Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 11:09

 

 

 

 

 

Dans son édition de ce lundi, Le Monde consacrait un dossier à la crise, à partir des contributions de plusieurs éminents experts. Tous s’accordent pour dire que les mesures proposées actuellement par le couple franco-allemand sont de mauvaises solutions qui nous conduisent droit dans le mur. Tous s’accordent à dire que d’autres solutions existent.

Ainsi, pour les économistes James K. Galbraith et Aurore Lalucq, les dirigeants européens sont en train de commettre une « erreur historique en refusant d’entendre des idées de bon sens ». Ils se sont enfermés dans le dogme de la discipline budgétaire, faisant fi du sort des plus faibles « au mieux considéré comme un dommage collatéral, voire comme un mal nécessaire ». Ils ne s’attèlent en revanche pas aux causes d’une crise avant tout bancaire, « aggravée par des idées économiques réactionnaires, une architecture (de la zone euro) défectueuse et un climat politique toxique ».

(Lire l’article complet : Sauvez les citoyens avant les banques ! ICI )

Même son de cloche chez Paul Seabright de l’Ecole d’Economie de Toulouse, qui qualifie la rigueur de « potion amère et inefficace ». Il s’appuie sur différentes études pour mettre en garde contre les effets négatifs démontrés des politiques d’équilibre budgétaire sur l’activité économique. S’il ne nie pas les problèmes d’équilibre budgétaire, il explique en revanche que le calendrier d’une telle politique est crucial : « si on l’entreprend au milieu d’une récession, l’effet symbolique permettant de reconquérir la confiance des marchés risque de s’effacer derrière l’effondrement de l’activité ».

(Lire l’article complet : La rigueur, potion amère et inefficace. ICI )

Enfin, Martin Wolf, éditorialiste économique au Financial Times, considère que se focaliser sur l’austérité budgétaire risque d’entraîner de nouvelles crises. Il déconstruit l’idée selon laquelle ce serait l’indiscipline budgétaire qui aurait conduit à la crise de la zone euro, idée pourtant martelée quotidiennement par nombre de responsables politiques. Il rappelle ainsi qu’avant la crise, la situation de l’Irlande, de l’Espagne ou de l’Estonie, tant sur le plan du déficit que de la dette, était très nettement meilleure que celles de l’Allemagne et de la France. D’ailleurs, à l’exception de la Grèce, tous ces pays aujourd’hui en difficulté dans la zone euro respectaient pourtant la règle limitant à 3 % du PIB le déficit budgétaire.
Pour lui, il s’agit avant tout d’une « crise des balances de paiement », et la solution à la crise de la zone euro passe d’abord par l’amélioration de la compétitivité économique dans la zone euro.

(Lire l’article complet : L’échec de « Merkozy » ICI )

Alors, jusqu’à quand se poursuivra cet aveuglement coupable des dirigeants européens, et en particulier celui de Nicolas Sarkozy ?

 

 

Ségolène Royal

 

 

Adhérer à Désirs d'avenir en cliquant ICI

Site : http://www.segoleneroyal2012.fr

 

 

?

 

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/12/15/union-europeenne-et-comedie-privatisations-i.html

Union Européenne et comédie : privatisations (I)

Le 15 décembre, le blog de Jean-Marc Sylvestre commente « Crise : Les banques allègent leurs effectifs pour limiter la casse », tout en soulignant la protection que l'Union Européenne (UE) accorde aux milieux financiers et les bénéfices que les banques retireront des accords récemment passés à Bruxelles. De son côté, Le Point publie un article de Romain Gubert intitulé « Euro, le moment de vérité », estimant que « L'Europe est malade de ses dettes, son économie est en panne ». Mais qui est responsable de cette situation, si ce n'est la politique de délocalisations et de privatisations qui s'est installée dans le cadre de l'UE et de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), conçu et progressivement mis en place depuis plus de vingt-cinq ans ? Et ce cadre du capitalisme mondialisé permettra-t-il de résoudre les problèmes qu'il a lui-même générés ? Dans Le Point également, un responsable de Turgot Asset Management évoque « la spéculation sur l'éclatement de la zone euro ». Mais avait-on besoin de l'euro ? Et cette spéculation est-elle autre chose qu'une conséquence de la « libre circulation » des capitaux dans le contexte EU - OMC et de l'affaiblissement progressif du secteur public dans les pays européens ? Pas seulement sous des gouvernements de « droite », mais également avec des gouvernements de « gauche ». Les négociations récentes à Bruxelles ont-elles été autre chose qu'une vaste mise en scène ? Alors que 20 minutes nous apprend : « Une dégradation du AAA ne serait pas justifiée, selon le patron de la Banque de France », ne serait-il pertinent de demander plutôt qui a conféré une quelconque légitimité à ces agences de notation privées ? La « crise de la dette » est-elle autre chose qu'une nouvelle étape dans la liquidation planifiée des acquis de la Libération et de l'après-guerre ? Alors que l'ordonnance historique du Général de Gaulle nationalisant les usines Renault est mise en cause devant les tribunaux (Europe 1 : « Bataille historique autour de Renault »), il peut être utile de rappeler le processus de privatisation subi par la régie Renault depuis une vingtaine d'années.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/12/15/union-europeenne-et-comedie-privatisations-i.html ]

 

 

.

 

 


Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans La crise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche