Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 16:59

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/1592814-2136214.jpg?v=1290016195

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/1592814-2136214.jpg?v=1290016195

Introduction d'eva R-sistons

2 poids 2 mesures,

"chasse aux sorcières" musulmanes

dans la France de Sarkozy

inféodée au CRIF :

 

 

- L'islamophobie est bien vue, voire encouragée.

- Criminalisation de l'antisémitisme, du négationnisme (pourquoi ne pourrait-on pas entreprendre des recherches critiques sur la Shoa comme sur le reste ? "Est-il permis de critiquer Israël", s'interroge dans son célèbre livre l'excellent Pascal Boniface. Ou encore, l'un des plus grands intellectuels de notre temps - libre penseur, progressiste, épris de justice et de paix, humaniste... -, Roger Garaudy, n'a pas le droit de mettre en doute le nombre de victimes de la Shoah, et il est ostracisé à cause de sa curiosité intellectuelle, de ses quêtes de la vérité. Sommes-nous encore en démocratie ?), et du boycott de la politique d'apartheid d'Israël (contrairement à celui, jadis, d'Afrique du Sud, mais Sarkozy l'inconditionnel d'Israël n'était pas au pouvoir).

 

- Partout des Eglises, des temples, des synagogues, mais les Musulmans ont du mal, eux, à vivre leur foi dans des lieux fermés, décents. Et maintenant, ils sont victimes de persécutions (sous de fallacieux prétextes) lorsqu'ils veulent enseigner les particularités de leur belle religion (de paix et de tolérance, j'ai lu le Coran pour me faire une opinion moi-même)

 

La raison réelle ? Sarkozy, pion d'Israël en France (comme DSK et Sinclair l'auraient été), travaille à la mise en place en France du Choc de civilisations qui fera le jeu de la Haute Finance et des multinationales.

 

La réalité, aussi, c'est que le meilleur REMPART contre le Nouvel Ordre Mondial en gestation (militaro-financier, totalitaire et génocidaire), est l'Islam, dont les valeurs sont opposées, notamment éthiques (cf la Finance islamique bannissant, elle, la spéculation...)

 

eva R-sistons

 

 

http://fr.novopress.info/wp-content/themes/GrungeMag/timthumb.php?src=wp-content/uploads/2011/05/Boissy.jpg&h=130&w=281&zc=1&q=100

http://fr.novopress.info

L'étrange fermeture de l'institut islamique de Boissy-Saint-Léger

Cela fait un mois que les étudiants de l'Institut français des études et sciences islamiques (Ifesi) ne peuvent plus suivre les cours au sein de leur école. Un mois qu'ils se mobilisent devant la mairie de Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne) pour obtenir l'autorisation de retourner dans leurs locaux, et qu'ils dénoncent une affaire politique.

Mardi, deux d'entre eux ont commencé une grève de la faim en signe de protestation.

L'Ifesi est une association qui propose des enseignements sur la civilisation arabo-islamique, en dehors des heures d'écoles habituelles. Ses pensionnaires suivent des cursus universitaires classiques ou travaillent. Ils viennent parfaire leur culture islamique le soir ou les week-ends.

Depuis le 27 avril, l'école ne peut plus accueillir ses étudiants, à la suite d'une interdiction prononcée par le tribunal de grande instance de Créteil. La raison invoquée : des problèmes de sécurité.

Le parquet ne veut pas en dire plus. Aziz, professeur de gestion en Province et étudiant en langues arabes et en sciences islamiques, a une explication : le problème de sécurité en question concerne l'accès des personnes à mobilité réduite. (Voir la vidéo)



L'institut ne dispose pas d'une entrée permettant l'accès aux personnes handicapées. Un dossier présentant les travaux prévus a bien été déposé début avril, selon le directeur. Dans un communiqué datant du 12 mai, le maire de Boissy-Saint-Léger, Régis Charbonnier, explique que l'architecte de l'association doit encore fournir des pièces complémentaires.

Le directeur de l'Ifesi, Ahmed Abidi, se défend :

« On a déposé tous les documents et, à chaque fois, ils nous disaient qu'il manquait un papier. On a du faire cinq ou six allers-retours. Lundi, la mairie a enfin reconnu que le dossier était complet. Maintenant, on attend. »

Le directeur fait, par ailleurs, l'objet d'une enquête judiciaire notamment pour « travail dissimulé, abus de confiance et défaut de déclaration de cours ». Selon lui, cette procédure est indépendante de la décision d'interdire l'accès à l'école. Encore une fois, silence du parquet.

Mais Ahmed Abidi s'étonne d'échanges d'informations entre la mairie et le tribunal de Créteil :

« La mairie cite dans son communiqué les chefs d'accusation qui me sont reprochés alors que cette procédure ne concerne que la justice et moi. »

Ni la mairie de Boissy-Saint-Léger, ni la préfecture du Val-de-Marne n'ont souhaité s'exprimer.

« On occupe la place pacifiquement »

Pendant ce temps, les étudiants occupent le parvis de la mairie dans l'attente de ladite autorisation. Des étudiantes et étudiants, en doctorat, master ou licence dans des universités parisiennes, mais aussi des travailleurs, des jeunes, des anciens. L'institut est le carrefour de rencontre entre différentes origines sociales et âges divers.

Abdel, 26 ans, étudiant en langue arabe et sciences islamiques, raconte :

« On demande juste que notre droit à l'éducation soit appliqué et respecté. On manifeste pacifiquement. On a des valeurs : samedi, on a même nettoyé et laissé libre le parvis, parce qu'il y avait un mariage. Les gens sont ensuite venus nous remercier pour notre comportement. »

Malgré son caractère pacifique, l'occupation est mal vue des autorités. « Quelqu'un des RG m'a dit qu'on dérangeait », confie Aimad, un étudiant. Samedi, après le mariage, les étudiants ont voulu réinvestir le parvis. Ils ont été délogés, manu militari, par près d'une centaine de gendarmes mobiles. (Voir la vidéo)



Quatre d'entre eux ont terminé en garde à vue pour rébellion. Ce qu'ils nient. Aziz a été arrêté ce jour-là. A la rébellion, il répond :

« J'ai une côte qui a “flanché” – c'est un terme du médecin – à la suite de l'interpellation. On est plusieurs à avoir pris des coups. »

Surtout, les étudiants révèlent certains propos ambigus que la police leur aurait tenus : « Votre directeur est un clandestin », « Allez dans une école du 93 », « Si vous voulez retourner étudier, changez de direction ». Pour l'un des deux grévistes de la faim, Aimad, 30 ans, éducateur et étudiants en sciences islamiques :

« Il y a un vrai climat d'islamophobie, c'est une réalité qu'on vit au quotidien dans cette affaire. »

Aziz partage ce sentiment et précise :

« Vous en connaissez beaucoup des établissements fermés en plein milieu de l'année pour un motif de sécurité qui concerne l'accès des personnes handicapées ? Mais quand il s'agit d'une école en sciences islamiques, on va chercher des poux. »

Des étudiants que certains considèrent comme des terroristes

Les étudiants interpellent même les renseignements généraux, venus discuter sur la place. Un étudiant ironise :

« Vous classez l'Ifesi comment ? Comme une école qui forme des terroristes hein ! »

La référence à Ouest France est à peine masquée. Une brève dans le journal régional a classé les quatre étudiants placés en garde à vue sous la rubrique… « terrorisme ». Avant de remplacer par « éducation », et de présenter ses excuses. Face à leurs demandes incessantes d'explications, les élèves ont été baladés entre la mairie, le tribunal et la préfecture. Aziz déplore :

« Ce que les gens ne comprennent pas, c'est que nous les étudiants, on est à la rue. Cette formation c'est quelque chose de sérieux. On y est attachés. L'enseignement est exigeant et de qualité. »

« Le droit à l'éducation, c'est sacré »

Abdel est en discussion avec les RG qui sont venus glaner quelques informations :

« Vous savez qu'on n'est pas violents. Dans notre école, on apprend des valeurs, des droits et un comportement.

Mais si aujourd'hui ils nous volent notre école, qu'est-ce qui nous dit qu'ils ne nous prendront pas aussi celle de Seine-Saint-Denis, et puis après qu'ils nous prendront pas aussi nos mosquées ? »

Il ajoute :

« Si demain, ils venaient à fermer une école juive ou chrétienne, on sera là aussi pour manifester. Le droit à l'éducation, c'est sacré. »

Un panneau indique « Grève de la faim : J+2 ». Aimad explique :

« Plus le temps avance, et moins cela fait d'effet, alors pour leur montrer notre détermination, on est prêt à faire une grève de la faim, une action purement politique. »

En attendant une autre réponse que l'envoi des CRS.

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

http://www.rue89.com/2011/05/27/letrange-fermeture-dune-ecole-en-sciences-islamiques-206152

 

.

 

VIDEOS sur le site

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche