Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 23:36

 

Peut-on critiquer BHL

sans être taxé de fascisme ?

Modifié le 04-09-2012

Avatar de Pascal Boniface

Par 
Directeur de l'IRIS

LE PLUS. Dans une "lettre ouverte aux journalistes qui cirent les pompes de BHL", publiée en juin dernier sur le Plus du Nouvel Obs, Pascal Boniface dénonçait l'importante couverture médiatique du "Serment de Tobrouk". Un texte dont Bernard-Henry Lévy a pris connaissance et auquel il a fait référence récemment, en des termes bien particuliers.

Édité par Hélène Decommer   Auteur parrainé par Maxime Bellec

Bernard Henri Levy à l'université d'été du Medef, le 29 août 2012 (WITT/SIPA)

Bernard-Henri Lévy à l'université d'été du Medef, le 29 août 2012 (WITT/SIPA)

 

Bernard-Henri Lévy semble vouloir s'essayer à un nouveau genre : le calembour. On peut le comprendre, il est ridicule en philosophie (Botul entre autres), pas crédible en géopolitique du fait de ses indignations sélectives. Il souffre d'un écart abyssal entre la promotion médiatique colossale de ses livres et films et les bides phénoménaux auprès du public. Il faut donc tenter quelque chose. Il n'est pas certain cependant que l'humour soit un domaine d'avenir pour lui. Certes BHL fait souvent rire, mais à ses dépens.

 

Boniface, bonifascisme… Quel trait !

 

Dans l'émission de Frédéric Taddeï, "Le tête-à-tête" diffusée le 25 août 2012, il se plaint de ceux qui disent du mal de ses productions : "Il y a un type, l'inventeur du 'bonifascisme', courant idéologique bien connu, qui s'appelle M. Boniface. Il fait une critique, je ne sais où, de mon film qu’il n’a pas vu."

 

Boniface, bonifascisme… Quel trait ! Dans la mesure où BHL emploie le terme fascisme à peu près 15 fois par article, il lui était difficile de résister à la tentation. Mais on aurait pu attendre d'un si brillant cerveau qu’il décortique un peu ce concept. En quoi consiste le "bonifascisme" ? Faut-il conclure que tous ceux qui critiquent BHL sont fascistes, puisque lui-même se déclare antifasciste ?

 

Le problème est que je ne suis en rien l'inventeur du "bonifascisme", et que ce terme avait été utilisé avant notre grand homme. En l’occurrence par des cercles d'extrême-droite pro-israéliens après la publication de mon livre "Est-il permis de critiquer Israël ?". BHL a de drôles de références, à défaut d'être lui-même drôle ou une référence.

 

Je suis pour un débat public avec BHL

 

Bernard-Henri Lévy parle d'un article "publié je ne sais où", mais il ne l’a pas lu lui-même. Car je n'ai pas critiqué le film "Le serment de Tobrouk" puisque je ne l'ai pas vu (comme d'ailleurs tous les Français sauf 1.475, sans doute un record mondial de bide au cinéma !). Ce que j'ai critiqué, c’est l'accueil dithyrambique de gens qui, souvent, n’avaient pas plus vu ce film que moi. Dans son entretien avec Taddeï, BHL se plaint "d'avoir un réseau impressionnant d’adversaires", dit ne pas comprendre "qu'on puisse parler de réseau BHL"  et reconnaît avoir "quelques amis qui essaient un tout petit peu de faire digue contre la marée noire de l'horreur des insultes et des invectives qui accompagnent la sortie de chacun de [ses] livres et/ou de [ses] films."

 

Il inverse la cause et l'effet. C'est parce que le public ne peut plus supporter la promotion hollywoodienne de chacune de ses productions sur tous les médias de France et de Navarre (par des gens qui, généralement, n'ont pas lu le livre dont ils parlent) que les critiques à son encontre se multiplient. Quant à dire qu'il n'a pas de réseau, c'est effectivement à mourir de rire. Ils ont été démontés à plusieurs reprises. Je le fais moi-même dans mon livre "Les intellectuels faussaires" qui a tout de même été refusé par 14 éditeurs avant que les éditions Gawsewitch prennent le risque d'accepter.

 

Je devrais cependant être heureux d'être attaqué en public par BHL. Depuis une dizaine d'années, il ne le fait qu'en privé, dans des cercles communautaires restreints ou pour tenter d'exercer des pressions discrètes mais efficaces à mon encontre. Je suis prêt à avoir un débat public avec lui. Je ne crois cependant pas qu’il en ait le courage, tellement habitué à n’être confronté qu’à des zélateurs dévoués.

 

Du mépris social

 

Je sens bien le mépris social que BHL a pour moi ("il y a un type…"). Il est vrai que nous ne sommes pas du même monde.

 

BHL avait à peine 20 ans que son père lui payait un journal pour qu'il fasse joujou et parler de lui. Au même âge, j'étais pion pour payer mes études. Ce n’est pas le même point de départ, mais cette expérience m'a été utile et m'a donné un sens du concret et des réalités qui, apparemment, échappe à notre philosophe rentier.

 

S'ils ne m'ont pas payé un journal, mes parents m'ont transmis des valeurs d'intégrité, d'honnêteté, de respect de la vérité et de la parole donnée. C'est un handicap dont manifestement BHL n'a pas été encombré par son éducation.

 

 

Imposture : Que trouvent-ils tous à ce BHL, l’apôtre de l’impérialisme occidental ?

Publié le5 Septembre 2012

15


Botul

Botul

 

La diplomatie parasitaire de certains, sans mandat du peuple, se poursuit inlassablement, même après le départ de l’Elysée de l’ami des stars, Nicolas Sarkozy. C’est avec consternation qu’on a appris, hier, en parcourant Le Parisien, que le nouveau locataire de l’Elysée François Hollande avait reçu la semaine dernière Botul Bernard Henri Lévy, une enflure philosophique et surtout une imposture de premier ordre. L’humaniste des papiers glacés et du petit écran, l’homme au cerveau d’huître se prenant pour un érudit, qui n’évoluera que dans la même bouse de l’autosatisfaction, a encore frappé. 


Que vaut Botul Bernard Henri Levy en réalité, lorsqu’on fait une radioscopie intégrale de l’homme ? Vieille question, à jamais irrésolue, notamment à cause de l’influence que l’homme a dans les médias. Sans aucun talent, c’est le seul homme de France et de Navarre qui, lorsqu’il éternue, tous les médias s’enrhument. Il n’y a pas de doute sur ce point. Oui,  c’est bien lui. De son égo sur-dimensionné en passant par son narcissisme indigeste et infect, il domine sans contrôle le passage dans les médias pour peu qu’il produise un navet ou une touaille à la place d’un livre. Avec son mépris pour les uns et les autres, surtout pour les anonymes, il envoie sans vergogne ses snipers et/ou scribouillards tenter de détruire la vie sociale des autres. C’est ainsi que j’eus l’honneur, pas d’être un  script-boy dans un de ses bides dits films, mais dans le journal Le Monde, dans un papier à charge où,  tout mon patronyme est indiqué, qui plus est, en violation totale de la loi. Une atteinte à la vie privée qui est une faute lourde avec un lien de causalité d’autant plus que c’était pour me nuire. Il contribua ensuite à mon éviction du Nouvel Observateur. Du grand art.


L’épigone autoproclamé de Sartre, un jour, celui de Tocqueville, un autre, n’a jamais parlé d’un seul cas social en France. Jamais. Mais, son amour suspect et immodéré pour les arabes ces derniers temps n’échappe à personne. Piètre géopoliticien au monde et ignare en géostratégie, il ne prône que le pire de la guerre humanitaire. Superficiel à souhait, oeuvrant pour des intérêts obscurs et surtout diaboliques, vaniteux, aussi, la vacuité de son propos ne semble même pas faire réagir les journalistes dont l’embrigadement idéologique se confond avec leur soumission. 


Il est temps que l’Institut de veille sanitaire (InVS) s’occupe de ce cas Botul. Sa pollution abyssale des médias ne fait du bien à personne. Un cordon sanitaire autour de cet homme est nécessaire. C’est vrai que, puisqu’il a été reçu à l’Elysée, il est à l’unisson avec le nouveau roitelet élyséen qui, sur ce dossier syrien, a le nez et/ou la tête dans le guidon. L’obsession du départ sous la contrainte de Bachar Al-Assad est leur sésame, le nec plus ultra de leur lutte. Les chrétiens (catholiques et maronites), les druzes, les alaouites ou les chiites, sont le dernier de leur souci. La préférence des barbus, semble-t-il, est vivement souhaitée. Fichtre.  Une vision dogmatique qui est en réalité, de la dictature, ce qu’on reproche pourtant au président syrien. 


L’intrépide philosophe qui voit désormais ses livres achetés uniquement par ses amis, ses films vus par les habitants du paquet de maisons de son voisinage, attire toujours les médias et les …politiques. D’où ma question naïve: Que trouvent-ils tous à ce BHL, l’apôtre de l’impérialisme occidental ?  Ces gens partagent-ils le même racisme que lui, celui qui consiste à accuser les autres de ce que l’on est personnellement ? C’est un mystère.

 

Faisons une petite radioscopie de ce que vaut vraiment BHL. Son dernier petit bijou et/ou film, “Le serment de Tobrouk”, un chef d’oeuvre de médiocrité et de mégalomanie, n’a attiré dans les salles que 1.475 idolâtres, complètement envoûtés par la nausée médiatique. C’est le plus bel exploit cinématographique des 20 dernières années, voire des 50 dernières. Ils nous rabâchent les oreilles avec le prince germanopratin et sa revue fêtée toujours en grande pompe au café Flore, La Règle du Jeu. Au classement mondial des sites, il arrive à la 579 667 e place mondiale, et au 54 751 e rang français, malgré le tapage médiatique. Très loin derrière des sites comme Agoravox ou le blog de votre serviteur. Pour ses livres, je n’en parle même pas. Personne ne regarde ou ne lit les oeuvres de BHL, peut-être au dessus de nos têtes, dans la planète rouge, à mars. Voilà une imposture !


Quelqu’un disait : “Parfois, il se prend pour un ministre, parfois pour un défenseur des droits de l’Homme, parfois pour un écrivain…parfois, pour le mari d’une beauté blonde, pas si blonde que ça !” J’accuse les mass-médias de prendre les Français pour des gobe-mouches. Ces journalistes pusillanimes, incapables de dire urbi et orbi que, grâce à cet homme et à Sarkozy, le sahel est devenu un poudrière. En Libye aujourd’hui, il ne se passe pas un seul jour sans un attentat. Pas un jour sans un meurtre. Pas un jour sans que les salafistes d’Al Qaïda ne s’illustrent avec la destruction d’un cimetière chrétien, d’une mosquée soufie ou d’un monument de la même spiritualité, détruisant ainsi le patrimoine mondial. Leurs amis sont entrain de faire la même chose au Mali mais, il se trouve encore des gens, sans doute lobotomisés, pour croire encore aux salmigondis de ce dévergondé qu’est Bernard Botul Henri Levy…



http://allainjules.com/2012/09/05/imposture-que-trouvent-ils-tous-a-ce-bhl-lapotre-de-limperialisme-occidental/

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche