exigible ;


- par ailleurs, elles sont aussi les seuls acteurs qui sont indifférents au mark-to-market (valorisations) de leurs actifs.

Pour l'heure, la BCE refuse catégoriquement de jouer ce rôle. Et Mario Draghi a réaffirmé que les rachats de dettes périphériques devaient être temporaires et limités et qu'ils devaient être systématiquement stérilisés.

3/ En dehors de ces deux moyens de trouver de l'argent, il y a également les ressources monétaires telles que celles du FMI, assises sur les fameux DTS -- droits de tirage spéciaux.

▪ La monétisation sera contournée par les DTS du FMI

 
Il faut savoir que chaque pays dispose au FMI, en fonction de son poids économique, de DTS. Ces droits ont été créés en 1969 pour jouer un rôle de réserves de change additionnelles pour les Etats. Ainsi l'Allemagne dispose de 13 milliards de DTS, la France de 10,7 milliards et, pour l'ensemble de la Zone euro, ce montant s'élève à 50,4 milliards (soit avec une parité aujourd'hui autour de 1,15 euro pour 1 DTS, un total de 58 milliards d'euros).

Il existe une règle qui fixe à 10 fois les quotas la limite de financement. Cela signifie que l'ensemble de la Zone euro a théoriquement la capacité de lever jusqu'à 580 milliards d'euros.

Donc quand vous entendez sur telle ou telle antenne que le FMI va prêter 400 milliards d'euros à l'Italie, il faut que vous compreniez que, sans réforme institutionnelle du FMI et sans ressources additionnelles, c'est sur ces capacités de tirage de la Zone que cette somme est allouée (donc rien de bien spectaculaire somme toute).

Nous allons vraisemblablement assister à un renforcement des ressources monétaires du FMI : hausse des quotes-parts d'Etats à réserves et excédents conséquents ; création monétaire indirecte alimentée par la BCE. Nous allons donc nous diriger vers une sorte de monétisation indirecte contrainte mais néanmoins massive de la BCE malgré l'hostilité de la Bundesbank, du Bundestag et du gouvernement fédéral allemand.

S'agissant d'une monétisation certes indirecte mais orchestrée par la BCE, l'institut de Francfort exigera de fortes contreparties de la part des Etats et la mise en place de politiques budgétaires durablement restrictives.

Et puisque ces politiques budgétaires restrictives risquent d'étouffer l'économie, la Banque centrale acceptera de compenser cette pro-cyclicité par une politique monétaire durablement très accommodante et ne s'opposera pas à une baisse significative et ordonnée de la parité euro/dollar.

 

 

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

 

 

.Dernières nouvelles financières, économliques etc

 

Les ministres européens appellent à l’aide les étrangers pour la constitution d’un “pare-feu”

avatar24.jpg?w=645Les Européens, ces donneurs de leçons sur la manière d’imposer aux autres la religion maçonnique qu’est la démoncratie, sont en train d’appeler le monde à la rescousse. Pour rassurer, les ministres des Finances de l’Union européenne viennent de décider d’apporter plus de 150 milliards d’euros au Fonds monétaire international (FMI). Les autres pays auront-ils la sagesse de ne pas gaspiller leurs réserves monétaires à ce jeu stupide appelé par les médias : “le renforcement du pare-feu contre la crise de la dette”.

Commentaire réaliste de Gregori Volokhine, de Meeschaert Capital Markets : “Les investisseurs en ont assez de voir des solutions qui n’en sont pas, qui ne sont même pas des pis-aller, qui n’apportent rien pour résoudre la situation”.

parefeu2.png?w=645En outre, les menaces bancaires se précisent au fil des jours. “La BCE a publié un rapport montrant que le risque que deux grandes banques de la zone euro, voire davantage, fassent défaut simultanément s’est nettement accru depuis six mois, à un niveau jamais atteint depuis le début de la crise financière de 2007″. Si avec ces nouvelles, les gens gardent encore du papier-action, c’est à n’y rien comprendre. Et comme chacun le sait sur ce blog, quand vous retirez très souvent VOTRE argent, il arrive un certain moment où votre banque vous communique un avis selon lequel vous avez 60 ou 90 jours pour en trouver une autre… Pas besoin d’être grand prophète pour deviner que 2012 verra plus de licenciements que d’embauches dans le domaine de la banque et de la finance.

 
16 Comments

Publié par liesiletter le 20 décembre 2011 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 20 décembre 2011

trader17.jpg?w=645Nous surveillerons attentivement le pivot des 1197 points mentionné hier sur le E-mini SP 500. L’indice s’est rapproché de ce seuil hier soir.
La rupture de ce palier déclencherait une nouvelle phase d’accélération vers les points proposés hier.

L’indice Future CAC 40 évolue sous le pivot des 3040 et peut également se rapprocher des supports proposés hier, soit 2800 points environ avec des intermédiaires.

Pour éviter ce scénario il faudrait que le E-mini SP 500 repasse au-dessus des 1215-1220 et le Future CAC 40 au-dessus des 3040 points.

Comme proposé au mois de septembre, le Silver spot se rapproche progressivement de sa zone support majeure. Tant que l’évolution se fait sous les 35-33 l’indice peut corriger davantage vers le support des 27.5. La rupture de ce dernier fragiliserait la tendance haussière et permettrait au cours de se rapprocher des 23.5-24 dollars l’once avant de repartir à la hausse. Seuls les franchissements des 47.5 et 50 dollars nous permettraient d’anticiper de nouveaux plus hauts. Il ne faut pas oublier qu’avec l’arc qui arrive sur les indices, la roue du commerce s’arrêtera !
Ainsi les demandes d’argent dans le monde industriel (informatique, etc…) risquent de diminuer fortement également. Dans ce cas, les institutionnels bancaires pourraient profiter des supports majeurs 23 et peut-être même 20.5 pour acheter le métal. Au pire ces pièces serviront à faire du troc lorsque les monnaies papier se déprécieront.

 
14 Comments

Publié par liesiletter le 20 décembre 2011 dans Non classé

 

Un sentiment plutôt Bear

avatar-menthalo5.jpg?w=645Par Menthalo - EURO-DOLLAR

Sur ce graphe qui manque de finesse, on peut constater que l’EURO a rebondi sur la limite basse du canal baissier, à quelques centièmes d’un support qui a permis le 15 janvier dernier le rallye haussier du premier semestre.

C’est ce qui me laisse à penser que le rebond actuel sera à minima, si tant est qu’il ait lieu.

191211euro-usd.jpg?w=645&h=425

Si on considère le canal baissier Long Terme, cf l’oblique qui bloque la baisse en mai 2010 et qui en marque la limite basse…

Si on trace une parallèle à cette oblique, (en gris) passant par le point de rebond de janvier 2010,

cette oblique nous mène à 1,23/1,24  fin janvier ou début février.

Ce point de 1,23 avait été touché au plus fort de la crise dans la dernière semaine d’octobre 2008. Pour mémoire, à cette date, le credit crunch avait forcé les financières à vendre leurs bijoux de famille, mines, compagnies pétrolières et métaux précieux, provoquant une envolée du Dollar, valeur refuge. On peut imaginer que les mêmes causes générant les mêmes effets, la crise obligataire, orchestrée par la Finance Internationale, ne va pas faire coïncider la baisse de l’euro avec la baisse des Métaux Précieux. Reste à décrypter le timing exact.

L’Or bute sur des résistances mineures avant même d’avoir à franchir la médiane du canal baissier actuel. A la croisée des chemins, il hésite entre le boulevard à la hausse induit par le rebond sur le support depuis 2009 et un appel du vide, pour aller chercher un support de très long terme plus bas.

L’Argent montre une hésitation similaire. Les cours ont ce matin refermé le gap laissé ouvert vendredi, avant de rebondir modestement. La première cible est 30,48$. Il lui faudra de la force pour passer l’oblique baissière à 31,5 cette semaine, à quelques jours de l’expiration des options. Je ne vois aucun motif d’euphorie, même si j’espère voir des plus hauts avant la descente.

Le Timing de cette crise orchestrée autour de la dette est très difficile à décrypter.

La bras de fer des financiers sur les politiques, compliqué par la lutte géopolitique et monétaire entre l’Empire et les BRICA (A pour Angéla ;-) ) font que la lecture du scénario Court Terme est un exercice de haute voltige. J’espère le rebond mais je n’arrive pas à y croire.

 
69 Comments

Publié par liesiletter le 19 décembre 2011 dans Non classé

 

Histoire de LA ROSE DE NOEL

christrose_rose-de-noc3abl.jpg?w=645UNEC – Depuis le Moyen Age, la «rose de noël» est placée dans les crèches des Chrétiens. Elle symbolise la pureté et rappelle la légende à l’origine du nom de rose de Noël : la nuit de la naissance de Jésus-Christ, Madelon, une bergère gardant ses moutons, voit une caravane de Rois Mages traverser son champ enneigé pour aller offrir leurs cadeaux au nouveau-né. N’ayant rien à offrir, elle se met à pleurer. Un ange voit ses larmes sur la neige, les effleure et fait éclore son cadeau : une fleur blanche ombrée de rose, la Rose de Noël. – En pays de langue allemande, on l’appelle la «Christrose». Voici la légende de la Christrose telle que vient de nous la rapporter sous forme d’un poème (d’un auteur inconnu) un prêtre âgé en Bavière, notre ami l’abbé Zunhammer (traduction de l’allemand par Unec) :

                «Il y a longtemps, à l’époque quand le paganisme régnait encore sur le nord,

                et que le message chrétien se frayait lentement un chemin grâce à des prêtres pieux,

                un prince puissant d’une tribu germanique trônait fièrement dans son château fort,

                entouré de sa cour, dont sa belle enfant Helga.

                Il détestait la foi chrétienne, méprisait l’homme sans épée,

                mais Helga à laquelle la pieuse gouvernante avait parlé de l’enfant Jésus,

                s’est élu le doux Jésus comme roi de son cœur.

                Alors que l’année se termine avec des tempêtes, et que la neige s’accumule,

                la fille, assise près de la cheminée, s’écrie joyeusement vers son père sinistre:

                “Oh, papa, demain c’est Noël”, et en rejetant sa chevelure blonde elle ajouta :

                “Oui, demain c’est la fête de la joie !” 

                « Tais-toi avec tes fables de nourrice, ce dieu sage ne me plaît pas.

                Il ne parle que d’amour envers les ennemis, de paix et de réconciliation.

                Sur mes terres vaut encore le principe : un Seigneur fort, un serviteur faible.

                Un roi sans ornements ni armes dont on ne sait pas grand’ chose, n’a pas bonne audience chez nous.

                Où est son pays ? Où sont ses hommes ? On l’a couronné d’ épines.

                Avec infamie il devait finir sa vie au pilori ! »

                Puis le père de la petite Helga se moque, furieusement :

                « Avant que j’incline mon front devant le dieu des Chrétiens et plie mon genou sous la croix,

                il faudrait d’abord qu’ici, sous mes yeux, les roses éclosent en pleine neige ! »

                Les larmes venaient aux yeux de la petite Helga, et son cœur tremblait après cette parole terrible.

                Quelque chose la tire de la proximité du père vers la forêt fort enneigée.

                Là où seul le chevreuil avance doucement, elle s’agenouille dans sa douleur.

                Elle plie ses petites mains et prie au roi des Chrétiens :

                « Seigneur Jésus dans la gloire, Votre Royaume est grand, Votre bras s’étend loin.

                Avec Votre puissance merveilleuse Vous avez jadis produit des miracles.

                Exaucez la supplique d’un enfant, faites aujourd’hui aussi un miracle,

                afin que le père voie votre omnipotence, qu’il croie en Vous et se confie à Vous.

                Créez des roses, Seigneur, comme il le souhaite, afin que son juron se mue en bénédiction.

                Je sais que Vous le pouvez, je crois fermement que Vous, Seigneur, ne Vous laissez pas bafouer! »

                Consolée l’enfant rentre chez elle, et sous peu la Sainte Nuit arrive.

                La terre repose revêtue de blanc, du ciel luit la lumière des étoiles.

                Un ange entre dans sa chambre où la fillette dort paisiblement.

                Dans ses mains il porta une petite plante qu’il enterra profondément dans la terre en disant :

                « Tu dois témoigner du plus Puissant, que la foi confiante crée des miracles.

                Eclos donc avec splendeur, à chaque noël, pour la gloire de l’Enfant Jésus ! »

                Le matin quand le prince s’éveilla, il ne voulait pas croire à ses yeux,

                car sous la fenêtre de Helga on pouvait contempler les plus belles roses.

                Là, sa défiance fondit comme la neige au printemps, et en adoration on s’agenouilla.

                Et Helga noue ses bras autour du cou de son père et jubile : « La rose du Christ, papa ! »

 
22 Comments

Publié par liesiletter le 19 décembre 2011 dans Non classé

 

Comparaison CDS France Allemagne 5 ans

Ces deux graphiques traduisent des pressions du Marché, intéressantes pour l’analyse du comportement futur de l’Allemagne par rapport à l’euro.

Allemagne

cdsallemagne171211.png?w=645France

cdsfrance171211.png?w=645

 
11 Comments

Publié par liesiletter le 19 décembre 2011 dans Non classé

 

Trader NOé – Analyse du 19 décembre 2011

trader16.jpg?w=645Les tensions géopolitiques s’intensifient, tout bouge très vite et le président de la Corée du Nord Kim Jong est décédé.
Concernant, l’EURUSD la tendance reste baissière et la rupture des 1.295 pourrait déclencher l’accélération vers les objectifs principaux 1.23 et 0.98 environ.
Bien sûr, il y aura probablement les supports intermédiaires proposés 1.2850-1.26.

Tant que l’évolution se fait sous les 1.559 la parité GBPUSD reste fragile dans une tendance de fond qui reste baissière. La rupture des 1.542 pourrait permettre au cours de se rapprocher des 1.535-1.52 et 1.48. La rupture de la zone 1.48-1.475 déclencherait une accélération vers le support phare des 1.30. Pour éviter un tel scénario il faudrait que le cours franchisse dans un premier temps la résistance des 1.559.

Le E-mini SP 500 évolue toujours sous le pivot des 1215-1220 et se fragilise. Comme Alan Greenspan l’avait annoncé il y a quelques mois, la croissance américaine est ralentie à cause de l’Europe !

Nous regarderons de très près ce seuil et celui des 1197 points. Sous ce palier une accélération pourrait se mettre en place vers les supports importants des 1150 points et peut être 1110 points. La rupture de ce dernier palier déclencherait une nouvelle phase de baisse vers 1000 et 800 points (l’année prochaine avec la construction du gros arc). Bien sûr, pour le court terme, regardons le pivot des 1220-1215. Au-dessus le marché pourrait prendre une bouffé d’oxygène. Pour cela il faudrait de bonnes nouvelles…C’est beau de rêver. Restons bien à l’écoute des agences de notation surtout.

L’indice Future CAC 40 évolue sous son pivot des 3030-3040 points et nous surveillerons attentivement les supports des 2890-2825 et 2780 points.
La tendance de fond reste baissière et l’arc est parfaitement réalisé ! (2500-2230-1700 points dans quelques mois). Cela sera probablement dramatique pour les secteurs bancaires et industriels ! (Penser à la consommation, l’emploi, le chômage…)
Pour arrêter le massacre, il faut impérativement penser à fermer les bourses et vite !

 
37 Comments

Publié par liesiletter le 19 décembre 2011 dans Non classé

 

Des Australiens très prévoyants ?

avatar19.jpg?w=645Tandis que les agences de notation, sous la coupe du cartel bancaire anglo-saxon, poursuivent leur jeu de massacre sur les Etats européens, sans toucher à la note de la dette de l’Angleterre ni à celle des Etats-Unis, l’euro poursuit sa glissade, accélérant de temps en temps le mouvement. Les euro-optimistes ont du souci à se faire.

Récemment, l’Australian Prudential Regulation Authority a demandé aux banques australiennes de modéliser ce qui pourrait advenir si la crise européenne s’étendait à l’Australie. L’APRA veut qu’une série de stress tests soit réalisée afin de s’assurer de la solidité du système bancaire local.

apra.jpg?w=645« Le régulateur a donné aux banques une semaine seulement pour modéliser l’impact d’un scénario catastrophe entraînant la contraction du produit intérieur brut, soit un taux de chômage de 12 pour cent, ainsi qu’une baisse de 30 pour cent des prix des logements et 40 pour cent de baisse de la valeur des biens commerciaux ».

La presse financière australienne évoque non seulement une escalade de la crise de la dette souveraine européenne, mais encore un effet domino sur la Chine. La récession européenne devrait entraîner un atterrissage brutal en Chine. Les banquiers centraux australiens veulent connaître l’exposition indirecte de l’Australie à une Europe en voie d’effondrement.

 
92 Comments

Publié par liesiletter le 18 décembre 2011 dans Non classé

 

Sommet européen après sommet… échec après échec

avatar18.jpg?w=645Depuis juin 2006, Jürgen Stark était chef économiste de la BCE. En septembre 2011, il a annoncé sa retraite et évoqué que cette décision était fondée sur des “raisons personnelles”. Depuis, il a répondu à plusieurs interviews et voici un résumé de sa position.

 

jc3bcrgenstark1.jpg?w=300&h=202« Il doit y avoir une séparation claire des fonctions entre les banques centrales et les gouvernements. La banque centrale doit assurer la stabilité des prix. Et les gouvernements ont la responsabilité d’assurer des conditions adéquates pour le financement des dépenses publiques à réaliser ». « Si les marchés sont plus sensibles depuis quelque temps au fort endettement des Etats et exigent des taux d’intérêt plus élevés, ce n’est pas à la banque centrale de jouer un rôle correcteur dans cette affaire ». « En étudiant l’histoire économique, nous apprenons que l’intervention des banques centrales en vue de financer très largement des Etats peu soucieux d’une bonne gestion, s’est toujours très mal terminée ». « Cela se conclut toujours par l’inflation. Certes, pas toujours dans le court terme. Mais à moyen et à long terme. Et cela conduit à l’instabilité économique et sociale ».

Pour Jürgen Stark, il faut arrêter de fausser le débat comme de nombreux économistes français tendent à le vouloir. La hausse de la dette publique doit être tout bonnement arrêtée. « Il faut maintenant et très urgemment recourir à des réformes structurelles devant se traduire par une amélioration de la compétitivité des pays ». Il faut aussi « résoudre les problèmes qui bloquent le potentiel de croissance. Et ce point ne doit pas être résolu par la banque centrale, mais par des gouvernements responsables ». Dans les faits, mais Jürgen Stark en est-il conscient, c’est le processus européen actuel lui-même qui est une tare.

dette-effondrement-economique-bulle-euroEn outre, la question de bon sens est : qui dirige “des gouvernements responsables” ? Avant la crise de 2007, en pleine campagne électorale, Nicolas Sarkozy rêvait d’appliquer le modèle américain des subprimes pour l’immobilier français. Aujourd’hui, les sommets se suivent et se ressemblent. Contrairement à ce que d’aucuns affirment, dans certaines lettres confidentielles très « européennes », le dernier sommet n’est pas un succès mais un lamentable échec.

 

Ces rédacteurs de lettres très prisées assuraient la remontée de l’euro. Nous croyons plutôt que l’euro va s’effondrer pour la bonne et simple raison qu’étudier cette crise sans faire référence à un complot mené par des sociétés secrètes, c’est être dans l’incapacité d’anticiper demain.

 

Affirmer que les Etats-Unis sont morts et que les Européens vont leur faire la pige, c’est non seulement faux, mais vivre dans un autre monde que le nôtre.

 

L’Europe est actuellement massacrée par Wall Street, et ce n’est pas durant le premier semestre de 2012 que ce processus va s’inverser. Loin de là !

 

 

 

Lire aussi :

 

Triple A ou triple Zéro ?

 

 

New post on Patrick Le Hyaric

a2e943e6088eb6f4acc67792ef5095c8?s=32&ts
1919b64df32a15acc01e177c7fa3094d?s=50&d=

Le triple quoi ?

by Patrick Le Hyaric

patrick-le-hyaric-la-terre-ledito1.jpg?wDepuis quelques jours on entend de la part des responsables gouvernementaux une toute nouvelle musique. Hier, le Président de la République a imposé une contre-réforme des retraites, imposé l’austérité, parce qu’il fallait, paraît-il,  que la France maintienne une notation « triple A » pour son budget. Aujourd’hui, il explique que ce ne serait pas si grave. Cette notation, décidée par trois agences, créatures des fonds financiers et des banques, est tout à fait arbitraire. Mais, quand un pays perd cette note, il paie plus cher les intérêts pour les emprunts qu’il contracte. Dit autrement, plus de recettes d’impôt ou de résultats de la croissance sont accaparés par le secteur bancaire.

Ainsi, la combinaison de la récession, c’est-à-dire d’une croissance négative, la perte du triple A et l’asphyxie des banques qui ont accumulé de la dette des Etats, est en train d’amener les pays et l’Union européenne au bord d’un précipice dont on ne voit pas le fond.

Il est de notre responsabilité de dire franchement que ceci menace gravement la vie quotidienne des familles. Cette effarante combinaison va jeter encore plus de personnes dans le fossé de l’exclusion sociale, du chômage et des difficultés à vivre.

Il faudrait réagir énergiquement pour briser les reins des prédateurs rapaces de la finance.aj_ns_aaa.jpg?w=200&h=133

C’est tout le contraire que fait le pouvoir. Le Président de la République déclarant, ces derniers jours : « Si les agences de notation devaient nous retirer le « triple A », ce serait une difficulté de plus mais pas insurmontable ». Puis, Alain Juppé dit : « Ce ne serait pas un cataclysme ». Quand mentent-ils ? Le 29 octobre, M. Sarkozy expliquait à la télévision : « Nous avons le triple A, c’est-à-dire que nous sommes considérés comme un pays bien géré ». Et il a demandé à nos concitoyens de se serrer la ceinture pour garder ce sésame. Le voilà pris en flagrant délit de mensonge et de  tromperie.

Nos gouvernants discrédités n’ont pas le souci de l’intérêt général. Aucun souci des classes populaires qui souffrent de plus en plus. Il y a urgence sociale ! Y répondre passe par une nouvelle répartition des richesses favorables aux travailleurs pour relancer l’économie et sortir de la crise. C’est la proposition du Front de gauche, avec Jean-Luc Mélenchon. Les salaires, les revenus paysans et ceux des petits artisans et commerçants, combinés à une nouvelle politique du crédit à très bas taux d’intérêt et à une réforme profonde de la fiscalité sont les seules voies pour s’en sortir. Il faudrait avoir le courage non plus de « rassurer » les marchés financiers, mais de les mettre au pas.

C’est le peuple qui doit, en toute circonstance, être souverain et ne pas être soumis à la dictature de la finance. En tout, qu’il s’agisse des droits sociaux, de l’efficacité économique ou de la défense de nos intérêts nationaux et de l’emploi, le pouvoir actuel c’est le « triple zéro ».

.

  .

 

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/12/20/crise-elections-et-valeurs-de-gauche-i.html

Crise, élections et "valeurs de gauche" (I)

Le 20 décembre, Les Echos publie un éditorial sur la crise intitulé « La grande fatigue ». Jean-Marc Vittori y évoque des « dirigeants européens » qui se trouveraient « au bout du rouleau ». Ces dirigeants font-ils autre chose que d'appliquer la politique des multinationales et des milieux financiers ? La population faisant de moins en moins confiance aux partis politiques influents, les « petits candidats » se plaignent des blocages qui peuvent leur être opposés via l'exigence de 500 signatures d'élus. Mais Christophe Barbier (L'Express) estime « Présidentielle: il faut 1000 signatures ». Les « bonnes idées » dont parle Barbier seraient-elles « dévalorisées » par les résultats modestes des « petits candidats » ? Ou craindrait-on des résultats inattendus, dans un contexte de détresse croissante de la population ? Le 20 décembre également, Radio Chine Internationale souligne « Le chef de la BCE appelle à l' accélération du lancement du MES par crainte d'une dégradation de la note de la France », et Le Maghreb, « Crise de la dette : La zone euro sous pression se prépare à une nouvelle semaine délicate ». Challenges écrit « FMI : l'UE appelle le monde à la rescousse ». En réalité, l'image de la situation économique de l'Europe occidentale ne cesse de se dégrader dans le monde entier, alors que la coupole de l'Union Européenne défend systématiquement les intérêts des banques au détriment de la grande majorité de la population. Qui en fera les frais, si ce n'est les « petits citoyens » à qui, tout compte fait, on essaye de vendre la propagande électorale des mêmes partis politiques dont la stratégie des trois dernières décennies (délocalisations, privatisations...) a conduit à la crise actuelle ? Et que signifient vraiment les prétendues « valeurs » au nom desquelles on cherche à attirer l'électorat ? « Valeurs de droite », « valeurs de gauche », « valeurs de centre »... Léon Gambetta et Jules Ferry, étaient-ils « de gauche » lorsqu'ils ont défendu une expansion coloniale qui, tout compte fait, s'est soldée par deux guerres mondiales et par la décadence des puissances européennes ? Paradoxalement, alors que le colonialisme des « républicains » Gambetta et Ferry véhiculait une idéologie incroyablement raciste, un Pape du Concile de Trente (Paul III) avait diffusé trois siècles et demi plus tôt la première bulle antiraciste en défense des populations indiennes d'Amérique.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/12/20/crise-elections-et-valeurs-de-gauche-i.html ]

 

.

..

Au coeur de la Grande Conspiration Internationale ( Partie 1, suite )

Le 20/12/2011

christine Lagarde, actuelle directrice générale du Fmi dominique Strauss-Kahn, ex directeur du Fmi olivier Delamarche, président de " Platinium Gestion "

christine Lagarde, actuelle directrice générale du Fmi
christine Lagarde, actuelle directrice générale du Fmi 

Ces 19 et 20 décembre 2011, 3 personnalités officiant dans le domaine financier-économique ont annoncé la couleur.


A commencer ce 19/12/2011 par mr dominique Strauss-Kahn ( ex directeur général du Fmi et représentant la faction européenne de l'oligarchie financière proche des Rothschild) qui a alors comparé la zone Euro à un radeau sur le point de sombrer, rien que cela !


Puis, le lendemain 20/12/2011, ce fut au tour de Mme christine Lagarde (actuelle directrice générale du Fmi et représentant quant à elle la faction atlantiste de l'oligarchie financière proche des Rockefeller) d'intervenir et de déclarer ni plus, ni moins que l'Economie mondiale est à un tournant très dangereux.


Et finalement (toujours ce 20/12/2011) ce fut le tour d'olivier Delamarche ( président de la société de gestion de patrimoine "Platinium Gestion") d'intervenir sur Bfm Business et d'annoncer à juste titre (après avoir reçu un cadeau de la part de l'animateur sous la forme d'un casque de pompier) que malheureusement il ne pourra remplir les fonctions de pompier dans la mesure où il n'y a plus "d'eau dans la citerne" pour éteindre le feu ( dettes souveraines, crédit  crunch, faillites bancaires, récession-dépression économique).

 

http://revelations4.blogs.fr/

 

.

L’Union européenne lance

un appel mondial pour renflouer le FMI

Les ministres européens des Finances ont appelé, lundi, le reste du monde à « augmenter les ressources » du Fonds monétaire international. Objectif : donner à l’instance les moyens de soutenir la zone euro. Parmi les pays non membres la zone monétaire, le Danemark, la République Tchèque, la Suède et la Pologne ont déjà donné leur accord.

 

le post ici :

 

Source: LCI

 

.

 

La notion de dette odieuse. Un excellent outil pour démanteler le laboratoire ultralibéral qu'est la Grèce de Papademos, proconsul de Goldman Sachs. 

  
  

Il ne faut pas oublier que les grecs sont nos avants postes dans cette guerre sans merci que les puissants ont déclaré aux peuples et particulièrement aux peuples européens. On parle souvent de construire l'Europe sociale, essentiellement en essayant d'imposer de l'intérieur à la très orthodoxe et ultralibérale communauté européenne, les mesures nécessaires. C’est un chemin long et semé d’embûches. N'attendons pas le messie, agissons tous ensemble et organisons un vaste mouvement de solidarité pour ces grecs courageux et déterminés.  

 

Dans la suite du message j'ai regroupé des informations sur la dette,  trois parties sont liées par une même logique, la notion de dette Odieuse. Dans la première partie, lors de l'émission de Daniel Mermet sur France-Inter, les mercredi et jeudi 14 et 15 décembre 2011, cette question à été largement abordée par Eric Toussaint, président du CADTM (Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde). "La Bas  si j'y suis", a présenté le livre "La dette ou la vie". A cette occasion, a été explicité le travail réalisé par des experts internationaux pour produire, à la demande de Rafaël Corréa président de l'Equateur, un audit sur la dette de son pays. Après plus de huit mois d'étude, ils ont démontré que la plus grande partie celle-ci était illégitime et qu'elle pouvait être classée dans la catégorie de dette odieuse.

 

Ce concept juridique international a été utilisé de très nombreuses fois dans l'histoire. Une des dernières fois, c'est en Irak, après la victoire de la coalition sur le régime de Saddam Hussein en 2003. La dette de l'ancien régime irakien est ainsi devenue illégitime et n'a pas été remboursée !!!  Un des principaux créanciers de l'ancien régime était la France. Plusieurs milliards de dollars sont partis en fumée au détriment de notre pays qui avait refusé de participer au pillage de cette région du monde. C'est sans doute une punition infligée à cette nation de la vieille Europe pour avoir osé entraver la marche triomphale des conquérants sur Bagdad. Le fameux discours de Dominique de Villepin à l'ONU a évité à cette organisation  de se discréditer en cautionnant une aventure coloniale. Il est vrai que tout a bien changé depuis, le pays qui est le nôtre a rejoint les faucons de l'empire. Le nouveau caniche des USA qui s'agite au palais de l'Elysée a bien fait les choses. Dans un premier temps il a rejoint le commandement intégré de l'OTAN et ensuite il a été le grand ordonnateur de la conquête libyenne. L'affront que les ultralibéraux français ont reproché à Jacques Chirac d'avoir fait à l'Amérique de Georges Bush, était donc définitivement lavé. Ces derniers à l'instar de leur chef de meute n'étaient plus obligés d'aller excuser l'arrogance de la France à l'égard du bienveillant suzerain. Quel phénoménal travail accompli depuis 2007!

 

  • Première partie: L'émission de Daniel Mermet   

Une présentation radiophonique des idées développées dans le livre "La Dette ou la Vie"  :http://media.la-bas.org/mp3/111214/111214.mp3.  a été faite dans l'émissions "Là-bas si j'y suis " le 14 et le 15 décembre : http://www.la-bas.org/

Daniel Mermet et Antoine Chao, ont suivi le Comité pour l'Annulation de la dette du Tiers Monde (CADTM) durant la formation approfondie « Pour mieux affronter la crise de la dette en Europe » organisée à Liège (Belgique) les 12 et 13 décembre 2011.

Faisant suite à une série d'émission sur la crise grecque (où on entend, entre autre, Sonia et Yorgos Mitralias du Comité contre la Dette, organisation membre du CADTM), deux émissions sont consacrées aux analyses et aux propositions du CADTM, celles du 14 et du 15 décembre 2011.

Vous pouvez écoutez ces émissions en postcast ici : http://www.la-bas.org/ LA DETTE OU LA VIE !

"Il faut rassurer les marchés !",  "Il faut sauver notre triple A !",  "Il faut des plans de rigueur, on n’a pas le choix !",  "Voila la chanson dominante aujourd’hui. Acceptez la rigueur, sinon ça vous arrivera !".  Mais d’où vient la dette ?

 

Le CADTM propose des alternatives et milite pour UN AUDIT CITOYEN DE LA DETTE PUBLIQUE. La formation réalisée en Belgique a été un véritable succès. Avec plus de 90 participant e s venu e s de France, de Belgique, de Grèce, du Portugal, d'Angleterre, d'Espagne, de Pologne, d'Allemagne, de Tunisie, d'Égypte, du Maroc, de RDC, du Brésil et de Colombie.

Les deux jours de formation ont été retransmis en direct et en streaming sur le site USTREAM. Chaque jour, plus de 80 personnes se sont connectées pour suivre les exposés et les débats. Les diaporamas et les exposés des intervenants, ainsi que la vidéo de la formation seront rapidement mis en ligne sur le site du CADTM : www.cadtm.org.

 

  • Deuxième partie: La Grèce: le test grandeur nature pour la vieille Europe.  "Debtocracy", excellent film vidéo réalisé par Aris Chatzistefanou et Katarina Kitidi. 

 

La politique de la terre brûlée est actuellement appliquée à la Grèce de la même façon qu'elle l'a été pour l'Argentine. La seule différence réside en les gardes chiourmes chargés d'imposer ce nouvel esclavage. Pour l'Argentine, le FMI et la Banque Mondiale étaient à la manoeuvre, pour la Grèce la fameuse Troïka composée par le <

em>FMI, la BCE et L'Union Européenne, endossent l'habit peu glorieux des chacals chargés d'imposer ces meurtrières régressions.

 

http://www.youtube.com/watch?v=3z8fsmFlOaE   (À voir et revoir absolument).

 

  • Troisième partie: Vous avez aimé Debtocracy ? Coproduisez Catastroïka !

Après debtocracy, vu par 2 millions de personnes, Aris Chatzistefanou et Katarina Kitidi se lancent dans un nouveau projet.

Je vous conseille de regarder cette interview d’Aris Chatzistefanou, chez Kontext, qui retrace l’histoire de Debtocracy et explique de façon très claire les origines de la situation Grecque d’aujourd’hui et les possibilités pour sortir de la crise.


Quelques phrases prises au passage :


Ø       "Les immigrés à Athènes payent pratiquement 5 fois plus de taxes que les armateurs Grecs.”

Ø       Il n’y a pas de solution facile pour résoudre ce problèmes.(…) Ce que nous suggérons, est de faire défaut car il est impossible de rembourser cette dette. Une grande partie de cette dette est illégale ou odieuse. (…). Première chose à faire donc, faire défaut. (…) Dévaluer la monnaie et reconstruire l’industrie à partir de zéro. (…) En sortant de la zone euro, le système bancaire va s’écrouler, il faudra donc nationaliser les banques. Même si cela peut paraître révolutionnaire (…) c’est la seule façon de sauver le système bancaire.

Ø       “Si vous laissez le FMI et la BCE décider du sort de la Grèce, ce sera un désastre. C’est de la responsabilité de la population de mettre la pression sur le gouvernement pour prendre cette décision.(…) Nous devons changer l’équilibre entre le capital et le travail".

Ø       “Cette Europe est juste un instrument qui travaille pour le système financier, pas pour les peuples”.

Ø       “Le problème actuel en Grèce est qu’il n’y a aucun parti prêt a faire ces efforts”. “Généralement, en Grèce, c’est le peuple qui manifeste et la classe politique finit par suivre. C’est arrivé durant la guerre civile, durant la dictature. Donc, nous n’attendons pas des partis politique de prendre des décisions mais au peuple de continuer et aux partis de finalement suivre ce mouvement”.

Ø       “Tous les mouvements des indignés disent la même chose. Nous ne pouvons plus accepter ce système néo-libéral. Les gens ne demandent pas uniquement une démocratie réelle, mais aussi plus de démocratie dans l’économie. Nous avons beaucoup de choses en commun, mais bien sur, nous avons également des différences. Nous ne suivons pas tous le même chemin mais nous partons du même constat et nous souhaitons tous la même chose. Nous sommes tous ensemble”.

Ø       “Nous préparons un nouveau reportage [catastroïka] sur le même mode que debtocracy. Des gens comme vous et moi qui nous donnent un peu d’argent, c’est de cette façon que nous sommes capables de financer le projet. Nous pensons que les gens ont été contents du premier film et nous demandons encore de nous aider. Ce documentaire parlera encore d’économie, en Grèce mais pas uniquement avec un focus sur les privatisations".

 


Le lien pour la bande annonce est ici et pour aider l’ensemble de l’équipe à finaliser ce projet, c’est là.

Okeanos

http://www.catastroika.com/indexen.php

http://www.catastroika.com/productionen.php.

 

 

  • Quatrième  partie: Un remède de cheval pour des populations malades de la dette ( peste). (Humour) 

Une autre façon en 2 minutes de dénoncer nos docteurs Diafoirus qui annoncent de pseudo remèdes. 

 

http://www.tsr.ch:80/video/info/journal-19h30/3593725-la-chronique-du-cineaste-jacob-berger-revient-sur-l-actualite-de-la-semaine.html

 

     

Cinquième partie:  Une vidéo très pédagogique et ludique sur la dette éditée par le front de gauche
  

 

 

  • En conclusion.
    

Bonne lecture, et pensez à faire circuler l'information suivante: Il faut aider les grecs en participant à la production de "Catastroïka". Cela peut être notre façon à nous de conforter les avants postes afin de terrasser l'ennemi. 

 

Lucien Pons

 


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche