Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 03:11

nature, environnement

Je vous présente ici en exclusivité, un excellent article qu’un ami sur facebook à écrit sur un sujet bouillant d’actualité. Il dresse un tableau nous facilitant la compréhension de ce qui est en train de ce jouer présentement au Moyen-Orient, où l’or noir coule à flot, un jeu de pouvoir qui ne date pas d’hier, mais de plusieurs décennies.

Merci Hervé!

Jo ^^

En 1859, l’ingénieur Edwin Drake découvre ne Pennsylvanie le pétrole. Même dans l’antiquité on avait déjà découvert ces gisements, les égyptiens l’utilisaient pour l’embaumement. En 1910 il est considéré comme étant une matière première stratégique. l’Amérique, pionnière dans la prospection et les techniques développées, exporte son savoir faire et exploite les gisements en Arabie Saoudite entre autre, pour la simple et bonne raison que sa production atteint son pic en 1970.

L’Opep est créée en 1960, non seulement pour réguler le marché, mais surtout pour retirer la main mise des USA. Alors commence un bras de fer géopolitique et surtout stratégique pour lui permettre d’en reprendre le contrôle.

Voilà comment ils vont s’y prendre ;

La base avancée que représente Israël pour les américains est capitale dans cette guerre économique. L’état Juif est sous protectorat américain. Et ces derniers négocièrent avec les saoudiens pour leur apporter protection et stabilisation de leur souveraineté, en prétextant le risque de dérapage de la guerre judéo-arabe . « Il fallait maintenir une pression sur les pays producteurs de pétrole. Nous sommes donc passés par les intimidations, puis par la mise en place et l’alimentation de tensions géopolitiques visant à faire comprendre très naturellement que l’Amérique était là pour les protéger face à une menace qui pouvait venir d’autres pays plus ou moins limitrophes. Passant par Israël qui a été pour nous un allié incontournable, ne suffisait pas. Ce fut au tour de l’Afghanistan qui était l’ouverture idéale pour l’accompagnement des troupes locales contre les forces soviétiques, en sous-main nous étions les instigateurs d’un stratagème visant à mêler l’intelligence service des EU et d’une cellule saoudienne tenue par Bin Laden. Toutes nos tentatives de s’implanter sur le territoire saoudien furent un échec. Vint ensuite la possibilité d’accompagner indirectement la volonté du président Iraquien d’envahir le Koweit. Ce dernier élément a été le déclenchement de l’inquiétude de l’Arabie Saoudite et de ses dirigeants, dont le sentiment fut partagé par l’ensemble des pays producteurs du Moyen-Orient. La brèche était ouverte, et la réaction venant de notre pays fut immédiate. Pourtant nous savions que notre action risquait de nous valoir beaucoup d’animosité, mais nous ne pensions pas avoir ouvert la boîte de Pandore. Seul un pays fort comme les USA pouvait maintenir l’équilibre mondial entre le désir des producteurs d’augmenter leur pression hégémonique et les tentatives de prise de contrôle des pays en voie de développement rapides »… Installer une méga base américaine pour protéger les gisements. Les saoudiens ont refusé, « pas de mécréants sur la terre sainte ».

Au début des années 60, l’administration Kennedy voulait que le Shah d’Iran (co-signataire de l’opep) entreprenne des réformes dans son pays afin de se protéger d’un éventuel soulèvement populaire, où, l’Union Soviétique pouvait faire main basse sur cette opération. Kennedy lui-même n’en était pas convaincu et semblait être contraint à cautionner ce plan d’action. On peut se demander du reste si l’assassinat de JFK n’était pas due à cette contestation, au vu de l’importance du stratagème.

Le Bloc arabo-persique faisait de la résistance. Puis vint cette formidable idée du pentagone d’organiser un hold-up magistral avec la bénédiction de la France. Saddam Hussein, à la fin des années 80, était en très bons termes avec les occidentaux. La France vendait des mirages F-1 et de l’armement, tandis que les américains s’offraient une arrière base de la CIA des plus performantes. L’ex président à vie de l’Irak, voulait à tout prix récupérer une ancienne province qui a pour nom le Koweït, pendant ce temps ses voisins foraient en diagonale sur une distance de 200 km au moins. Les fus de forage provenaient des Etats-Unis en transit par la France. Officiellement il s’agissait d’oléoducs pour l’usage Koweïtien. Saddam n’en pouvant plus il prévint la CIA qu’il allait envahir le Koweït , non seulement pour les punir du vol manifeste, mais aussi pour récupérer l’ancienne province. La réponse fut la suivante « On s’en fout, vous pouvez y aller ». La boite de Pandore était ouverte, enfin les américains investissent le golf pour délivrer la province annexée. Puis plus tard l’Irak à nouveau dans l’hypothétique histoire de fabrication d’armes de destructions massives, et surtout en représailles suite à l’attentat du World Trade Center revendiqué par Bin Laden l’ex agent de la CIA et fondateur d’Al qaïda et imposer son impérialisme au moyen-orient. Afghanistan, Irak, et à nouveau Afghanistan, l’Amérique ne lâchera pas d’autant qu’un nouveau défi commence à se profiler. La Chine.

A elle seule, la Chine bat des records en terme de croissance, elle s’octroie, dans les 3 dernières années, 50% des ressources mondiales, fer, charbon, pétrole. Le dragon devient gargantuesque et ce n’est pas fini. L’oncle Sam le sait bien. La Chine cependant sent qu’elle détient une place importante sur la scène géopolitique et depuis quelques années s’implante en Afrique dans différents projets d’investissements. L’Afrique qui reste encore un terrain vierge devient l’axe de développement principal. L’Amérique doit donc maintenir ses efforts pour dominer l’échiquier économique mondial. Et doit par tous les moyens reprendre le monopole de l’or noir. Un jeu dangereux se met en place, la déstabilisation du monde arabe représente pour les USA le moyen de revenir sur le devant de la scène en appliquant le principe des terres brûlées. « Je pousse les peuples à la révolte, je prouve que le régime arabe local est dépassé, je rétabli une pseudo démocratie, et à moi les honneurs ». Début janvier 2011, la Tunisie entre dans un bras de fer contre le gouvernement, des groupuscules s’organisent et déstabilisent le pouvoir. Le général Rachid Ammar se range du coté du peuple, après avoir reçu le soutien des Etats-Unis. Puis le conflit s’étend en Egypte, même scénario, même résultat. La révolte touche toute la bande Maghreb arabo-persique. La CIA est sur la brèche et il ne serait pas étonnant d’apprendre que des actions sont menées pour amplifier le mouvement. On sait déjà que du matériel anti-émeutes porte la marque de fabrication des Américains – Des livraisons de matériel ont été détectées entre septembre et novembre, le gouvernement Tunisien s’attendait à une révolte –

L’objectif, prendre le contrôle du golf persique et faire barrage à la Chine qui affûte les dents du dragon. Mais l’intégrisme dans tout ça ? Il s’essouffle, son modèle ne représente plus l’unanimité du peuple arabe et pour preuve. Bin Laden, le transfuge Américo-saoudien tient ici tout son rôle, il a été placé pour maintenir une guerre d’endurance en misant sur la peur et la déstabilisation au service de la CIA. Et ça fonctionne. La déstabilisation et la manipulation sont devenues des armes redoutables, différentes des solutions conventionnelles, mais terriblement efficaces. Bin Laden a été vu plusieurs fois et mis en joue par les militaires, l’ordre à été donné de ne pas tirer. Quand on veut trouver quelqu’un, avec la technologie, on le trouve. Les Américains savent très bien le faire quand le résultat sert ses intérêts. Viêt-Nam, Colombie, Irak, ex Yougoslavie, Pakistan, etc… Aujourd’hui l’Amérique s’impose pour protéger son hégémonie, mais aussi celle des occidentaux.

Mais il y a un hic, la dette colossale des Etats-Unis est détenue en grande majorité par les Chinois, les Saoudiens ne sont plus les principaux créanciers, c’est aussi valable en France.

Mais encore plus fort, la révolte contre le joug totalitaire commence à naître aussi dans l’empire du milieu, si l’Amérique réussit ce coup magistral et ébranler la muraille de Chine, à l’image de l’aigle qui lorsqu’il tient sa proie, il l’étouffe et ne desserre que lorsqu’il n’y a plus de vie. Bien joué !!!!

Hervé Giacomoni


Share and Enjoy:
  •  

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche